Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

Lettre ouverte à Hubert Védrine.

Ne faisons pas les mêmes erreurs Monsieur le Ministre.

Nous, Nations occidentales, avons laissé les Talibans s’ancrer en Afghanistan depuis près de cinq ans, nous les avons laissés grillager tout un peuple, pratiquer leur tyrannie au quotidien et n’avons pas su ou pas voulu diagnostiquer un mal qui aujourd’hui flambe et nous touche tous de près. Pourtant, l’étiologie de ce mal n’était pas si difficile à détecter, pourtant Massoud et son Alliance du Nord n’avaient pas manqué de nous alerter : " Aidez-nous à nous débarrasser de ce régime barbare ! Ouvrez les yeux ! ".

Aujourd’hui Massoud est mort, nous ouvrons les yeux, nous réagissons certes, mais si tard…les Talibans sont peut être à genoux à présent…mais à quel prix !

Il est une autre région du monde où certains tirent la sonnette d’alarme depuis des années et où, là encore, nous ne voulons pas entendre : Cette région c’est le Proche Orient. Qui nous alerte ? C’est Israël, confronté à l’intégrisme islamiste, au terrorisme aveugle… Quel est le point commun avec l’Afghanistan ? Là aussi le mal semble sous estimé, peut flamber et nous toucher de près car Israël, seule démocratie de la région, est probablement un rempart pour nos démocraties. Alors ne faisons pas les mêmes erreurs Monsieur le Ministre. Vouloir faire du conflit israélo-palestinien un simple conflit territorial est une erreur : " Faisons pression sur Israël pour qu’il se retire des territoires occupés depuis 1967 et nous obtiendrons, par automaticité, la paix dans cette région du monde ". Non, les choses ne sont pas si simples, ce serait mal connaître la vraie nature de ce conflit, aussi guerre de religion et pas simple lutte d’autonomie nationale.

Notre diplomatie doit intégrer ce paramètre géopolitique fondamental au risque d’échouer dans son entreprise qui est de favoriser la stabilité au Proche Orient.

Nous savons les efforts déployés par le Quai d’Orsay pour tenter d’apaiser la violence et appeler à la paix dans cette région du monde. Nous savons aussi les vives critiques que la France a souvent adressées à l’encontre d’Israël depuis le début de l’Intifada Al Aqsa, critiques d’ailleurs souvent accompagnées de conseils. Avec plus de recul, ce sont précisément ces conseils qui peuvent inquiéter lorsqu’ils prennent l’allure de leçons voire de contraintes. N’enlevant rien aux bonnes intentions qui les ont probablement inspirées je pose ouvertement la question : Et si ces conseils, recommandations et autres injonctions allaient à l’encontre du but recherché, et s’ils risquaient de basculer cette région du monde vers encore plus de larmes et de sang…Et si nous étions dans l’erreur Monsieur le Ministre ?

Prenons quelques exemples susceptibles d’illustrer ce manque de clairvoyance de la part des Quais d’Orsay successifs :

Dix ans plus tard, c’est la Guerre du Golfe : Qu’aurait été ce conflit si l’Irak avait été doté de l’arme atomique ? A posteriori, quel pays a félicité l’Etat hébreux pour son anticipation dont on peut juger aujourd’hui à quel point elle aura été salutaire pour cette région du monde ?

On le saura quelques années plus tard, cette non réaction de Tsahal aura été interprétée par le monde arabe comme un signe de faiblesse et aura " dopé " un certain nombre d’organisations islamiques sur fond de scènes de liesse d’enfants palestiniens applaudissant chaque missile arrivé à destination.

Sur la question proche orientale, et parce que les conseilleurs ne sont pas les payeurs,

la France ne devrait-elle pas prendre un peu plus de recul avant de faire entendre sa voix , avant de critiquer, condamner, conseiller avec souvent une certaine assurance ?

Alors quel est le prochain piège ?

Et bien la France va tout faire, dans les prochains jours ou les prochaines semaines, pour convaincre l’opinion internationale de ne pas faire d’amalgame entre terroristes des réseaux Bin Laden frappés aujourd’hui en Afghanistan et " activistes " palestiniens du Hamas ou du Djihad Islamique (c’est d’ailleurs le message qu’a voulu faire passer l’ambassadeur de France en Israël en expliquant, au lendemain des attentats du World Trade Center, que ces kamikazes n’avaient rien à voir avec ceux ayant commis les attentats suicides du Delphinarium de Tel Aviv ou de la pizzeria de Jérusalem… …personnellement je n’ai toujours pas compris la subtilité !)

Grave erreur. Il y a au contraire danger à ne pas faire d’amalgame entre tous ces réseaux islamistes terroristes. Quelle différence y a t-il entre les kamikazes du Hezbollah qui ont fait l’attentat du Drakkar au Liban en 1983 tuant de nombreux militaires français ainsi qu’un de nos diplomates, les islamistes maghrébins qui ont commis les attentats aveugles de 1995 sur le sol français ou ceux qui ont massacré et continuent de massacrer avec autant de cruauté des centaines d’innocents en Algérie, les terroristes Palestiniens du Hamas ou du Djihad Islamique qui ont tué tant de civils en Israël et qui viennent de s’illustrer dans les attentats kamikazes de Jérusalem et de Haïfa ou enfin les terroristes d’Al Quaïda qui ont commis l’innommable ?

Ces gens là mènent tous le même combat et il y a péril à ne pas identifier une véritable nébuleuse terroriste panislamique. Il y a péril à ne pas la combattre dans sa globalité et dès son incubation, y compris dans l’Hexagone.

Oui, Monsieur Védrine, il aurait fallu condamner beaucoup plus fermement les Palestiniens qui ont " caillassé " le Premier Ministre de la France à Bir Zeith parce qu’il avait osé qualifié les membres du Hezbollah de terroristes.

Non, vous n’auriez pas dû recevoir Bachar El Assad en France sachant que la Syrie arme, finance et manipule le Hezbollah.

Enfin, si nous voulons tous croire un jour en l’existence d’un Etat Palestinien épris de liberté et de démocratie aux côtés d’Israël, il serait bon de rechercher les pistes qui emmèneront ces deux peuples vers la paix, en tenant compte du devenir des deux parties.

Mais vous semblez vouloir imposer une paix dans l’urgence et coûte que coûte, quitte à fermer les yeux sur ces écoles palestiniennes qui deviennent des lieux d’endoctrinement où l’on apprend le maniement du fusil, sur ces manuels scolaires palestiniens qui incitent à la haine raciale, sur ces programmes de télévision destinés aux enfants qui nient l’existence de l’autre, prônent la martyrologie et en appellent au Djihad…A fermer les yeux sur tout cela nous n’emmènerons ces deux peuples vers rien de bon. Alors ne faisons pas les mêmes erreurs Monsieur le Ministre ?

Eric Simon HANOUNE

Observatoire pour une Lecture de l’Information sur le Proche Orient.

P_olipo@hotmail.com