Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

Dépêche Spéciale / Israël

Le 02 juillet 2002 - N° 395

" Un véritable espoir pour Israël et 280 millions d’Arabes "

Un expert israélien réagit au discours du président Bush

Dans un article du quotidien israélien Yediot Aharonot, le Dr Guy Bechor — Israélien de gauche, spécialiste du conflit israélo-palestinien — commente le discours du président Bush, qu’il considère comme une nouvelle formule politique pour le Moyen-Orient. Voici quelques extraits de l’article : (1)

Il se peut que le discours du président Bush sorte le Moyen-Orient de l’impasse empoisonnée où il se trouve depuis plusieurs décennies. Pour la première fois, un discours propose un véritable terrain d’évolution dans la région, terrain situé entre " l’axe du mal " - qui comprend essentiellement l’Iran et l’Irak - et les Etats occidentaux démocratiques. Une nouvelle frontière de régimes " sous avertissement " s’est créée, laquelle inclut presque tous les régimes arabes.

Cinquante ans sans rendre de comptes

Ces cinquante dernières années, les régimes arabes n’ont jamais vraiment eu à payer pour leurs actions, à cause essentiellement du soutien automatique de l’URSS, du chantage exercé sur l’Europe, et de l’impasse qui a suivi.

L’URSS s’est effondrée il y a plus de dix ans, mais l’impasse est demeurée. Et bien que nous ayons eu Madrid, Oslo et la paix avec la Jordanie, les régimes arabes et leurs populations sont restées hostiles envers Israël et méfiantes vis-à-vis de l’Occident. Les choses vont maintenant changer.

A présent, chaque jour qui passe met les régimes arabes en examen, révélant s’ils tendent plutôt vers " l’axe du mal " ou l’ouverture au monde. Le leader mondial les traitera en fonction de leurs choix. Ainsi, l’impasse s’est ouverte et il est devenu permis, pour Israël ainsi que pour 280 millions de citoyens arabes, de croire en un authentique changement.

Un nouveau modèle de régime arabe

Le discours de Bush invite à la création d’un laboratoire de formation d’un nouveau régime arabe, démocratique et pluraliste. Il appelle à la normalisation des relations avec Israël, la cessation de l’incitation à la haine par les médias, la condamnation publique des attentats-suicides ainsi que l’arrêt du soutien financier accordé à l’Intifada et la violence. Ce ne sont pas là que des mots : les Etats arabes qui ne s’y plieraient pas se verraient relégués dans le camp des pays nuisibles.

" Le futur Etat palestinien ", dit Bush, " ne peut être un Etat terroriste, un Etat coup de poing dans le ventre d’Israël. [l’Etat palestinien à venir ne sera pas terroriste] vu qu’il ne verra le jour que quand les responsables palestiniens auront cessé de soutenir le terrorisme. Mais alors, la démocratie palestinienne tant souhaitée (possible sans Arafat) pourrait représenter un exemple pour le reste des régimes et des sociétés arabes, tout au moins au Moyen-Orient. 

De telles déclarations affaiblissent les régimes arabes. Ils les ont pourtant provoquées. Le professeur Edouard Saïd a affirmé que le Moyen-Orient était le seul endroit au monde où il n’existait pas une once de démocratie, un monde qui [par ailleurs] se définit par les droits de l’homme et la démocratie.

Un programme de sécurité et de prospérité à grande échelle pour tout le Moyen-Orient.

Contrairement à ceux qui prétendent que le discours de Bush n’entre pas dans une logique susceptible de conduire à un accord, [je dis qu’] il crée une logique de récompense et de sanctions, permettant au processus politique et social de mûrir. Il ne s’agit pas d’un micro plan comme ceux de [George] Mitchell et [George] Tenet, mais d’un macro-programme de sécurité et de réussite pour tout le Moyen-Orient ainsi que d’une garantie sans précédent de prospérité pour Israël.

Nous pouvons maintenant espérer assister à un changement de position des Etats arabes, ces derniers n’ayant pas de meilleure alternative. Les Etats qui n’entreprendront pas de se rapprocher d’Israël et de l’Occident, ou qui ne cesseront pas de soutenir la terreur, seront tenus responsables des sanctions qui découleront de leur attitude.

L’initiative saoudienne pourrait d’ailleurs être considérée à la lumière [de cette logique] : tout de suite après le 11 septembre, les rusés Saoudiens ont compris qu’ils étaient en train de perdre leur légitimité auprès des Etats-Unis, et ont ainsi tenté de lui trouver de nouveaux fondements.

Fidèles au rôle qu’ils ont joué dans la " conférence du mal " de Durban [Afrique du Sud], les Etats-Unis se dressent [encore une fois] comme l’unique phare de la justice, de l’équité et de la vérité, comme un pays qui n’hésite pas à affronter le monde entier en temps difficile. Les pays d’Europe, comme toujours, balbutient. Mais eux aussi, tout comme les régimes arabes, finiront par suivre le chemin tracé par les Etats-Unis. ~

 

  1. Yediot Aharonot, le 27 juin 2002.

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Middle-East Media Research Institute

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org