Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency
Un terroriste déclare que les ordres viennent d'Arafat

Matthieu Kalman, USA TODAY

TULKAREM, 14 mars 2002, Rive occidentale - un leader du plus grand groupe terroriste palestinien menant attentats-suicide et autres attaques contre Israël a dit qu'il suit les ordres de chef palestinien Yasser Arafat. "Notre groupe est une partie intégrante de Fatah," dit Maslama Thabet, 33 ans, un leader de la Brigade d' Al-Aqsa du Fatah, dirigé par Arafat, c'est le plus grand groupe de l'Autorité Palestinienne, le gouvernement des territoires palestiniens autonomes. Thabet a parlé depuis le camp de réfugiés de Tulkarem, où il s'est caché avec environ 300 de ses disciples lourdement armés bien que des centaines de soldats israéliens aient ratissé la ville. Pendant les deux passées semaines, Israël a lancé des opérations massives dans les villes palestiniennes et les camps de réfugiés dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza à la recherche de terroristes.
"La vérité est, que nous sommes le Fatah lui-même, mais nous ne fonctionnons pas sous le nom de Fatah," a-t-il dit dans une interview récente. "Nous sommes l'aile armée de l'organisation. Nous recevons nos instructions du Fatah. Notre commandant est Yasser Arafat lui-même."

Les porte-paroles d'Arafat donnent des réponses différentes, quand on lui demande les liens à Thabet et à la brigade. Nabil Abu Rudeineh, le porte-parole en chef d'Arafat, dit qu'il n'a jamais entendu parler de Thabet. "Le président n'a pas aucun rapport avec ces choses, il n'a rien pour dire sur cette question," dit Rudeineh.

Mais Mohammed Odwan, le porte-parole pour les médias étrangers d'Arafat, confirme que la brigade est "loyale envers le Président Arafat."

"Ils travaillent pour les intérêts des Palestiniens," dit Odwan. "Ils se battent parce qu'ils pensent cette sorte d'opérations - et je suis d'accord - pousseront en avant leur indépendance et leur rêve de liberté."

Les fonctionnaires de sécurité israéliens admettent qu'Arafat n'est pas impliqué dans la direction des opérations de groupes terroristes sur le terrain , mais ils disent que ses appels habituels à la guerre sainte contre l'occupation d'Israël ont été pris comme directive par les extrémistes.

Dans un discours télévisé samedi, comme les terroristes palestiniens aavaient lancé des attentats-suicide dans Netanya et Jérusalem, Arafat a pressé les Palestiniens "de se sacrifier comme des martyrs dans le jihad (la guerre sainte) pour la Palestine."

"Quand Arafat est debout devant une foule et appelle aux millions de martyrs à marcher sur Jérusalem et à la guerre sainte contre Israël, il donne une directive claire à ses disciples," dit le Colonel de Réserve Eran Lerman, l'ancien chef des recherches pour les Services secrets militaires israéliens et maintenant directeur à Jérusalem des Comités Juifs américains. "Marwan Barghouti (le secrétaire général du Fatah dans la Rive occidentale) et les leaders locaux au-dessous de lui prennent cette directive et la transforment en actions.... Arafat n'approuve pas personnellement les opérations individuelles, mais il fournit l'argent pour le terrorisme de Barghouti."

Barghouti, qui est souvent dans la liste des invités aux dîners avec Arafat dans la résidence du chef palestinien dans Ramallah, a confirmé la semaine dernière qu'un de ses lieutenants qui a été tué par les israéliens était membre de la Brigade d'Al-Aqsa.

La liaison entre la brigade et les signes d'Arafat marque un tournant dans le conflit Israélo-palestinien. Cela signifie que la direction palestinienne s'est ouvertement alliée avec le groupe terroriste. Les fonctionnaires palestiniens disent ouvertement que les opérations meurtrières, pas la diplomatie, sont la seule façon viable d'arriver à leur fin : un état palestinien indépendant.

(...)

L'apparition d'une jeune branche radicale dans la faction du Fatah d'Arafat n'est pas une surprise pour Mahmoud Muhareb, un professeur palestinien de sciences politiques à l'Université Al-Quds à Jérusalem. "Ils sont sous siège, sous blocus et presque au bord de famine," dit-il. "Quand vous déshumanisez la vie de gens, ils finissent par estimer que leur vie n'est pas digne. Il y a cinq ans, vous ne pouviez trouver un terroriste-suicide dans une ville entière. Aujourd'hui, c'est différent. Il y en a beaucoup, parce qu'ils estiment il n'y a aucune signification à leurs vies."

Les fonctionnaires de l'Autorité Palestinienne disent que la plupart des membres de la brigade reçoivent des salaires de l'Autorité Palestinienne d'Arafat. Par exemple, le chef de la brigade à Naplouse, Nasser Awes, est un officier salarié dans la Force de Sécurité nationale palestinienne, une de 14 polices armées et services de sécurité en rapport avec Arafat. Durant les deux semaines passées, la Brigade d'Al-Aqsa a revendiqué des attaques incluant :

La police israélienne dit qu'elle a contrecarré une série d'autres attaques projetées par le groupe dans les récentes semaines.

La brigade, inconnue jusqu'à il y a un an, est devenue la plus grande des groupes palestiniens armés fonctionnant dans la Rive occidentale, la Bande de Gaza et en Israël. À la différence de deux autres groupes militants palestiniens principaux, les Fondamentalistes Islamiques du Hamas et le Jihad Islamique, la brigade est laïque. Le groupe est issu du mouvement des jeunesses du Fatah connu comme le Tanzim. Selon les traités de paix d'Oslo de 1993 qui ont accepté que seulement les services de sécurité palestiniens puissent porter des armes, le Tanzim est une milice illégale d'environ 10,000 hommes armés dirigés par Barghouti.

Comme aile terroriste de la faction du Fatah d'Arafat, la brigade a l'appui de la plus grande faction politique et militaire de l'Autorité Palestinienne. Hussein A-Sheikh, un leader politique du Fatah dans la Rive occidentale, qui a semblé être insulté quand on lui a demandé si la brigade est sous le contrôle d'Arafat. "Bien sûr, qu'il a le contrôle," a-t-il dit séchement. "Que pensez-vous ? Que nous soyons juste un groupe de gansters ?"

L'armée israélienne dit que le Fatah, est alimenté par les activités mortelles de la brigade, qui a surpassé le Hamas dans les attentats ant- israéliens. Le Hamas a tué 100 Israéliens en 2001 et le Fatah en a tué 45, a dit l'armée, mais depuis le début de 2002, le Fatah a tué 57 Israéliens tandis que le Hamas en a tué 27. La brigade a aussi présenté une nouvelle pervesion mortelle à ses attaques : des terroristes-suicide féminins. Wafa Idris a tué un homme âgé et a blessé 50 personnes dans un attentat-suicide le 27 janvier à Jérusalem. Une femme s'est faite sauter à un point de contrôle de l'armée dans la Rive occidentale le 27 février, blessant deux soldats.

Thabet, qui commande la brigade dans Tulkarem, a atteint la notoriété il y a un an quand, avec son ami Raed Karmi, il a enlevé et a exécuté deux restaurateurs israéliens qui s'étaient arrêtés dans Tulkarem pour le déjeuner. Karmi, le fondateur de la brigade dans Tulkarem, est mort dans une explosion en janvier dans une action soupçonnée être israélienne. Des forces de sécurité palestiniennes ont arrêté Thabet l'année dernière. Il a été ensuite libéré, comme l'ont été des dizaines d'autres terroristes soupçonnés.

"Notre lutte est contre l'occupation israélienne," a dit Thabet. "Nous sommes préparés pour nous battre jusqu'au dernier combattant contre Sharon et sa machine de guerre. ... Israël doit payer un prix lourd pour les atrocités et les massacres qu'ils commettent sur une base quotidienne contre les Palestiniens."