Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

Dépêche Spéciale / Koweït

Le 28 octobre 2002 N° 434

Un site Internet pro-Tchétchène: le meurtre des prisonniers est permis dans l’islam

 

Sur le site www.qoqaz.com, site islamique hostile aux Russes probablement tenu par des Tchétchènes, figure un nombre d'articles anonymes traitant de la position de l'islam sur le statut des prisonniers. Se basant sur des sources religieuses islamiques, comme le Coran, ses interprétations et certaines traditions se référant à la conduite du Prophète, ces articles justifient le meurtre de prisonniers lorsqu’il profite aux musulmans. Voici quelques extraits clé:

 

"Un guide traitant de la permission de tuer les prisonniers"

Dans un article intitulé "Guide des égarés concernant l'autorisation de tuer des prisonniers", paru dans la rubrique "Nouvelles du Jihad en provenance du territoire caucasien", (1) l'auteur présente cinq options, tirées de diverses interprétations du Coran:

1) Un prisonnier polythéiste doit être tué. Aucune grâce ne peut lui être accordée, même en échange d'une rançon.

2) Tous les polythéistes infidèles ainsi que le peuple du Livre [les Juifs et les chrétiens] doivent être exécutés. On ne leur accordera aucune grâce, et l’on ne les libérera pas contre rançon.

3) La grâce et la rançon sont les deux seules façons de s’occuper du cas des prisonniers.

4) La grâce et la rançon ne sont possibles qu'après le meurtre d'un grand nombre de prisonniers

5) L'imam, ou son représentant, peut choisir entre le meurtre, la grâce, la rançon ou l’esclavage du prisonnier.

 

Il est permis de tuer un prisonnier pour les péchés d’un autre 

La dernière option est celle que préfère l'auteur, qui explique que le prophète Mahomet adopta différentes attitudes vis-à-vis des prisonniers, ayant toujours pour objectif d’avantager les musulmans autant que possible. Il cite des méthodes employées par le prophète Mahomet pour tuer, gracier ou échanger les prisonniers contre rançon.

 

L'auteur tient à présenter le sujet en réaction à certaines critiques islamiques "qui lui ont fendu le cœur", concernant l'exécution de neuf prisonniers russes suite au refus du gouvernement russe de livrer "l’un des plus grands criminels et escrocs de Russie". Selon l'auteur, [les Tchétchènes] ont exécuté les prisonniers non pas pour satisfaire leur désir personnel, mais parce qu'ils considéraient que l’exécution profiterait aux musulmans.

 

En réponse aux critiques qui soulignent que nul ne devrait être puni pour les péchés d'un autre, l'auteur affirme qu'Allah autorise le meurtre d'un prisonnier de par son statut de prisonnier, et à fortiori si son exécution sert d’importants intérêts islamiques et a un effet dissuasif [sur l'ennemi]. Il appuie ses affirmations en évoquant les actions du Prophète. Il conclut qu’un état de guerre justifie des actions de ce type, lesquelles pourraient assurer la sécurité des soldats de l'islam, ajoutant que seul ce type d'action permet de défendre l'honneur des musulmans. (2)

 

Dans un article intitulé "Les otages sont-ils des prisonniers?" l'auteur définit le concept d'"otages" dans son contexte moderne, en se référant aux enlèvements de concitoyens et d'étrangers, détenus dans un but précis. Selon lui, celui qui a été kidnappé en conformité avec la loi islamique doit être considéré comme un otage, profitable aux musulmans. (3)

 

(1) Dans un article intitulé "Les prisonniers et l'islam" l'auteur indique qu'il existe dans l'islam cinq façons de traiter les prisonniers : la libération sans rançon, la rançon, le meurtre, l’esclavage ou l'assujettissement à l'autorité de l'Etat islamique. La méthode varie en fonction des circonstances mais doit [dans tous les cas] être la plus avantageuse pour les musulmans. Par exemple, si parmi les prisonniers se trouve quelqu'un de fort susceptible de séduire les musulmans, et que le garder en vie pourrait à ces derniers, alors le meurtre sera la méthode privilégiée. Si l’on a affaire à une personne faible mais riche, on optera pour la rançon. Si le prisonnier est favorable aux musulmans et pourrait représenter un appui, ainsi qu'à leurs prisonniers, la grâce sera appliquée. Si les prisonniers peuvent rendre des services, comme dans le cas de femmes ou d’enfants, l'esclavage est la meilleure solution. http://www.qoqaz.com/qoqaz.asp?9=4&pp=1&sec=7

(2) www.qoqaz.com/qoqaz.asp?p=4
(3)
www.qoqaz.com/qoqaz.asp?p=4&pp=1&sec=8

 

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des originaux et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Middle-East Media Research Institute

BP 27837, 20038-7837 Washington D.C.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail :

memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org/french