retour

Google
Mai 2003
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Mardi 13 Mai 2003 — 11 Iyar 5763 
  • Les réfugiés avertissent Abbas contre l'abandon du droit de retour
    Khaled Abu Toameh - Jerusalem Post
    (lire le dossier de desinfos.com sur le droit de retour)

    Des réfugiés palestiniens intensifient leur pression sur le Premier ministre de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas pour ne pas faire n'importe quelles concessions sur leur droit de retour dans leurs anciens villages à l'intérieur d'Israël .

    Dans une lettre envoyée mardi à Abbas, les représentants des réfugiés dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza ont déconseillé à Abbas et à son cabinet nouvellement installé, de succomber à la demande d'Israël d'abandonner le droit de retour des réfugiés.

    La lettre presse Abbas de mettre la question des réfugiés au sommet de l'ordre du jour du cabinet. Il a averti le Premier ministre de l'AP contre la signature de n'importe quel accord qui ignore le droit des réfugiés au retour.

    Les réfugiés ont aussi appelé à la présentation de la question du droit de retour au programme d'études scolaires palestinien. "Nous voulons que le Ministère de l'Education nationale inclue le matériel du droit de retour avec les noms des villages originaux [à l'intérieur d'Israël ]," ont écrit les réfugiés à Abbas. "Il y a un besoin de tenir les enfants et les étudiants conscients de leurs racines."

    Ibrahim Abu Al-Naja, le vice-président du Conseil Législatif palestinien, a annoncé mardi que l'on s'attend à ce que plusieurs rassemblements aient lieu dans la Bande de Gaza dans les quelques jours sà suivre dans l'appuau droit de retour des réfugiés.

    Il a dit que l'on s'attend à ce que les rassemblements coïncident avec le 55ème anniversaire de la nakba (le désastre) le Jour d'Indépendance d'Israël. "Le but de ces rassemblements est de souligner l'importance de la question des réfugiés et le droit de retour," a expliqué Naja.

    "Nous voulons réaffirmer le fait, que les Palestiniens n'oublieront jamais qu'Israël a été établi sur les décombres de leurs maisons."

    Il a dit que le trafic dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza viendrait à s'arrêter pendant trois minutes jeudi pour protester contre le désastre qui est arrivé aux Arabes en 1948.

    Naja a dit que les événements de la nakba de cette année se concentreront sur le droit de retour pour tous les réfugiés et ont déconseillé au cabinet palestinien de succomber et d'accepter un compromis sur cette question.

    "Le droit de retour est sacré," a-t-il ajouté. "N'importe quelle tentative de forcer les Palestiniens à faire des concessions sur cette question est condamnée à l'échec. N'importe quel plan de paix pour finir le conflit Israélo-palestinien échouera s'il ignore le droit de retour."

    Des activités culturelles commémorant la nakba et la demande du droit de retour (des expositions, des ateliers, la TV - et des débats de radio, des enfants et des activités de jeunes) continueront dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza jusqu'à la fin de la semaine.

  • Attentats en Arabie saoudite: les Français blessés «très choqués», selon l'ambassadeur de France

    L'ambassadeur de France en Arabie saoudite Bernard Poletti a rapporté mardi que les trois Français blessés lors des quatre attentats qui ont touché Riyad lundi soir et fait au moins 20 morts avaient été «très choqués».

    Les trois ressortissants de l'Hexagone se trouvaient dans un des trois complexes résidentiels touchés, celui d'Al-Hamra, lorsque des kamikazes ont attaqué ces endroits avec des voitures piégées. Ils ont été légèrement blessés. L'un d'entre eux se trouvait toujours à l'hôpital mardi en milieu de journée.

    »Tous les blessés sont très choqués de ce qu'ils ont vu, car c'était une explosion de grande ampleur», a déclaré M. Poletti précisant que les jours du Français encore à l'hôpital n'étaient « pas en danger ». « A notre connaissance, il y a pas de morts » français, a-t-il ajouté.

    Selon Bernard Poletti, « la communauté française, comme tous les habitants de Riyad, est inquiète avec tout ce qui se passe ».

    L'ambassade a déclenché l'alerte de niveau trois (orange) et recommandé à tous les ressortissants de limiter leurs déplacements »non indispensables». Il leur est également conseillé «de garder un profil bas et de respecter scrupuleusement les us et coutumes du pays».

    « Nous leur demandons d'exercer la plus grande vigilance », a précisé Bernard Poletti. Selon lui, près de 5.000 ressortissants français résident en Arabie saoudite, dont la moitié à Riyad

  • L'armée terroriste privée d'Arafat - une liste partielle

    DEBKAfile a obtenu en exclusivité la première liste partielle de l'estmation de 200 cerveaux terroristes, contrôleurs et agents secrets qu'Arafat Yasser héberge et active depuis son quartier général dans Ramallah.

    Certains servent toujours comme officiers dans des services de sécurité palestiniens. Ils sont tous les membres de son groupe du Fatah et son bras du terrorisme- suicide, les Brigades de Martyrs Aqsa Al-, une équipe qui a abattu Zion David, dimanche 11 mai, dans une attaque terrorisme prévue pour l'arrivée du secrétaire d'Etat Américain Colin Powell. en mission de paix

    1. Oni Khilo ' Abu Ayad ' - un officier supérieur dans le Service de renseignement Général palestinien
    2. Mahmoud Damra - un officier supérieur dans la Garde Présidentielle d'Arafat (Force 17) et un des agents secrets supérieurs de Colonel Tawfiq Tirawi
    3. Ali Barghuthi
    4. Ali Darwish, c'est-à-dire "Abu Nawras"
    5. Ahmad Al-est
    6. Mohammad Shawish
    7. Khaled Shawish
    8. Kamel Ghanam - 8. Et 9. Sont les membres de la Garde Présidentielle d'Arafat
    9. Mohamad Ghassan Scheik
    10. Mouzid Sawaftah
    11. Ramzi Oubeida
    12. Mohamad Rahal
    13. Rafat Maarouf
    14. Tareq Kondah.
    15. Dawoud Al-Haj
    16. Shadi Saida

  • Arafat exige 10% de prélèvement sur tous les revenus palestiniens
    DEBKAfile Rapport Spécial

    Comme il l'a manifesté pendant la visite du secrétaire d'Etat Américain Colin Powell cette semaine, Mahmoud Abbas - Abu Mazen - essaye de faire son travail de premier Premier ministre palestinien en jetant trois boules en l'air immédiatement : Il veut déposer ses lettres de créance "réformistes" à Washington et Jérusalem, soutenir sa crédibilité palestinienne chez lui et dans monde arabe et il doit repoussé Yasser Arafat qui d'une manière incessante manifeste et envoie des assauts sur sa position. Il est dur de voir comment il peut réussir.

    Une de ses manœuvres doit montrer à Powell qu'il désire rencontrer le Premier ministre Israélien Ariel Sharon, tandis qu'en même temps qu'il pêche à la ligne derrière Arafat pour obtenir une invitation à Damas pour des pourparlers avec le président syrien Bashar Assad. Il a aussi envoyé des émissaires au Caire pour ouvrir les communications avec les "officiers supérieurs" du Hamas. Sa décision de se réunir avec Sharon dépend en grande partie des réponses qu'il reçevra du Caire et de Damas. Abu Mazen compte sur ces réponses pour compenser l'effet d'une réunion avec Sharon et l'aider à perdre l'image "de marionnette Américano-israélienne" qu'il a gagnée dans la rue palestinienne.

    Assad, trouveraient pour sa part, que la réception du Premier ministre palestinien serait une aide utile pour enlever aux yeux de Washington l'image d'amateur du terrorisme - sauf que les Américains ne seront pas ainsi facilement bernés.

    Dimanche soir, 11 mai, Powell a employé une interview sur le Canal 2 de la télévision israélienne pour avertir la Syrie qu'elle se trouverait "sur le mauvais côté de l'histoire" si elle essayait de déstabiliser l'Irak de l'après-guerre ou continuait à héberger des groupes palestiniens radicaux.

    Cette déclaration a confirmé la révélation du DEBKAFILE'S qu'un ultimatum Américain avait été remis au dirigeant syrien. L'avertissement était même plus aigu et plus explicite que n'importe lequel de ceux délivrés à Saddam Hussein avant la guerre de l'Irak. Powell a dit qu'il n'était pas d'accord avec l'utilisation tirée de la dernière pratique d'Assad par Abu Mazen d'attribuer au Hamas et au Jihad Islamique l'étiquette de "groupes politiques" afin d'éviter de devoir se battre avec eux.

    Powell a fait le point, les Etats-Unis sont décidés à se battre avec le terrorisme entièrement - indépendamment du nom qu'il a.

    Selon des sources américaines, Powell a quitté la réunion avec le Premier ministre palestinien dimanche après-midi Jericho avec le sentiment de l'échec. Abu Mazen a précisé qu'il n'affronterait pas les terroristes palestiniens de front, mais chercherait seulement le dialogue. Powell a dû accepter donc qu'il n'avait pas réalisé de changement dans la position du leader palestinien sur le terrorisme.

    Les rapports que le ministre de sécurité interne palestinien Mohamed Dahlan a commencé à aborder sur les forteresses du terrorisme avant l'arrivée de Powell se sont avérés être de la propagande optimiste derrière laquelle se cache une réalité différente.

    Les sources du service de renseignement confirment que des tueurs-suicide palestiniens étaient - et restent - prêts à frapper aussitôt qu'Israël aura répondu à la demande américaine de lever le blocus sur les secteurs palestiniens.

    Lundi matin donc Israël n'a perdu de temps dans le remplacement des points de contrôle et le rappel des 25,000 cartes de travail qu'il avait publié quelques heures plus tôt.

    Son défaut comme force de contre-terrorisme c'est l'inefficacité d'Abu Mazen dans la parade des incursions des commandos d'Arafat contre son autorité.
    Le dernier exemple est un exercice dans la bureaucratie. Arafat a commencé à faire "des nominations présidentiels" dans les propres départements du Premier ministre. Abu Mazen s'est réveillé pour trouver des acolytes d'Arafat postés dans des postes exécutifs clefs, comme celui de directeur général du ministère, armé "de pouvoirs présidentiels" pour fonctionner indépendamment des ministres nommés par Abu Mazen.

    La conversation Abu Mazen-Powell à Jericho a incité à une demande nouvelle : Arafat prétend maintenant que 10 pour cent reviennent pour "la Présidence" de toutes les sommes transmises au gouvernement palestinien, y compris des transferts israéliens au ministre des Finances palestinien Salim Fayyad et le gage de Washington de 50 millions de $ pour la création d'emplois et le soulagement des privations populaires. Une partie de tous les fonds qui lui parviendrons sera automatiquement affectée pour financer les groupes terroristes qu'il patronne, le Fatah-Tanzim et les Brigades des Martyrs Al-Aqsa.

    Pour Arafat il n'y a riende plus que l'adaptation des fonds des Etats-Unis et d'Israël à un canal pour les terroristes palestiniens par l'intermédiaire du gouvernement palestinien établi expressément pour la répression du terrorisme palestinienne.

    Conformément aux efforts d'Arafat de faire apparaître de nouveaux revenus, des indications nouvelles apparaissent de nouveau dans les médias palestiniens quant à l'ouverture de nouveau imminente du Casino de Jericho, qu'Israël a fermé il y a deux ans quand des terroristes armés palestiniens ont commencé à employer ses fenêtres comme positions de tirs. Les rapports disent que des forces palestiniennes spéciales ont commencé à recevoir une formation pour garder le palais du jeux, qui appartient conjointement à Arafat et des associés autrichiens joints avec des intérêts israéliens d'affaires. La perspective de rouvrir le Casino de Jericho revient à la surface chaque fois qu'un processus de paix ou une adaptation sont dans l'air.

    DEBKAfile a démontré à plusieurs reprises qu'aucune initiative de paix de n'importe quel côté n'a une perspective, la plus légère, de surgir tant que Yasser Arafat est assis indemne dans son quartier général de la Muqataa à Ramallah entouré de ses 200 cerveaux terroristes. Peu importe combien d'Israéliens et d'autres meurent dans sa campagne de terrorisme, rien ne cabosse son mmunité personnelle appliquée par les Etats-Unis, l'Europe, l'Asie et des sections de la société israélienne, aussi bien que par le gouvernement de Sharon.

    Dimanche 11 mai, bien avant que Powell ne se soit assis avec le Premier ministre Sharon pour discuter des gestes de bonne volonté israéliens envers les Palestiniens, deux terroristes armés palestiniens que le rapport de sources de défense DEBKAFILE dit être venus de la Muqataa même , ont abattu Zion David, un vieux père israélien de 53 ans père de six enfants, qui conduisait pour aller travailler sur la Rive occidentale depuis sa maison dans Givat Zeev au nord de Jérusalem. Les deux tueurs, des membres du bras-suicide du Fatah, les Brigades de Martyrs d'Al Aqsa, sont revenus de leur mission à leur base. Arafat a opté pour la précision dans le choix du moment cette fois plutôt qu'un de ses meurtres à grande échelle.

    Depuis la guerre de l'Irak, il est légèrement plus circonspect des réactions américaines. Mais même après que les forces Américaines aient gagné en Irak, il est décidé à montrer aux Musulmans et aux Arabes qu'il n'a pas peur des présidents Américains, des secrétaires d'état Américains, des Premiers ministres Israéliens. Il l'a donc fait pour qu'il soit connu que l'équipe de tueur avait agit sur lmission de sa propre présidence.

    Arafat ne cache pas ses intentions : Il déclare clairement que sa campagne de meurtre contre les Juifs d'Israël est un appel et sa conviction est qu'aucun mal ne lui sera fait, ni aux favoris qu'il héberge.

  • Sharon rencontre Papandreou
    Jerusalem Post

    Le Premier ministre s'est entretenu avec le ministre grec des Affaires étrangères aujourd'hui. La Grèce détient actuellement la présidence tournante de l'Union européenne. Pandandreou va se rendre à Ramallah pour rencontrer Arafat. Les USA et Israël tentent d'écarter le vieux raïs du pouvoir et ne le rencontrent pas. Malgré cela, le ministre grec a tenu à s’entretenir avec le leader palestinien et Abou Mazen. Sharon a décidé de recevoir Papandreou en dépit des positions qu'il avait prises.

  • Nouvelles sécuritaires
    Jerusalem Post

    Le nombre des arrestations de ce matin dans les milieux islamistes est passé à 15. Les suspects seront présentés devant le tribunal de Tel-Aviv. La majorité des hommes est originaire du village d'Arara à côté de Hadera.

    Tsahi Hanegbi, le ministre de la sécurité intérieure, s'est félicité de l'action et affirme que cela limitera les actions terroristes car le terrorisme ne peut survivre sans financement.

    La police a trouvé deux valises pleines d'explosifs dans un appartement de Toulkarem. Deux suicidaires qui avaient été interpellés la veille devaient introduire les valises en Israël.

    Hier, un homme qui voulait monter dans un bus et que le conducteur avait trouvé suspect a été arrêté par les forces de l'ordre : l'homme était recherché par le Shin Bet depuis longtemps.
    Jérusalem est en état d'alerte en raison de menaces d'attentat et les policiers ont érigé des points de contrôle aux entrées de la capitale.

  • Ariel Sharon résiste aux hypothétiques pressions américaines

    A une semaine de sa rencontre avec George W. Bush, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a réaffirmé son opposition au gel des implantations, en dépit des pressions américaines en faveur d'une mise en oeuvre rapide de la "feuille de route" pour la paix au Proche-Orient.

    La question des implantations, a souligné Ariel Sharon dans une interview au Jerusalem Post, mardi, "n'est pas pour le moment à l'horizon".

    "C'est la principale question à l'horizon", a aussitôt répliqué le ministre palestinien Saëb Erekat. "La feuille de route stipule clairement que toutes les activités d'implantation doivent prendre fin dans la première phase. Ou bien Israël accepte la feuille de route dans son intégralité ou bien il la rejette".

    Le nouveau gouvernement palestinien dirigé par Abou Mazen a donné son aval à la mise en oeuvre de la "feuille de route" tout en acceptant que la violence terroriste palestinienne continue de plus belle dans les territoires. La feuille de route stipule clairement que toutes les activités terroristes palestinienne doivent prendre fin dans la première phase.

    Dans l'interview au Jerusalem Post, Ariel Sharon affirme ne pas faire l'objet de "pressions" américaines. "Il n'y a pas de pression de quiconque", déclare-t-il.

    Ce dernier a réaffirmé mardi matin à Amman que les Etats-Unis n'entendaient pas "réécrire ou renégocier" la "feuille de route" élaborée par le "quartet" des médiateurs internationaux.

    "Le premier ministre Ariel Sharon sera à Washington la semaine prochaine et nous verrons où nous en sommes après cet échange de points de vue", a déclaré Colin Powell.

    Ariel Sharon attend sans aucun doute sa rencontre avec George W. Bush à Washington, le 20 mai, pour tenter d'obtenir des amendements au plan de paix. Le gouvernement israélien considère en effet le président américain comme un bien plus fidèle soutien que le secrétaire d'Etat.

    Colin Powell s'est pour l'instant déclaré prêt à se satisfaire de des mesures pratiques annoncées par Israël (libération de prisonniers, allègement du blocus des territoires palestiniens) si Israéliens et Palestiniens tentent d'aplanir leurs divergences par le biais de pourparlers directs.

    Powell a estimé que la rencontre prévue vendredi entre Sharon et le nouveau Premier ministre palestinien Abou Mazen, entré en fonction le 30 avril, pourrait faciliter le rapprochement des positions.

    Mais il a réaffirmé que de vrais progrès ne pourront être enregistrés qu'à la condition que les Palestiniens prennent des mesures concrètes pour réduire le risque d'attentats anti-israéliens et l'activité terroriste.

retour


Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de 2002 de 2003
Janvier 2002 Juillet 2002 Janvier 2003
Février 2002 Août 2002 Février 2003
Mars 2002 Septembre 2002 Mars 2003
Avril 2002 Octobre 2002 Avril 2003
Mai 2002 Novembre 2002 Mai 2003
Juin 2002 Décembre 2002

Mai 2003
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Adresses des Gouvernements de la France, de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.