retour

Google
Juin 2003
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Samedi 7 Juin 2003 — 7 Sivan 5763
  • Mahmoud Abbas exclut tout dialogue avec le Hamas

    Le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas exclut désormais tout dialogue avec le Hamas depuis que le mouvement radical palestinien a rompu des négociations sur une trêve des attentats pour protester contre des propos conciliants d'Abbas lors du sommet d'Akaba, a déclaré samedi un responsable palestinien.

    "Le Premier ministre Mahmoud Abbas ne rencontrera pas le Hamas, même si le Hamas demande à le rencontrer. Leur décision irresponsable a montré qu'ils n'étaient pas intéressés par la construction de l'unité nationale du peuple palestinien", a déclaré ce responsable.

    Le Hamas a revendiqué plusieurs attentats suicide anti-israéliens en 32 mois de soulèvement palestinien dans les territoires occupés par Israël.

    Abbas a promis de réfréner la violence des groupes armés palestiniens dans le cadre de la "feuille de route" pour la paix au Proche-Orient du quartet international de médiateurs (Etats-Unis, UE, Russie, Onu). Mais il a préféré chercher parvenir à un consensus négocié plutôt qu'à une répression.

    Le Hamas a suspendu ses contacts avec la direction palestinienne après le sommet de mercredi à Akaba entre Mahmoud Abbas, son homologue israélien Ariel Sharon et le président américain George W. Bush.

    A cette occasion, le Premier ministre palestinien a notamment promis de désarmer les militants menant la lutte contre Israël et il n'a pas mentionné plusieurs revendications importantes des Palestiniens.

  • L'Autorité palestinienne face à l'intransigeance du Hamas, semble ne pas renoncer

    Le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas risque d'être vite confronté à un choix délicat: réprimer le Mouvement terroriste islamique et risquer une guerre civile, ou ne pas tenter de neutraliser les terroristes et mettre en péril la «feuille de route».

    De hauts responsables du Hamas devaient tenir une réunion dans la soirée de samedi avec des cadres du Djihad islamique pour demander à ces derniers de ne plus participer non plus aux pourparlers de cessez-le-feu. Prudent, le Djihad islamique a dit qu'il n'avait pas arrêté sa décision. Il a assuré en tout cas qu'il n'était pas question de prendre les armes contre M. Abbas.

    Le chef de la diplomatie palestinienne Nabil Chaath a en tout cas critiqué samedi le refus du Hamas qui se serait ainsi décidé sans avoir attendu d'entendre le compte-rendu des entretiens à huis clos entre MM. Sharon et Abbas. «Ils ont entendu les discours à la télévision et annoncé leur décision d'arrêter le dialogue et d'écouter», a-t-il dénoncé au micro de la chaîne libanaise Futur TV.
    »Soit nous parvenons à conclure volontairement un accord de cessez-le-feu (...), soit il n'y aura pas d'accord avec Israel et de 'feuille de route'», a-t-il ajouté. «Nos amis du Hamas et du Djihad islamique devraient le reconnaître et agir de façon responsable».

    Des responsables palestiniens ont confié que ce refus du Hamas pourrait ne pas être définitif et qu'il existe encore une chance de conclure une trêve. Connu pour son pragmatisme, le Hamas ne peut se risquer d'aller au clash avec les forces de sécurité et reprendra vite les discussions, veut-on croire.

    Le ministre palestinien de l'Information Nabil Amr a lui aussi exhorté le groupe islamiste à reprendre les négociations et donner une chance à M. Abbas une chance de défendre ce qui a été convenu lors du sommet d'Aqaba. «Le seul moyen de résoudre la question (...), c'est le dialogue et quiconque quitte la table des négociations sera perdant».

    Le Conseil législatif palestinien (CLP, Parlement) entend pour sa part se réunir en session extraordinaire pour entendre un rapport de M. Abbas sur les derniers développements, a ajouté M. Amr sans donner de date

  • Après le refus du Hamas, Israël dit qu'il conserve le droit de s'attaquer au terrorisme

    Israël a fait comprendre qu'il conserve toujours ses pleins droits dans le combat contre le terrorisme partout où les Palestiniens ne le font pas, ont dit les officiels israéliens vendredi se référant au refus du Hamas sur des pourparlers de cessez-le-feu avec le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas (Abu Mazen).

    "Il ne nous représente pas," a dit Abdel Aziz Rantisi, un officiel du Hamas, "Et nous refusons de le rencontrer parce qu'il n'y a aucune raison de le faire ainsi." Rantisi a accusé Abbas de brader les droits palestiniens et l'a appelé à démissionner.

    Rantisi a qualifié 'la feuille de route' du danger le plus grand pour les Palestiniens et a souligné que son organisation ne veut pas renoncer au "droit de retour" des Palestiniens, à une Palestine Islamique, à Jérusalem et à la libération de prisonniers.

    La Maison Blanche a dit vendredi qu'elle continuera à travailler pour arrêter la violence au Moyen-Orient, avec le porte-parole de sécurité nationale de la Maison Blanche Michel Anton décrivant le groupe Islamique terroriste comme "un ennemi de la paix."

    Abbas a eu des pourparlers avec le Hamas lui offrant d'arrêter les attaques anti-israéliennes comme décris par les Etats Unis dans le plan pour la paix au Moyen-Orient, de la feuille de route.

    "Il y a tout de suite une perspective réelle pour la paix : Toutes les parties ont reconnu que le terrorisme doit s'arrêter et toutes les parties doivent faire le plus possible pour se battre contre le terrorisme et en démonter l'infrastructure et en couper son financement," a dit Anton. "Ceux qui continuent le terrorisme doivent comprendre qu'ils sont les ennemis de la paix," a-t-il ajouté.

    "Le Hamas doit comprendre qu'il est un ennemi de la paix," a dit le porte-parole, qui a refusé de faire des commentaires directement sur l'annonce du groupe terroriste.

    Les politiciens israéliens ont dit que l'annonce du Hamas était une ligne de partage des eaux dans la mise en oeuvre du plan.

    Le président du parti Shinui, Yossef (Tommy) Lapid a dit que l'annonce du Hamas n'était pas inattendue. "Ceux sont les épreuves qu'Abu Mazen doit traverser," a-t-il dit à la Radio de l'armée Galei Tsahal. "S'il ne résiste pas aux menaces du Hamas, alors 'le plan' est voué à l'échec avant même qu'il ne soit mis en oeuvre," a-t-il ajouté.

    "Israël ne doit pas être pris en otage par des éléments terroristes palestiniens," selon le députéYossi Beilin (Meretz) qui a annoncé que. "C'est le moment de vérité pour Abu Mazen et pour le Premier Ministre Ariel Sharon. Les négociations doivent continuer en travaillant avec les éléments pragmatiques de l'Autorité Palestinienne."

    Le ministre du Travail le général Ofir Pines-Paz at dit que ni le gouvernement israélien ni l'Autorité Palestinienne ne doivent faire le jeu des extrémistes. "La détermination des leaders des deux côtés doit surmonter celle des extrémistes," a-t-il dit. "La seule sortie du cycle actuel de violence va aller de l'avant avec la mise en oeuvre 'du plan'," a-t-il ajouté.

Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de 2002 de 2003
Janvier 2002 Juillet 2002 Janvier 2003
Février 2002 Août 2002 Février 2003
Mars 2002 Septembre 2002 Mars 2003
Avril 2002 Octobre 2002 Avril 2003
Mai 2002 Novembre 2002 Mai 2003
Juin 2002 Décembre 2002

Juin 2003
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Adresses des Gouvernements de la France, de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.