Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

 

Enquête et analyse / Egypte

Le 25 novembre 2002 N° 113

La presse arabe face à l’antisémitisme de la série égyptienne "Chevalier sans monture"

Deuxième partie


La diffusion en 41 épisodes de la série égyptienne "Chevalier sans monture" est maintenue sur les écrans en Egypte et dans d’autres pays arabes, tandis que la controverse dont elle fait l’objet ne cesse d’enfler : chaque jour de nouveaux articles sur la série, sur les protestations israéliennes et américaines contre sa diffusion, sur l'antisémitisme, l'authenticité contestée du Protocole des Sages de Sion paraissent dans la presse. Voici quelques extraits d'articles parus sur le sujet dans divers journaux arabes (pour un résumé du scénario, voir l’annexe jointe) :

 
L'argument de la liberté d'expression ne tient pas


La majorité des chroniqueurs et éditorialistes s’est montrée favorable à la diffusion de la série ; une minorité a toutefois exprimé son mécontentement face à l'utilisation des Protocoles. Daoud Shirian, chroniqueur saoudien au quotidien londonien de langue arabe Al-Hayat, conteste l'argument selon lequel la diffusion de la série atteste de la liberté d'expression qui existe en Egypte: " ... Notre position d’Arabes et d’Egyptiens en défense au feuilleton semble bien faible car elle se base sur le droit à [la liberté] l'expression. En Egypte même, un avertissement [gouvernemental] a été adressé à la chaîne satellite Dream [qui diffuse la série], au sujet d'une émission politique [dans laquelle le célèbre journaliste Hasanayn Heikal évoque la succession du président Moubarak]. Dans un grand nombre de pays arabes, on ferme des journaux, des chaînes satellite et des agences de presse. Par conséquent, invoquer la liberté d’expression… ne sert pas nos intérêts… Tant que les médias arabes resteront ‘officiels’, l’Amérique et les autres [pays] continueront d’intervenir dans leurs affaires et de violer leur souveraineté. " (1)

Lorsque les Arabes disent " Nous sommes sémites," l'Occident sourit


L'intellectuel égyptien Mamoun Fendi, qui vit et travaille aux Etats-Unis, réfute également l'argument de la " liberté d'expression égyptienne ". Mais son article porte essentiellement sur un autre argument abondamment utilisé par les médias arabes : les Arabes étant sémites, ils ne pourraient logiquement être antisémites. Fendi écrit: " Lorsque les Arabes répondent aux accusations d'antisémitisme par ‘nous sommes sémites’, l'Occident sourit... car le terme ‘antisémitisme’, tel qu'il est employé ici, en Occident, ne se réfère pas à une catégorie anthropologique des races... Le ‘sémitisme’ de l’‘antisémitisme’ tel qu’ils l’entendent... se rapporte principalement aux massacres des Juifs en Europe, à la haine dont ces derniers ont fait l’objet, laquelle a mené tout droit aux chambres à gaz et aux fours crématoires. C’est pourquoi, lorsque certains Arabes disent ‘nous sommes sémites’, l'individu moyen [s'interroge]: ‘Quand au juste les Arabes ont-ils été brûlés dans les chambres à gaz en Europe, et quel est le rapport entre les Arabes [et ces événements] ?’ Les Arabes n’ont bien sûr pas connu les fours crématoires nazis ; la revendication arabe de ‘sémitisme’ relève dès lors d’une tentative de récupération de l’histoire d’autrui.


Certains [en Occident] se demandent si cette tentative de se disculper [de tout antisémitisme] ne découle pas d’un certain négationnisme arabe, si, en fait, ces Arabes ne se rangeraient pas du côté des néo-nazis, qui nient l'existence des chambres à gaz et soutiennent que l'holocauste n'a jamais eu lieu... Tandis que l'Allemagne se purifie de ce crime historique, on rencontre des Arabes qui célèbrent cet événement

[l'Holocauste]... " (2)
 
La presse égyptienne est majoritairement  favorable à la série


La presse égyptienne dans son ensemble s’est montrée largement favorable à la diffusion de la série. Un éditorial intitulé " Non au terrorisme idéologique ", publié dans le quotidien officiel Al-Akhbar, explique : " Ceux qui mettent en doute l'authenticité du Protocole des sages de Sion prétendent que [la police secrète du] tzar Nicolas II en est l’auteur, qu’elle voulait ainsi faire porter aux Juifs la responsabilité des problèmes de la Russie d’alors. Selon eux, les Protocoles ont été utilisés par Hitler pour justifier les chambres à gaz! ... La question de fond est la suivante : dans les faits, le sionisme ne cherche-t-il pas à conquérir le monde par l'argent, le meurtre, le sexe et d'autres moyens tout aussi méprisables, particulièrement à l'heure actuelle ? " (3)

 
Dans le même numéro d’Al-Akhbar figure un article de Fatma Abdallah Mahmoud, qui, en avril 2002, reprochait à Hitler de n’avoir pas terminé le travail d'extermination des Juifs. (4) Mahmoud écrit : " Ces meurtriers [les Juifs], ces assassins, ces criminels de guerre, ces êtres sanguinaires, ces ennemis de l'humanité tout entière... n'ont eu de cesse que de reprendre leur refrain éculé, la même accusation boiteuse et le même air discordant sans aucun fondement — qui dit que nous sommes antisémites!!

 
Cette accusation ne fait plus que l’effet d’une mauvaise plaisanterie - une plaisanterie qui suscite mépris et dégoût, et révèle leur ignorance totale des éléments les plus fondamentaux de leur religion. Comment pourrions-nous être antisémites, étant nous-mêmes sémites, plus sémites encore qu'eux ? Nos parents et grands-parents étaient sémites. Pouvons-nous nous haïr nous-mêmes ? Nous ne sommes pas des malades mentaux, nous ne sommes pas schizophrènes...


Si seulement ces meurtriers qui assassinent les enfants réfugiés dans les bras de leurs pères, qui éventrent les femmes pour en extirper fœtus et intestins et les jeter au hasard, ces criminels de guerre dont les mains dégoulinent des pieds à la tête du sang de Palestiniens innocents - si seulement ils ouvraient un livre d'histoire, ils y liraient cette phrase qui reflète fidèlement la vérité et la réalité: ‘Les musulmans sont d'origine sémite’...

 
La vérité indéniable est que ce sont les ‘Fils de Sion’ les antisémites et les ennemis du genre humain... L’ouvrage qui atteste le mieux de leur culpabilité et révèle en outre leur antisémitisme et leur hostilité à l'égard de l'humanité est l’ouvrage... démoniaque par essence et répugnant de bassesse intitulé Le Protocole des Sages de Sion! ... Le Protocole répand son venin et sa haine à l'encontre de tout non-juif vivant sur la surface de la terre! ... " Mahmoud cite ensuite des extraits des Protocoles. (5)

En revanche, Wagih Abou Zikra, chroniqueur d’Al-Akhbar, écrit qu’il " tend à rejeter l'idée que les Juifs soient mêlés à cet ouvrage... ", précisant toutefois : "  Israël, ainsi que la majorité des Juifs dans le monde, appliquent le programme des Protocoles, qu'ils aient été écrits par des rabbins ou non, que les terroristes juifs les aient lus ou pas. " (6)

 
Dans le quotidien officiel Al-Ahram, des articles favorables à la série ont été publiés aux côtés d'articles la critiquant. Zeinab Al-Imam exprime son " éternelle reconnaissance envers tous ceux qui ont participé à ce travail et aidé à le mener à terme. Une reconnaissance éternelle et une bénédiction spéciale au chevalier, le héros de l’histoire [interprété par Muhammad Sobhi], qui a compris à quel point il est important de se servir de l’art comme d’une arme… pour la brandir au visage de l’ennemi ; c'est une arme qui ne verse pas de sang, mais qui éclaire les esprits... " (7)

 
Dans un autre article d’Al-Ahram intitulé " Les protocoles des sages de Sion - Vérité et illusion ", Hazem Abd El-Rahman écrit: "  ...Nous ne haïssons pas le peuple israélien et nous n’en haïssons pas la composante juive... Est-il dès lors décent de notre part de fonder cette série sur ce faux qui attise la haine? " (8)

 
La plupart des articles publiés dans Al-Ahram sont toutefois de l’avis contraire. Mohamed Saleh écrit: " ...Ils [les Juifs] ont réussi à exclure des théâtres d'Europe et d'Amérique cette oeuvre magnifique de Shakespeare qu'est le Marchand de Venise, mais ils ne réussiront pas à imposer leur volonté au monde arabe... C'est une plaisanterie des plus absurdes, mais elle révèle le niveau d'arrogance d'Israël et des Etats-Unis, qui le finance... " (9)

 
Un article de Magdi Salem, publié dans Aqidati, hebdomadaire religieux diffusé par le quotidien officiel Al-Gumhouriyah, indique: " Deux livres ont eu une influence néfaste sur l'histoire de l’homme... Le premier fut Le Prince de Machiavel, et le second le Protocole des Sages de Sion...

Le Protocole des Sages de Sion, auquel les Juifs nient avoir participé, prétendant qu'il a été inventé de toutes pièces par la police secrète du Tzar il y a des centaines d'années, fixe les règles de base et la politique suivies par un petit groupe d'êtres humains qui considèrent que Dieu leur a donné la Terre et ses habitants en héritage... Les Juifs démentent avoir de telles opinions, mais c’est toujours celui à qui le crime profite qui est désigné comme criminel. Les Juifs ont profité de tout ce qui est arrivé à l'espèce humaine depuis l'antiquité. Ils ont attisé le feu de la guerre depuis les temps anciens. Ce sont eux qui aujourd’hui contrôlent les grandes puissances politiques du monde, agissant toujours dans leur propre intérêt ; ce sont eux qui s’en prennent à quiconque ose les défier ou révèle leurs méthodes au grand jour. Le mot ‘antisémitisme’ est devenu une accusation toute faite dont ils affublent quiconque oserait se mettre sur leur chemin. " (10)

 

Les médias arabes du monde entier s’expriment sur la question

Partout dans le monde, les médias arabes participent à la controverse qui entoure la série. Dans le quotidien saoudien Al-Riyadh, Abd El-'Aziz Al-Sweid écrit: " L’offensive qui a pour but de faire disparaître le Protocole des Sages de Sion fait rage depuis quelque temps. Son objectif est d’innocenter les Juifs, malgré les actes qu'ils commettent actuellement, et malgré leurs actions passées et déjà oubliées : après avoir assassiné les prophètes, [les Juifs] ont été innocentés [par le Pape] du meurtre de notre Seigneur Jésus, bien qu'ils aient [effectivement] tenté de le tuer, comme le prouve le Coran... C’est pour les éditeurs arabes du monde entier un devoir moral et national que de publier le Protocole des Sages de Sion, sans considération de pertes ou profits, dans des éditions à grand public et bon marché, en arabe et dans d'autres langues, y compris l'hébreu. J'exhorte les chaînes de télévision officielles et les chaînes satellite arabes à diffuser Chevalier sans Monture... Le Protocole des Juifs de Sion est authentiquement vrai, et quiconque en doute est invité à le lire pour découvrir quels protocoles ont été concrétisés et comment. Il verra que la tentative d’éradication des Protocoles actuellement en cours y est [aussi] mentionnée... " (11)

 
Ahmed Abbas écrit, dans le quotidien londonien de langue arabe Al-Sharq Al-Awsat, que l'on ne devrait pas s’attendre à ce que les Arabes agissent avec objectivité quand il s’agit des Juifs : " ... C'est la deuxième fois qu’ils essaient d'étouffer des oeuvres égyptiennes qu'ils [les Américains] considèrent comme de l’incitation à la haine du Juif. Il y a quelques mois, l'auteur égyptien Adel Hammouda a repris, dans Al-Ahram, la vieille histoire qui raconte comment les Juifs tuaient des enfants non-juifs pour incorporer leur sang à des pâtisseries qu'ils consomment dans le cadre de rituels religieux. " (12)


(1) Al-Hayat (Londres), le 6 novembre 2002.
(2) Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 11 novembre 2002.
(3) Al-Akhbar (Egypte), le 12 novembre 2002.
(4) Voir la Dépêche Spéciale No. 375 de MEMRI : "L’éditorialiste d'un quotidien officiel égyptien s'adresse à Hitler: ‘Si seulement tu l'avais fait, mon frère!’

(5) Al-Akhbar (Egypte), le 12 novembre 2002.
(6) Al-Akhbar (Egypte), le 8 novembre 2002.
(7) Al-Ahram (Egypte), le 6 novembre 2002.
(8) Al-Ahram (Egypte), le 6 novembre 2002.
(9) Al-Ahram (Egypte), le 9 novembre 2002.
(10) Aqidati (Egypte), le 5 novembre 2002.
(11) Al-Riyadh (Arabie Saoudite), le 5 novembre 2002.
(12) Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 8 novembre 2002.

*********************************************************************
Annexe


Chevalier sans monture — Synopsis


Le neuvième épisode est le premier à mettre en scène des Juifs : un groupe de Juifs pieux se retrouve dans une pièce sombre pour parler d'un problème : un exemplaire du Protocole des Sages de Sion a été clandestinement transporté en Egypte ; les Juifs craignent que les Egyptiens ne le lisent et y découvrent leur intention d’agir en Egypte comme en Russie. Les Juifs se rendent chez la " princesse française Margaret ", femme du commandant britannique qu'ils soupçonnent de détenir le livre.

Ils le lui réclament, mais elle nie en avoir entendu parler. Ils lui demandent de ne pas les obliger à le lui prendre de force ; elle les enjoint à ne pas la menacer et les repousse hors de sa chambre. Après leur départ, Margaret cache le livre dans un tiroir. Soudain, le héros de la série, Hafez Nagib, apparaît ; il était caché dans la pièce et a entendu toute la conversation. Margaret partie, Hafez se saisit du livre, écrit en russe.
 
Dans le dixième épisode, les Juifs se rencontrent dans une pièce sombre ornée de symboles juifs tels qu'une menora aux bougies allumées. Ils discutent de l’établissement d'un Etat juif et spéculent sur l’éventualité d’une aide de la Grande-Bretagne à la création d'un foyer national juif en Palestine, vu qu’elle avait précédemment refusé d’aider à celui d'un Etat juif dans le Sinaï. Ils pensent pour la plupart que le Royaume-Uni a intérêt à établir un tel Etat en Palestine, ceci afin de séparer l'Egypte de la Grande Syrie et d’empêcher la formation d’une unité arabo-musulmane.
 
Dans le douzième épisode, les Juifs enlèvent Hafez dans la rue pour le contraindre à récupérer le livre chez Margaret et à le leur donner. Ils concluent un marché avec lui en prétendant que le livre contient une technique révolutionnaire de fabrication de savon. Nagib accepte de récupérer le livre en échange de deux cents lires. Il se procure le livre chez Margaret, rencontre ensuite un groupe d'Egyptiens à qui il raconte n'avoir pu en déchiffrer que le titre - Le Protocole des Sages de Sion - et vouloir absolument découvrir ce qu'il contient. Il ne croit pas les Juifs et leur histoire de savon, déclarant: " Quel rapport entre les Sages de Sion et le savon? "

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des originaux et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Middle-East Media Research Institute

BP 27837, 20038-7837 Washington D.C.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail :

memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org/french