Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

Dépêche Spéciale — Autorité Palestinienne / Djihad et terrorisme

Le 26 juin 2002 N° 393

Un communiqué palestinien contre les attentats martyre

Le 19 juin 2002, le quotidien palestinien Al-Qods a publié un communiqué condamnant les attentats martyre, signé par 55 personnalités palestiniennes, dont Sari Nusseibeh et Hanan Ashrawi. Deux jours plus tard, une nouvelle version du communiqué, contenant quelques modifications et signatures supplémentaires, a paru dans le même journal. En outre, une version anglaise figure dans le Jerusalem Times [Autorité Palestinienne] du 20 juin. Voici les deux textes (première et deuxième versions), ainsi que les réactions de personnages publics palestiniens. (1)

Communiqué : première version

" Appel :

En vertu de notre responsabilité nationale et en raison de la gravité de la situation actuelle pour le peuple palestinien, nous, signataires [de cet appel], espérons que ceux qui se trouvent derrière les opérations militaires perpétrées contre les citoyens en Israël reconsidéreront [leurs actions] et cesseront d’enrôler notre jeunesse, car nous pensons que ces actions ne font qu’encourager la haine entre les deux peuples et élargir le fossé qui les sépare, détruisant toute possibilité de coexistence pacifique de deux Etats voisins.

?Nous soutenons que ces opérations ne font aucunement progresser notre plan [national] qui a pour but la liberté et l’indépendance. Au contraire : elles renforcent l’unité des ennemis de la paix dans la partie adverse [Israël], fournissant des excuses au gouvernement offensif de Sharon pour poursuivre son combat agressif et cruel contre notre peuple — combat qui prend pour cible nos villages, nos villes, nos personnes âgées et nos enfants, ainsi que nos succès, espoirs et notre programme national.

?Les opérations militaires peuvent être jugées positives uniquement dans la mesure où elles permettent de réaliser nos buts politiques. C’est pourquoi il est nécessaire de les reconsidérer : nous ne pensons pas qu’encourager la lutte existentielle entre les deux peuples sur la terre sainte puisse mener à autre chose que la destruction et la ruine pour tous les habitants de la région. Aucune raison logique, humaine ou politique ne peut justifier, selon nous, un tel résultat.

?Nous demandons à tous ceux qui soutiennent cet appel d’y adjoindre leurs signatures par fax au 02-6277166.

?Ce communiqué reparaîtra prochainement.

?Ce communiqué a été publié grâce aux fonds fournis par l’Union européenne pour la campagne de paix populaire. "

?

Communiqué : deuxième version modifiée

La reparution du communiqué deux jours plus tard dans Al-Qods était accompagnée de 315 signatures, dont celle de Maiys Ouda, petite fille de dix ans, celle de l’ancien ministre de l’Autorité palestinienne Abou Ziyad et celle de Ziyad Abou Amrou, directeur de la commission politique du Conseil législatif palestinien. La mention de l’aide accordée par l’Union européenne était retirée. A la place figurait une note précisant que les noms des signataires apparaissaient par ordre chronologique de la réception des signatures. L’annonce suivante était aussi ajoutée :

" Inutile de préciser que tous les signataires de ce communiqué condamnent fermement toutes les mesures prises par la répression israélienne contre notre peuple, tels la politique d’incursions, d’assassinats, le siège militaire, et soulignent que l’occupation est le fondement de la tragédie subie par notre peuple, que la résistance est un droit et un devoir. "  (2)

?Ces deux modifications reflètent les critiques émises par les signataires, critiques transcrites ci-après :

Critique de Hatem Abd El-Qader, membre du Conseil législatif palestinien et du Fatah

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire arabe israélien Al-Sinara, Hatem Abd El-Qader, membre du Conseil législatif palestinien et de la direction du Fatah, affirme :

" Ce communiqué n’est pas acceptable par le Fatah. Il est déséquilibré en ce qu’il dénonce les opérations perpétrées contre les citoyens israéliens sans parler des crimes de Sharon contre le peuple palestinien. Les [signataires] auraient également dû évoquer ses crimes. Si l’on qualifie les opérations [martyre] de terroristes, alors celles de Sharon le sont aussi, car on ne peut considérer la terreur d’un œil seulement. "

?A la remarque de l’interviewer selon laquelle le communiqué faisait bien allusion à Sharon et aux opérations du gouvernement israélien dans les territoires, Abd El-Qader reprend : " Je sais ce qui est écrit dans ce communiqué. On me l’a montré et j’ai refusé de le signer. Il est vrai qu’il prend une direction qui témoigne d’un certain bon sens, mais il n’est pas pour autant équilibré. Nous aurions pu l’accepter s’il plaçait le problème dans son juste contexte. Nous sommes entièrement contre le meurtre de civils des deux côtés. Nous ne sommes pas non plus adeptes de carnages. Mais la question est : comment briser ce cycle ? En stoppant l’agression contre le peuple palestinien. "

?L’interviewer demande ensuite : " Quelles sont les conditions nécessaires à la cessation des opérations martyre ? " Réponse d’Abd El-Qader : " Des efforts concrets pourraient être entrepris pour mettre fin à ces opérations si Israël s’engageait à remplir cinq conditions :

  • Se retirer des territoires palestiniens occupés.
  • Lever le siège du peuple palestinien enfermé dans des prisons.
  • Libérer tous les prisonniers [palestiniens].
  • La communauté internationale doit nous offrir des garanties nous permettant d’actualiser notre droit à la résistance dans les territoires de 1967… "
  • L’interviewer répartit à cela : " Mais le président Arafat a publié un communiqué demandant de mettre fin à ces opérations : il les a condamnées. " Abd El-Qader réplique : " Ceux qui exécutent ces opérations sont des leaders locaux… Les décisions des Brigades martyres Al-Aqsa dépendent aujourd’hui de la situation politique… les Brigades martyres Al-Aqsa, branche militaire du Fatah, ne sont pas soumises aux décisions du pouvoir central… Arafat n’a presque aucun contrôle et le seul responsable est Israël… " (3)

    Critique du Dr Abd El-Aziz Al-Rantisi, haut responsable du Hamas

    Dans un autre entretien d’Al-Sinara, le Dr Abd El-Aziz Al-Rantisi, l’un des dirigeants du Hamas pour la bande de Gaza, a également été invité à réagir au communiqué : " Nous n’empêchons personne d’exprimer son avis comme il le souhaite. La plupart des signataires du communiqué ne croient pas du tout à la résistance du peuple palestinien et n’ont aucun lien avec elle… Nous admettons qu’il existe des divergences d’opinions, mais nous réalisons, à l’issue de l’opération de mardi perpétrée par le Hamas et de celle de lundi perpétrée par le Fatah, que l’opinion publique palestinienne soutient la résistance, tout comme les différentes factions palestiniennes…

    ?Les signataires du communiqué ferment les yeux sur le siège subi par le peuple palestinien, évoquant la souffrance de l’agresseur — et attisent ainsi la colère de l’opinion palestinienne… C’est l’Europe qui a financé ce communiqué. Au lieu de nourrir les Palestiniens qui ont faim, elle finance des communiqués faisant état de positions politiques qui renient [le droit à] la résistance du peuple palestinien. " (4)

    Critique d’Al-Rantisi sur le site du Hamas

    Dans un article affiché sur le site du Hamas, Al-Rantisi écrit : " … Pourquoi ne pas sanctionner les propos du fondateur du réseau CNN, Ted Turner, qui a manifesté de la compréhension à l’égard des opérations martyre perpétrées de Palestiniens perpétrés contre la machine militaire sioniste… ? Votre ami Ouri Avneri, du bloc sioniste de la Paix maintenant, s’est montré plus équilibré que vous [dans ses jugements], ce qui soulève de nombreuses questions sur les buts de ce maudit communiqué… Si Avneri peut attester du fait que des millions soutiennent la résistance et le djihad, qui représentez-vous, ô signataires du communiqué financé par l’Europe ? Pourquoi ne dirigez-vous pas vos flèches sur les causes véritables de la haine et de l’inimitié ? Ou pensez-vous que nous devrions accepter l’occupation et ses œuvres ? … O signataires du communiqué soutenu par l’union européenne, je vous rappelle que c’est le sang qui finance le peuple palestinien. " (5) ~

     

     

    1. Al-Qods (Autorité Palestinienne), le 19 juin 2002
    2. Al-Qods (Autorité Palestinienne), le 21 juin 2002
    3. Al-Sinara (Israël), le 21 juin 2002
    4. Al-Sinara (Israël), le 21 juin 2002
    5. http://www.palestine-info.info/arabic/palestoday/readers/articles/rantese/20-6-02.htm

    L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits, ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

    Institut de Recherche Médiatique du Proche-Orient

    BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

    Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

    Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org