Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Mort à l'Amérique

Par Daniel Pipes
New York Post
September 8, 2002
http://www.danielpipes.org/article/460
http://www.nypost.com/postopinion/opedcolumnists/56446.htm

La
guerre des Etats Unis contre le terrorisme n’a pas commencé en septembre 2001. Elle a commencé en novembre 1979.


C’était peu de temps après la prise du pouvoir par
l’Ayatollah Khomeiny en Iran. Il avait déclaré « Mort à l’Amérique », et inévitablement, les attaques contre les américains commencèrent peu après. En novembre 1979, une foule de militants islamiques prenait d’assaut l’ambassade américaine à Téhéran et retenait en otage 52 américains pendant 444 jours.


Il y eut huit morts parmi les membres du
commando envoyé pour libérer ces otages en avril 1980. Ce furent les premières victimes américaines du militantisme musulman. Il y en eut d’autres :


- Avril 1983 : 17 morts à l’ambassade américaine à Beyrouth.
- Octobre 1983 : 241 morts à la caserne des ‘Marines’ à Beyrouth.
- Décembre 1983 : 5 mors à l’ambassade américaine au Koweït.
- Janvier 1984 : Assassinat du président de l’université américaine à Beyrouth.
- Avril 1984 : 18 morts près d’une base aérienne américaine en Espagne.
- Septembre 1984 : 16 morts à l’ambassade américaine à Beyrouth (à nouveau).
- Décembre 1984 : 2 morts lors d’un détournement d’avion vers Téhéran.
- Juin 1985 : 1 mort lors d’un détournement d’avion vers Beyrouth.

Après un répit, les attaques recommencèrent. Il y eut respectivement
5 et 19 morts dans des attentats commis en Arabie Saoudite en 1995 et 1996 ; 224 morts dans les attaques contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en août 1998 ; 17 morts dans l’attentat visant le navire USS Cole au Yémen en octobre 2000.

Simultanément, les attaques meurtrières du militantisme musulman avaient lieu sur le sol américain :
- Juillet 1980 : un dissident iranien tué dans la banlieue de Washington.
- Août 1983 : un chef de la secte musulmane Ahmadiyya tué à Canton (Michigan).
- Août 1984 : trois indiens tués dans la banlieue de Tacoma (Etat de Washington).
- Septembre 1986 : un médecin tué à Augusta (Géorgie).
- Janvier 1990 : un libre-penseur égyptien tué à Tucson (Arizona).
- Novembre 1990 : un leader juif tué à New York.
- Février 1991 : un islamiste égyptien tué à New York.
- Janvier 1993 : deux membres du personnel de la CIA tués juste à l’extérieur du quartier général de l’agence à Langley (Virginia).
- Février 1993 : six personnes tués au World Trade Center.
- Mars 1994 : un jeune garçon juif orthodoxe tué sur le pont de Brooklyn.
- Février 1997 : un touriste danois tué à l'empire State Building.
- Octobre 1999 : 217 passagers tués sur un vol EgyptAir en partance de New York.

En tout, 800 personnes ont trouvé la mort lors d’attaques menées par des musulmans contre des américains avant septembre 2001 - plus qu’aucun autre ennemi depuis la fin de la guerre du Vietnam. (En outre, ce recensement n’inclut pas les dizaines d’américains tués en Israël par des terroristes musulmans).

Et cependant, ces meurtres ne comptèrent pas. Ce n’est seulement qu’avec les événements de l’année passée que les américains ont compris que « Mort à l’Amérique » était vraiment le cri de bataille de l’ennemi le plus dangereux de notre ère, l’islamisme.

Rétrospectivement, la
première erreur eu lieu lors de l’assaut mené par les iraniens contre l’ambassade américaine à Téhéran. Ils ne rencontrèrent aucune résistance.

Il est intéressant de constater qu’un sergent du corps des ‘Marines’ présent à l’ambassade en ce triste jour de novembre 1979 est d’accord avec cette analyse. Rodney V. Sickmann a
suivi les ordres en ne protégeant ni l’ambassade ni sa propre personne. En conséquence, il a été pris en otage et a pu par la suite témoigner (il travaille maintenant pour Anheuser Busch).

Après coup, il estime que la
passivité fut une erreur. Les ‘Marines’ auraient dû faire leur devoir, même au prix de pertes en vies humaines. ‘Si nous avions ouvert le feu, nous n’aurions peut-être tenu qu’une heure’. Mais s’ils l’avaient fait, ils ‘auraient pu changé l’histoire’.

Résister aurait envoyé un signal sans équivoque que les Etats Unis d’Amérique ne pouvaient être attaqués impunément. Mais la reddition de l’ambassadeur a envoyé le signal contraire : la chasse aux Américains est ouverte. Comme le dit Sickmann, ‘tout a commencé en 1979 et n’a fait qu’empiré par la suite’.

C’est précisément
l’avis d’un plus grands penseurs en géostratégie de notre temps, Robert Strausz-Hupé. Peu avant de disparaître au début de cette année à l’âge de 98 ans, Strausz-Hupé a livré ses dernières impressions et elles concernaient la guerre contre le terrorisme : ‘J’ai vécu assez longtemps pour voir le bien triompher du mal, mais à un coût bien plus élevé que nous aurions dû payer. Cette fois, nous avons déjà payé le prix de la victoire. Il nous reste à la remporter’.