retour

Google
Mai 2003
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Mercredi 28 Mai 2003 — 26 Iyar 5763 
  • Abbas : les Etats-Unis nous ont dit de ne pas tenir compte de réserves israéliennes sur la feuille de route
    Abu Mazen a donné un premier interwiew au quotidien Haaretz, des extraits de l'interview ont été diffusés en ligne sur le site en anglais du journal. Tous les sujets sont plus ou moins abordés mais l'arrêt de la violence palestinienne, comme cela est exigé par le premier article de la feuille de route, ne semble pas au premier rang de ses préoccupations, il se dit surtout concerné par la mise en oeuvre de la feuille de route par Ariel Sharon .

    Par Akiva Eldar, Correspondant de Haaretz

    Le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas (Abu Mazen) saute facilement sur n'importe quelle occasion d'extraire un commentaire véhément contre les autorités "d'occupation" ou contre le Premier Ministre Ariel Sharon. [

    "Je ne veux pas juger Sharon pour ce qu'il dit ou pour ce qui est dit de lui," dit Abu Mazen, ajoutant avec un sourire, "je le connais à l'intérieur et de l'extérieur. Je le croirai seulement quand il appliquera la feuille de route. La mise en oeuvre est le seul test pour lequel je me sente concerné. Je ne suis pas si intéressé par ce qu'il dit et ce qui est dit de lui."

    Abu Mazen, dans un costume brun, pèse chaque mot. Parfois il attire l'attention pour un commentaire du député arabe à la Knesset Ahmed Tibi, un de ses plus proches, qui a servi comme traducteur pour ce premier interview d'Abbas avec un journal israélien.

    Selon le Premier ministre palestinien, les Américains ont proposé qu'il n'attache pas une quelconque attention au discours sur les commentaires [israéliens] et les réserves. Ils lui ont aussi fait la promesse qu'ils ne permettront pas à Sharon d'éluder une déclaration sur la fin de la violence [israélienne] et son incitation, comme cela est exigé par le premier article de la feuille de route.

    Abbas dit qu'il a dit à Sharon que les services de sécurité dans la Rive occidentale ont été totalement détruits et que 70 pour cent des services ont été démolis en Bande de Gaza.

    Une des questions qui incite Abu Mazen à publier une déclaration véhémente est l'isolement d'Arafat. "Arafat est le président élu de l'Autorité Palestinienne et ne doit pas être isolé. Je rejette et moralement et politiquement, toute pression sur des pays et des personnalités pour ne pas le rencontrer. Cela a des ramifications dans la rue palestinienne et pour nous à la direction. C'est difficile pour moi d'expliquer à notre population que nous avons un nouveau gouvernement, conduisant des négociations ouvertes avec Israël et que notre président est isolé dans la Muqata.

    "Si nous retournons au cycle d'action-réaction, cela rendra plus difficile pour nous de réaliser le but. Il est impossible de réaliser un succès de 100 pour cent dans une période brève. Il est important que les Palestiniens voient un changement sur le terrain, comme la cessation des assassinats et des démolitions et des prisonniers libérés et le civil palestinien doit estimer que quelque chose a changé dans l'ambiance et qu'il peut aller travailler et se déplacer. Ces choses sont critiques pour que la rue soutienne le processus. Cela accélérera le processus et empêchera plus de souffrance."

    Il ne cache pas son avis que l'intifada a causé de grands dégâts à la cause palestinienne. Mais il fait comprendre qu'il n'y a aucune folie plus grande que la revendication que l'intifada a été projetée d'avance.

    "Il n'y avait aucune conspiration ou projet - de notre côté," dit-il, soulignant "de notre côté."

    "Les circonstances qui y ont menées, ont été surtout l'échec des négociations à Camp David et la présentation par les médias israéliens des pourparlers comme un échec absolu. Un autre facteur a été l'activité d'implantation ininterrompue. Vous ne pouvez pas imaginer avec quelle puissance cela a une influence sur le public palestinien. Il crée l'impression qu'une solution pacifique ne peut pas être réalisée. Et il y avait un autre facteur - la visite de Sharon au Mont du Temple. En conséquence, 22 Palestiniens ont été tués. L'intifada a commencé par des pierres palestiniennes et Israël répondu en tuant et cela a été compliqué par la sensibilité sur Al Aqsa."

    Interrogé sur un hudna, une trêve Islamique, il dit qu'il ne pourrait pas se débrouiller avec cela. "Je ne veux pas parler d'un hudna, mais de calme absolu." C'est ce qu'il exige du Hamas "clairement et franchement."

    "Nous espérons et pensons qu'il est important de contrôler la violence, y mettre fin et nous attendons des Israéliens de comprendre que même si, ici et là, quelques incidents violents ont lieu, nous ne sommes pas d'accord avec cela.

    La question des réfugiés, considérée comme le plus sensible de tous, en particulier proche du coeur du réfugié de Safed. Après avoir réitérer que "le problème des réfugiés est un sujet pour la discussion aux négociations de statut permanent et ne doit pas être mise comme condition préalable," il propose une raison concrète pour remettre cela à la fin.

    "Nous ne pouvons pas accepter de renoncer au droit de retour. L'initiative de la Ligue arabe se réfère à une solution juste et consentie, basée sur des décisions de l'ONU."

    C'est une déclaration très claire. "Mais alors il ajoute immédiatement," cela ne signifie pas que nous voulons détruire l'Etat d'Israël - nous le reconnaissons dans les frontières dessinées par la [Résolution] 242. "

  • Craintes américaines et israéliennes pour la sécurité d'Abu Mazen
    Rapport Exclusif de Debkafile

    L'acceptation par le gouvernement israélien de la feuille de route du Moyen-Orient dimanche 25 mai et l'acceptation d'un état palestinien à la fin de la route - loin de lever les obstacles pour la conciliation, accentue les difficultés auxquelles il faudra faire face aux prochaines étapes.

    Le rapport des sources de sécurité Américaines et Israéliennes de Debkafile signalent que Yasser Arafat pourchasse sérieusement, maintenant, le nouveau Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas. Il fera tout pour interrompre le sommet qui doit avoir lieu au début de juin avec le Président George W. Bush et le Premier ministre Israélien Ariel Sharon.

    Arafat ne peut pas supporter l'idée d'une conférence au plus haut niveau s'avançant sans lui. Le complot qu'il pense préparer, ferait accuser Israël pour tout tort causé à Abu Mazen ou à ses associés. Il montrerait ainsi aux Palestiniens et au monde Musulman qu'il a toujours le bras long et que si quelqu'un sabote les perspectives de paix, c'est Israël.

    Prenant conscience des vents brûlants de menaces soufflant dans Ramallah, les officiels américains s'efforcent d'être vagues et évasifs sur le sommet en discussion et pour son moment - "dans deux ou trois semaines". Selon les sources de sécurité de Debkafile, organisant la sécurité pour Bush, Sharon et Abbas le rendez-vous probable dans le port de la Mer Rouge de la Jordanie d'Aqaba, sera un cauchemar, étant donné la proximité de la ville à la frontière irakienne et la présence d'éléments d'Al-Qaeda dans le voisinage.

    Mais le mal de tête le plus fort d'entre tous, tiendra à la sécurité d'Abu Mazen jusqu'au sommet, parce que il ne va probablement pas consentir à une quelconque protection de sécurité spéciale des Américains - et certainement pas des Israéliens
    .
    En espérant diminuer la menace, nos sources révèlent que les Américains essayent de passer par des Européens ayant accès à Arafat. Le secrétaire d'État Américain Colin Powell a demandé au ministre des Affaires Étrangères Français Dominique de Villepin de prendre avec lui à sa visite à Arafat dans Ramallah lundi 26 mai, un dernier avertissement de Washington : arrêtez d'essayer de disqualifier ou d'éliminer Abu Mazen, si vous continuez à entraver les plans de Washington pour la région vous risquez des représailles américaines directes.

    Villepin trouva Arafat occupé par un arrangement compliqué qui pourrait commencer par une attaque sur quelqu'un de proche d'Abbas ou nommé par Washington, comme avertissement au Premier ministre palestinien de s'effacer tant qu'il en est toujours temps.

    Conscient de la menace, le ministre de l'Intérieur palestinien Mohamed Dahlan esquive ses devoirs dans la prévention du terrorisme en disant qu'il a besoin de beaucoup plus de temps pour obtenir une emprise sur le problème. Abu Mazen, semble pour sa part, plus effrayé de la tactique lors la rencontre au sommet que désireux d'en faire partie. Il peut même inventer une tactique de retardement, comme des demandes de gestes israéliens en plus pour prouver qu'ils sont sérieusement pour la conciliation.

    Arafat est décrit, ne reculant devant rien, pour réveiller les cellules secrètes de terrorisme dormantes maintenues jusqu'à maintenant en réserve. Tous leurs membres ne sont pas Palestiniens. Elles incluent des porteurs de passeports canadiens et européens, véritables ou contrefaits, comme les deux terroristes Britanniques qui ont effectué l'attentat-suicide du 30 avril de Mike’s Place.

    L'attaque, qui devait frapper l'ambassade des États Unis, a été conçue et préparée à Damas par le Hamas et des planificateurs du Hezbollah et sous tous les aspects soutenue par le Fatah et des équipes du Hamas dans la Bande de Gaza aussi bien que les Brigades de Martyrs Al-Aqsa du Fatah et des complices du Hamas sur la Rive occidentale.

    Chaque phase de terrorisme enchaîne les mois passés à se préparer pour un rôle particulier. Il y a peu de doutes parmi les autorités du contre-terrorisme que les services secrets militaires syriens à Damas étaient dans la conspiration terroriste, le président syrien Bashar Assad a été mis au courant et qu'il savait que le dernier ordre pour activer l'équipe de terroristes-suicide de Tel-Aviv a été publié par Arafat à Ramallah.

    Cette chaîne reliant les centres de commandement du terrorisme à Damas, le Hezbollah à Beyrouth, le Fatah et le Hamas dans la Bande de Gaza et Yasser Arafat dans son quartier général à Ramallah, présente toujours des signes peu communs d'activité.

    Un signe a été l'expédition par le Hezbollah de l'expert en bombe à bord de l'Abu Hassan que la marine israélienne a intercepté dernier mercredi 20 mai, signe que la Syrie et le Hezbollah investissent d'énormes efforts pour mettre à niveau la force et l'échelle d'opérations terroristes anti-Israël, employant chaque corps de terroriste disponible dans l'action.

    Les sources de service de renseignement de Debkafile, réfutent totalement l'émission de rapports, la semaine dernière, sur la revendication de la Syrie d'avoir fermé les bureaux de Damas des groupes de terrorisme palestiniens en réponse à un sévère ultimatum américain.

    Ils ont découvert que les chefs opérationnels du Jihad Islamique et du Hamas qui ont censément été expulsés à Beyrouth, au Caire et au Qatar pour jeter aux Américains de la poudre aux yeux, sont tous établis encore en Syrie.

    Abdullah Salah Ramadan du Jihad, Zeid Nahla et Ibrahim Shehada, aussi bien que Mussa Abu Marzuk du Hamas et le chef des opérations Imad Al-Alami sont tous en fuite sous la protection des services secrets militaires syriens. Une source de sécurité israélienne senior a fait ces commentaires : "en ayant cette collection d'agents secrets supérieurs du terrorisme cachés et faisant des heures supplémentaires, les nouvelles ne sont bonnes pour personne."

retour


Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de 2002 de 2003
Janvier 2002 Juillet 2002 Janvier 2003
Février 2002 Août 2002 Février 2003
Mars 2002 Septembre 2002 Mars 2003
Avril 2002 Octobre 2002 Avril 2003
Mai 2002 Novembre 2002 Mai 2003
Juin 2002 Décembre 2002

Mai 2003
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Adresses des Gouvernements de la France, de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.