Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

Irak / Rapport / 1ère partie

Le 7 octobre 2002 - n° 10

Dans ce rapport :

Suite à l’acceptation par l’Irak du retour des inspecteurs en désarmement,

1 — des officiers égyptiens retraités octroient des conseils militaires à l’Irak 

2 — l’Irak poursuit ses préparatifs de guerre

3 — menace de détruire le Qatar

4 — met en garde la Turquie contre une intervention dans le Nord 

5 — le Koweït se prépare à une éventuelle agression chimique.

1 — En Irak, des officiers égyptiens retraités octroient des conseils militaires

On sait de source jordanienne (Renseignement) que quatre officiers de l’armée égyptienne à la retraite ont passé deux semaines à Bagdad (du 7 au 22 septembre), dans le cadre d’une mission secrète, pour établir un plan de défense irakien à appliquer en cas d’offensive américaine.

Après avoir passé en revue les différents scénarios militaires mis au point par le haut commandement militaire irakien, les officiers égyptiens ont conclu que la région allant de la ville de Mosul au Nord de l’Irak jusqu’à la chaîne de montagnes Hamarine au Nord de Tikrit et au lac Saddam représentaient les points faibles du plan de défense irakien. Cette région se trouve à la portée des forces aériennes américaines postées à la base d’Incirlik en Turquie. Les officiers égyptiens sont également arrivés à la conclusion que la ville de Kirkuk, avec ses importants puits de pétrole, ne peut être défendue. (Ils ont envisagé l’éventualité d’une destruction du lieu par l’Irak, qui accuserait ensuite les Etats-Unis de l’acte, comme cela s’est produit au Koweït). Selon ces sources, les officiers égyptiens auraient conseillé aux Irakiens de construire une ligne de défense de Bagdad en Irak du centre, au Sud de la chaîne des Hamarine.

Les sources indiquent également que les plans de défense de Bagdad n’ont pas été révélés aux Egyptiens vu qu’ils incluent [la construction] d’aéroports secrets et de tunnels souterrains. Les Egyptiens ont conseillé [de construire] un tunnel sous le Tigre pour le déplacement de l’équipement militaire, en prévision d’une éventuelle destruction des 12 ponts liant la capitale au reste du pays.

Les officiers égyptiens ont trouvé des lacunes énormes concernant la défense de la partie Sud du pays. Suite aux conseils égyptiens, les Irakiens ont déplacé leurs installations d’urgence vers des zones dégagées facilement défendables. Ils ont également déplacé la première brigade, du secteur de Zahraa (situé derrière le Département de la circulation) à celui de Tarek, derrière la station de train. Quant à la deuxième brigade, elle a été déplacée de Garmat Ali à Al-Maqal (derrière le club de sport portuaire). Finalement, les Martyrs de l’unité de Saddam, situés dans la région de l’Hindiya, ont été réinstallés dans un bâtiment situé à proximité du vieil aéroport de Najibiyya.

Ces sources indiquent aussi que l’équipe égyptienne a conseillé de placer une seconde ligne de défense de Bagdad au Sud de la ville, entre le Tigre et l’Euphrate, au Sud d’Al-Amara et à l’Est de Diwaniyya. L’équipe a en outre recommandé de construire de nouvelles fortifications destinées aux lanceurs de missiles. Mais elle a estimé qu’en dépit de tous ces préparatifs, Basra ne pourrait être défendue pendant plus de trois jours. (1)

2 — L’Irak poursuit ses préparatifs de guerre

La décision irakienne d’accepter une inspection internationale a été soudaine : tandis que le peuple irakien apprenait la nouvelle par différentes sources, les journaux contenaient toujours des articles et des dépêches sur les " espions " et la détermination irakienne à refuser leur retour, si ce n’est dans le cadre d’une solution globale aux problèmes de l’Irak et du Moyen-Orient. (2)

Le quotidien koweïtien Al-Watan cite une source kurde affirmant que " Saddam a décidé d’assigner la responsabilité de l’Irak du Sud au lieutenant général Ali Hassan Al-Majid (dit Ali Kimaoui : ‘Ali le chimiste’)… et l’a autorisé à avoir recours aux armes chimiques contre un éventuel soulèvement populaire dans la région. " D’après la même source, " Al-Majid a installé ses quartiers généraux dans la ville d’Al-Nassiriya, a rencontré les dirigeants de clans du Sud, les a mis en garde contre toute tentative de rébellion, a exigé qu’ils participent aux contre-offensives et les a informés de la décision de placer sans plus attendre une artillerie anti-aérienne sur les toits des bâtiments… " Le rapport précise pour finir que " Saddam a informé son administration et ses organisations d’imposer le couvre-feu dans tout le pays immédiatement après le début de la guerre afin d’éviter une insurrection populaire… " (3)

Le correspondant d’Al-Hayat à Bagdad décrit l’entraînement militaire des femmes en Irak, précisant que les citoyens de la ville ont désormais l’habitude de voir des femmes porter des fusils sur le chemin des camps d’entraînement… Selon la dépêche, ces femmes sont issues de tous les milieux de la société irakienne : " des médecins, des académiciennes, des ingénieurs et des femmes au foyer… Les femmes subissent un entraînement militaire rigoureux qui [comprend l’enseignement] de tactiques de survie consistant par exemple à s’alimenter d’herbe et d’animaux sauvages : lapins, serpents… " (4)

Citant des visiteurs ayant récemment voyagé de Bagdad à Amman, le quotidien Al-Sharq al-Awsat publie que certains " courageux Irakiens ont inscrit le slogan ‘En finir avec Saddam’ en caractères gras sur les murs du quartier d’Al-Jadida [dans la ville nouvelle de Bagdad], et que la réaction [des autorités] a été terrible : les services secrets ont fait une descente nocturne dans le quartier, ont fouillé les maisons et arrêté des dizaines de personnes qui possédaient des marqueurs, et depuis personne ne sait ce qui les attend… " Selon un autre visiteur, " [les autorités] ont prévenu certains pères de familles qu’ils seraient exécutés, eux et des membres de leurs familles, si quiconque essayait de se rebeller… " (5)

Al-Sharq al-Awsat publie la déclaration du ministre des Affaires étrangères Naji Sabri Al-Hadithi, selon laquelle les Etats-Unis ne pourront pas renverser Saddam Hussein comme ils renversent les " républiques bananières ". Ce dernier met en garde le monde arabe contre " la capacité des Etats-Unis à geler le capital des pays arabes ", ajoutant que " les Arabes devraient donc refuser la politique américaine… " M. Al-Hadithi précise  : " Nous ne devrions pas attendre qu’on nous demande de changer notre système éducatif et de supprimer du Coran tous les textes se référant aux Juifs… " (6)

3 - Saddam menace de détruire le Qatar

Le quotidien Al-Gumhuriya [Egypte] rapporte que " le président irakien a menacé de complètement détruire le Qatar si jamais les Etats-Unis utilisaient la base Al-Udeid du Qatar au lancement de l’offensive militaire escomptée. Saddam a formulé cette menace à l’occasion d’un meeting avec le ministre des Affaires étrangères du Qatar à Bagdad… L’officiel du Qatar a été pris de court par cette féroce remontrance de Saddam… Des sources irakiennes révèlent que Saddam s’est montré très émotif, parlant assez fort pour que les personnes se trouvant en dehors de la pièce puissent l’entendre, ce qui est rare… Les sources ajoutent que l’officiel en question a quitté la réunion d’un air maussade, prenant directement la direction de l’aéroport… " (7)

4 — Le vice-président irakien met en garde la Turquie

Dans une conférence de presse à laquelle assistait une délégation turque, le vice-président irakien Taha Yassine Ramadhan a affirmé que " l’Irak refuse toute présence turque ou étrangère sur son territoire, quelle qu’en soit la raison, et considérera [toute présence turque ou étrangère] comme un acte d’hostilité, une intervention dans ses affaires intérieures et une menace à sa sécurité et sa souveraineté nationale… " (8)

5 — Le Koweït se prépare à une offensive à l’arme chimique

Le quotidien koweïtien Al-Watan annonce que les autorités distribueront 100 000 masques à gaz aux membres du secteur public, tandis que le secteur privé en vendra à des prix variables. Le journal rapporte que des brochures d’information seront distribuées pour expliquer au public quelles dispositions prendre en cas d’attaque irakienne avec des armes conventionnelles, chimiques ou biologiques. Le journal publie également une liste d’instructions à suivre "  en cas de sirène, ou de l’utilisation d’armes chimiques par l’ennemi… " Dans une dépêche de nouvelles, le journal cite " une source sûre non identifiée de la Défense civile du Koweït ", qui insiste sur la " qualité et l’intégrité " des procédures établies, précisant que des mesures de contre offensive seront prises par la garde nationale et les forces de la Défense civile. (9)

Le jour suivant, le journal rapporte que : " Le ministère [koweïtien] de la Santé a procédé à l’achat de tentes… dans le but d’isoler et de traiter les victimes d’attaques chimiques en évitant la contamination par les hôpitaux. Le ministre de la Santé a rencontré des administrateurs d’hôpitaux de la région d’Al-Sabbah pour évoquer le problème, et les a encouragés à s’entraîner au moyen de fausses alertes. " (10)

Dans un article du quotidien arabe Al-Sharq al-Awsat, édité à Londres, le chroniqueur Ahmed Al-Rubi rapporte qu’une majorité de Koweïtiens, tous secteurs confondus (parlementaires, académiciens, acteurs, veufs de guerre compris), a signé une lettre ouverte au peuple irakien appelant au renversement du régime actuel et à son remplacement par un système démocratique. La lettre a été envoyée à plusieurs journaux arabes pour publication. Les signataires se plaignent que " plusieurs journaux ont refusé de publier la lettre, prétextant qu’ils ne publient pas de publicités politiques, quelles qu’en soit le contenu… " L’article conclut de la sorte : " Ceux qui se taisent sur la tragédie du peuple irakien vireront de 180% en s’apercevant que le changement est tout proche, et useront alors de la même hypocrisie, estimant que les gens ont la mémoire courte… " (11)

  1. Al-Watan (Arabie Saoudite), le 26 septembre 2002
  2. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 22 septembre 2002
  3. Al-Watan (Koweït), le 17 septembre 2002
  4. Al-Hayat (Londres), le 26 septembre 2002
  5. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 24 septembre 2002
  6. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 15 septembre 2002
  7. Al-Gumhuriya (Egypte), le 11 septembre 2002
  8. Al-Jumhuryia (Irak), le 24 septembre 2002
  9. Al-Watan (Koweït), le 24 septembre 2002
  10. Al-Watan (Koweït), le 25 septembre 2002
  11. Al-Sharq al-Awsat (Londres), le 25 septembre 2002

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des originaux et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Middle-East Media Research Institute

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org