Accueil   La liste des Infos Envoyez l'adresse du site à un ami   retour
Textes Courriers Liens Dérapages Emails rédactions Dates Presse Archives Metula News Agency

La campagne américaine contre l'Irak a eu son premier engagement
Analyse Militaire de DEBKAfile
Le 10 août

L'offensive de l'Amérique contre le régime de Saddam Hussein en Irak a commencé comme un exercice dans une graduation plutôt que dans un drame de D-Day. Les sources militaires DEBKAfile ont annoncé que des dizaines de milliers de troupes d'Américains, Britanniques, Français, Hollandais, Australiennes pourraient participer à la campagne, ouvertement ou secrètement, mais pas aux vagues massives qui se jetteraient télévisuellement sur Bagdad.

Toute la question est que ces concentrations militaires américaines sont déjà discrètement présentes en Irak du nord et du sud. La campagne des Etats-Unis pour évincer Saddam se déroule donc déjà, bien que sur la mode du saucissonnage, tranche par tranche, sous les nuages de la désinformation et de ruses destinées à faire diversion - comme les dernières déclarations du Président George W. Bush (Aucune date encore fixée pour l'offensive) et du Premier ministre Britannique Tony Blair (beaucoup de temps avant que la guerre commence), ou les graves réserves parvenant des Russes, des leaders français et allemands. La tromperie est encore épaissie par les déclarations des dernières 48 heures du Premier ministre Turc, Bulent Ecevit, le Roi Abdullah de Jordanie, le Président Hosni Mubarak d'Egypte et le Prince héritier Saoudien Abdullah. Ils avertissent Washington que l'attaque de l'Irak serait une erreur épouvantable, celle dont ils ne veulent pas faire partie.

Les sources militaires de DEBKAFILE essayent ici de percer certains des fourrés de la confusion avec quelques faits de terrain :

      1. des forces Américaines Spéciales sont entrées dans les régions Kurdes du nord de l'Irak vers la fin Mars, il y a presque quatre mois, fondant des milices Kurdes locales et les formant pour la bataille.

      2. À peu près en même temps, des forces spéciales Turques sont entrées en Irak du nord par vagues qui ont continué pendant tout Avril, allant dans les régions du Turkmen autour des grandes villes pétrolières de Mosul et Kirkuk.

      3. En attendant, les Américains ont jeté un cercle de bases - utilisant les équipements existants et en ajoutant de nouveaux   - autour de l'Irak. Ils ont depuis amené dans ces bases des unités terrestres blindées Américaines, des tanks, et des forces de missiles aériens et maritimes, aussi bien que des combattant avec des unités médicales et des contingents spéciaux pour la guerre anti-nucléaire, biologique et chimique. Selon nos sources, le noeud autour de l'Irak s'étend de la Géorgie et la Turquie au nord, d'Israël, de l'Egypte et de la Jordanie à l'ouest, de l'Erythrée et du Kenya dans le sud-ouest et de l'Arabie Saoudite, le Koweït, l'Oman, le Qatar et Bahrein au sud.

        En outre, une grande armada Américaine, y compris des porte-avions, s'est réunie en trois points : la Méditerranée orientale, la Mer Rouge et le Golfe Persique.

      4. Depuis juin, des ingénieurs des travaux publics et des bâtiments Américains et Turcs ont travaillé en Irak du nord, construisant et agrandissant des terrains d'aviation et des pistes d'atterrissage pour les rendre convenables à l'utilisation militaire.

      1. mardi, le 6 août, à 08.00 heures (heure du Moyen-Orient), des bombardiers aériens Américains et Britanniques sont passé à l'action et ont détruit le commandement aérien irakien et le centre de contrôle à Al-Nukhaib dans le désert entre l'Irak et l'Arabie Saoudite. Le centre contenait des réseaux avancés de fibres optiques récemment installés par des sociétés chinoises. Des sources militaires de DEBKA-Net-Weekly disent que le raid fera date dans l'histoire militaire . Pour la première fois, l'armée de l'air des Etats-Unis a employé les nouvelles bombes guidées de précision capables de localiser et de détruirede les systèmes de fibres optiques. L'existence de telles armes était jusqu'ici inconnue.

        Après la destruction de l'installation, à environ 260 milles (415 kilomètres), au sud-ouest de Bagdad, les vagues d'avions de guerre Américains à partir de la base aérienne "Prince Sultan" en Arabie Saoudite et des porte-avions Américains dans le Golfe et ont survolé sur la capitale irakienne.

        L'armée de l'air irakienne et le système antiaérien ont fait feu sur ordre d'en haut. Cette pénétration aérienne profonde a montré aux Américains que le premier système de radar avertissant et protégeant Bagdad et ses environs de l'intrusion par avion ennemi et missiles était inactif.

      2. Deux jours plus tard, dans la nuit de mercredi à jeudi, le 8 août, la Turquie a exécuté son premier assaut militaire principal à l'intérieur de l'Irak. Les sources militaires de DEBKAFILE ont appris d'informateurs Turcs et Kurdes que des hélicoptères sous escorte d'avion de guerre Américains, Britanniques et Turques avait héliporté des commandos Turcs dans une opération pour se saisir de l'aéroport sensible de Bamerni en Irak du nord. Cet aéroport, juste à l'extérieur de la région Kurde, se trouve à 50 milles au nord des grandes villes pétrolières irakiennes du nord, Kirkuk et Mosul. Avec les commandos Turcs il y avait un groupe d'officiers et des hommes des forces spéciales Américaines. L'aéroport Bamerni a été capturé après une brève bataille dans laquelle une unité de défenseurs blindés irakiens a été détruite, ouvrant l'aéroport aux transports de troupes géant Américain et à des transports Turcs pour amener des unités techniques, de la machinerie lourde et de l'équipement d'appui électronique, qui a été mis au travail immédiatement en agrandissant le domaine et en élargissant les pistes d'atterrissage.

        L'unité américaine, renforcée, a continué en capturant deux petits terrains d'aviation militaires irakiens tout près.

    1. Une attaque de missile irakienne, la taille de l'arsenal de Saddam n'a pas été sûrement établie.
      Les experts militaires de DEBKAfile discutent de l'évaluation qui a été entendu cette semaine de leaders militaires israéliens retraités qui ont dit que les Irakiens n'ont seulement que quelques missiles. La vérité est que personne à l'extérieur de l'Irak ne sait combien Saddam en a caché ou quelles technologies avancées de missile, il a secrètement développé. Selon une évaluation, l'Irak aurait pu accumuler entre 70 et 150 ogives, ou peut-être plus.

    2. Une menace WMD (whether radiological bombs), quand personne ne sait ce que Saddam a dans sa manche - si des bombes nucléaires avec un rayon limité, ou un type plus fortement développé. Les mêmes questions s'appliquent aux capacités de guerre biologiques et chimiques de Saddam.

    3. Malgré la présence de forces américaines en Jordanie et le rapport de défense stratégique développé entre la Jordanie et Israël, la possibilité du vieux Front arabe Oriental revenant à la surface contre Israël, quoique peu probable, ne peut pas être entièrement exclu.

Le scénario le plus ténébreux prévoit des unités irakiennes déferlant par la Jordanie pour attaquer Israël par l'Est concurremment avec une attaque Syrienne-Hezbollah au Nord - un assaut combiné qui peut balayer le Roi Abdullah dans l'affrontement contre Israël.

Le roi jordanien est une donnée inconnue, qui n'a pas essuyé de situations de guerre. Donc les chances d'une volte-face radicale, comme cela, ne peuvent pas être évaluées avec certitude. Les prévisionnistes israéliens de la guerre, cependant, n'ignorent pas ce péril possible, cependant improbable.