Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

 

Dépêche Spéciale Egypte

Le 31 mai 2002 N° 385

Un hebdomadaire égyptien :
Condoleezza Rice a causé du tort au monde noir ;
Elle est tout juste bonne à travailler dans une boîte de nuit
et à faire son lit au cœur de la jungle .


Dans un article intitulé Le serpent américain , Kamal Saad, chroniqueur de lhebdomadaire égyptien Al-Usbu, affilié à lopposition, attaque Condoleezza Rice, conseillère pour les affaires de sécurité nationale aux Etats-Unis. Il écrit :



En quelques jours [seulement], Condoleezza Rice, la femme noire, est devenue la plus célèbre femme du monde, grâce à sa nomination par le président George Bush au poste de première conseillère. Elle nhésite pas à traiter le président palestinien Yasser Arafat de dirigeant terroriste. De même, elle a manifesté une grande haine à lencontre du monde islamique en accordant tout son soutien à lentité sioniste terroriste. Elle a même qualifié le terroriste sanguinaire Ariel Sharon dhomme de paix doté dune grande expérience de la guerre.
Cette femme a causé du tort au monde noir, doù sont issus nombre dindividus distingués, comme Martin Luther King, révolutionnaire qui a combattu la discrimination raciale, ou le dirigeant africain Nelson Mandela, qui a passé une bonne partie de sa vie en prison pour avoir voulu rendre indépendante lAfrique du Sud, ou encore Mohamed Ali Clay ainsi que dautres combattants et hommes dhonneur.
Certains lont qualifiée de femme insolente, la comparant à un dangereux anaconda qui attaque tous ceux quil croise. Elle est faite pour travailler dans une boîte de nuit ou se coucher au cœur de la jungle et de la forêt du Brésil, en bonne prédatrice quelle est !
Cest un fait bien connu que derrière chaque président américain se trouve une femme pour lélever au cœur du firmament ou le propulser au fond de labîme. Le président américain Ronald Reagan ne prenait pas de décision sans consulter au préalable une diseuse de bonne aventure du nom de Joan Quigley que lui avait présentée sa femme Nancy. Cette relation a fait scandale quand la presse américaine sest mise à la considérer comme responsable du retard mental dont souffrait Reagan. Le plus étrange est que cette diseuse de bonne aventure a prédit que Reagan jouirait dune bonne santé et de la [vigueur de la] jeunesse à la fin de sa vie, alors quil se retrouve malheureusement cloué au lit depuis quil est atteint de la maladie dElsheimer, laquelle a fait de lui un petit enfant !
Le président américain Bill Clinton, affublé du plus célèbre scandale en matière de femmes, était amoureux de Madeleine Albright, Juive puérile alors Secrétaire dEtat. Il ne prenait aucune décision sans laccord de cette femme ; elle est devenue célèbre pour ses mini-jupes qui provoquaient souvent lembarras des dignitaires politiques quelle était amenée à rencontrer. Elle a aussi fini par suivre la même voie, qualifiant la résistance palestinienne de terroriste et népargnant aucun effort pour soutenir Israël !
Voilà quelques mauvais exemples de femmes qui gouvernent lAmérique. Nous remercions Allah quil ny ait pas de [femmes] de cette espèce dans notre monde arabe, car sinon notre vie à nous hommes serait un enfer absolu et nous deviendrions prisonniers des déclarations de Condoleezza Rice et de ces autres femmes vulgaires ! (1)



(1) Al-Usbu (Egypte), 20 mai 2002


L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient
BP 27837, 20038-7837 Washington DC.
Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail :
memri@erols.com


Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet :
www.memri.org