Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

 

Dépêche Spécial — Arabie Saoudite / Antisémitisme arabe

Le 13 mars 2001

Un quotidien du gouvernement saoudien : Les Juifs utilisent le sang des adolescents pour faire des pâtisseries de Pourim.

Dans le quotidien Al-Riyad, financé par le gouvernement saoudien, le Dr Oumayma Ahmed Al-Jalahma, de l’université du roi Fayçal à Al-Damman, écrit un article intitulé : " La fête juive de Pourim ". En voici quelques extraits :

Il est un ingrédient spécial utilisé lors des fêtes juives : le sang humain provenant de jeunes gens non-juifs. J’ai choisi de parler de la fête de Pourim parce qu’elle a lieu au mois de mars. Cette fête comprend quelques dangereuses coutumes qui vont sans aucun doute vous horrifier, et je prie mes lecteurs de m’excuser pour le mal que cette lecture pourrait leur faire.

?Au cours de cette fête, le Juif doit préparer certaines pâtisseries très particulières, fourrées d’un ingrédient qui non seulement est rare et onéreux, mais qui ne peut être trouvé sur le marché. Malheureusement, il n’est pas permis d’y renoncer ou de lui trouver un substitut : lors de cette fête, le peuple juif doit se procurer du sang humain pour que ses prêtres puissent confectionner ces pâtisseries. En d’autres termes, il est impossible d’accomplir correctement cette pratique sans verser le sang humain !

?Mais avant de rentrer dans les détails, je voudrais souligner que le fait est parfaitement établi, au point de vue historique et légal, que les Juifs ont toujours versé le sang pour préparer les pâtisseries de leurs célébrations religieuses. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles ils ont été persécutés et exilés de l’Europe et de l’Asie à plusieurs reprises.

?Le fête [Pourim] commence par un jeûne, le 13 mars, pour imiter la Juive Esther qui a fait le vœu de jeûner, et continue le 14 mars. Au cours de cette fête, les Juifs portent des masques de carnaval et des déguisements, et s’adonnent à la beuverie, la prostitution et l’adultère. Cette fête est connue par les musulmans sous le nom de " fête des masques ".

Procédés utilisés par les Juifs pour soustraire le sang de leurs jeunes victimes

" Je discuterai de l’identité d’Esther et de la raison pour laquelle les Juifs la sanctifient et l’imitent dans mon article de mardi prochain, à la grâce d’Allah. Aujourd’hui, je voudrais vous raconter comment le sang humain est versé pour être introduit dans les pâtisseries. Le sang est versé d’une manière toute particulière. Laquelle ?

?Il faut que la victime soit un adolescent mûr, un non-Juif bien sûr, c’est-à-dire un chrétien ou un musulman. On lui retire son sang, que l’on déshydrate pour en faire des granules. Le prêtre mélange ces granules à la pâte ; il peut aussi les mettre de côté pour la fête suivante. Pour l’abattage de Pâques, par contre, sur lequel je compte écrire un de ces jours, on doit utiliser le sang d’enfants chrétiens et musulmans de moins de 10 ans et le mélanger [à la pâte] avant ou après déshydratation.

Les agissements des vampires juifs leur procurent du plaisir

Voyons maintenant quel procédé est utilisé pour soustraire le sang des victimes : on utilise un tonneau troué d’aiguilles, un tonneau de la taille d’un homme, dont les aiguilles, rentrées de tous côtés, sont extrêmement pointues. Une fois la victime placée dans le tonneau, elle a le corps percé par les aiguilles. Son sang s’écoule très lentement, tandis que celle-ci traverse les pires souffrances. Ces souffrances sont source de grande réjouissance pour les vampires juifs, qui contrôlent soigneusement chaque détail de l’opération avec un plaisir et un amour qu’il est difficile de comprendre.?

A l’issue de cet étalage de barbarie, les Juifs recueillent le sang versé dans une bouteille placée en dessous [du tonneau troué d’aiguilles], et le prêtre juif rend ses coreligionnaires parfaitement heureux en leur servant ces pâtisseries faites de sang humain.

?Il existe une autre façon de verser le sang : la victime peut être abattue comme un mouton, et son sang recueilli dans un récipient. Alternativement, les veines de la victime peuvent être coupées en divers endroits pour permettre au sang de s’échapper de son corps.

?Ce sang est recueilli avec grand soin — comme je l’ai déjà dit — par le " rabbin " ou prêtre juif, le chef spécialisé dans la préparation de ces pâtisseries. L’espèce humaine refuse de jeter ne serait-ce qu’un regard à ces pâtisseries juives, sans même parler de les préparer ou de les consommer ! (2) ~

 

 

  1. Dans la deuxième partie de l’article (du 12 mars), l’auteur raconte l’histoire du Livre d’Esther et conclut : " Depuis ce temps, l’Ancien Testament, le livre juif sacré, demande aux Juifs de fêter cette histoire dans la joie. Cette joie ne peut être complète qu’avec la consommation de pâtisseries contenant du sang humain. "
  2. Al-Riyad (Arabie Saoudite), le 10 mars 2002.

?

 

L'Institut de Recherche Médiatique du Proche-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Proche-Orient, une analyse originale des faits, ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Institut de Recherche Médiatique du Proche-Orient

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org

 
Retour vers la liste de MEMRI en français ->