Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

 

Dépêche Spéciale — Iran / Djihad et terrorisme

Le 12 juin 2002 N° 387

L’Iran augmente le financement et l’entraînement des bombes humaines ; Un leader du Hezbollah sur l’Axe Iran, Syrie, Liban et Palestiniens

Ali Nouri Zadeh, correspondant du quotidien saoudien Al-Sharq al-Awsat, diffusé à Londres, décrit la nature du soutien iranien aux organisations palestiniennes :

Rencontre du Djihad islamique, du Hamas et de l’Autorité Palestinienne en Iran

" L’Iran a décidé d’accroître son soutien financier à certaines organisations qui contrecarrent les efforts de paix au Moyen-Orient. L’Iran possède un budget spécial réservé au soutien des groupes palestiniens ayant perdu leurs sources de revenus avec l’effondrement de l’Union soviétique et du bloc communiste ou la fin du soutien matériel accordé par la Libye. "

?" Une source proche des gardiens de la Révolution rapporte que le chef du Djihad islamique, Ramadan Shalah, s’est rendu en Iran la semaine dernière, à la tête d’une importante délégation comprenant des responsables du Djihad islamique, des représentants du Hamas ainsi qu’Ahmed Jibril, chef du FPLP, pour participer à un symposium tenu à Téhéran en soutien à l’Intifada. "

L’Autorité Palestinienne était représentée par Imad Al-Falluji, ministre de la Communication de l’Autorité Palestinienne.

" Le symposium était supervisé par Ali Akbar Muhtashemi, ancien ambassadeur iranien en Syrie et ministre de l’Intérieur, surnommé ‘sage-femme du Hezbollah’ en raison de sa participation à la création de ce mouvement, lequel est issu de ‘Amal’ (organisation libanaise soutenue par la Syrie). "

?" M. Shalah s’est entretenu à deux reprises avec le guide suprême iranien Ali Khameneï, lequel lui a promis de distinguer le budget réservé à son mouvement de celui du Hezbollah et de l’augmenter de 70%, afin de couvrir les dépenses occasionnées par le recrutement de jeunes Palestiniens destinés aux opérations suicides. "

Distinction entre le soutien iranien au Djihad islamique et le soutien au Hezbollah

" L’Iran se charge de financer le Djihad islamique depuis sa création… Toutefois, jusqu’à présent, son budget lui était transféré via le Hezbollah dont les fonds (libérés par des institutions iraniennes telles le Bureau d’Al-Wadi al-Faqih et le Bureau des organisations de libération des gardiens de la Révolution, en plus des forces d’Al-Qods) dépassaient les 200 millions de dollars. "

?" L’année dernière, les services financiers du Hezbollah et le responsable de la gestion des fonds du Djihad islamique se sont trouvés en désaccord. En conséquence, les dirigeants du Djihad islamique ont réclamé que les institutions iraniennes chargées de les financer créent un budget qui soit géré directement par eux. "

?" Al-Sharq al-Awsat publie que le guide suprême [Khameneï] a ordonné le transfert immédiat d’une très grosse somme au Djihad islamique. L’aide attendue sera versée à plusieurs personnalités palestiniennes qui se sont récemment rendues à Téhéran. "

?" D’après une source provenant des gardiens de la Révolution, les forces d’Al-Qods continueront de former les combattants du Djihad islamique en Iran, tandis que le colonel Reza Tamiz, l’un des commandants de l’unité technologique des forces d’Al-Qods, restera chargé de l’entraînement des membres du Hezbollah et de l’enseignement de l’usage d’armes sophistiquées, tels les missiles Raad, les lance-missiles Shahin et les missiles sol-air reçus dernièrement par le Hezbollah. "

?" Rendant compte de l’augmentation du budget du Hezbollah, la source affirme que le mouvement reçoit, en plus de son budget annuel, une aide variée provenant d’institutions religieuses, économiques et gouvernementales iraniennes. Tous les mois, des institutions comme Al-Shahid, Imdad Al-Imam et le fonds Al-Mustazafin transfèrent une aide financière phénoménale aux familles des martyrs du Hezbollah ainsi qu’à à ses blessés et invalides. " (1) ?

?Un des chefs du Djihad islamique a démenti les faits rapportés par Al-Sharq al-Awsat, affirmant que son mouvement " ne travaillait pour aucun régime au monde. " (2)

?

Un leader du Djihad islamique : " Allah… Eveille la colère de l’Amérique et fais—nous exploser au cœur de l’entité sioniste maudite. "

Ramadan Abdallah Shalah, chef du Djihad islamique, a réagi aux propos que le président George W. Bush a tenus contre les attentats suicides : " Si c’est à l’Amérique de décider qui sont les ‘bons’ et qui sont les ‘mauvais’ et si elle place le peuple palestinien et les combattants du djihad dans le camp des ‘mauvais’ sous prétexte que les martyrs seraient mauvais, alors nous disons : ‘Allah, rends-nous tous mauvais afin que nous éveillions la colère de l’Amérique et que nous nous fassions sauter au cœur de l’entité sioniste maudite…’ "

?" Ni l’Amérique, ni l’Occident, ni aucun autre pays n’a le droit moral de permettre ou de refuser à un Palestinien de se faire sauter. Pourquoi l’Amérique ne dit-elle rien quand un Américain ou un Européen accorde des millions de dollars à [la cause des] chiens et des chats ? Personne ne lui demande pourquoi il dilapide ainsi sa fortune. Nous sommes maîtres de nos âmes… Personne ne peut nous refuser le droit d’y renoncer, de nous transformer en bombes humaines pour une cause qui nous semble plus importante et plus sacrée que la vie. "

?Evoquant les appels à la réforme de l’Autorité Palestinienne formulés par les Etats-Unis, M. Shalah s’est écrié : " Qui parmi nous ne souhaite pas la réforme ? Qui parmi nous n’est pas contre la corruption ? Mais quand on parle de réforme aujourd’hui, c’est uniquement pour couvrir le plan américano-israélien de division du peuple palestinien… Ce type de réforme, nous n’en voulons pas. Nous connaissons tous l’Autorité Palestinienne… Nous avons tous reproché sa corruption à Arafat… Mais [aujourd’hui] nous déclarons que si, au nom de la réforme, il faut renoncer à l’Intifada, à la résistance et aux guerriers du djihad, alors nous préférons encore la corruption d’Arafat… Nous en avons souffert pendant de longues années et continuerons d’en souffrir pour que la résistance continue."

L’Intifada a défendu l’Iraq, la Syrie et le Liban

M. Shalah a aussi indiqué que le retard de la mise en œuvre du plan d’attaque américain contre l’Iraq était dû à l’escalade de la violence dans les territoires palestiniens : " L’Intifada a déjoué les complots américains et a défendu toute la nation arabe. Elle a défendu l’Iraq, la Syrie et le Liban… "

Le cheikh Naïm Qassem, Secrétaire général adjoint du Hezbollah, a cité l’imam Khomeyni dans un discours : " Toute la Palestine a été usurpée. Il n’y a aucune différence entre les territoires de 48 et ceux de 67. Je demande aux musulmans pourquoi ils se battent pour la rivière du Jourdain quand c’est de toute la Palestine qu’il s’agit ! "

Les musulmans devraient anéantir Israël

" Le danger représenté par Israël ne se limite pas à la Palestine… Il s’étend à toute la région. L’imam Khomeyni à dit : ‘Le but de ce virus [Israël], planté au cœur du monde islamique, n’est pas uniquement d’anéantir la nation arabe… Le danger s’étend à tout le Moyen-Orient… et la solution consiste à annihiler le virus. Il n’y a aucun autre traitement possible… Les Etats islamiques et les musulmans devraient entreprendre d’anéantir ce repère de corruption [Israël] de toutes les manières possibles... Il est permis d’utiliser l’argent des institutions de bienfaisance à cet effet. L’imam Khomeyni a ouvert la voie… Tous ceux qui attendaient un changement [les Occidentaux] des élections iraniennes ont été déçus… La position du président Khatami est la même [que celle de l’imam Khomeyni], en dépit de la pression internationale. "

?" La lutte contre Israël n’est pas une petite affaire. Elle nécessite des sacrifices importants, mais quand je vois une mère dire au revoir à son fils, attendant qu’il lui revienne sous la forme d’un shahid, je [me rends compte] que le peuple palestinien est un peuple de guerriers du djihad et qu’il sera très certainement victorieux. "

" Nous devons maintenir l’axe Iran, Syrie, Liban et Palestiniens. Notre ennemi ne pourra rien contre tant que nous serons unis. " (3)

Au cours d’une journée organisée par la société des amitiés irano-palestiniennes (4), le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Sader a déclaré : " La république islamique d’Iran a qualifié la Palestine de priorité politique. " (5)

L’Intifada comme nouvelle phase de la Révolution iranienne

Hassan Khomeyni, petit-fils de l’imam Khomeyni et modérateur de la réunion, a aussi évoqué le lien existant entre le régime iranien et le combat palestinien : " Il existe un lien puissant entre l’Intifada et la révolution islamique d’Iran, le type de lien qui rattache deux révolutions… La phénoménale Révolution islamique d’Iran a eu un impact sur toute l’histoire ; elle a ravivé les convictions religieuses, montrant que la religion peut jouer un rôle important dans tous les domaines. " 

?" L’Intifada des musulmans palestiniens doit être considérée dans une perspective islamique ; tous les mouvements nationalistes et communistes se sont retrouvés dans une impasse et ont été vaincus. L’Intifada marque le commencement d’une nouvelle phase de la révolution historique amorcée par l’imam Khomeyni. Nous affirmons, tout comme l’a fait l’imam Khomeyni, qu’Israël doit être effacé de la surface de la terre et que Jérusalem doit revenir aux musulmans, car elle leur appartient… " (6)

 

  1. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 8 juin 2002
  2. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 9 juin 2002
  3. Télévision Al Manar (Liban-Hezbollah), le 2 juin 2002
  4. La création de cette association reflète l’ampleur de la participation iranienne à la cause palestinienne. L’association a été inaugurée le 6 juin, jour de l’éclatement de la guerre des six jours. Elle est dirigée par l’ancien ambassadeur iranien à Beyrouth Humayun Ali Zadeh.
  5. Al-Hayat (Londres), le 7 juin 2002
  6. Al-Hayat (Londres), le 7 juin 2002

?

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits, ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Institut de Recherche Médiatique du Proche-Orient

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org