Google
Février 2003
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  

Vendredi 21 Février 2003 — 19 Adar I 5763
  • Hans Blix (nominé aussi pour le Nobel de la paix) exige la destruction des missiles irakiens

    Dans un coup de semonce aux militaires Irakiens, l'inspecteur en chef de l'ONU Hans Blix exige de Bagdad la destruction des bases de missiles d'Al Samoud 2 et de l'usine qui produit des moteurs de missile, ont dit des diplomates et des fonctionnaires de l'ONU jeudi.

    Blix enverra une lettre en Irak vendredi avec ses décisions, a dit Ewen Buchanan, le porte-parole de l'inspecteur en chef.

    On ne sait pas si Blix recommandera aussi la destruction des 380 moteurs de fusée illégalement importés, qui pourraient être employés pour les Al Samouds 2.

    La destruction des Al Samouds présenterait un dilemme sérieux pour le gouvernement Irakien : ou il renoncer à un système d'armes de grande valeur au moment où il fait face à la possibilité d'une invasion menée par les Américains, ou il ne détruit pas les missiles et il sera accusé d'échec dans la coopéreration avec les inspecteurs de l'ONU.

    Les Etats-Unis ont exigé la destruction des missiles et des autres composants qui excèdent 150 kilomètres, ou 93 milles, de rayon d'action selon une résolution du Conseil de sécurité de 1991.

    Un fonctionnaire Américain à Washington a dit qu'une nouvelle résolution de l'ONU qui donnerait un feu vert pour employer la force militaire pour désarmer l'Irak est attendue et doit être présenté au Conseil de Sécurité lundi, mais le moment pourrait être décalé d'un jour ou deux.

    L'ambassadeur britannique à l'ONU Jeremy Greenstock a dit qu'il attend les rapports sur la coopération de l'Irak, de Blix et du chef de la commission de l'énergie atomique Mohamed ElBaradei pour que la résolution soit mise au vote. Les diplomates et des fonctionnaires de l'ONU ont dit que le 7 mars a été "noté au crayon-papier" comme la date butoir probable pour le briefing.

    Les Nations unies ont rejoint les Etats-Unis et la Grande-Bretagne jeudi pour annoncer que Saddam ne coopère toujours pas entièrement avec les inspecteurs malgré le feu vert de l'Irak pour des vols de surveillance et la remise des nouvelles listes de scientifiques.

    Depuis Blix et ElBaradei ont annoncé au Conseil de sécurité vendredi, que Al-Douri a dit que son gouvernement a envoyé des lettres à Blix lui demandant quand les vols de surveillance par les avions Français Mirage et les avions Russes Antonovs commenceront et a donné suite à l'offre de faire analyser par des experts de l'ONU le terrain où le charbon et l'agent neurotoxique VX ont été détruits.

    Un avion espion d'Américain U-2 a survolé l'Irak lundi pour la première fois pour appuyer les inspecteurs de l'ONU et l'Irak a dit qu'un second vol d'U-2 a eu lieu jeudi.

    L'Irak a aussi donné aux inspecteurs de l'ONU les noms des gens qui ont participé à la destruction de matériels interdits, d'armes biologiques et des programmes de missile au début des années 1990, a dit Buchanan. Il avait précédemment remis les noms des gens impliqués dans les programmes chimiques.

    Dans son rapport semestriel aux inspecteurs de l'ONU en octobre et de nouveau dans sa déclaration sur le désarmement de 12.000 pages le 7 décembre, l'Irak a déclaré que 13 des 40 essais d'Al Samoud 2 étaient parti au-delà de la limite des 93 milles.

    La semaine dernière, Blix a dit au Conseil de sécurité qu'un jury d'experts internationaux a été invité pour étudier la question des missiles et qui a conclu qu'Al Samoud 2 excède la limite.

    Les experts ont aussi conclu que les presses que les inspecteurs précédents avaient détruites - mais que l'Irak a reconstruit - pourrait toujours être employées pour produire des moteurs pour les missiles capables de rayons d'action "significativement plus grand" que les 93 milles.

    Les experts ont dit qu'ils ont besoin de plus de données sur un autre missile, Al Fatah, que l'Irak a aussi annoncé étant parti au-delà de la limite dans quelques essais. On s'attend à ce que la lettre de Blix demande à l'Irak des précisions pour cette information.

    L'Irak maintient que quelque les Al Samouds ont voyagé au-delà de la limite parce qu'ils ont été testés sans ogives ou systèmes de guidage, qui les ont rendus plus léger.

    Al-Douri a réitéré jeudi que l'Irak veut que des experts techniques de l'ONU viennent en Irak "pour voir que ces missiles ne peuvent pas excéder en aucune façon 150 kilomètres et ne pas se limiter à un papier écrit, à un rapport théorique. "

  • La direction palestinienne aurait décidé de «démilitariser» l'intifada


    La direction palestinienne veut démilitariser l'intifada pendant un an. L'adjoint de Yasser Arafat, Mahmoud Abbas, a annoncé cette décision à Moscou, à l'issue d'un entretien avec le chef de la diplomatie russe Igor Ivanov.

    Le premier ministre israélien Ariel Sharon «poursuivra son agression et toute la faute retombera sur lui», a déclaré M. Abbas. Il a auparavant exprimé la volonté de la direction palestinienne d'appliquer la «feuille de route» pour un règlement pacifique.

    "Voilà pourquoi la direction palestinienne a pris la décision d'une démilitarisation de l'intifada pendant un an", a-t-il poursuivi.

    Au même moment, Israël a pressé le Hamas d'accepter un document égyptien sur un cessez-le-feu, rapporte le quotidien «Haaretz». Selon le journal, Israël a fait savoir en janvier aux responsables du Hamas qu'il était prêt à faire un geste en direction du mouvement intégriste si celui-ci acceptait un cessez-le-feu.

    Le ton est monté lundi quand des intermédiaires israéliens ont averti le Hamas qu'il s'exposerait à une guerre totale s'il s'opposait au document.

    Appelé «plan national» pour les Palestiniens, il a été mis au point par le chef des services secrets égyptiens, le général Omar Suleiman.

    Selon «Haaretz», le document égyptien appelle à une suspension pendant un an de toutes les attaques armées anti-israéliennes, tant contre les soldats que contre les civils. Le Caire a accueilli depuis novembre 2002 toutes les factions palestiniennes pour des discussions sur un cessez-le-feu.

  • Sharon rejette tout compromis sur Jérusalem et sur le retour des réfugiés palestiniens

    Le Premier Ministre Ariel Sharon a exclu jeudi de renonçer à n'importe quelle partie de Jérusalem dans des négociations de paix et a dit qu'Israël n'accepterait pas le retour de réfugiés palestiniens, rejetant les demandes clefs palestiniennes.

    Cela est venu que des négociateurs internationaux travaillent avec des Israéliens et des Palestiniens sur le plan "de la feuille de route" pour la paix au Moyen-Orient, y compris la création d'un état palestinien provisoire.

    Les Palestiniens exigent un état dans toute la Rive occidentale et la Bande de Gaza avec comme capitale la partie arabe de Jérusalem, conquise par Israël dans la guerre de 1967 et annexée quelques semaines plus tard.

    Sharon parlait à Jérusalem lors de la visite des membres de la Conférence des Présidents des Organisations Juives américaines principales. Il a insisté pour qu'Israël soit préparé à faire "des compromis douloureux" pour une paix durable, mais qui ne compromettraient pas la sécurité d'Israël. Il n'a pas donné plus des renseignements.

    "Je ne pense pas il y ait un quelconque droit de faire compromis quand quelqu'un vient à Jérusalem," a-t-il dit. "Nous sommes les gardiens de Jérusalem pour les générations futures."

    Sharon a catégoriquement rejeté la revendication palestinienne d'un "droit au retour" des descendants, des réfugiés, faisant référence aux centaines de milliers des Arabes qui se se sont enfuis de chez eux pendant la guerre d'indépendance de deux ans qui a suivi la création d'Israël en 1948, évalué à 4 millions de personnes.

    "Israël n'acceptera jamais à ce danger d'arriver. Jamais," a-t-il dit. "Nous comprenons la tragédie" des réfugiés, mais Israël n'a aucune responsabilité pour eux parce qu'il a été attaqué. L'acceptation de leur retour "signifie la destruction d'Israël comme état Juif indépendant et démocratique," a-t-il dit.

    Sharon a fait appel aux leaders Juifs Américains pour aider à expliquer la cause d'Israël dans le monde. "Chaque Juif est un ambassadeur pour Israël," leur a-t-il dit.

  • Opérations anti-terroristes à Gaza et dans les territoires

    Trois Palestiniens ont été tués par Tsahal jeudi dans une journée de violence qui s'est intensifié dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza. Un palestinien de 55 ans qui avait été blessé mercredi dans la ville de Rive occidentale de Naplouse est mort à l'hôpital dans la soirée, ont dit des sources hôpitalières palestiniennes.

    Les soldats ont abattu un Palestinien de 17 ans et ont blessé mortellement son grand-père de 55 ans qui faisaient partie d'un groupe jetant des bombes incendiaires sur les soldats.

    Des troupes israéliennes ont tué deux autres Palestiniens pendant une arrestation dans la Rive occidentale jeudi et ont fermé la Bande de Gaza dans une opération contre le Hamas.

    Les troupes on,t conduit une chasse à l'homme massive . Kol Israël a dit que 40 suspects palestiniens avaient été regroupés à Naplouse depuis mercredi soir.

    Les résidents ont dit que des soldats israéliens sont allés de porte à porte par les rues étroites de la Vieille Ville recherchant des suspects et ont appelé par haut-parleurs les Palestiniens à leur remettre les hommes recherchés.

  • Un tribunal de Floride accuse huit personnes d'avoir soutenu le Jihad Islamique

    Huit personnes, dont quatre vivent à l'étranger, ont été inculpées dans un acte d'accusation de 50 motifs pour soutien, financement et relais de messages pour le groupe terroriste palestinien violent accusé de la morts de plus de 100 personnes en d'Israël et autour.
    L'acte d'accusation, délivré par un jury a décidé de l'inculpation fédéral à Tampa, en Floride, a été publié jeudi. Il accuse les hommes d'être membres du Jihad Islamique palestinien, désigné par les Etats-Unis comme une organisation terroriste.

    Les suspects incluent trois personnes vivant en Floride et une à Chicago. Ceux qui vivent à l'étranger - en Grande-Bretagne, en Syrie, au Liban et dans la Bande de Gaza - sont nombreux, a dit le Procureur Général John Ashcroft.

    En Floride, Sami Al-Arian, un professeur palestinien de 45 ans à l'Université du Sud de la Floride, a été emmené menotté au quartier général de FBI à Tampa après son arrestation jeudi matin. Il est décrit comme le chef Américain du groupe et le secrétaire de son conseil mondial.

    "Ce n'est que de la politique," selon Al-Arian, qui a nié à plusieurs reprises ses liaisons aux groupes terroristes, en racontant aux journalistes comment les agents l'ont emmené à l'intérieur.

    En annonçant l'acte d'accusation, Ashcroft a dit que les huit avaient soutenu de nombreuses activités terroristes violentes.

    "Notre message pour eux et aux autres comme eux est clair : Nous ne faisons aucune distinction entre ceux qui effectuent des attaques terroristes et ceux qui les financent sciemment, gèrent ou supervisent les organisations terroristes," a-t-il dit.

    L'acte d'accusation accuse les huit hommes d'avoir participé au fonctionnement d'une entreprise de racket criminel depuis 1984 qui a soutenu le Jihad Islamique palestinien et avec une conspiration pour tuer et mutiler des gens à l'étranger, une conspiration pour fournir un appui matériel au groupe, l'extorsion de fond, faux serment et encore d'autres charges.

    Chaque inculpé risque la prison à vie s'il est reconnu coupable.

    Le groupe est décrit dans l'acte d'accusation comme avoir rejeté les solutions pacifiques pour la recherche palestinienne d'une patrie au Moyen-Orient et avec avoir endossé "la solution et le style -martyr- du Jihad comme le seul choix pour la -libération-." Le but du groupe, selon l'accusation, est de détruire Israël et d'éliminer toute l'influence Américaine et Occidentale dans la région.

    Parmi les 100 personnes responsables de l'organisation de meurtres en Israël et dans les territoires, il y a deux citoyens Américains : Alisa Flatow, 20 ans et Shoshama Ben-Yishai, 16 ans. Les meurtres incluent les attentats-suicide, les voitures piégées et les fusillades contre des voitures, dont le 5 juin 2002, un attentat-suicide à Haifa, en Israël, qui a tué 20 personnes et en a blessé 50.
    Les inculpés ont fourni un appui financier à un certain nombre de cellules basées aux Etats-Unis, ils ont essayaient de résoudre des conflits internes, ont aidé à diffuser les revendications de responsabilité d'actions terroristes et ont fait des fausses déclarations aux officiels de l'immigration pour aider les terroristes.

    Ceux qui ont été arrêtés aux Etats-Unis jeudi qui ont installé une cellule terroriste à l'Université du Sud de la Floride. Ceux sont :

    - Al-arien, dont le gouvernement dit qu'il a dirigé les opérations du Jihad en Amérique. Al-arien est un originaire du Koweït et est étudiant ingénierie.

    - Sameeh Hammoudeh, 42 ans, né dans la Rive occidentale, maintenant résident en Floride. Il est aussi enseignant à l'Université du Sud de la Floride et administrateur à l'Académie Islamique de Floride.

    - Hatim Naji Fariz, 30 ans, né à Porto Rico et vivant maintenant en Floride. Il est manager d'une clinique médicale.

    - Ghassan Zayed Ballut, 41 ans, originaire de la Rive occidentale vivant maintenant près de Chicago et propriétaire d'un petit commerce.

    Quatre vivent à l'étranger :

    - Ramadan Abdullah Shallah, 45 ans, originaire de la Bande de Gaza et maintenant résident à Damas en Syrie. Il est décrit comme le leader mondial du Jihad Islamique palestinien et est un ancien enseignant de l'Université du Sud de la Floride.

    - Bashir Musa Mohammed Nafi, 50 ans, à l'origine venant d'Egypte et vivant maintenant à Oxfordshire, en Angleterre. L'acte d'accusation le qualifie de leader du groupe au Royaume-Uni.

    - Mohammed Tasir Hassan Al-Khatib, 46 ans, originaire de la Bande de Gaza et vivant maintenant à Beyrouth au Liban; décrit comme le trésorier de l'organisation.

    - Abd Aziz AL-Awda, 52 ans, né à Israël et maintenant imam de la Mosquée d'Al Qassamdans la Bande de Gaza. L'acte d'accusation l'appelle le fondateur et "le leader spirituel" du groupe.

    L'avocat du criminel Al-Arian, Nicholas Matassini, n'a pas répondu aux appels téléphoniques pour un commentaire.

    Le professeur a été placé en congé obligatoire et interdit du campus peu de temps après les attaques terroristes du 11 septembre et ensuite après son apparition sur "Fox News Channel". L'école a essayé aussitôt de le licencier.

    Il a été questionné pour ses liaisons avec des terroristes connus et interrogé à propos de bandes sonores dès la fin des années 1980 et au début des années 1990 dans lesquelles il disait " mort à Israël" en arabe.

    Al-arien a dit qu'il n'a jamais préconisé de violence contre d'autres et que ses mots étaient une déclaration contre l'occupation israélienne. Il a aussi ensuite nié tout rapport avec les terroristes.

    L'université dit qu'il a empéché les efforts organisés pour collecter des fonds pour l'école et abouti à faire des menaces contre l'école.

    L'Université a aussi proclamé que le professeur s'est procuré de l'argent pour les groupes terroristes, des terroristes aux Etats-Unis et a créé des organisations qui appuyent le terrorisme.

  • Les Belges sont inquiets, un sur huit en traitement pour anxiété, on se demande pourquoi ?

    Le pays compte environ 1,2 million de patients en traitement pour troubles anxieux, soit 12% de la population totale ou encore un Belge sur huit. L'analyse du nombre de prescriptions en moyenne par âge et par sexe pour le diagnostic d'anxiété dévoile que deux tiers des personnes traitées sont des femmes, avec des "pointes" pour ce qui est des 55 à 64 ans et surtout pour les plus de 65 ans.

Hans Blix (nominé aussi pour le Nobel de la paix) exige la destruction des missiles irakiens

La direction palestinienne aurait décidé de «démilitariser» l'intifada

Sharon rejette tout compromis sur Jérusalem et sur le retour des réfugiés palestiniens

Opérations anti-terroristes à Gaza et dans les territoires

Un tribunal de Floride accuse huit personnes d'avoir soutenu le Jihad Islamique

La blague de la semaine choisie par Antoine


Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de 2002 de 2003
Janvier 2002 Avril 2002 Juillet 2002 Octobre 2002 Janvier 2003
Février 2002 Mai 2002 Août 2002 Novembre 2002 Février 2003
Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002 Décembre 2002

Février 2003
D L M M J V S
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  
Adresses des Gouvernements de la France, de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.