Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency
Arafat mène son peuple à la catastrophe

Par le Président Moshé Katsav

Article paru le 3 décembre 2001 dans le Jérusalem Post

Le peuple israélien vit une période difficile et frustrante à la fois. L’Autorité palestinienne agit avec un terrorisme croissant. Nous sommes forts et nous ne considérons pas le peuple palestinien comme notre ennemi ; nous n’avons aucun intérêt à un affrontement militaire ou à une escalade de la violence.

Le peuple palestinien a obtenu des acquis historiques grâce aux négociations et en reprenant les pourparlers, il obtiendra des acquis supplémentaires. Malgré cela, l’Autorité palestinienne poursuit son incitation à la violence et ne fait rien pour empêcher les attentats terroristes.

Lors des accords d’Oslo en 1993, le président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat s’est engagé à abandonner le terrorisme, mais n’a pas changé son approche stratégique et continue à considérer le terrorisme comme un moyen d’atteindre ses objectifs diplomatiques.

Israël a montré qu’il était prêt à faire de douloureuses concessions. Pourtant, Arafat est insensible à la souffrance des Palestiniens. Il n’attribue aucune valeur à la vie humaine et au lieu de mener le peuple palestinien vers des résultats positifs, il les mène à la catastrophe.

Des questions et des doutes ont émergé parmi les Israéliens quant à la possibilité d’obtenir un accord avec Arafat. Il est responsable du sang versé et c’est pour cette raison qu’il ne peut être partenaire dans le processus de paix.

L’Etat d’Israël a pleinement le droit de se défendre et d’empêcher que soit versé le sang de ses citoyens et habitants.

La lutte contre le terrorisme, comme l’a montré les Etats-Unis, dirigeant du monde libre, est une lutte légitime. Le terrorisme n’a aucune légitimité, mais le combattre est vital.

Le succès d’actes terroristes à un endroit précis mène à l’éruption de la terreur dans d’autres endroits. Si, par malheur, le terrorisme palestinien était vainqueur dans notre région, aucun endroit au monde ne serait plus sûr. Aucune nation au monde n’est à l’abri du terrorisme.

Arafat préfère suivre les extrémistes de son camp sur le chemin de la violence plutôt que de mener les Palestiniens vers une meilleure voie. Il est irresponsable et met en danger toute la région.

La communauté internationale est capable d’user de son influence pour qu’Arafat mette un terme à la violence. Les nations du monde libre, surtout l’Europe qui entretient des relations cordiales avec l’Autorité palestinienne, et les Etats arabes, doivent faire comprendre à Arafat que les actes terroristes, le meurtre d’enfants, de femmes et de personnes âgées n’ont aucune légitimité, et que l’Europe n’acceptera en aucun cas que de tels actes aient un aboutissement diplomatique ; un tel comportement pourrait mener à la rupture de leurs relations.

C’est à eux également d’affirmer que tant que le terrorisme persistera, la communauté internationale n’entretiendra pas de relations diplomatiques avec Arafat. Je pense qu’une telle position sera utile et efficace et que le leader palestinien prendra alors des mesures concrètes pour mettre fin au terrorisme.

Arafat tient simultanément deux discours. En dépit de ses promesses, le personnel de sécurité palestinien, dont il est directement responsable, était impliqué dans des attentats. Il n’y a pas de cycle de violence au Proche-Orient. C’est le camp palestinien qui est l’instigateur des actes de violence.

Israël est prêt à tout moment pour un cessez-le-feu. Israël n’a aucunement l’intention de punir le peuple palestinien ou de se venger sur lui, mais veut simplement protéger ses citoyens et habitants en empêchant le terrorisme. Dès que le terrorisme aura cessé, les barrages et les liquidations de terroristes ne seront plus nécessaires.

J’appelle les leaders du monde libre, et l’Europe particulièrement, et leur demande de se joindre à nous pour lutter contre le terrorisme. J’appelle le peuple israélien à rester unis, à continuer à faire preuve d’un esprit de persévérance, d’unité, de résistance et de confiance. Notre manière d’agir est juste et c’est pour cette raison que nous vaincrons.