Google
Février 2003
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  

Lundi 24 Février 2003 — 22 Adar I 5763
  • Un dirigeant syrien dit qu'aucune nouvelle résolution sur l'Irak est nécessaire. La France emboite le pas.


    La Syrie, reste catégoriquement opposé à une nouvelle résolution recherchée par les Etats-Unis qui pourraient ouvrir la voie pour une attaque sur l'Irak, a dit lundi. le Vice-président syrien Abdel Halim Khaddam

    "En principe, nous sommes toujours contre l'utilisation de la force par n'importe quel état contre un autre état," a dit Khaddam.

    Il n'y a"aucune justification" pour une nouvelle résolution étant donné que l'ONU exige que l'Irak vérifie qu'il désarme - la Résolution 1441 - étant maintenant appliquée, a dit Khaddam, qui représente la Syrie au sommet du Mouvement des Non-alignés dans la plus grande ville de la Malaisie.

    "Les inspecteurs accomplissent leurs devoirs en Irak," a-t-il dit.

    La résolution 1441, adopté le 8 novembre, donne un mandat aux inspecteurs pour qu'ils confirment que l'Irak a bien détruit ses arsenaux chimiques, biologiques et nucléaires présumés. Bagdad nie posséder de quelconques armes de destruction massive.

    Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne insistent sur une nouvelle mesure pour autoriser une action militaire en déclarant que Bagdad a échoué à repecter ses obligations de désarmer et contrecarre le travail des inspecteurs.

    Washington et Londres ont besoin au moins neuf votes pour la nouvelle résolution au Conseil de sécurité de 15 membres. La Syrie a rejoint cinq autres membres du conseil au sommet des non-alignés - l'Angola, le Cameroun, le Chili, la Guinée et le Pakistan - pour approuver une déclaration sur l'Irak par les ministres des Affaires Etrangères des non-alignés pressant l'Irak de désarmer pour rejeter toute attaque Américaine unilatérale.

    Des représentants diplomatiques Américains ont été expédiés dans les capitales des membres du conseil pour faire pression en faveur de l'appui. L'administration a aussi recruté les dirigeants de la Grande-Bretagne, de l'Australie et de l'Espagne pour insister sur le vote.

    En parlant pendant une pause à la conférence des non-alignés, Khaddam a dit qu'il faisait partie des pays participants la force s'opposant au reversement des gouvernements des nations plus petites.

    "Si nous acceptons ce principe dangereux, alors qui empêchera un état qui a le puissance disponible de changer le régime qu'il veut ?" a-t-il demandé.

    Il a comparé cela à l'occupation Nazie de l'Europe dans la Deuxième Guerre mondiale, disant que les Alliés se sont battu adans une guerre longue et sanglante pour empêcher une agression.

    "Si nous reconnaissons que les Etats Unis ont le droit d'employer leur pouvoir unilatéralement alors nous devrons aussi récrire l'histoire," a dit Khaddam.

    Il a indiqué que l'action militaire contre l'Irak produirait inévitablement une hausse des activités terroristes.

    "Quand n'importe quel pays arabe est occupé par un envahisseur étranger, il est normal que tous les Arabes soient inquiets," a dit Khaddam. "Nous croyons que l'extrémisme dans l'utilisation de force mènera inévitablement à une réponse extrémiste."

    La Syrie rejoint l'Irak pour insister sur un ajournement jusqu'au 14 mars d'un sommet des nations arabes qui avaitt été à l'origine prévue samedi en Egypte, a dit Khaddam. On s'attend à ce que la réunion se concentre sur l'impasse Etats Unis-Irak et sur le conflit Israélo-palestinien.

  • La France sur les mêmes positions que la Syrie et l'Irak

    Elle a demandé aux membres de Conseil de sécurité d'attendre jusqu' au 14 Mars pour envisager de nouvelles résolutions.Paris juge qu'une nouvelle résolution de l'ONU «n'est ni utile ni nécessaire». La France, qui doit faire de nouvelles propositions pour renforcer le désarmement de l'Irak, justifie la stratégie des inspections militaires.

    «Il n'y a pas aujourd'hui de raisons d'interrompre la stratégie des inspections pour basculer dans une autre logique qui mènerait à la guerre», a déclaré la porte-parole de l'Elysée Catherine Colonna à l'issue d'un entretien entre Jacques Chirac et le président croate Stipe Mesic. Selon elle, «l'usage de la force ne peut être que l'ultime recours».

    «La France entend donner toutes ses chances au désarmement de l'Irak dans la paix au moyen des inspections qu'il convient de poursuivre et de renforcer», a-t-elle ajouté.

    «L'Irak doit démontrer qu'il coopère pleinement avec les Nations unies. Les inspecteurs ont demandé la destruction de missiles Al Samoud: les autorités irakiennes doivent se conformer à cette demande et les détruire», a ajouté Mme Colonna.

  • La Grande-Bretagne inquiète

    Le ministre britannique de la défense Geoff Hoon a de son côté déclaré qu'il restait encore du temps pour «un règlement pacifique» de la crise irakienne. «Nous espérons ardemment que ce sera le cas», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Koweit, où il a entamé dans la matinée une visite de deux jours.

    «Mais il est très clair que le choix de ce qui arrivera à l'avenir relève de Bagdad», a-t-il ajouté. Le ministre britannique a par ailleurs affirmé qu'il «s'inquiétait» des informations en Allemagne, qu'il ne pouvait pas confirmer, selon lesquelles l'Irak avait déplacé des missiles vers la frontière avec le Koweit.


  • Tsahal se retire de Beit Hanoun et de la Bande de Gaza

    Les troupes israéliennes se sont retirées d'une ville de la Bande de Gaza au début de lundi après la démolition de cinq maisons et de deux passerelles pendant un raid de 30 heures qui visait à arrêter les tirs de fusées palestiniennes sur Sderot voisin.

    Les militaires Israéliens ont intensifié les opérations dans la Bande de Gaza il y a 10 jours après qu'une bombe ait fait sauter un blindé israélien, tuant l'équipage de quatre hommes. Depuis lors, 32 Palestiniens et un soldat israélien ont été tués dans la Bande de Gaza, y compris six Palestiniens abattus par des troupes israéliennes dans le combat de Beit Hanoun dimanche.

    Beit Hanoun, dans l Nord de la Bande de Gaza, avoisine Israël. Pendant l'opération de l'armée, le Hamas a tiré trois fusées Kassam "maison" sur la ville israélienne voisine de Sderot, causant quelque panique, mais aucune blessure. Après le retrait à l'aube de lundi, les soldatsse s ont déployés dans les faubourgs de Beit Hanoun, et les Palestiniens armés ont pris des positions dans les rues.

    Des terroristes palestiniens ont tiré à plusieurs reprises des fusées Kassam sur Sderot, qui est juste en bas la route du ranch de Sharon.

    Les fusées Kassam non guidées, simples portent une ogive avec environ 12 livres d'explosifs et ont un rayon d'action d'environ 3 milles, selon les
    militaires Israéliens. Aucun Israélien n'a été tué par les fusées, bien que certains aient été légèrement blesséss.

    L'armée a dit que ses soldats ont détruit deux passerelles dans Beit Hanoun durant la nuit. Les passerelles connectent la ville à la Bande de Gaza et ont été employés par les terroristes pour lancer des fusées Kassam, selon l'armée.

    Israël a reoccupé chaque ville principale des Palestiniens de la Rive occidentale, à part Jericho, depuis juin. Cependant, les fonctionnaires israéliens ont dit que l'armée n'a pas l'intention de s'emparer de secteurs dans la Bande de Gaza. Les opérations israéliennes dans la Bande de Gaza ont été en grande partie limitées à des attaques aériennes et des opérations terrestres rapides.

    Aussi lundi, les troupes israéliennes ont détruit quatre maisons dans le camp de Khan Younis et un bâtiment de trois étages qui était en construction, selon des fonctionnaires palestiniens. L'armée a dit que le bâtimentavait été employé par un tireur isolé palestinien qui a tué le soldat israélien dimanche.

    Dans la Rive occidentale, des soldats israéliens ont traqué un homme recherché de la Brigade s Al-Aksa, un groupe terroriste relié avec la faction du Fatah de Yasser Arafat, ils ont fait sauter la porte à sa maison. Le père, Mohammed Musseini, 50 ans, était sur le point d'ouvrir la porte quand l'explosion est arrivée et a subi une crise cardiaque qui l'a tué, ont dit des parents et des fonctionnaires de l'hôpital .

  • Ouverture du sommet des pays non-alignés: la Malaisie s'en prend à Israël et à l'Occident

    Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohammad a accusé lundi Israël et les pays occidentaux d'encourager un regain du terrorisme mondial et a affirmé que les extrémismes religieux ne font que réagir à la différence «flagrante» de traitement de l'Irak et des Palestiniens.

    Dans son discours d'ouverture du 13e sommet des pays non-alignés à Kuala Lumpur, le Premier ministre malaisien a estimé que la guerre contre le terrorisme initiée par Washington avait dégénéré en croisade visant à dominer les nations non-occidentales.

    « Depuis le 11 septembre, les riches et les puissants s'acharnent contre la moitié pauvre du monde», a-t-il M. Mahathir. «Leurs mesures extrêmes pour assurer leur propre sécurité n'ont fait qu'amplifier la colère des pauvres oppressés », a-t-il ajouté.

    « Les deux poids deux mesures patents, c'est ce qui rend les musulmans furieux, furieux au point de perpétrer leurs propres attentats terroristes », a souligné Mahathir avant d'ajouter: «Si l'Irak est lié à Al-Qaïda, ne serait-il alors pas logique de lier les expropriations de la terre palestinienne et l'oppression des Palestiniens avec les attentats du 11 septembre? »

  • Hans Blix ne confère «aucune crédibilité» à certains propos irakiens

    Alors que l'Irak affirme que la destruction de ses missiles Al Samoud 2 est «à l'étude», le chef des inspecteurs en désarmement de l'ONU Hans Blix déclare dans un entretien accordé au magazine américain «Time» que Bagdad n'a «aucune crédibilité» et qu»'il se peut que la diplomatie doive être appuyée par la force»

    «Il se peut que les inspections doivent être soutenues par la pression», ajoute le chef de la Commission de contrôle,de vérification et d'inspection des Nations unies (COCOVINU).

    Dans cet entretien, Hans Blix fait part de son scepticisme quant aux propos de Bagdad affirmant qu'il a détruit ses stocks de bacille du charbon et d'agents neurotoxiques VX. Il trouve «un peu bizarre» que l'Irak, «un des régimes les mieux organisés du monde arabe» ne puisse retrouver aucun document confirmant la destruction de ces substances.

    «Je ne pense pas qu'ils aient acquis une quelconque crédibilité», poursuit Hans Blix, faisant référence aux responsables irakiens.

    «Nous devons obtenir des preuves solides sur tout, et s'il n'en existe pas ou si nous ne pouvons les trouver, je dis simplement 'désolé, je ne trouve aucune preuve' et je ne peux donc pas garantir ni recommander la confiance», ajoute le chef des inspecteurs en désarmement.

  • La diplomatie française s'infléchit (un peu)

    "La France n'exclut pas le recours à la force" en cas de "blocage" des inspections, selon Michèle Alliot-Marie tandis que Dominique de Villepin estime que "en Irak, nous devons désarmer un pays dirigé par un dictateur".

    Alors que les Etats-Unis s'apprêtent à présenter devant le Conseil de sécurité un nouveau projet de résolution constatant que Saddam Hussein ne remplit pas ses obligations en matière de désarmement, lLa ministre française de la Défense, Michèle Alliot-Marie, a expliqué dimanche que "la France n'exclut pas le recours à la force" en Irak en cas de "blocage" des inspections, mais souhaite donner "toutes les chances" au processus de désarmement pacifique engagé par l'ONU.

    "La France n'exclut pas le recours à la force, nous l'avons toujours dit et nous continuons à le dire. S'il y a un blocage, si les inspecteurs nous disent qu'ils ne peuvent pas mettre en oeuvre la résolution 1441, alors nous n'excluons rien. Mais d'un autre côté nous disons donnons toutes les chances à la paix, c'est-à-dire toutes les chances aux inspections", a-t-elle déclaré

    Elle a également lancé à Bagdad une ferme invitation à coopérer avec l'ONU: "nous disons très fermement à l'Irak il faut coopérer totalement", a-t-elle prévenu.

    Le ministre français des Affaires étrangères Dominique de Villepin estime pour sa part que "tant que les inspections fonctionnent, il faut continuer d'avancer dans cette voie".

    "Les inspecteurs font état de progrès", affirme le chef de la diplomatie française dans un entretien publié lundi dans "Le Figaro", en précisant que les inspections "produisent des résultats et peuvent aller jusqu'au bout du désarmement de l'Irak".

    "En Irak, nous devons désarmer un pays dirigé par un dictateur. C'est le cas de nombreux autres Etats. Il s'agit donc d'inventer un outil, par les inspections, qui permette le désarmement effectif de ces Etats et apporte toutes les garanties nécessaires à la communauté internationale", ajoute Dominique de Villepin.

    Pour Dominique de Villepin, "c'est seulement si les inspections ne pouvaient plus avancer que s'ouvrirait un second temps, celui de l'examen des autres possibilités, y compris le recours à la force".

Un dirigeant syrien dit qu'aucune nouvelle résolution sur l'Irak est nécessaire. La France emboite le pas.

La France sur les mêmes positions que la Syrie et l'Irak

La Grande-Bretagne inquiète

Tsahal se retire de Beit Hanoun et de la Bande de Gaza

Ouverture du sommet des pays non-alignés: la Malaisie s'en prend à Israël et à l'Occident

L’ancien secrétaire d’État adjoint pour le Proche-Orient relève « l’ironie » de la position française sur l’Irak
Richard Murphy à « L’Orient-Le Jour » : L’accès à travers la Turquie permet de réduire les pertes en vies humaines

Hans Blix ne confère «aucune crédibilité» à certains propos irakiens

La diplomatie française s'infléchit (un peu)

Clément Weill-Reynal, journaliste : « On peut s’interroger sur les motivations qui poussent Le Monde Diplomatique, à prendre pour argent comptant tout ce qui vient des Palestiniens. »
CRIF


Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de 2002 de 2003
Janvier 2002 Avril 2002 Juillet 2002 Octobre 2002 Janvier 2003
Février 2002 Mai 2002 Août 2002 Novembre 2002 Février 2003
Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002 Décembre 2002

Février 2003
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  
Adresses des Gouvernements de la France, de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.