Accueil   Les Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency
Barak pressé d'en finir avec l'incitation antisémite dans des médias controlés par l'Autorité palestinienne
Par Elli Wohlgelernter
-Jerusalem Post -traduction par desinfos.com


Texte original en anglais : Barak urged to seek end to antisemitic incitement in PA-controlled media

( Le 5 décembre) - le Centre de Simon Wiesenthal a invité le Premier ministre Ehud Barak à insister pour en finir "avec l'incitation antisémitie au vitriol" transmis par les médias officiels contrôlés par l'Autorité palestinienne

La lettre à Barak fait suite à un rapport de "the Palestinian Media Watch (PMW)" de citations du docteur Issam Sissalem, un conférencier à l'Université Islamique dans la Bande de Gaza, qui a dit dans une émission de l'Autorité palestinienne, la semaine dernière : "le mensonge a fait surface a propos des Juifs assassinés çà et là et l'Holocauste. Et, bien sûr, ils y a que mensonge et revendiquation sans fondement. Aucun Chelmno, aucun Dachau, aucun Auschwitz. C'étaient des sites de désinfection...

"Ils ont commencé à rendre public dans leur propagande qu'ils ont été persécutés, assassinés et exterminés... Les comités ont agi çà et là établir cette entité, cette entité étrangère, implantée comme un cancer dans notre pays, où nos pères ont vécu, où nous vivons et où nos enfants après nous vivront. Ils [les Juifs] se décrivient toujours comme des victimes et ils ont fait un centre pour l'héroïsme et l'Holocauste. Quel héroïsme ? Quel Holocauste ? Notre nation est les héros, l'Holocauste a été [commis] contre nos gens... Nous étions les victimes, mais nous ne resterons pas des victimes pour toujours."

Dans une lettre à Barak, Efraim Zuroff, le chef du bureau en Israël du Centre de Wiesenthal, a dit : "nous voyons avec anxiété l'utilisation du négationisme de l'Holocauste par les médias officiels contrôlés par l'Autorité palestinienne,.Est-il surprenant que la violence continue contre des Juifs quand l'Autorité palestinienne dénie l'Holocauste ? De telles émissions approfondissent seulement l'hostilité et la haine vers Israël et c'est donc absolument néfaste pour le retour à la table de négotiations, maisil faut insister pour que l'Autorité palestinienne arrête immédiatement l'utilisation de ce mensonge répugnant dans toutes les publications." L'interview avec Sissalem a été conduite par le docteur Jareer Kidwah, le conseiller d'éducation d'Arafat.

"La chose significative est ici que les deux historiens en question sont cités dans les médias palestiniens comme porte-parole semi-officiel de l'héritage palestinien, de l'idéologie palestinienne," a dit Itamar Marcus, le directeur "the Palestinian Media Watch (PMW)". "Ils sont aussi présentés comme des experts du Judaïsme et des affaires Juives."

Avner Shalev, le président de Yad Vashem la Direction, a dit : "nous condamnons n'importe quelle utilisation politique de l'Holocauste. Les déclarations faites dans les médias palestiniens servent seulement à l'utilisation émoussée et brute de souvenir de l'Holocauste dans un conflit politique."

La Ligue d'Anti-diffamation a dit que "en permettant la négation de l'Holocauste à la TV palestinienne, l'Autorité palestinienne se fait le complice des croyances antisémites haïssables comme quoi ldes Juifs sont des exploiteurs etque les Juifs contrôlent le monde universitaire ou les médias. Ces idées, en fait, sont semblables aux théories qui ont amenées Hitler au pouvoir dans l'Allemagne d'avant-guerre.

"L'Autorité palestinienne, qui contrôle tout le contenu der sa station de Tv, est en effet un collaborateur actif menteur des négationnistes de l'Holocauste. Le fait que ce soient des prétendus universitaires qui sont suppots de ces idées fanatiques doit être vigoureusement désavoué par les enseignants et les institutions universitaires à travers tout le globe."

Zuroff a dit que tandis qu'il y a déjà eu des précedents aux références par les porte-parole palestiniens de la négation de l'Holocauste - touchant d'habitude les profits des Juifs et-ou des Israéliens faisaient à la suite des événements - "c'est la la négation le plus explicite de l'Holocauste par une personnalité publique en vue palestinienne ."

Dans les précedents de la négation de l'Holocauste par des leaders palestiniens, il y a le commandant en second Mahmoud Abbas (Abu Mazen), qui a écrit dans son livre, l'Autre Côté" : le Rapport Secret Entre le Nazisme et le Mouvement Sioniste, comme quoi les Nazis auraient pu tuer moins d'un million de Juifs et que "le mouvement de Sioniste était un associé dans le massacre des Juifs."

"Bien qu'Abu Mazen ait publié son livre qui nie l'Holocauste, longtemps avant le processus d'Oslo, son comportement antérieur a semblé clairement indiquer qu'il n'est pas loin de souscrire à ces idées antisémites," a dit Zuroff.