Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

 

Enquête et Analyse

Le 13 février 2002

Wafa Idris : commémoration de la première femme palestinienne à avoir perpétré un attentat suicide

2ème partie

Les femmes qui commettent des attentats-suicides sont de vraies féministes

Dans un éditorial intitulé " C’est une femme ! ", l’hebdomadaire islamiste Al-Shaab publie : " C’est une femme ! Une femme, ô vous hommes de la nation [islamique] ; une femme, ô vous jeunes de la nation ; une femme, ô vous femmes de la nation, une femme, ô vous qui réclamez la libération des femmes de la nation ; une femme, ô soldats de la nation ; une femme, ô vous les décisionnaires, les princes et les dirigeants de cette nation ; c’est une femme, une femme, une femme. "

?" C’est une femme qui vous donne aujourd’hui une leçon d’héroïsme, qui vous enseigne ce que signifie ‘djihad’, et comment mourir en martyr. C’est une femme qui a gravé, en lettres de feu, le combat par le martyre, horrifiant l’entité ennemie. C’est une femme qui a choqué l’ennemi, de son corps mince, frêle et faible… C’est une femme qui s’est fait sauter, faisant sauter par là même tous les mythes sur la faiblesse de la femme, sa soumission et son esclavage. "

?" C’est une femme qui vous apprend aujourd’hui, ô musulmanes, ce que c’est que la vraie libération, avec laquelle les activistes des droits de la femme vous ont tentées… C’est une femme qui a démontré que la libération [de la femme], c’est la libération du corps, enfin affranchi des épreuves et des tribulations de ce monde… et l’acceptation de la mort, étreinte avec force et courage… "

?" C’est une femme, une femme qui est devenue source de fierté pour les femmes de cette nation et source d’honneur, faisant honte aux hommes soumis, une honte qui ne peut être lavée que par le sang… C’est une femme au printemps de sa vie qui a juré au nom de son dieu, avec chaque goutte de son sang, chaque membre de son corps et toutes ses cellules transformées en charbons brûlant le cœur de l’ennemi du feu de la peur, de la perte et de la douleur… " (1)

?Dans Al-Dustour, quotidien jordanien, Hussein Al-Ammoush fait le commentaire suivant :  " …Il n’est pas nécessaire de donner des exemples illustrant le statut de la femme arabe et musulmane. La femme arabe a trouvé sa place et sa dignité. Ce sont les activistes des droits de la femme en Occident qui ont privé les femmes de leurs droits d’êtres humains, en faisant des corps sans âmes… Wafa Idris, comme toutes les autres jeunes femmes de sa génération, ne rêvait pas de posséder une BMW ou un téléphone portable… Wafa ne transportait pas de maquillage dans sa valise, mais assez d’explosifs pour remplir l’ennemi d’horreur… "

?" N’est-ce pas l’Occident qui demande sans cesse que la femme orientale devienne égale à l’homme ? Eh bien, c’est comme ça que nous voyons l’égalité - c’est comme ça que la martyre Wafa voyait l’égalité… Ô Wafa Idris, que la miséricorde soit sur toi et la honte sur nous. " (2)

?M. Ahmed Al-Magdoub, Docteur en sociologie, écrit dans Afaq Arabiya, journal égyptien porte-parole des Frères musulmans : " L’Occident a déjà compris que tout l’argent qu’il consacre à perturber la femme musulmane en cherchant à lui faire croire que son corps et ses besoins sont ce qu’il y a de plus important… est perdu pour rien. Les femmes recrutées par l’Occident… ne sont pas en mesure d’influencer les femmes de quelque pays arabe que ce soit… Tous leurs propos sur la libération de la femme, l’égalité avec les hommes, leur droit d’être des prostituées, de dévoiler et révéler leurs charmes, et toutes les autres revendications du même genre faites aux symposiums financés par l’Amérique et l’Occident ne trouveront aucune auditrice, mis à part un petit tas de femmes superficielles et sans importance qui n’ont plus aucun espoir… "

?Il est vrai que toutes ces femmes [superficielles] ont servi l’Occident en donnant à leurs pays [arabes] des jeunes drogués hommes et femmes… qui ont des relations perverses [c.-à-d. homosexuelles], qui commettent des viols, des vols et des meurtres… Mais ils demeurent une minorité, même s’ils font beaucoup de bruit. La majorité des jeunes musulmans est encore en bonne forme. Il est vrai qu’ils gardent le silence, mais nous avons vu comment s’est terminé le silence de Wafa Idris. " (3)

?Le Dr Samyia Saad Al-Din écrit dans le quotidien gouvernemental Al-Akhbar : " Je me suis arrêtée sur la fin de cette Palestinienne dont le martyre a gravé l’horreur sur le visage de l’ennemi sioniste… Tout a commencé par des rêves de petite fille serrant sa poupée contre elle et lui murmurant à l’oreille ses rêves d’enfant ; puis est venue l’adolescence, et avec, le beau rêve de pouvoir voler dans le ciel de l’espoir. Mais soudain le sentier s’est détourné, et son rêve aussi. Elle s’est mise à rêver de la patrie… "

?" Les Palestiniennes ont déchiré de leurs actes de naissance la case du sexe, déclarant que le sacrifice pour la patrie ne serait pas le domaine réservé des hommes. Au contraire : toutes les femmes palestiniennes écriront l’histoire de la libération avec leur sang, et deviendront des bombes à retardement face à l’ennemi sioniste. Elles ne se contenteront pas d’être des mères de martyrs… " (4)

?Ahmed Taha Al-Naqr, journaliste au quotidien égyptien Al-Akhbar (subventionné par le gouvernement), a nommé la semaine de l’attentat perpétré par Idris " semaine de la femme dans le conflit israélo-arabe ". Selon Al-Naqr, alors que le ministre suédois des Affaires étrangères, Anna Lind, critiquait l’attitude de l’administration américaine envers Yasser Arafat, Idris perpétrait son attentat à Jérusalem : "…Il est curieux que tout le monde sache la vérité sur la position américaine et que personne n’ose les mettre en garde [les Américains]… mis à part Anna Lind, ministre suédois des Affaires étrangères, qui a pris la parole alors que les hommes se taisaient…, explosant en exprimant son inquiétude face à l’attitude américaine visant à assimiler Yasser Arafat à un terroriste... Une femme courageuse a tenu ces propos tandis que les hommes avaient peur d’en faire autant. Oui, c’est une femme [Anna Lind] qui a parlé et c’est une autre femme [Idris] qui a agi ! " (5)

De Jeanne d’Arc à Jésus Christ

Tandis que Zakariya Nil, chroniqueur à Al-Ahram, a surnommé Idris " la Jeanne d’Arc palestinienne " (6), Abd El-Halim Qandil, directeur remplaçant de l’hebdomadaire Al-Arabi, de tendance nassérienne, a fait clairement comprendre qu’elle était encore beaucoup plus que cela : " Une nation qui porte en elle [une femme comme] Wafa Idris ne sera jamais vaincue, ni humiliée… Wafa Idris est belle sur les photos d’archives, mais elle est devenue la plus belle femme de ce monde et du monde à venir le jour où elle est montée au Ciel. Qu’y a-t-il de plus beau que quelqu’un qui choisit son destin ? Qu’y a-t-il de plus beau que quelqu’un qui fait du jour de sa mort celui de son retour à la vie ? Qui a-t-il de plus beau que cette mort qui insuffle la vie ? Qui a-t-il de plus beau que la transformation de la chair et du sang en pureté resplendissante et en esprit qui transcende les générations ? Que tu étais belle, ô Wafa Idris, le jour où tu es retournée à la vie, par ta mort noble et délibérée au sein de Jérusalem. Que tu étais belle, ô Wafa Idris, le jour de ton martyre. Que tu étais belle quand tu nous as libérés de nos péchés. Que tu étais belle quand tu as élevé cette nation humiliée jusqu’aux cieux. "  (7)

?Le Dr Adel Sadeq, directeur du département de psychiatrie à l’université Ein Shams du Caire, a ouvertement comparé Wafa Idris à Jésus Christ : " Peut-être êtes-vous nés dans la même ville ; peut-être même dans le même quartier et dans la même maison. Peut-être avez vous mangé à la même paume et bu la même eau pure coulant dans les veines de la ville sainte… Si c’est le Saint Esprit qui a placé un enfant dans le sein de Mary, c’est peut-être le même Saint Esprit qui a placé cette bombe dans le cœur de Wafa, enveloppant son corps pur de dynamite. Du sein de Marie est né un enfant qui a mis fin à l’oppression, tandis que le corps de Wafa s’est transformé en éclats d’obus qui ont éliminé le désespoir et fait poindre l’espoir. Il n’y a rien de surprenant à ce que dans les deux cas, l’ennemi ait été le même [c.-à-d. les Juifs]… " (8)

 

  1. Al-Shaab (Egypte), le 1er février 2002
  2. Al-Dustour (Jordanie), le 5 février 2002
  3. Afaq Arabiya (Egypte), le 7 février 2002, tel qu’il est cité dans Al-Qods al-Arabi (Londres), n° du 8 février 2002
  4. Al-Akhbar (Egypte), le 1er février 2002
  5. Al-Akhbar (Egypte), le 1er février 2002
  6. Al-Akhbar (Egypte), le 2 février 2002
  7. Al-Arabi (Egypte), le 3 février 2002, tel qu’il est cité dans Al-Qods al-Arabi (Londres), n° du 4 février 2002
  8. Hadith Al-Medina (Egypte), le 5 février 2002, tel qu’il est cité dans Al-Qods al-Arabi (Londres), n° du 6 février 2002

 

L'Institut de Recherche Médiatique du Proche Orient (MEMRI) est un organisme indépendant à but non lucratif mettant à disposition des traductions de la presse du Proche Orient ainsi qu'une analyse originale des faits et le résultat de ses recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Institut de Recherche Médiatique du Proche Orient

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org

 
Retour vers la liste de MEMRI en français ->