Jeu 20 fév 2003 9:09

Sur le pavé : une manif D'enfer...de Rochereau à la Bastille, qui déambule pour Saddam
Par Joseph Hattab

Missionné depuis un an par ma conscience juive de banlieusard, je hante les manifs à Paname pour glaner, non sans trac, quelques tracts épars, jetés ou distribués çà et là sur la chaussée par quelques partisans politiquement engagés. Cette habitude m'est venue comme un reflex pavlovien. L'ennui, c'est qu'ils commencent à me faire peur.
Avec ma chevelure à l'ancienne, me voilà repéré. Pour l'instant de loin mais à plusieurs, ils commencent à montrer du doigt ce vieux trublion de manif populiste, contestataire de la pensée radicale progressiste. Mais finalement, qui peut bien se cacher derrière cet indésirable observateur-rapporteur qui les empêche d'haïr en paix ?

Alerté, échaudé par la manif de CAPJPO du 12 octobre 2002, je voulais avoir le cœur net sur les contenus des pancartes brandies et les sonnets vociférés pour la circonstance. Dans ce début de siècle décadent, il me semblait manifestement utile, de voir défiler cette masse grouillante pour constater, de visu, dans son art incantatoire, l'amalgame de son amour de la paix avec la haine de l'Amérique et d'Israël. A l'idée de lire que l'axe du mal passe par Sharon et Bush me faisait mal à ma conscience de démocrate.
La nausée me montait au cœur.

Depuis hier et depuis Durban, dit Alain Finkielkraut, la paix du monde semble passer par la disparition d'Israël.
Dans la rue, les opposants à la guerre invoquent le droit international et réclament la paix en Irak et la justice en Palestine - celle des terroristes - le tout sur fond d'une béate attitude imbécile faussement pacifiste. Dans de nombreuses capitales du monde, l'ampleur de cette mobilisation mondialisée - en particulier à Londres - montre que des masses populaires sont mises en mouvement dans la rue, à l'image du peuple irakien, utilisées comme des pantins en guise de contre-pouvoir sur la scène médiatique. De cette pantalonnade, il ne subsistera à la face du monde qu'une image positive de détestation de la guerre, associée à leur " amour de la paix ".
Hier à la manif, ils criaient nombreux " A bas Bush ". Demain accepteront-ils sous la contrainte d'une dictature islamique de scander " Vive Saddam " ?
Ce dictateur illégitime, au parcours meurtrier, est responsable d'exactions épouvantables et effroyables, que l'on tait par lâcheté morale ou complicité idéologique.
Voilà un régime islamique rivé depuis des lustres à un tyran sanguinaire dont le système de terreur en vigueur méprise la démocratie. En arborant son plébiscite moqueur de 100% de voix, on peut imaginer le niveau de soumission mentale du peuple de ce " libre pays " qu'est devenu l'Irak. Sans omettre les armes de destruction massive qu'il possède.
Pour ne pas porter atteinte à la sacro-sainte démocratie, les candides, les naïfs du pays des Droits de l'Homme, pensent toujours réussir à stopper l'apocalypse de ce détonateur en puissance, en orchestrant une mobilisation de foules sous-informées, dans les rues de Paris. Les voici rassemblées ce samedi pour marquer leur opposition aux conséquences du non désarmement du régime de Bagdad suite à l'échec de l'inspection des inspecteurs.
Tous ces antimondialistes, admirateurs des dictatures islamiques et du tiers-mondisme Vert à la José Bové, n'ont-ils pas récemment porté à la présidence mondiale des droits de l'Homme la Libye, cet autre état totalitaire et assassin ?
Depuis l'attitude de refus obstiné de la France qui substitue à la guerre contre l'Irak, des convois d'inspection d'inspecteurs, tous les voyants dans le pays sont mis au rouge.
On observera alors qu'une sorte de spirale enferme l'économie, l'emploi, le social et la diplomatie française. Tous les secteurs des affaires ont reculé et une grave récession économique du travail se dissimule derrière ce climat de pré-guerre inquiétant.
L'édifice socialo-européen s'est lézardé. La ligue arabe ressemble de plus en plus à une tour de Babel. Seules des collusions typiquement françaises semblent s'acoquiner ou faire la part belle aux rebelles islamiques de la Côte d'Ivoire, trahissant de facto un long passé de confiance avec les Ivoiriens. Plus sournoisement, le soutien implicite de l'Europe bailleuse de fonds de l'Autorité Palestinienne donc du terrorisme, contribuera à créer en France et dans la communauté juive un euro-scepticisme exécrable.
Toute cette confusion dans les esprits, ne peut nous faire oublier les vagues de terreur palestinienne en Israël contre la population civile et l'électrochoc subi par l'Occident démocratique le 11 septembre 2000.

Le fossé se creuse désormais entre ce qui reste de l'Europe et les USA, car, la résolution 1441 de l'OTAN prévoit un désarment de l'Irak et non un changement de pouvoir ou de régime à Bagdad. Le fond du fond du débat des principales controverses américano-françaises masquerait alors des enjeux géopolitiques, géostratégiques et économiques colossaux. Le partage de ces milliards d'euros se règlera à coup de veto. Mais la diplomatie française pour défendre ses intérêts économiques et pétroliers dans cette région trouble du monde, contestera l'idée que laisser Saddam au pouvoir est inhumain.

Hier matin, sur RCJ, Jacques Tarnéro déclarait en substance que dans ce défilé " anti-guerre en Irak ", quelques deux cent mille " étranges pacifistes de la paix " manifestent leur amour de la haine dans une nouvelle occasion d'haïr Israël. L'histoire tragi-comique se répète par cycles. Les pétainistes d'hier avaient applaudi la paix de Munich préférant Hitler à Blum, pour choisir stupidement Saddam à Bush aujourd'hui.

Les rugissements du Lion de Denfert Rochereau

Le shabbat est un bienfait pour notre âme juive. C'est un régulateur efficace contre l'hyperactivité. En y renonçant pour la bonne cause, ma boulimie d'activité reprenait le dessus.
La ligne aérienne du " tube " allait à Denfert par la place d'Italie. Lassé de voir les rames bondées se succéder sur le quai sans pouvoir ouvrir ni monter, hardi, je me sentis cap. à la prochaine, d'opérer une poussette, de face, comme dans une mêlée ouverte à Twickenham. Bien mal m'en a pris, d'autres plus costauds que gauchos, avaient eu la même idée et me poussèrent rapidement par derrière. Engouffré comme un chausse-pieds sur une personne malodorante que je ne voyais pas, j'acceptais impuissant cette situation très inconfortable, comme le prix de la souffrance à endurer, pour atteindre les quelques stations qui me séparaient de ma mission. Ainsi comprimé, une image forte me traversa l'esprit. Ma pensée m'entraîna au tréfonds de ma mémoire collective, vers les rafles d'il y a soixante ans et la déportation du peuple juif dans les wagons plombés...
Une destination souvent de plusieurs jours, tragique et tristement sans retour.
Je pris mon mal en patience.
L'air frais de la station ouverte de Saint-Jacques et ses rayons du soleil me permirent de retrouver mes esprits pour me sentir aspiré sur le quai par un flot très dense de " manifestants pacifistes " doux euphémisme, qui en rang serré, se dirigeaient très lentement vers l'unique sortie encombrée par une chicane individuelle qui entravait le passage mais aussi aux pancartes et autres longues banderoles préparées pour l'occasion.
Quelques pas à l'air libre, la foule était tellement compacte et si uniformément répartie, que je ne pus apercevoir le lion en bronze entièrement rénové de cette place, seul témoin "d'enfer de cette histoire". Au loin des colonnes de drapeaux verts et rouges dominants, me rappelaient dans ce changement de couleur, quelques oripeaux noirs de l'histoire oubliée, que le président du CRIF avait fort justement associés dans leur contexte factuel. Des couleurs désormais haïes ou boycottées par notre communauté démocratique.
Devant moi le PCF, pancartes et slogans interposés, au nom de la liberté d'expression - comme il le faisait si librement dans l'ex-URSS - traitera d'assassins Bush et Sharon dans un amalgame provocateur devenu intolérable et scandaleux.
Des organisations islamiques, saliront, perfides, l'étoile de David, en associant en son sein une croix gammée. Le message de Durban d'assimiler le peuple juif au nazisme fait et fera des émules si rien n'est fait en ce sens.
Bon sang ! Y-en a marre de voir se répandre, en toute impunité, cette haine des juifs en France ! La liberté d'expression semble atteindre ses limites.
La force se substituera un jour à l'absence de limites à ce droit de respect de tout un peuple qui a apporté tant de prix Nobel au monde.
Une jeune fille d'une vingtaine d'année brandissait une pancarte mentionnant un " Non à la guerre, Non à la dictature ". Énervé je me dis que c'est dans ces lieux que l'on constate l'étendue des méfaits de l'ignorance, et les dégâts de l'inconscience. N'ont-ils pas fait le lit de toutes les dictatures, de tous les totalitarismes ? Pauvre jeunesse inculte, sans autres repères que ceux transmis par les colonisateurs des légions staliniennes du ministère de l'Education.
D'autres pancartes faisaient de la provoc dans le sobriquet. Bush = Busherie ou encore Sharon = Sharognard.
Quand elles n'exploitaient pas le syndrome de l'inversion avec USA - Israël = axe du mal.

L'association Solidarité et Progrès rebaptisée Nouvelle Solidarité, 8 rue du Faubourg Poissonnière, Paris Xe,
dans un tract imposteur, vient de mettre à prix - WANTED - Marc RICH (le parrain) et Lewis Libby (l'avocat marron) pollueurs des côtes françaises et parrains des faucons américains.
Engagée contre le FMI, elle exigera de la France, de faire usage de son droit de veto à la guerre. Elle œuvre pour mettre en faillite ce système afin de lui substituer un programme mondial de grands travaux. Elle soutient Lyndon LaRouche candidat à l'élection américaine en 2004, contre Bush. Pour eux une guerre contre l'Irak n'est pas inévitable. L'Irak est le détonateur d'une guerre mondiale qu'il faut arrêter. Dans son délire, cette association écrit que les USA sont une puissance impériale et les nations s'y soumettent par peur, sans l'apprécier. J'ignorais qu'Israël avait peur des USA ! Et d'ajouter plus sournoisement : LaRouche représente le vieux projet européen, d'une Amérique meilleure. Un combat pour la paix, pour stopper les faucons américains. Afin de stigmatiser les relations franco-américaines et entretenir ce nouvel antiaméricanisme, elle mentionne les petits noms d'oiseaux relevés dans les colonnes de grands quotidiens américains. La France et l'Allemagne sont traitées d' " Axe de faux jetons ". J. Chirac de " rat hurlant " qui transforme la France en proxénète de Saddam. Les Français en " singes capitulards, mangeurs de fromage ".

Le mensuel Bastille-République-Nation, le BRN dirigé par Pierre Lévy. Ce mensuel progressiste, radicalement euro-critique, dans son édition spéciale manif, vilipende la position claire et courageuse prise par B. Kouchner : Ni la guerre, ni Saddam. Je ne pense pas avoir les mêmes facultés de lecture et de compréhension du texte de Kouchner que le directeur de cette publication, malgré nos origines juives communes. P. Lévy doit confondre ses espérances idéologiques avec la réalité de la situation. L'enjeu fondamental n'est pas la souveraineté des nations ou la loi impériale des USA mais la mise en place d'une conférence qui a le courage d'expulser Saddam pour ses exactions, pour éviter la guerre au lieu d'en faire un nouvel héros. Non, Monsieur P. Lévy, nous n'avons pas les mêmes valeurs.
Joseph Hattab
Fermer la fenêtre