retour

Google
Juillet 2003
D L M M J V S
 
 
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Mercredi 16 Juillet 2003 — 16 Tammouz 5763
  • La grande majorité des réfugies palestiniens ne souhaiterait pas s'installer en Israël
     
    Un institut de sondage palestinien révèle: la grande majorité des réfugiés, quoique professant le "droit au retour", ne souhaiterait pas pour autant s'installer en Israël et se contenterait de résider dans un futur état palestinien dans la Rive Occidentale et à Gaza.
     
    Seulement voilà: Avant de rendre public les résultats dans une conférence de presse, le directeur de l'institut a été pris d'assaut par une foule organisée, qui a envahit et cassé ses bureaux, lui a balancé des œufs, l'a bousculé et blessé (légèrement). il y a eu la distribution d'un tract à en-tête officiel de l'OLP ou l'enquête est qualifiée de "falsification".
     
    Quelqu'un a décide qu'il ne fallait pas que cette information soit divulguée.
    Il faut lire le New York Times pour l'apprendre: lire ici la version en anglais et en version française

  • Yasser Arafat et Mahmoud Abbas se réconcilient... pour le moment

    Un accord conclu entre Yasser Arafat et son Premier ministre Mahmoud Abbas pour surmonter leurs divergences risque de ne pas tenir lorsque les Palestiniens devront prendre des décisions cruciales concernant les négociations avec Israël, estiment des analystes hier.

    Les deux hommes ont accepté d’enterrer la hache de guerre lundi soir lors d’une rencontre au quartier général d'Arafat à Ramallah dans la Rive Occidentale. Ils avaient auparavant refusé de se voir pendant près d’une semaine à la suite d’un profond désaccord sur l’attitude jugée trop modérée de Mahmoud Abbas dans les discussions avec le Premier ministre israélien Ariel Sharon.

    Mais Mahdi Abdelhadi, qui dirige l’Académie palestinienne pour les affaires internationales à Jérusalem, estime que l’apparition de nouveaux désaccords entre les deux hommes est inévitable.

    « La crise en cours est due à l’existence de deux approches au sein de la direction palestinienne », affirme M. Abdelhadi.

    Le conflit s’est envenimé le 7 juillet quand le comité central de leur mouvement, le Fatah, a tenu une réunion houleuse présidée par M. Arafat, durant laquelle le Premier ministre a été accusé d’être trop conciliant vis-à-vis d’Israël, notamment sur la question de la libération des prisonniers palestiniens.

    À l’issue de cette réunion, Mahmoud Abbas a présenté sa démission du comité central du Fatah, qui l’a refusée. Il a également menacé de renoncer à ses fonctions de chef du gouvernement.

    Selon le commentateur politique palestinien, Hani al-Masri, la dispute illustre le fait que la patience de Yasser Arafat a des limites vis-à-vis de l’approche modérée de Mahmoud Abbas, avec qui il a fondé il y a quelque 40 ans le Fatah.

    Arafat a également marqué son mécontentement à propos de l’échec de Mahmoud Abbas à obtenir d’Israël qu’il retrouve sa liberté de mouvement après 19 mois de siège de son QG à Ramallah, ou à amender le projet de construction d’une clôture électronique le long de la Rive Occidentale, qui va « mordre dans plusieurs secteurs » sur les territoires palestiniens.

    « Il y a deux écoles : Mahmoud Abbas avec son gouvernement croit que seules les négociations peuvent aboutir, alors que Yasser Arafat estime que tous les choix sont possibles et que toute solution n’est pas forcément acceptable », ajoute M. Masri.
    « Tant que les problèmes du siège du président (Arafat), des prisonniers et du mur de séparation ne sont pas résolus, la crise continuera », prévoit-il.

    Pour M. Abdelhadi, l’épreuve de force entre Yasser Arafat et celui qui a été longtemps présenté comme son successeur illustre l’incapacité du président de l’Autorité palestinienne de prendre en compte les « nouvelles réalités politiques ».

    « Yasser Arafat a dirigé le mouvement national palestinien pendant plus de trois décennies avec comme slogan la révolution jusqu’à la victoire, poursuit l’universitaire. Mais le mouvement national est entré dans une nouvelle phase en passant de cette théorie à la notion de négociations jusqu’à la création d’un État que Mahmoud Abbas personnifie. »

    Selon lui, la seule solution à long terme serait de tenir des élections générales, mais un tel scrutin ne peut être organisé tant qu’Israël continue à occuper les territoires palestiniens.
    « La fin de la crise dépend de la décision d’Israël de lever le bouclage des territoires palestiniens, car lorsque la vie redeviendra normale, il sera possible de voter et de mener sérieusement des réformes », souligne-t-il.

Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de 2002 de 2003
Janvier 2002 Juillet 2002 Janvier 2003 Juillet 2003
Février 2002 Août 2002 Février 2003
Mars 2002 Septembre 2002 Mars 2003
Avril 2002 Octobre 2002 Avril 2003
Mai 2002 Novembre 2002 Mai 2003
Juin 2002 Décembre 2002 Juin 2003

Juillet 2003
D L M M J V S
 
 
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Adresses des Gouvernements de la France, de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.