Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

L'Express du 06/12/2001
Silence coupable
par Denis Jeambar

Imaginons un seul instant ce scénario: des juifs attaquant, en France, des mosquées ou des écoles coraniques. L'indignation, à juste titre, se transformerait en une tempête publique. Alors pourquoi les actes antisémites qui, jour après jour, se multiplient dans notre pays laissent-ils les gouvernants et les médias sans voix? Les faits sont pourtant accablants (lire l'article). Depuis le déclenchement de la deuxième Intifada, en septembre 2000, en Israël, une onde de choc traverse notre société et un climat de violence, sans précédent depuis des décennies, y menace les juifs. L'empressement, politique, à relativiser ces agressions et
leur minoration médiatique traduisent, bien sûr, la peur d'importer chez nous «les passions du Proche-Orient», selon la formule de Lionel Jospin.
Car, c'est un fait, ces actes sont commis, pour l'essentiel, par des musulmans. Ce grand silence a, cependant, de lourdes conséquences. Il traduit une défaillance dans la solidarité nationale et crée, chez les juifs français, un double sentiment d'insécurité et d'abandon. Ce climat est, en outre, aggravé par la compassion presque exclusive que nos dirigeants et la presse manifestent pour les Palestiniens. La République, pourtant, ne peut pas faire deux poids deux mesures dans la protection de ses citoyens.
Ceux qu'elle délaisse ont le sentiment qu'ils ne sont plus membres à part entière de la communauté nationale. Le risque, aujourd'hui, est d'autant plus sérieux que l'intégration des juifs a été sacralisée - pour effacer leur exclusion tragique dans le passé - et exploitée face à la montée du Front national dans les années 80. Il est donc temps d'en finir avec cette omerta française qui couvre des exactions antisémites. Il n'est de pires maladies que celles qui ne se diagnostiquent pas. Ou ne s'avouent pas.