Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

   

Dépêche Spéciale — Arabie Saoudite

Le 5 avril 2002

L’assistant de Yasser Arafat : les Juifs ont crucifié Jésus

Bien que le directeur d’Al-Sharq al-Awsat, M. Abd El-Rahman Al-Rashid, soit considéré comme modéré par les médias arabes, son journal a dernièrement publié des articles attaquant les Juifs. En voici quelques extraits :

Jésus crucifié

Dans un article d’Al-Sharq al-Awsat, hebdomadaire saoudien diffusé à Londres, l’assistant de Yasser Arafat, M. Bassam Abou Sharif, a incriminé les Juifs d’avoir " cloué Jésus à la croix ". Accusant les Juifs d’avoir ouvert le feu sur la statue de la Vierge Marie à Bethlehem, Abou Sharif écrit :

?" C’était, bien sûr, une tentative ratée pour tuer la paix, l’amour et la tolérance, comme celle de leurs ancêtres qui ont essayé de tuer le message prophétique en enfonçant leurs clous et leurs pieux métalliques dans le corps de Jésus et la croix de bois… " (1)

Propagande nazie antisémite

Récemment, Abdallah Bajbir, chroniqueur d’Al-Sharq al-Awsat, a écrit un article intitulé " Prophétie d’un philosophe ". L’article reprend certains extraits d’un livre de propagande nazie bien connu : (2)

?" Si vous avez un billet de cent dollars, regardez qui figure dessus. C’est le visage de l’intellectuel américain Benjamin Franklin. Il y a deux cent quinze ans, cet homme a averti les Américains, au cours de la Convention constitutionnelle de 1778 [sic], [du danger] représenté par les Juifs. De tout ce que j’ai pu lire sur les Juifs jusqu’à ce jour, je n’ai pas trouvé d’opinion plus juste et pertinente que celle de Franklin, opinion conforme à celle du général Washington, qui par la suite est devenu président.

?Franklin a dit : ‘Je suis parfaitement d’accord avec le général Washington sur le fait que nous devons préserver ce jeune pays de l’influence des Juifs. Dans tous les pays où les Juifs se sont installés, ils ont affaibli la moralité, atteint la force commerciale, se sont isolés, ont rejeté toutes les tentatives faites pour les intégrer et se sont moqués des valeurs de notre religion chrétienne, sur lesquelles se fonde cette nation. Ils ont essayé d’étrangler économiquement le pays en contestant ses frontières et en créant un Etat dans l’Etat. Ils ont essayé d’étrangler économiquement tout pays qui tentait de leur résister, comme l’Espagne ou le Portugal. Si vous ne les expulsez pas aujourd’hui, ils viendront en grand nombre, tels des sauterelles, et s’empareront de notre pays - ou le consumeront entièrement en changeant le système de gouvernement pour lequel nous, Américains, avons sacrifié notre sang et nos vies.’

?Dans cette déclaration historique, Franklin a ajouté : ‘Je vous préviens, messieurs : si vous ne les expulsez pas, vos fils vous maudiront dans vos tombes. Même s’ils vivent parmi nous pendant dix générations, ils ne changeront pas ; ainsi qu’il est dit : le léopard ne peut pas changer [ses taches] ; ils mettront ce pays en danger si nous les laissons entrer. Ils devraient être expulsés par cette convention constitutionnelle.’ (3)

?Ce que ce grand homme a dit, et dont l’Amérique n’a pas voulu tenir compte, est devenu réalité, tout jusqu’au moindre détail, et a été une fois de plus actualisé en Palestine. Les gangs juifs se sont emparés de la terre sainte. La Palestine n’est que le début. Les sauterelles juives vont se répandre d’un bout à l’autre du monde arabe. Je ne suis pas, Dieu m’en préserve, en train de prophétiser, mais la réalité vaut mieux que tous les discours… " (4)

?Cette condamnation nazie des Juifs, inventée et attribuée à Benjamin Franklin, est fréquemment reprise, dans des formulations variées, par des chroniqueurs arabes. (5) Un autre exemple récent en est la lettre ouverte du chroniqueur Faraj Bouliska adressée à George W. Bush et parue dans Al-Sharq al-Awsat :

?" Monsieur le Président… Vous devez agir ouvertement avec votre peuple, qui ignore la vérité sur ce qui se passe dans le monde, à cause des piliers de la finance, de l’industrie et des médias : cherchez Shylock !…

?Monsieur le Président, il y a deux cent cinq ans, avant même que le soi-disant ‘monstre de l’antisémitisme’ n’apparaisse, Benjamin Franklin, le Voltaire américain, a évoqué [le danger représenté par les Juifs]… " A ce stade, l’auteur cite longuement les propos inventés et attribués à B. Franklin. (6) ~

 

 

  1. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 20 mars 2002
  2. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 25 mars 2002
  3. Ces affirmations ont soi-disant été faites par Benjamin Franklin au cours d’une pause à la Convention, puis rapportées par Charles Cotes Worth Pinceau, député de la Caroline du Sud, dans son journal. Ces déclarations figurent dans Manuel sur la question juive, livre de propagande antisémite publié en 1935 par l’Allemagne nazie.
  4. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 12 mars 2002
  5. Voir www.memri.org pour les précédentes références : Dépêche Spéciale n° 339 : " L’hebdomadaire du gouvernement égyptien reproduit les faux de la propagande nazie ".
  6. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 20 février 2001. Bien que les personnes qui font usage de ces propos inventés, attribués à B. Franklin, affirment fréquemment que le journal de M. Pinckney se trouve à l’Institut Franklin, le responsable de la bibliothèque de l’Institut a affirmé, le 30 janvier 2002 dans un entretien téléphonique, que l’Institut Franklin ne détient aucun document de cette espèce.

 

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits, ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org