Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

Dépêche Spéciale

Le 16 octobre 2002 n° 427

La presse arabe réagit aux propos de Condoleezza Rice, conseillère pour la sécurité nationale aux Etats-Unis, sur la démocratie et la liberté

Dans une récente interview du Financial Times, (1) Condoleezza Rice, conseillère pour la sécurité nationale du président G.W. Bush, a déclaré que les Etats-Unis souhaitaient instaurer la démocratie et la liberté dans le monde arabe. En réponse, une partie de la presse arabe a durement critiqué Mme Rice, se focalisant fréquemment sur son héritage afro-américain. Voici quelques extraits de presse :

Presse égyptienne

Dans le journal officiel The Egyptian Gazette, le chroniqueur Ramadan Abd El-Qader écrit, le 10 octobre 2002, que l’article de la conseillère pour la sécurité nationale " fait preuve d’une arrogance si condescendante qu’il conforte de nombreux musulmans dans leur sentiment qu’ils sont la cible d’une nouvelle croisade. (2) Les autorités américaines ont récemment pris des mesures dans les aéroports qui, rapporte-t-on, comprennent une identification raciale. Des rapports médiatiques indiquent que les [passagers] musulmans seraient soumis à des vérifications supplémentaires, comprenant le relevé des empreintes digitales et l’obligation de répondre à des questions portant sur leurs parents proches. Si de telles mesures ont vraiment été prises, elles résultent assurément d’une vision déformée des musulmans par les Etats-Unis, pour qui musulman égale terroriste. Les Etats-Unis doivent faire beaucoup plus que lancer des émissions destinées à un public musulman pour corriger leur image dans cette partie du monde et montrer que leur dynamique anti-terroriste s’applique à tous les terroristes, sans rapport avec leur milieu religieux. "

L’hebdomadaire d’opposition Al-Usbu publie pour sa part un article virulent, rédigé par Hani Zaid et intitulé : " Condoleezza Rice — une conseillère pour la sécurité nationale du niveau d’une petite prostituée " (3) : " Mme Rice s’entête à traiter les Arabes comme les maîtres traitaient les esclaves ou les élèves n’ayant pas atteint l’âge de la maturité dans l’une des écoles américaines… Rice parle de nous enseigner la démocratie et la liberté. Elle a oublié le racisme qui prédominait à l’époque où elle était enfant en Alabama, où elle allait à l’école pour noirs parce qu’elle est noire d’origine africaine. Elle passait ses vacances dans des parcs pour noirs, n’était pas autorisée à entrer dans les restaurants pour blancs. A l’âge de neuf ans, elle a participé aux funérailles de quatre de ses amies noires, tuées au cours d’un attentat raciste dans une église baptiste du Westminster. Mais elle a oublié tout cela. Ce dont elle se souvient, c’est d’avoir étudié le sionisme avec Joseph Corwell, (4), le père de Madeleine Albright, ancien Secrétaire d’Etat, au département de sciences politiques de Stanford [sic] (5)… Tout ce que j’ai à dire à cette dame et son Administration…, [c’est] que nous n’avons à recevoir de leçons de personne. "

Presse syrienne

Dans un article affiché sur le site Akhbar al-Sharq, (6) site porte-parole de l’opposition syrienne, le Dr Muhammad Bassam Yussuf, écrivain syrien résidant à l’étranger, critique les préparatifs américains à une campagne militaire en Irak, évoquant les origines afro-américaines de la conseillère pour la sécurité nationale : " Peut-être Condoleezza Rice la noire, conseillère pour la sécurité des Etats-Unis, a-t-elle oublié ses origines africaines et pourquoi elle se trouve en Amérique plutôt qu’en Afrique, sa patrie d’origine. Il faut lui rappeler qu’elle descend des esclaves noirs et que les Américains ont asservi des millions d’Africains, les important en Amérique, enchaînés… [Les Américains] en ont tué des millions, tout comme ils ont tué des millions d’Indiens, les vrais propriétaires du territoire américain. "

Presse jordanienne

Le quotidien jordanien Al-Dustour (7) écrit que la conseillère pour la sécurité nationale Rice prétend que " les Etats-Unis veulent être une force libératrice et se dévouer à la libération du monde islamique, à commencer par l’Irak, pour y établir la démocratie et la liberté. Elle ne voit pas que plus d’un milliard et demi de musulmans souffrent de l’avidité et de l’oppression américaines ainsi que de la guerre cruelle que les Etats-Unis mènent contre l’islam et les musulmans.

C’est une guerre qui comporte plusieurs aspects : culturel, idéologique, politique et économique. [L’Amérique] a abattu des enfants musulmans, des femmes et des hommes, volant leurs ressources naturelles ; ses navires ont occupé leurs eaux territoriales ; elle a fait preuve de racisme et de terrorisme à leur égard ; elle a gelé leur argent et a incité les Croisées sionistes à attaquer la religion de l’islam, ses mœurs et ses valeurs, son saint Coran et son Messager [le prophète Mahomet]. Elle a exercé des pressions sur les régimes alliés des Etats-Unis au Moyen-Orient pour poursuivre les mouvements musulmans, ses penseurs religieux, ses jeunes musulmans, au nom de la guerre contre le terrorisme.

L’Amérique libérera-t-elle le monde musulman pour agir à l’instar de son allié, Sharon le criminel assoiffé de sang…, lequel conduit toutes sortes d’opérations meurtrières sur l’une des terres les plus pures et les plus saintes de l’islam… ? "

Rice, la noire

" Rice, la noire, va-t-elle libérer notre monde musulman en employant les mêmes méthodes que les Américains contre les prisonniers musulmans dans le fort de Giangi en Afghanistan ?! Ou en Irak, en Palestine, au Soudan, en Libye, en Somalie, en Algérie et dans d’autres Etats musulmans, où l’Amérique a tué des millions de personnes, en a expulsé et torturé beaucoup, violant leurs droits les plus élémentaires ?!!

Condoleezza la noire va-t-elle libérer notre patrie islamique par l’incitation à la dégradation morale à travers la drogue, le sexe, le SIDA et la criminalité, lesquels se sont répandus de bout en bout de la grande Amérique ? Ou en détruisant de paisibles demeures, déracinant les pierres et les maisons ainsi que l’agriculture, comme elle l’a fait dans l’Afghanistan musulman ? Nulle mosquée, maison de terre, aucune ville, aucun village, nulle clinique ou institution, aucun enfant, femme ou vieillard, n’a été épargné des crimes américains. Ou compte-t-elle ériger des statues du Bouddha dans chaque ville et village de ce grand pays musulman ?

O musulmans, voici l’Amérique qui vous envahit de son acier, son feu et son oppression. Ses individus assoiffés de sang - de l’espèce de Bush, Cheney, Rumsfeld, Powell, Rice et Sharon, semant la mort, la destruction et le mal, dévastant tout et asservissant [les personnes] — vont commencer par l’Irak, maintenant qu’ils ont soumis l’Afghanistan et la Palestine, et finiront, si nous ne nous protégeons pas, par le dernier coin de terre de notre vaste monde musulman, lequel sera converti en un gigantesque Guantanamo s’étendant d’un océan à l’autre.

Serez-vous, musulmans, cette grande nation libre, la meilleure nation jamais créée pour l’humanité [en référence à un verset coranique] ou laisserez-vous les cow-boys américains vous prendre en otages ? Voici l’occasion pour vous de donner à ces arrogants bagarreurs une limpide leçon sur l’islam, grâce au djihad et à la défense de la foi, de la religion, des lieux saints, de la terre, de l’honneur et de la patrie ! "

Vos maîtres les cow-boys ne vous ont-ils rien appris ?

" Quant à vous, Condoleezza Rice la noire, ravalez votre langue, souvenez-vous d’où vous venez et cessez de parler de libération et de liberté. Vos maîtres cow-boys ne vous ont-t-ils pas appris que les esclaves ne peuvent pas se libérer tout seuls, qu’ils ne sont pas capables de comprendre ce vaste monde islamique dont les racines culturelles plongent dans les profondeurs de l’histoire ? Les esclaves qui se complaisent dans l’asservissement, ô Condoleezza, continueront d’être esclaves. Ils ne seront jamais libres et ne libéreront jamais les autres. "

Rédigeant un article une semaine plus tard dans le même journal, Batir Mohammed Ali Wardam (8) écrit qu’on pourrait imaginer que " la belle Condoleezza Rice, conseillère pour la sécurité dans l’Administration de George Bush fils — qu’Allah ne nous impose pas ensuite le petit-fils — veuille libérer le monde islamique… sur les ailes des bombardiers américains. "

Al-Hayat : " L’ayatollah Condoleezza "

Dalal Al-Bari, chroniqueur au quotidien arabe Al-Hayat, édité à Londres, écrit un article intitulé " L’ayatollah Condoleezza et l’exportation de la démocratie " (9) :

" Les termes dernièrement employés par Condoleezza Rice, conseillère pour la sécurité nationale, au sujet de l’Irak, rappellent ceux d’un de ces mollahs qui appelait à l’exportation de la révolution islamique aux quatre coins du monde. La démocratie américaine, telle qu’elle apparaît dans les sermons de Condoleezza Rice, soulève la question de la relativité…

La démocratie est une idée qui sied à la marche vers le pouvoir, la plus puissante aujourd’hui pour les peuples et leurs cultures, rien de plus… Cette idée correspond à l’idéologie de la plus grande puissance au monde, et l’histoire nous a appris que [cette puissance] est aussi le pays qui cherche avec le plus d’enthousiasme à contrôler la plus faible et la plus insignifiante des nations… "

Un quotidien irakien officiel : " La maudite Rice "

Un éditorial intitulé " Les valeurs américaines et (Rice la libératrice) " paru dans Al-Thawra, porte-parole du régime irakien, (10) réagit à l’interview de la conseillère pour la sécurité nationale Condoleezza Rice : " Que connaît Rice à la vraie religion islamique pour s’arroger le droit d’attaquer ses principes, changer ses valeurs et fondements ? Croit-elle que les musulmans, qui ont porté la bannière de la religion et la lumière aux nations du monde, délaisseront leurs croyances, leurs symboles et leur histoire au nom des soi-disant valeurs américaines, sous [la pression] des missiles et armes américaines ?

De quelles valeurs Rice parle-t-elle ? De celles qui ont précédé le 11 septembre ou de celles qui sont venues après ? Si elle se réfère à celles d’avant le 11 septembre, les crimes perpétrés par les Américains à Hiroshima, Nagasaki, au Vietnam, à Cuba, au Nicaragua, au Chili, en Yougoslavie, en Palestine et en Irak font-ils partie de ces valeurs ? "

L’éditorial conclut de la sorte :  " La maudite Rice et les membres de son Administration devraient réfléchir mille fois avant d’émettre des propos démunis de sens et de vieux clichés sur les valeurs de la démocratie et de la libération, car leur nation a plus besoin de démocratie et de libération que toute autre nation. Les musulmans n’auront pas les poings liés en leur apprenant ces principes qui caractérisent la grande religion de l’islam et son honorable histoire. ~

 

  1. " Les Etats-Unis feront de l’Irak une démocratie " The Financial Times, le 23 septembre 2002
  2. Egyptian Gazette, le 10 octobre, comme le rapporte le Cairo Press Review
  3. Al-Usbu, le 30 septembre 2002. Les attaques de la presse égyptienne contre la conseillère pour la sécurité nationale Rice sont souvent caustiques. Dans un article au ton " humoristique " paru dans le journal officiel Al-Akhbar, (13 mai 2002), le chroniqueur Ismaïl al-Naqib écrit : " Des contes racontent que le dieu grecque de l’aubergine avait décidé de convertir une fillette noire d’origine africaine en chèvre de la couleur d’une aubergine ! Une fois la fillette transformée en aubergine, on lui interdit de parler parce que les chèvres ne parlent pas. Elle fut baptisée ‘aubergineezza’ et on lui interdit également de se marier. Le dieu des aubergines décréta du haut de l’Olympe : ‘Si la chèvre se mettait à parler, ce serait un signe de l’avènement du Jour du Jugement.’
  4. Son véritable nom est Josef Korbel
  5. Il s’agissait en fait de l’université du Colorado.
  6. Akhbar al-Sharq (en ligne), le 7 octobre 2002
  7. Al-Dustour (Jordanie), le 24 septembre 2002
  8. Al-Dustour, le 30 septembre 2002
  9. Al-Hayat, le 6 octobre 2002
  10. Al-Thawra, le 26 septembre 2002. Le quotidien irakien Babil, appartenant au fils de Saddam Hussein (Uday), a publié, le 22 décembre 2001, un article sur la Conseillère pour la sécurité nationale Rice, préfacé par un vieux proverbe arabe : " N’achetez pas d’esclave sans bâton parce que les esclaves sont de sales bâtards. "

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des originaux et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Middle-East Media Research Institute

BP 27837, 20038-7837 Washington D.C.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail :

memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org