Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

Dépêche Spéciale / Egypte

Le 10 juillet 2002 - N° 399

Un quotidien égyptien officiel :

" Les dirigeants américains — des amateurs, l’axe du mal "

Al-Akhbar, quotidien égyptien officiel, publie régulièrement des éditoriaux hostiles à l’Administration américaine, sous l’égide du directeur Galal Duweidar.

L’axe du mal Cheney, Rice, Rumsfeld

Voici un extrait de l’éditorial intitulé " Les efforts déployés pour rencontrer Bush déshonorent les Palestiniens " :

" L’Amérique, qui prétend combattre le terrorisme, sème le mal au Moyen-Orient et récoltera la terreur !… Yasser Arafat a passé son temps à supplier le président américain d’achever ce que son père (George Bush père) a commencé avec la conférence de paix de Madrid, suite au succès de son opération " Tempête du désert ". Mais George Bush père a ensuite entouré son fils de Dick Cheney, Condoleezza Rice et du Secrétaire de la Défense Donald Rumsfeld. Ils forment l’axe du mal de l’Administration américaine car ce sont eux qui conseillent George Bush… sur tous les points.

Pour notre part, nous disons à Yasser Arafat : " Cessez donc de chercher à rencontrer le président américain, parce que c’est faire honte au peuple palestinien. " Si seulement Arafat déclarait ne pas avoir l’intention de rencontrer le chef de la diplomatie américaine Colin Powell, avançant que ce dernier n’a aucun [pouvoir de décision] ! Nous avons déjà une amère expérience de Powell, dont la visite effectuée il y a quelques mois dans la région a été qualifiée de ‘catastrophique’… " (1)

La politique américaine : une politique d’amateurs

Dans un article intitulé " Quand des amateurs deviennent de hauts responsables ", le directeur Galal Duweidar écrit :

" Pendant des années s’étendant sur des générations, les affaires d’Etat et les problèmes sociaux ont été gérés par des politiciens professionnels…, non par des amateurs ne connaissant rien à la politique…

Ce qui se passe aujourd’hui… indique que les rênes sont tenues par des amateurs. La politique et le comportement des Etats-Unis, unique superpuissance, actuellement dirigée par le président Bush, en sont la preuve.

Ce qui accentue cette image négative est que… les commandes sont aux mains des Américains les plus extrémistes, des amateurs qui ont le malheur de se laisser facilement influencer vers de mauvais choix politiques ne servant pas les intérêts nationaux des Américains, ni même les intérêts qu’ils sont censés servir. L’un des signes de cette tendance américaine — qui engendre la haine [à l’encontre des Etats-Unis] non seulement dans le monde arabe mais d’un bout à l’autre du globe, un ou deux pays mis à part — est la neutralisation de tous les pouvoirs du Département d’Etat dans une région aussi sensible que le Moyen-Orient.

L’échec politique a été clairement révélé par les déclarations contradictoires du Secrétaire d’Etat américain Colin Powell, pourtant censé représenter un contrepoids à la politique étrangère américaine. Powell a insisté sur la nécessité de poursuivre les contacts avec le président palestinien élu Yasser Arafat, seul individu capable de conduire le processus de paix au Moyen-Orient à bon port, pour le bien des deux peuples - palestinien et israélien. Mais les faucons de l’Administration Bush, Cheney, Rumsfeld, Condoleezza Rice et le vice-Secrétaire de la Défense Paul Wolfowitz, ont été plus forts que lui. Ce gang a réussi à convaincre le pauvre Powell de changer d’avis. Ils l’ont forcé à ignorer les conseils des professionnels travaillant au département d’Etat américain sur la politique moyen-orientale des Etats-Unis et à s’adapter à la philosophie du discours de Bush… " (2)

Les Etats-Unis ne respectent pas leur constitution

Un éditorial intitulé " 4 juillet — les Etats-Unis renoncent aux valeurs de la constitution américaine " affirme :

" … Ces derniers temps, les Administrations américaines [successives] ont renoncé aux principes de la constitution américaine, comme le montre leur politique étrangère… La politique étrangère de l’Administration Bush, par exemple, s’oppose à plusieurs des principes de la constitution américaine tels la liberté, la justice, la démocratie et les droits de l’homme. Un bon exemple en est le parti pris américain pro-israélien désavantageux pour le peuple palestinien, niant le droit absolument fondé de ce dernier à être libéré de l’occupation, à récupérer les territoires usurpés et à créer un Etat palestinien sur sa terre.

Les Etats-Unis ont renoncé à tous les principes de leur constitution en refusant de signer le traité de Kyoto pour la protection de l’environnement, en combattant les initiatives des Nations Unies visant à soulager les pays pauvres du Tiers-monde de leurs dettes, … et en s’entêtant à prendre position contre la création d’une Cour pénale internationale. Je passe sur les autres exemples, trop nombreux pour être énumérés… S’ils veulent se débarrasser du terrorisme international, les Etats-Unis doivent commencer par le début en reconnaissant que c’était une erreur d’abandonner les principes et les valeurs de leur constitution… " (3)

Le discours idiot de Bush

Un éditorial intitulé " La fin du rôle joué par les Etats-Unis dans le conflit israélo-arabe " dit :

" Nous pouvons affirmer avec certitude que la participation des Etats-Unis [à la résolution] du problème palestinien a bel et bien pris fin. Le président américain l’a précisé après son installation à la Maison blanche, laquelle a fait de lui le président du plus grand et du plus puissant pays au monde. Il a souligné qu’il ne s’occuperait pas de la question du Moyen-Orient, région qu’il ne connaissait pas et qui ne l’intéressait pas !

Les Arabes et les Palestiniens espéraient pourtant que, dans une région aussi embrasée, le président américain se sentirait obligé d’intervenir … Nous avons dit et nous avons cru que si le président américain agissait conformément à ses dires, il mettrait en danger les intérêts américains dans la région ! Deux ans se sont écoulés sans que ces derniers ne courent le moindre risque. Mais le 11 septembre, les Etats-Unis eux-mêmes ont été menacés…

Le discours idiot de Bush a fait chuter la question palestinienne jusqu’à terre. Après que les Palestiniens eurent débattu d’un Etat palestinien avec Jérusalem pour capitale et du retour des réfugiés, ils se sont retrouvés pris dans un débat sur Yasser Arafat et l’histoire de son gouvernement… Il s’est passé la même chose avec l’Iraq. Personne ne parle du droit du peuple iraquien à vivre en paix, ni de lever les sanctions sur ce pays : tous ne parlent que du gouvernement de Saddam Hussein et de la nécessité de se débarrasser de lui car l’Amérique a imposé ce débat au monde, alors qu’il s’agit là de l’affaire des Iraquiens… " (4)

  1. Al-Akhbar (Egypte), le 3 juillet 2002
  2. Al-Akhbar (Egypte), le 7 juillet 2002
  3. Al-Akhbar (Egypte), le 5 juillet 2002
  4. Al-Akhbar (Egypte), le 8 juillet 2002

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Middle-East Media Research Institute

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org