Google
Février 2003
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  

Samedi 22 Février 2003 — 20 Adar I 5763
  • Ça n'a pas tardé, plusieurs factions palestiniennes rejettent la trêve d'un an et jurent d'intensifier le terrorisme

    Khaled Abu - Jerusalem Post

    Plusieurs factions palestiniennes ont rejeté samedi la proposition pour d'arrêter les attaques terroristes contre Israël pendant un an et ont juré de continuer leur combat jusqu'à ce que les Palestiniens réalisent tous leurs buts.

    Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine, le Jihad Islamique, le Hamas et l'aile armée de Fatah, les Brigades AL Aksa ont dit dans des déclarations séparées qu'ils projettaient d'intensifier leurs attaques contre Israël en réponse à une initiative appelant à une trêve d'un an avec Israël. L'initiative a été annoncée vendredi par Mahmoud Abbas, No 2 de l'OLP, pendant une visite officielle en Russie.

    Le ministre palestinien de l'Administration locale Saeb Erakat a confirmé samedi que la direction palestinienne avait choisi finalement la "démilitarisation" d'un an de l'intifada.

    "La direction palestinienne et le Fatah acceptent une trêve d'un an, qui a été ébauchée aux pourparlers inter-palestiniens récents à Caire - Abbas a réitéré seulement ce point," a dit Erakat se référant à la proposition rejetée par le Hamas et le Jihad Islamique pendant les pourparlers en Egypte de janvier.

    Le document appelait à un gel d'un an des opérations anti-israéliennes pour permettre au processus de paix de reprendre sur la base du plan rédigé par le Quartet, qui prévoit, parmi entre autres choses, un état palestinien avant 2005.

    Abbas a dit à Moscou que la direction palestinienne avait décidé "de démilitariser" l'intifada pendant un an comme une mesure vers l'exécution du plan de la "feuille de route".

    Le Premier Ministre Ariel Sharon "ne veut ni sécurité, ni paix, mais nous ne devons pas jouer son jeu et lui donner le prétexte de continuer les attaques contre les Palestiniens," a dit Abbas après des pourparlers avec le Ministre des Affaires Etrangères russe Igor Ivanov.

    "C'est pourquoi la direction palestinienne a décidé de démilitariser l'intifada pendant un an," a-t-il ajouté, pointant que les Palestiniens sont d'accord avec tous les points du plan de feuille de route.

    Un officiel palestinien senior a dit au Jerusalem Post que l'annonce d'Abbas avait été coordonnée d'avance avec le Président de l'AP Yasser Arafat. Interrogé, pourquoi Arafat n'est pas paru en public pour exiger la fin de l'utilisation d'armes à feu contre Israël, l'officiel a dit, "le Président a condamné à plusieurs reprises le terrorisme, mais Israël assume la responsabilité de la détérioration à cause de ses actions militaires. Comment Arafat peut-il inviter les Palestiniens à arrêter la résistance quand les Israéliens tuent des gens chaque jour."

    Le porte-parole du Hamas, le docteur Abdel Aziz Rantisi a dit aux journalistes dans la Ville de la Bande de Gaza samedi que son mouvement ignorera l'appel d'Abbas pour un cessez-le-feu et continuera à recommencer les attaques contre "l'ennemi Sioniste."

    Il a ajouté : "la lutte armée continuera tant que l'occupation continue. Nous continuerons à tirer des fusées de Kassam tant que l'agression israélienne contre nos gens continuera.

    Le Jihad Islamique a publié une déclaration jurant d'intensifier ses attaques terroristes contre Israël pour contrecarrer n'importe quelle tentative d'atteindre à un cessez-le-feu.

    Les Brigades Al Aksa ont aussi dit dans une déclaration que ses membres projettaient de reprendre leurs attaques terroristes à l'intérieur de la Ligne Verte. Le groupe a dit qu'il considère, comme nuls et non avenus, les accords atteints la semaine dernière avec le Ministre palestinien de l'Intérieur Hani al Hassan, selon lequel il devrait suspendre ses attaques contre Israël.

    Les groupes ont cité les opérations de Tsahal en cours dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza et l'élimination de 15 Palestiniens en quelques jours comme la raison principale de son refus d'arrêter les attaques terroristes.

    À Damas, le FPLP a fortement condamné l'initiative d'Abbas, affirmant que "l'intifada et la résistance armée sont des actes d'autodéfense" de la part des Palestiniens. Le groupe a ajouté que les déclarations d'Abbas ne reflètent pas la volonté des Palestiniens, qui veulent que l'intifada continue.

    On s'attendait à des positions dures des factions palestiniennes pour annuler les efforts de reprendre les pourparlers inter-palestiniens du Caire. On s'attend à que les consultations, qui visent à atteindre une stratégie commune sur l'avenir de l'intifada, reprennent cette semaine.

    Vendredi, des dizaines de milliers de Palestiniens en colère ont défilé dans un cortège funèbre d'un activiste Hamas dans la Ville de la Bande de Gaza, jurant vengeance après une semaine de violence dans laquelle 30 Palestiniens ont été tués.

    "(Premier Ministre Ariel) Sharon, prépares les cercueils," ont hurlé les parents du défunt par haut-parleurs. "La Vengeance viendra bientôt, à Tel-Aviv et à Jaffa."
  • La Belgique a refusé d'enquêter sur des criminels de guerre Nazis soupçonnés, vivants en Belgique depuis 1947
    Herbe Keinon - Jerusalem Post

    La Belgique, dont la Cour suprême a décidé qu'après qu'il aura quitter le poste de Premier ministre, Ariel Sharon pourra être inculpé de crimes de guerre pour ne pas avoir arrêté le massacre de Sabra et Shatilla en 1982, a rejetée les demandes d'enquêtes sur des criminels Nazis présumés en 1990 à cause d'une loi des limitations.

    Efraim Zuroff, le chef du bureau d'Israël du Centre Simon Wiesenthal, a dit qu'en 1990 il avait soumis, au Ministère de la Justice belge, une liste de 14 criminels de guerre Nazis soupçonnés qui ont émigré en Belgique après la Deuxième Guerre mondiale, la plupart d'entre eux depuis les pays baltes.

    "Les Belges ont dit qu'ils ne peuvent pas les poursuivent à cause d'une loi vieille de 20 ans sur des limitations," a dit Zuroff. "Ils nous ont dit que ce serait un exercice vain."

    Selon Zuroff, "Vous pourriez trouver demain le chef SS Heinrich Himmler en Belgique et ils ne serait pas poursuivi à cause de la loi des limitations. C'est exactement l'opposé de ce qu'ils ont fait avec leur juridiction universelle."

    La controversée "juridiction universelle" belge, est une loi de 1993, qui donne aux tribunaux le droit d'inculper tout un chacun pour des crimes de guerre présumés, indépendamment d'où ils sont arrivés et si vraiment des citoyens belges ont été impliqués.

    Veronique Petit, un officiel à l'Ambassade belge à Tel-Aviv, a demandé une enquête sur la question à Bruxelles, mais a dit que cela prendrait du temps pour obtenir une réponse.

    "J'en ai parlé à mes collègues en Belgique," a dit Petit. "C'est une vieille affaire et ils doivent examiner le cas. J'ai envoyé toute l'information et ils vérifieront, mais cela prendra quelque temps. À ce stade, je ne peux pas faire de commentaires."

    La liste des criminels Nazis soupçonnés de guerre que Zuroff a donné aux autorités belges comprend Petras Kazlauskas, Jonas Vosylius et Antanas Laurinavicius, qui selon le Centre de Wiesenthal ont servi dans le 12ème Bataillon Auxiliaire Lithuanien de Police qui a assassiné des milliers de Juifs en Biélorussie. Ils sont partis pour la Belgique en 1947.

    De plus, la liste comprend Jurgis Deksnis, qui "a joué un rôle actif dans le meurtre des Juifs de Vilkaviskis en Lithuanie"; Jonas Kuzmickas, qui "a joué un rôle actif dans le meurtre des Juifs d'Alytus en Lithuanie"; Vaclovas Meskauskas, qui "a participé au meurtre des Juifs de Kelme en Lithuanie"; Bronius Sprindys, qui était "un des participants au meurtre des Juifs d'Ukmerge en Lithuanie"; et Antanas Taujauskis, qui "a participé à la persécution et le meurtre de civils dans la zone de Kaunas en Lithuanie."

    La source pour ces charges est le témoignage des survivants dans les archives de Yad Vashem à Jérusalem et dans quelques cas la liste des criminels de guerre Lithuaniens compilés par le Ministère de l'Intérieur Lithuanien quand il faisait toujours partie de l'URSS et la liste pour le 12ème Auxiliaire Lithuanien.

    Selon l'Encyclopédie Judaica, quand les Allemands ont envahi la Belgique le 10 mai 1940, entre 90.000 et 110.000 Juifs y vivaient, dont environ 20.000 étaient des réfugiés Juifs allemands; 25.631 d'entre eux ont été déportés dans les camps d'extermination pendant la guerre et seulement 1.244 sont revenus.

Ça n'a pas tardé, plusieurs factions palestiniennes rejettent la trêve d'un an et jurent d'intensifier le terrorisme

Fulmines, c'est du belge...

La Belgique a refusé d'enquêter sur des criminels de guerre Nazis soupçonnés, vivants en Belgique depuis 1947

acmedias épingle Libération :
"Plus fort que le roquefort"


Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de 2002 de 2003
Janvier 2002 Avril 2002 Juillet 2002 Octobre 2002 Janvier 2003
Février 2002 Mai 2002 Août 2002 Novembre 2002 Février 2003
Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002 Décembre 2002

Février 2003
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  
Adresses des Gouvernements de la France, de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.