Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency
Lettre aux amis juifs, par un Pasteur allemand

2 juin 2002

Chers amis dans le monde entier,

Il ne m'est pas possible ces jours-ci de vous écrire une lettre personnelle, bien que j'aie en vue chacun de vous,  auquel je destine cette lettre, et ce à titre tout à fait personnel .

Jamais au cours des vingt dernières années, depuis que je m'occupe d'
histoire juive et de judaïsme, je n'aurais pu imaginer, serait-ce au cours de mes plus mauvais cauchemars, que je devrais vous écrire cette lettre. Notre monde européen et allemand, à quelques exceptions près, a perdu le sens qui nous avait bien animé pendant quelques années. Jamais jusqu'à présent je n'ai pu m'imaginer, dans mes rêves les plus pessimistes un tel climat anti-israélien, autant d'incompréhension, autant de pitié pour les terroristes ("combattants de la liberté"), autant de solidarité avec un système non-démocratique, corrompu et meurtrier comme celui d'Arafat, dans des pays démocratiques. Tandis qu'Israël se bat pour sa survie, (et fait sûrement quelques erreurs politiques - comment, dans une situation tellement menaçante, la rationalité pourrait-elle prédominer??), tout est dirigé par les journalistes, dans les médias, contre Israël. Voici ce qui m'interpelle tout particulièrement, à propos d'un conflit qui perdure:

Des
meurtriers, qui ont assassiné des êtres humains et qui de plus ne veulent pas y renoncer à l'avenir, s'enfuient à Bethlehem au début des combats, se retranchent dans l'église de la Nativité, tirent depuis les petites fenêtres sur les soldats israéliens - et des leaders ecclésiastiques (entre autre un évêque allemand) et les gens des médias chez nous s'associent à eux et accusent les Israéliens d'avoir transformé des lieux saints en terrain de bataille. Face à cette situation, le leader ecclésiastique allemand s'est même permis d'affirmer: "Maintenant les victimes sont devenues les coupables!"

Je me suis battu avec la question de savoir ce qui pouvait être le motif d'une perception aussi distordue et presque diabolique. La conclusion, que j'ai déjà tirée dans mon livre Schoa-Schweigen ist unmöglich (Choa - Le silence est impossible), se trouve maintenant confirmée de façon terrifiante:

Adultes et adolescents, lors de la perception de la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens, ne tirent souvent que la conclusion qui nous déculpabilise, nous autres Allemands: Maintenant les "victimes" sont devenues des "coupables"!. Les mesures prises par les autorités israéliennes face aux Palestiniens sont qualifiées de telle sorte, que les "
Juifs" ne sont plus des "victimes" qu'il convient de "plaindre" à cause des crimes commis par des Allemands sur des Juifs, mais elles se comprennent parfaitement comme le résultat d'une politique de puissance, entraînant discrimination et injustice envers des innocents. Ainsi, on peut enfin se débarrasser de sa mauvaise conscience envers les "victimes juives" et oublier le 'poids de la dette'.

Dans la même logique, on ajoute
une autre façon de se déculpabiliser en s'identifiant au sort des Palestiniens apparemment innocents. La déculpabilisation est double: les Palestiniens apparaissent alors comme les "Juifs poursuivis d'aujourd'hui", c'est pourquoi on doit s'allier avec eux contre les Juifs, et pour le moins contre Israël.

Quelle est notre action?

Nous avons fait ensemble avec 5 jeunes adultes, en février, une visite de solidarité à notre ville jumelle de Ramat Gan. Un des participants, Johannes, a commenté la visite au nom de tous (en anglais dans le texte):

"Il est pratiquement impossible de résumer les résultats de notre visite d'une semaine en Israël et spécialement à Ramat Gan. Considérant les objectifs pour lesquels nous sommes venus, je peux dire d'emblée que ce fut un grand succès…. Nous avons précisément montré notre solidarité avec le peuple juif en Israël, tandis qu'un accueil chaleureux et à cœur ouvert nous montrait que les gens appréciaient réellement notre visite, quel que soit l'endroit où nous allions. On nous a fourni la possibilité exceptionnelle de rendre visite à plus de 25 classes dans deux lycées de Ramat Gan pour informer les élèves de nos objectifs, notamment en ce qui concerne le programme d'échanges mais aussi pour le promouvoir auprès des grandes classes… Ce qui signifie que plus de 600 élèves ont été informés du jumelage avec Weinheim en Allemagne et, en examinant les listes d'élèves intéressés par le programme d'échange, je suis fier de dire que nous n'avons jamais imaginé être submergés par  un tel résultat.
Un autre aspect positif se dégage des deux jours passés dans les écoles: d'une part nous avons renouvelé d'anciennes amitiés en manifestant notre volonté de continuer le programme d'échanges, d'autre part nous avons trouvé de nouveaux contacts avec lesquels travailler. De plus, nous avons eu l'occasion d'étudier la grande diversité de la population juive en Israël, de discuter les divers aspects du conflit israélo-palestinien et d'entendre des témoignages personnels sur l'Holocauste et la Deuxième Guerre mondiale. Sur ce point précis, ce sont les résultats individuels de chacun de nous qui comptent. Nous avons fait partie d'une délégation et avons prouvé que des amis vont à la rencontre de leurs amis, même si les temps sont durs. Chaque membre de la délégation a appris quelque chose pour lui-même et je suis convaincu que cette courte visite a eu une plus ou moins grande influence sur chacun."

- J'écris des lettres à des journaux, aux dirigeants des églises, aux stations de radio et de télévision pour mettre au point, pour protester… Parfois je reçois des réponses, en partie pour m'éconduire, mais en partie aussi pour réagir en montrant qu'on est prêt à discuter. Ceci est naturellement un chemin bien pénible. Mais il est important aussi de faire profession de foi….

- Je diffuse en permanence des informations à un cercle de personnes, qui demeurent réceptives à une autre façon de voir (la plupart par e-mail…)

Je préfèrerais crier sans cesse à haute voix, de nouveau, pour que les oreilles sourdes entendent,
à quels risques les Juifs et les Israéliens sont exposés, ce qui est en jeu vraiment en ces mois-ci, mais qui déjà veut m'entendre…?

Et c'est dans cette atmosphère que je vous écris:
vous devez savoir que notre amitié perdure, que nous sommes solidaires avec vous et avec le peuple juif en Israël et dans le monde entier, que nous luttons à vos côtés. Nous voulons ainsi vous donner du courage, nous voulons vous dire maintenant, précisément: Ne perdez pas courage - l'histoire juive comporte aussi beaucoup de points bas, mais, sûrement, avec l'aide de Dieu, le peuple juif doit vivre et vivra!

En ce sens je vous salue cordialement, et aussi au nom de mon épouse.

       A. Lohrbächer