Google
Mars 2003
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Mercredi 26 Mars 2003 — 22 Adar II 5763
  • Israël; maintient un haut niveau d'alerte
    Ha'aretz

    On n'e sattend pas à ce que le niveau d'alerte en Israël change bientôt, alors que les forces américaines n'ont pas encore effectué le contrôle de tout le territoire d'où l'Irak pourrait lancer des missiles sur Israël, ont dit hier les sources de défense.

    Les Américains ont fondé des postes d'observation et conduisent des recherches régulières des aires de lancement possibles en Irak occidental et ils ont déjà fouillé beaucoup de ces sites, ont dit les sources. Mais la plupart des sites appropriés n'ont pas encore été fouillés et jusqu'à hier dans la nuit, pas un lanceur n'avait été trouvé - quoiqu'il y ait eu deux rapports non confirmés qui affirmaient que des missiles transportés par camion avaient été bombardés. Ainsi l'évaluation de l'établissement de défense continue à être que la possibilité d'une attaque de missiles irakiens est basse mais elle existe toujours .

    Le niveau d'alerte pourra être baissé une fois qu'une majorité des aires de lancement possibles aura été fouillée, mais cela pourrait prendre de quelques jours à plusieurs semaines, ont dit les sources.

    Au contraire, l'établissement de défense croit que la menace aérienne sur Israël a été levée, puisque l'armée de l'air irakienne efficace n'existe plus et tous ses aéroports ont été pris dans l'opération.

    L'établissement de défense croit que dans les deux jours qui vont suivre, se concentrera la bataille contre Bagdad, elle sera critique à la fois pour l'effort américain de guerre et pour la probabilité d'une attaque irakienne contre Israël. Actuellement, les sources de défense ont dit que les Irakiens ont adopté une stratégie de survie. Mais si une attaque américaine couronnée de succès sur Bagdad incite Saddam Hussein à la commuter à une stratégie de suicide, la probabilité, qu'il ordonnera une attaque contre Israël montera brusquement.

    Israël est aussi concerné sur la possibilité d'attaques terroristes par des groupes Islamiques sur des cibles israéliennes ou Juives dans le monde entier. La série de rapports d'attaques terroristes tentées contre les forces américaines en Irak - incluant l'attentat-suicide, la voiture piégée et une attaque à la grenade - a rendu ce scénario plus que probable, ont dit.les sources

  • La lutte anti-terroriste continue dans les territoires

    La Rive Occidentale a connu un regain d'attaques terroristes: cinq Palestiniens, dont deux terroristes du Hamas, ont été tués.

    Les deux membres des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont trouvé la mort lors d'une échange de tirs avec l'armée israélienne dans le centre-ville de Bethléem. Les deux hommes étaient recherchés par les services de sécurité israéliens.

    Des affrontements entre des militaires et des lanceurs de pierres palestiniens ont également eu lieu à Jénine, dans le nord de la Rive Occidentale. Un Palestinien a été tué.

  • Le risque d’attaque non conventionnelle existe aussi à Bassora, qui serait contrôlée par « Ali le chimique » qui a dirigé l'emploi de gaz mortels au Kurdistan en 1988.

    Washington craint que les dirigeants irakiens ne déclenchent des tirs d’armes chimiques quand les Américains et les Britanniques s’approcheront de Bagdad, selon un responsable américain.
    « Nous ne pouvons le démontrer ni assurer que c’est bien leur intention. Mais il est possible que Saddam Hussein réserve les armes chimiques jusqu’au moment où les forces de la coalition se rapprochent du centre de Bagdad », a déclaré ce responsable sous le couvert de l’anonymat, en indiquant que cette analyse se fonde sur plusieurs sources différentes.

    Selon plusieurs chaînes américaines de télévision, les dirigeants irakiens ont établi une « ligne rouge » autour de la capitale et autorisé des unités de la garde républicaine à utiliser ces armes, si cette ligne est franchie.

    Un responsable au Pentagone a déclaré que l’éventualité de telles frappes par Saddam Hussein avait été prise en compte par le département de la Défense.

    Auparavant, Colin Powell avait estimé que les forces irakiennes dans le Sud étaient autorisées à utiliser des armes chimiques contre les populations civiles. « Je n’ai pas le moindre doute qu’il (le président Saddam Hussein) pourrait le faire s’il pense que c’est dans son intérêt, et cela nous inquiète », a-t-il ajouté.

    Un haut responsable du département d’État a aussi fait état d’informations selon lesquelles ces forces ont été autorisées à utiliser des armes chimiques contre des civils dans la région de Bassora.

    Bagdad envisagerait alors d’imputer la responsabilité des massacres provoqués par ces armes aux forces anglo-américaines dans la région, a-t-il ajouté, sous le couvert de l’anonymat.

    D’après lui, la responsabilité de la région de Bassora a été confiée au général Ali Hassan al-Majid, un cousin de Saddam Hussein surnommé « Ali le chimique » pour avoir dirigé une campagne au Kurdistan en 1988 au cours de laquelle des gaz mortels ont été utilisés à Halabja.

  • Le point sur la guerre en Irak
    Jerusalem Post - 9:28

    Au cours de la nuit, les bombes américaines ont pris pour cible la télévision irakienne et le ministère de l'Information à Bagdad. En conséquence, les émissions ont été interrompues mais trois heures plus tard, elles reprenaient à une moindre puissance. Apparemment, le pouvoir de Saddam avait prévu cette éventualité et a mis rapidement en place une solution de rechange.

    Les avions qui ont décollé du porte-avions USS Théodore Roosevelt ont reçu pour mission de bombarder une base d'entraînement d'al Qaïda au Nord de l'Irak. Il s'agit sans doute d'une base d'Ansar el Islam. Pour le ministre de la Défense US, Donald Rumsfeld cette organisation est liée au réseau terroriste d’Oussama Ben Laden. Les pilotes ont largué leurs bombes mais le manque de visibilité les a empêchés d'apprécier dans quelle mesure la cible avait été détruite.

    Des dauphins sont utilisés pour détecter les mines larguées dans la mer et éviter qu'elles n'explosent à côté des navires alliés. Depuis de longues années, les Américains ont dressé avec succès ces mammifères à la chasse aux explosifs et aux saboteurs. Ces opérations de déminages sont impératives pour permettre aux bateaux de la coalition d’entrer dans le port d’Oum Qasr.

    En Effet, 610 000 tonnes d’aide alimentaire et médicale sont en attente d’une sécurisation totale du site pour livrer leur précieux chargement attendu avec impatience par les habitants de Basrah. Ces derniers sont sans eaux ni électricité, les installations ayant été saccagées par les Fedayins de Saddam.
    La Croix rouge internationale tente ce matin de remettre en fonction la station de pompage afin de réalimenter la ville en eau potable. Toutefois les responsables ont du mal à faire leur travail en raison de la situation sécuritaire. Les milices irakiennes ne semblent pas accepter leur intervention. Quoiqu’il en soit, la Croix Rouge a annoncé que la station serait aussi vite que possible remise en service mais que son fonctionement se ferait à l’aide de générateurs.
    Les troupes anglaises tente de pénétrer dans la ville afin de la rendre accessible aux convois humanitaires. Selon certaines sources, les troupes irakiennes tirent dans le centre ville sur la population qui semble se soulever contre le régime de Saddam.
    Les anglais ont annoncé la capture de deux membres haut placés du parti Baas mais le commandement des forces de la coalition n’a pas encore confirmé l’information.

    Pour l'instant, aucun lanceur de Scuds n'a été saisi ni aucune arme chimique. Toutefois, les forces de la coalition ont trouvé des masques et des combinaisons de protection dans les positions abandonnées par les troupes irakiennes. A l’hopital de Nassiriyah, des centaines de seringues d’Atropine (utilisé contre le gaz innervant) et 3000 combinaisons de protection chimique ont été saisies. Etant donné que ni les USA, ni la Grande Bretagne n'utilisent des armes chimiques on imagine facilement à quoi et à qui pouvaient servir ces équipements.
    Dans ce contexte, l'état major israélien a décidé de ne pas réduire l'état d'alerte sur le pays.

  • Plan économique de relance
    Jerusalem Post

    Après une session particulièrement longue de discussions, le plan de relance économique du ministre des Finances, Binyamin Netanyahou, a été adopté par 22 voix pour et 2 contre. Ce sont les deux ministres du Parti National Religieux (Effie Eytam et Zevouloun Orlev) qui ont voté contre.

    Ce plan prévoit des réductions budgétaires de 11.4 milliards de shekels et de nombreuses organisations (Histadrout, étudiants, enseignants etc.) y sont opposés.

    Le gouverneur de la Banque Centrale, David Klein, approuve ces mesures qu'il trouve positives pour mettre fin à la stagnation économique. Il demande que les déficits budgétaires des prochaines années soient limités.

  • Israël soupçonne l'Irak de cacher des missiles
    Margot Dudkevitch - Jerusalem Post

    Alors que le noeud se resserre autour du Président irakien Saddam Hussein avec la tête des forces de la coalition dans les faubourgs de Bagdad, il y a toujours une possibilté qu'Israël puisse encore subir une attaque par missile, ont dit mardi les officiels israéliens.

    Tandis que les forces de la coalition ont détruit des terrains d'aviation et des ponts dans les phases initiales de la campagne et l'Armée de l'air irakienne ne constituant plus une menace pour Israël, il y a toujours des dangers potentiels, ont dit les officiels. Il est possible que les Irakiens aient caché des missiles sol-sol ou des parties de missile dans diverses parties du pays, les officiels ont dit.

    En outre, avec la pression s'intensifiant des forces Américaines et Britanniques, dans le désespoir, l'Irak pourrait recourir à la guerre chimique.

    Tandis que la probabilité qu'Israël subisse une attaque de missile irakienne est basse, la menace ne peut pas être exclue, ont-ils dit. En conséquence, l'état d'alerte restera en vigueur et les civils doivent continuer à transporter leurs masques protecteurs. On ne sait pas quand l'état d'alerte sera levé, ont-ils ajouté.

    Les officiels ont dit qu'ils ne l'excluent pas que le renversement éventuel de Saddam et de son régime pourrait produire une volée d'attaques terroristes internationales en signe de solidarité pour le dictateur irakien déchu.

    Jusqu'ici, les officiels ont dit, que l'attaque de la coalition étendue et intense n'a pas été une surprise pour Saddam, qui avait prévu l'entrée des forces dans le secteur occidental de l'Irak et s'est assuré que ses forces seraient redéployées.

    Les officiels ont dit que Saddam s'attendait à ce que les forces de la coalition commencent l'attaque sur l'Irak depuis le Koweït et le Golfe Persique. Ils ont dit que s'il en réchappe, il dira au monde que l'Irak ne s'est pas effondré et que ses citoyens sont les victimes de l'agression Américaine et Britannique.

    Les résultats des Américains et des Britanniques en cinq jours de guerre sont impressionnants, ont dit les officiels. Ils ont réussi à clouer au sol les restes de l'Armée de l'air irakienne et tandis que près de 40 militaires des deux pays ont perdu la vie jusqu'ici, les victimes sont minimum au vue de la portée des opérations et le nombre des forces impliquées, ont-ils ajouté.

    Les troupes de la coalition ont déployé assez de forces terrestre et des divisions blindés avec l'appui d'hélicoptères Apache pour provoquer une reddition éventuelle de la Garde républicaine, malgré les poches de résistance, ont dit les officiels. Ils ont dit que la campagne militaire est divisée en quatre sections :

    Défaire les militaires Irakien aussi rapidement que possible; encouragez les civils Irakiens à s'opposer au régime de Saddam; défaire et démanteler le régime actuel; recueillir un appui international pour les opérations de la coalition en cours jusqu'à ce qu'un nouveau régime ou gouvernement qui ne pose plus une menace soit établi.

    Le plan Américain original se concentrait sur le déployement des forces spéciales sur le terrain en Irak occidental pour empêcher les attaques de missile sol-sol sur Israël, ont dit les officiels. Après l'onde de choc initial d'un raid aérien massif, les forces devraient prendre le contrôle des gisements de pétrole.

  • Les Américains pilonnent une base Al-Qaeda au Nord de l'Irak
    Par Janine Zacharia - Jerusalem Post
    à bord du US Theodore Roossevelt, en Méditerranée Orientale

    Les chasseurs-bombardiers du Théodore Roosevelt ont bombardé un camp d'entraînement terroriste au Nord del'Irak pendant la nuit.

    Un pilote de F/A-18 a décrit la cible comme un " camp terroriste d'Al-Qaeda", vraisemblablement une référence au camp d'Al-Islam Ansar, que le Secrétaire d'Etat Colin Powell décrit comme étant lié à Al-Qaeda dans une présentation précedente devant l'ONU.

    Les avions étaient en mission "d'appui aérien rapproché" , volant dans un secteur délimité, quand on leur a donné les coordonnées au milieu du vol pour attaquer. Les pilotes ont laissé tomber des bombes guidées par GPS sur la cible, mais une épaisse couche de nuages les a empêchés d'évaluer les dégâts.

    Les avions ont senti que des missiles sol-air étaient tirés par des forces irakiennes mais aucun n'a réussi à frapper les avions, qui sont retournés sans risque sur le porte-avion.

    L'aviation de la coalition, a depuis le début de la guerre jeudi dernier, a effectué plusieurs raids aériens au Nord de l'Irak, visant principalement Ansar Al-Islam.


Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de 2002 de 2003
Janvier 2002 Avril 2002 Juillet 2002 Octobre 2002 Janvier 2003
Février 2002 Mai 2002 Août 2002 Novembre 2002 Février 2003
Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002 Décembre 2002 Mars 2003

Mars 2003
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Adresses des Gouvernements de la France, de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.