Lun 6 jan 2003 22:28

Clochemerle à Paris VI
Quel coup de théâtre !
Pierre Lefebvre - Association Primo Europe

20.000 personnes ont pétitionné pour rien. Et quelques centaines ont bravé le froid parisien ce soir sans aucun raison ! Depuis le 16 décembre, tout le monde avait en fait mal compris. Jamais l'université Paris VI n'a appelé au boycott des universités israéliennes. Nous devrons, en tant que Primo Europe, association des Amis de Metula News Agency, faire amende honorable, nous excuser auprès de la direction de cette prestigieuse université dont nous avons contribué à salir une réputation largement reconnue au dehors de nos frontières hexagonales.

Le site Internet de Paris VI l'affirme : Il n'a jamais été question de boycott. Bien au contraire, le conseil d'administration n'hésite pas à aller plus loin. "Considérant que les relations universitaires constituent un facteur d'échange qui permet de faire progresser les idées de compréhension mutuelle, il a repoussé toute idée de boycott ou de moratoire dans les relations entre l'Université Pierre et Marie Curie et les universités israéliennes. Il a donné mandat au président pour qu'il prenne contact avec les dirigeants des universités israéliennes et palestiniennes pour développer les coopérations inter-universitaires et oeuvrer dans le sens de la paix".

Quelle grandeur d'âme ! quelle justesse de propos ! Quelle esprit prospectif ! On ne peut qu'être confondu devant tant de maîtrise du langage. C'est ainsi que, sidérés, nous nous apercevons qu'à Paris VI, ils enseignent non seulement la médecine mais aussi le français, la syntaxe, le symbolisme et l'histoire.

Tout ceci est bel et bon mais ne peut nous interdire de nous poser deux ou trois petites questions naïves :

- Le Conseil d'administration d'une université, n'est pas semblable au conseil d'administration de l'A.V.L.P.L.G.B. (Association des Veuves Laïques des Pêcheurs à la Ligne de la Garenne-Bezons). Il doit donc exister, si les registres sont bien tenus (et il n'y a aucune raison d'en douter), quelques traces écrites de cette séance du 16 décembre. L'université Paris VI, jalousement attachée à sa réputation, ne manquera pas de les rendre publiques.

- De la même manière, c'est avec douleur que nous constatons le manque total de solidarité entre les membres de ce conseil. Monsieur Levy-Leblond, interrogé à plusieurs reprises depuis le 16 décembre 2002, a commenté cet appel au boycott en informant que c'était tout sauf du racisme et de la ségrégation. Monsieur Levy Leblond a donc argumenté sur une décision qui n'existait pas, ce dans le mépris le plus total de ses collègues. Nous sommes soucieux de son état mental et prions instamment les instances universitaires de décharger ce professeur de toute activité. Un temps de repos nous paraîtrait tout à fait salutaire, eu égard à l'excessif surcroît de travail qu'il a du affronter ces derniers mois.

- Cette précision donnée par l'Université Paris VI parait de manière fort opportune sur son site Internet en même temps qu'une manifestation se déroulait devant ses murs. Bravo pour la synchronisation ! Il suffit de surfer sur n'importe quel site universitaire pour s'apercevoir qu'ils sont en général peu, voire pas mis à jour. Cette réactivité étonne. Mieux, elle détonne et fait exception dans le paysage français. Nous ne pouvons qu'admirer cet esprit d'à propos.

Mais la réalité parait soudain plus effarante. Ne nous la cachons pas. Cette motion du 16 décembre était inique. A l'ignominie, Paris VI vient d'ajouter la lâcheté. Voyant la levée de boucliers que cette motion a suscité, les membres du CA se sont frileusement planqué derrière un mensonge éhonté. Ils ont voulu déstabilisé le mouvement de protestation en pensant que quelques uns réfléchiraient désormais à deux fois avant de manifester. Est-ce histoire de faire passer une pilule plus grosse à l'avenir ? La vigilance s'impose donc un peu plus.

Mais surtout, comme au pire temps du stalinisme, ils ont décrété que cette motion n'avait jamais existé. Ils se sont livrés à une pratique connue des historiens, la ré-écriture. Au reste, devraient ils se gêner ? Certains partisans du négationnisme ne sont ils pas encore titulaires de chaires d'Histoire dans notre beau pays ?

Mais on ne pourra jamais s'empêcher de penser que certains nient avoir voté cette motion pour protéger leur petite carrière et collecter paisiblement leurs points de retraite.

Bref ! Peu élégant, dépourvu de sens critique et de culture générale, manquant de courage, lâche, insultant sa propre tradition et ré-écrivant l'histoire sans aucun scrupule, le CA de Paris VI est à manier avec un minimum de précaution afin de ne pas se salir l'intelligence !

C'est égal ! Ne boudons pas notre plaisir. La mobilisation a eu aujourd'hui un effet bénéfique. Bravo à tous ceux qui ont acculé ces gens à si peu de considération envers leur propre personne.

Fermer la fenêtre