Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

Dépêche spéciale Arabie Saoudite / Antisémitisme arabe

28 décembre 2001

Un quotidien d'Arabie Saoudite :

Les Juifs contrôlent le monde 

Le quotidien Al-Watan, subventionné par le gouvernement d'Arabie Saoudite, a publié un article en deux parties sur le thème : « Le sentiment de supériorité des Juifs dans le monde ». Cet article, écrit par Abdallah Aal Malhi, est présenté comme une étude du « Centre américano-européen d'études internationales pour la sécurité ». (1)

La première partie, intitulée « Israël, parrain du terrorisme, récompense les terroristes en les nommant aux postes clé de l'Etat juif » (2), s'en prend à Israël et ses dirigeants, les accusant de racisme. La deuxième partie est intitulée : « Les organisations juives mettent à exécution leur stratégique « plan infernal » pour prendre les commandes du monde. » (3) Voici quelques extraits de l'article :

 


            A la fin du siècle dernier, les organisations juives ont achevé de mettre sur pied un plan infernal devant leur permettre de prendre les commandes du monde au moyen de révolutions et du contrôle des postes clé des gouvernements de divers pays, notamment des Etats-Unis et de la Russie.

            Au début du 20ème siècle, le but des Russes, des Juifs et des organisations mondialistes de ces derniers, était de renverser l'impérialisme russe, qu'ils trouvaient antisémite. Dans ce but, les organisations juives du monde entier ont cherché à créer un système socialiste juif. La plupart des dirigeants de ce système étaient juifs ; ils finançaient la Révolution russe qui, pour parler franchement, était plus juive que russe. Son principal parrain était le fameux capitaliste Jacob Schiff, de New York.

            Prenons ce premier gouvernement russe : c'est un exemple effrayant d'hégémonie juive. Les Archives nationales des Etats-Unis en attestent [sic]. Selon ces sources, sur les 384 membres du premier parlement socialiste, 13 étaient russes. Le nombre de Juifs dépassait les 300. Le correspondant du London Times en Russie a décrit ce gouvernement comme « une conquête juive de la Russie ». David Francis, alors ambassadeur des Etats-Unis en Russie, l'a qualifié de la même façon, ainsi que les officiers américains du Renseignement en Russie. Winston Churchill lui-même a qualifié la Révolution russe d'occupation par les Juifs bolcheviques, « qui contrôlaient le capital et sont devenus les dirigeants d'un grand empire russe ». Ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres...

            Le sentiment de supériorité des Juifs se caractérise par l'hypocrisie et le zèle... Les Juifs ne peuvent pas user de leur influence et de leur autorité pour une raison toute simple : ils sont minoritaires dans toutes les sociétés. Pour affaiblir l'identité nationale [des non-Juifs], ils ont donc recours à des manigances, prennent le contrôle des affaires dans le but de servir leurs propres intérêts. C'est un fait évident dans tous les pays où ils représentent une importante communauté, aussi bien dans les sociétés arabes que dans la société américaine. Dans les sociétés américano-européenne, afro-américaine, et même chez les musulmans appartenant au monde arabe, les Juifs contrôlent les médias, la politique et l'économie, cherchent à affaiblir les groupes non-juifs et à les démanteler afin de réaliser leurs propres buts. Comment font-ils ?

            Ils se basent sur le principe de « diviser pour mieux régner ». Les zélotes juifs craignent et combattent toute coalition raciale non juive. Dans les pays occidentaux, les Juifs s'en prennent à toute organisation qui cherche à sauvegarder la tradition et les intérêts européens. Dans les pays non-européens, les Juifs cherchent constamment à fracturer et affaiblir les coalitions et l'hégémonie des principaux groupes raciaux.

            En Amérique, ils n'ont pas uniquement cherché à affaiblir l'hégémonie et la coalition des Américains européens ; ils s'en sont aussi pris aux autres coalitions, tel le mouvement nationaliste noir, la Nation de l'islam et d'autres mouvements encore. Tout ce que ces organisations afro-américaines voulaient, c'était sauvegarder leurs coutumes dans cette société pluri-culturelle - mais les Juifs, avec leur fameux sentiment de supériorité, tenaient à ce que nul, hormis eux, ne préserve ses coutumes et ses intérêts communautaires. C'est pourquoi ils font tout pour culpabiliser les autres sociétés ; ils les culpabilisent même de se sentir fiers de leur culture. Ils présentent les intérêts et la fierté culturelle des organisations non-juives comme des tendances racistes.

            Les Juifs font aussi ce qu'il faut pour affaiblir  - les autres coalitions en utilisant pour les décrire un terme rendu célèbre par les médias juifs : « antisémitisme ». Ce terme leur sert à deux choses : d'abord, il consolide les liens entre Juifs du monde entier, leur permettant ainsi de soutenir l'Etat d'Israël. Puis, comme cette expression incite tout non-Juif à la haine des Juifs, elle les empêche de s'assimiler aux autres peuples.

            Prenons l'exemple de l'hypocrisie et du zèle des Juifs dans le domaine des mariages entre Juifs et autres races. A un moment donné de sa campagne présidentielle, le président George W. Bush a été vivement critiqué par les médias pour avoir donné une conférence à l'université Bob Jones, opposée aux mariages mixtes. Pourtant, le fait est que toutes les synagogues en Amérique luttent contre les mariages mixtes. Il est curieux que les médias n'aient jamais mentionné ce fait bien connu, ni relevé sa duplicité - car l'Amérique est pourtant censée jouir de la liberté d'expression.

            Quand on sait que les médias américains sont contrôlés par les Juifs, on cesse d'être surpris. Mentionner ce fait évident [la lutte contre les mariages mixtes] ne servirait pas les intérêts des Juifs et porterait atteinte à leurs relations avec le peuple américain. C'est pourquoi ce fait demeure caché, tout comme les crimes quotidiens des Juifs envers les Palestiniens.

            D'autre part, on trouve aujourd'hui un certain nombre de livres et de films, le plus souvent écrits et réalisés par des Juifs zélés, qui condamnent tout mouvement racial non-juif. En contrepartie, seul un nombre restreint de livres a osé évoquer le racisme juif. Vu que les grosses maisons d'édition sont tenues par des Juifs, très peu de ces livres ont été publiés, et leur distribution a été très limitée... Pour être crédibles, ces zélotes juifs auraient dû composer des ouvrages sur le racisme juif, qu'ils connaissent si bien.

            Après avoir débattu des plans mondialistes juifs et de la fameuse politique juive consistant à « diviser pour mieux régner », concluons cette brève étude du racisme et du sentiment de supériorité des Juifs par quelques mots sur une autre tactique juive, non moins importante que celles évoquées plus haut : la politique qui consiste à faire taire ceux qui contredisent ou critiquent les Juifs et leur racisme.

            L'arrogance et la tyrannie des Juifs (traits de caractère qu'ils ont réussi à cacher aux occidentaux), ont atteint de telles proportions que quiconque évoque leur existence, ou celle d'une hégémonie et d'un racisme juifs, sait qu'il devra payer le prix fort. En Amérique, quiconque ose évoquer le problème en public a son nom entaché par les médias ; il doit déclarer faillite s'il travaille dans le commerce. S'il est fonctionnaire, il perd son emploi. A chaque fois que quelqu'un se permet de citer un fait qui ne plait pas aux Juifs ou est contraire à leurs intérêts, les Juifs le font taire, utilisant toute une gamme de moyens qui vont de la [simple] menace à l'atteinte physique, en plus du fait qu'ils touchent à sa fortune et l'envoient combler les rangs des chômeurs - s'il est fonctionnaire ou homme d'affaires. S'il est politicien, il est tout simplement fini, mis de coté : les médias juifs se chargent de lui, ainsi que le lobby juif et tout le personnel de défense juif, lequel accuse systématiquement ses adversaires de manquer de tolérance envers les autres ethnies et confessions.

            Si au moins ça se terminait par des accusations contre leurs critiques [aux Juifs]. Mais non : les zélotes juifs, usant de leur grande influence financière, médiatique et politique, peuvent emprisonner leurs adversaires ! Ils ont déjà réussi à emprisonner plusieurs personnes ayant émis des critiques à leur égard dans les pays européens - peut-être parce qu'ils sont pour l'instant dans l'incapacité d'assassiner ceux qui se permettent de les critiquer ou de dévoiler leur racisme dans les pays occidentaux. Par contre, ils ont la possibilité de les faire taire d'une autre façon :  celui qui souhaite rapporter les dires des leaders juifs racistes se retrouve en prison, de par la forte influence qu'ils exercent. Les Juifs ne renoncent à aucune accusation qu'ils peuvent inventer, pour que celui qui a osé dire la vérité passe une partie de sa vie derrière les barreaux. Telle est la situation.

            Des centaines de personnes qui sont sorties des limites tracées pour elles par les Juifs, qui ont osé s'aventurer au-delà de la ligne rouge, se sont retrouvées derrière les barreaux. Cette ligne rouge consiste tout bonnement à dire la vérité - vérité qui n'intéresse pas les Juifs. [Dans les prisons], on peut trouver des centaines de personnes qui ont évoqué l'holocauste, dévoilant la vérité sur la propagande juive mensongère.

            Le lecteur sera sans doute amené à s'interroger sur l'étendue du pouvoir juif... Afin de prouver la véracité de nos affirmations, nous ne dirons rien du contrôle exercé par les Juifs sur les médias des pays occidentaux, notamment aux Etats-Unis - mais nous nous contenterons de fournir un exemple d'infiltration juive et de contrôle des postes clé de l'Administration américaine, exemple qui a causé la stupéfaction à l'époque de l'Administration Clinton... : la Secrétaire d'Etat Madeleine Albright, le chef du FBI Georges Tenet, le Secrétaire de la Défense William Cohen, la conseillère aux affaires de sécurité nationale Sandy Berger - tous étaient juifs. Par l'infiltration des différentes administrations américaines, et au moyen du contrôle des médias et des ressources financières, les Juifs imposent leurs plans aux autres. Leur sentiment de supériorité, dont le but est l'emploi des peuples et de leurs ressources au profit des intérêts juifs et de leur Etat raciste, Israël, est toujours aussi présent. ~


 

 

(1)    Ni ce centre ni cette étude ne figurent sur Internet. 

(2)    Al-Watan (Arabie Saoudite), le 8 décembre 2001

(3)    Al-Watan (Arabie Saoudite), le 9 décembre 2001

                       

L'Institut de Recherche Médiatique du Proche-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Proche-Orient, une analyse originale des faits, ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Institut de Recherche Médiatique du Proche-Orient

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

 

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org

 

Retour vers la liste de MEMRI en français ->