Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Retour vers la liste de MEMRI en français ->

Enquête et analyse / Djihad et terrorisme / Autorité Palestinienne

Le 07 juillet 2002 - N° 10 1

Débat palestinien sur les opérations "martyre"

2ème partie : Communiqué palestinien contre les attentats

Le quotidien palestinien Al-Qods a publié un communiqué signé par quelques 500 personnes, dont certaines personnalités palestiniennes comme le professeur Sari Nusseibeh (et sa femme Lucy), Hanan Ashrawi, Mamdouh Nofal, Ziad Abou Ziyad et Hashem Abd El-Razeq. Ce communiqué appelle à l’arrêt des opérations militaires perpétrées en Israël contre des civils, vu que celles-ci ne font qu’accroître la haine mutuelle des deux peuples et écarter toute possibilité de coexistence pacifique dans deux Etats adjacents. (1)

Le professeur Nusseibeh : 1ère version

Dans une interview accordée au quotidien arabe israélien Al-Ittihad, le professeur Nusseibeh a rendu compte des motifs du communiqué : " Nous devons employer des moyens qui servent nos intérêts, notre but étant de mettre fin à l’occupation et aux actes de répression barbares. Nous ne pensons pas qu’abattre des civils israéliens serve notre cause, juste et humaine : cela fait de l’assassin renommé qui détruit des villages, tue des enfants, usurpe des terres et en bannit les habitants une victime qui se vend au monde, cherchant à être soutenu, et qui parvient à justifier ses actes barbares. Quel que soit le niveau de cruauté de l’ennemi, qui ne possède aucune trace d’humanité, … les Palestiniens ne doivent pas sacrifier leurs valeurs morales en plus de leurs corps. Nous devons nous raccrocher aux valeurs de moralité et d’humanité parce que notre force vient de ce que nous y adhérons. " (2)

Le professeur Nusseibeh : 2ème version

Sur Al-Jazira, chaîne télévisée du Qatar, le professeur Nusseibeh a évoqué d’autres arguments pour justifier la diffusion du communiqué. Interviewé aux côtés de Khaled Mashal, chef du comité décisionnaire du Hamas, et de Oumm Nidal, mère de Mohammed Farhat (laquelle a été filmée, envoyant son fils commettre un attentat "martyre") (3), le professeur Nusseibeh a affirmé que le communiqué se référait exclusivement aux opérations perpétrées contre des civils en Israël : " Il y a consensus en ce que nous soutenons [tous] la résistance en général, et la résistance contre l’occupation en particulier. [Nous sommes tous d’accord sur le fait] qu’il n’y a pas de vie sous l’occupation, et la plupart des Palestiniens sont prêts à devenir martyrs au nom de la liberté, de l’indépendance et de l’honneur retrouvé. Je suis d’accord avec ça.. Il existe plusieurs formes de résistance : la résistance armée et la résistance non armée, bien légitime. Cette dernière peut s’étendre au public et devenir populaire, comme l’a été la résistance palestinienne pendant toutes ces années d’occupation.

Parallèlement, dans le cadre de la résistance armée, il existe une résistance qui se veut offensive et une résistance défensive. Les opérations "martyre" représentent encore une autre forme de résistance : il y a le "martyre" pour la défense, catégorie où entrent ces héros du camp de Jénine devenus martyrs pour leur terre et leur patrie ainsi que le martyr Fares Odeh, victime des soldats de l’occupation, et puis il y a le "martyre" offensif. Dans cette deuxième catégorie, il faut distinguer entre le martyr qui prend pour cible des objectifs militaires et celui qui prend pour cible des civils.

Dans notre communiqué, c’est à cette sous-catégorie que nous nous référons, à ces opérations armées usant d’explosifs [perpétrées contre des civils en Israël].

Je souhaite préciser que nous n’avons pas condamné [ces opérations] ni voulu faire appel aux sentiments. Nous nous sommes adressés à nos frères afin de réfléchir ensemble à la question, de nous pencher avec sincérité sur le problème, avec la participation de tous les concernés, et d’évaluer les avantages tirés de ces opérations visant les civils en Israël ainsi que le tort qu’elles ont occasionné. "

Evoquant la fierté d’Oumm Nidal face au "martyre" de son fils, le professeur Nusseibeh lui a rendu hommage : " Quand j’entends parler Oumm Nidal, je pense au verset [coranique] qui dit : ‘Le paradis se trouve sous le pied des mères.’ (4) Cette mère mérite tout le respect, de même que toutes les mères palestiniennes et toutes les Palestiniennes combattantes du djihad. Je ne souhaite pas mêler déclarations et commentaires politiques au respect que chaque Palestinien ressent pour tous les combattants du djihad et pour ceux qui croient vraiment qu’il n’y a pas de vie possible sous l’occupation, [qu’il n’y a de vie] que dans la liberté et la dignité. " (5)

Le professeur Nusseibeh a formulé une opinion similaire sur le site Albawaba de nouvelles arabes : " Le communiqué que j’ai signé, avec des centaines d’autres, était clair. Nous ne nous sommes pas adressés à nos frères des diverses factions de la résistance dans le but de les châtier ou de les condamner, de dépeindre la résistance comme de la terreur ou de la délégitimer ; aucun de ces termes ne figure dans le communiqué… [Notre] but était de faire comprendre la nécessité d’une réévaluation des avantages des opérations ["martyre"] en Israël dans l’optique des buts que nous cherchons à atteindre. " (6)

Réaction de l’Autorité Palestinienne : 1ère version

Dans une interview du quotidien israélien Haaretz (7), Yasser Arafat a affirmé qu’il soutenait le communiqué.

Réaction de l’Autorité Palestinienne : 2ème version

Le quotidien Al-Hayat al-Jadida, porte-parole de l’Autorité Palestinienne a, de façon inattendue, discrédité la liste de noms du communiqué, déclarant que le journal avait procédé à des vérifications et s’était aperçu que certains signataires étaient âgés de moins de dix ans, que d’autres étaient décédés où malades mentaux et que cette liste comprenait aussi des noms d’acteurs égyptiens. (8)

Contre-communiqué

150 intellectuels arabes, dont un grand nombre de Palestiniens, ont diffusé un contre-communiqué en soutien aux attentats-suicides/"martyre". Le communiqué dit : " Ce qui est actuellement demandé aux Arabes palestiniens, toutes factions confondues, est de résister à l’occupation et de la bannir de notre terre par tous les moyens possibles, essentiellement la lutte armée, en ayant recours à toutes les armes accessibles, afin d’affronter la machine militaire sioniste armée par l’Amérique et le parti pris non dissimulé de ce pays contre notre peuple, notre cause et toutes les causes du monde arabe. " (9)

 

  1. Al-Qods (Autorité Palestinienne), 19-22 juin 2002
  2. Al-Ittihad (Israël), le 20 juin 2002
  3. Voir la Dépêche Spéciale 391 de MEMRI. Dans une interview du quotidien arabe Al-Sharq al-Awsat, diffusé à Londres, Oumm Nidal affirme : " C’est parce que j’aime mon fils que je l’ai encouragé à mourir en martyr pour Allah… Après son "martyre", j’ai eu le cœur tranquille pour lui. J’ai encouragé tous mes fils à mourir en martyrs, et je me souhaite le "martyre" à moi-même. "
  4. Il ne s’agit pas là d’un verset du Coran, mais d’un hadith (tradition) selon lequel les mères sont si élevées que le Paradis même se trouve sous leurs pieds.
  5. Télévision Al-Jazira (Qatar), le 29 juin 2002
  6. Le 24 juin 2002
  7. Haaretz (Israël), le 21 juin et Al-Ayyam (quotidien de l’Autorité Palestinienne), le 24 juin 2002
  8. Al-Hayat al-Jadida (Autorité Palestinienne), le 26 juin 2002
  9. Al-Watan (Arabie Saoudite), le 30 juin 2002

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif mettant à votre disposition des traductions de la presse du Moyen-Orient, une analyse originale des faits ainsi que le résultat de recherches sur le développement de la situation dans la région. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

Middle-East Media Research Institute

BP 27837, 20038-7837 Washington DC.

Tel: (202) 955-9070 Fax : (202)955-9077 E-Mail : memri@erols.com

Trouvez les précédentes publications de MEMRI sur notre site Internet : www.memri.org