Google
Décembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Mardi 17 Décembre 2002 - 12 Tevet 5763
  • 7,95 millions d'euros de l'Union Européenne pour les élections palestiniennes

    La Commission européenne va accorder à l'administration de l'Autorité palestinienne une aide de 7,95 millions d'euros qui sera essentiellement consacrée à préparer les élections générales prévues en principe pour le début de l'année prochaine.

    Une somme de 5,45 millions d'euros sera versée pour soutenir l'administration palestinienne dans son processus de réforme administrative, politique et économique, "ceci incluant la préparation d'élections qui pourraient se tenir dès le début 2003", a précisé la Commission.

    Le solde, soit 2,5 millions d'euros financera "une mission d'observation des élections de la part de l'Union Européenne".

    Ces aides s'ajoutent aux
    10 millions d'euros d'aide budgétaire que la Commission verse chaque mois, au nom de l'Union Européenne, à l'Autorité palestinienne.

    Des élections générales, législatives et présidentielle ont été programmées pour le 20 janvier dans les territoires palestiniens. Mais l'échéance pourrait être reportée par la commission électorale palestinienne pour la raison fallacieuse de la réoccupation de villes palestiniennes par l'armée israélienne.

  • Le voyage de Shaul Mofaz aux Etats-Unis.

    A propos de l’Irak, le ministre israélien de la Défense a déclaré qu’Israël « ne riposterait pas automatiquement à toute attaque irakienne ».

    Autre thème évoqué lors de cette visite, « la masse d’informations » sur la présence de cellules d’Al Qaïda « dans la région, et essentiellement dans la bande de Gaza. Quant au Liban, le quotidien précise enfin que le ministre israélien a rejeté une proposition libanaise, présentée à Israël par le Secrétaire général de l’ONU, prévoyant le maintien du pompage des eaux du Ouazani parallèlement à la pose d’équipements de mesure. S. Mofaz estime que cette proposition « vise à légaliser une initiative unilatérale » qui aura ensuite valeur de précédent et préfère d’ailleurs « une médiation américaine ».

    Le ministre israélien a également déclaré qu’Israël serait contraint de « nettoyer le Liban-Sud », si le Hezbollah utilise des « missiles à longue portée » contre son territoire.

  • Nouvelles sécuritaires
    Jerusalem Post

    Ce matin l'unité Douvdevan a appréhendé des terroristes. A Djenine, les soldats de l'unité secrète ont mis la main sur Mohammed Soleiman el Masri, un membre des Tanzim.

    Dans le village de Doha à côté de Bethléem, la même unité a interpellé deux terroristes appartenant à la même organisation. Il s'agit de Rifat Jawabra et Baker Najer. Les Tanzim sont l'aile militaire du Fatah de Yasser Arafat.

    Le couvre-feu a été levé à Bethléem.

    Un obus de mortier est tombé sur une localité juive de la bande de Gaza. il n'y a pas de victimes et les soldats fouillent les environs.Des officiers supérieurs auraient annoncé que Tsahal quitterait le centre de Bethléem et surtout les environs de l'église de la Nativité en vue des festivités de Noël. Toutefois, ce retrait reste conditionné par la situation sur le terrain car il y encore de nombreuses alertes à l'attentat.

    Dans ce contexte, de nombreuses arrestations ont été réalisées : neuf suspects ont été interpellés à Ramallah, Toulkarem et Djenine.

    Hier, au cours d'incidents distincts, Tsahal a abattu quatre Palestiniens
    dont deux au moins étaient des terroristes armés du Hamas.

    Lors de la levée du couvre-feu à Naplouse, les jeunes ont lancé des pierres sur les soldats qui ont riposté, blessant plusieurs personnes.

    Un membre des Tanzim a été appréhendé à Naplouse. Il s'agit de Mansour Abbad qui transportait des armes et des munitions dans sa voiture lorsqu'il a été pris.

    Une infiltration depuis la frontière libanaise d'un citoyen iranien a été évitée. L'homme a déclaré qu'il cherchait du travail. Il a été interrogé par le Shin Bet et sera sans doute extradé vers le Liban.

  • Assad décrit les officines du terrorisme à Damas comme "des centres de presse"
    Douglas Davis - Jerusalem post

    Le Premier Ministre Britannique Tony Blair et le Président syrien Bashar Assad ont délicatement tourné autour de leurs différences sur le terrorisme et l'Irak après une réunion à un déjeuner de deux heures à la résidence officielle de Blair au 10 Downing Street lundi.

    En parlant aux journalistes, Assad a rejeté les suggestions que Damas accueille des organisations qui soutiennent des terroristes-suicide, insistant qu'elles ne soient pas des centres terroristes, mais "des services de presse." La confusion, a-t-il dit, est le résultat de malentendus dans "la terminologie et les idiomes."

    "Dans notre région ils sont appelés des « services de presse ». Ils ne sont pas appelés des « organisations terroristes »," a-t-il dit. "Ces services de presse représentent les Palestiniens qui vivent en Syrie et les Palestiniens qui vivent en Palestine. Les Palestiniens ont le droit d'avoir quelqu'un pour exprimer leur avis."

    Blair a répondu par une dénonciation claire du terrorisme : "nous condamnons totalement chacun de ceux qui sont engagé dans l'activité terroriste de n'importe quelle sorte, partout dans le monde."

    Cependant, il a ajouté, "il est important de s'engager avec la Syrie parce que la Syrie va être une partie importante pour construire un avenir paisible et stable dans le Moyen-Orient. Peu importe le niveau de notre désaccord, il est toujours important que nous continuons ce dialogue."

    Blair a dit que lui et Assad avaient eu "des discussions intéressantes," mais il a concédé qu'il y avait eu "des différences de vue et d'accent." Les différences étaient "évidentes et claires," a-t-il dit, bien qu'il ait refusé de préciser et ait dit seulement que "un processus d'engagement avec la Syrie est la voie juste pour aller de l'avant."

    Assad, qui a parlé de "ses chaudes relations personnelles" avec Blair, a dit qu'ils s'étaient tenus "des pourparlers réalistes et constructifs" sur l'Irak, le processus de paix et le terrorisme. C'était naturel, a-t-il dit, que les pays doivent avoir des différences "selon leurs positions, leurs intérêts et leur culture. Le point de départ que nous avons souligné, est la mise en oeuvre des résolutions de Nations unies sur toutes les questions."

    Assad a dit que l'on "connaît la Syrie pour son combat contre le terrorisme depuis des décennies, non justependant les dernières quelques années. Comme un pays qui a l'expérience et rejette le terrorisme, nous mettons notre expérience à la disposition de n'importe quel pays qui veut sérieusement se battre contre le terrorisme."

    D'autre part, l'Ambassade israélienne à Londres a ici annoncé que le Ministre des Affaires Etrangères Binyamin Netanyahu visitera Londres vendredi pour des pourparlers sur les questions bilatérales et le terrorisme avec le Ministre des Affaires Etrangères Jack Straw. La visite suivra des arrêts à Rome et Paris et Netanyahu voyagera ensuite à Moscou dimanche.

    Hier, Blair a annoncé qu'il projettait d'inviter deschefs palestiniens à Londres en janvier pour soutenir les réformes palestiniennes et ranimer le processus de paix.
    Il a dit au Parlement que les chefs palestiniens, qu'il n'a pas nommé, rencontreraient les représentants du Quartet les EU, l'UE, l'ONU et la Russie aussi bien que "d'autres pays de la région étroitement impliquée dans le soutien aux efforts de réforme." Il a dit que les pourparlers "porteront sur les progrès de la réforme et regarderont comment la communauté internationale peut aider."

    Blair a ajouté que "à court terme, le progrès du côté israélien sera limité par la campagne des élections législatives."

    L'ironie de la réunion de Blair avec le chef d'un état soutien du terroriste a été soulignée par les chants scandés de plusieurs centaines de manifestants pro-israéliens et pro-syriens rivalisants à l'extérieur de Downing Street. Ils ont été tenus à l'écart et sous contrôle par une lourde présence de police à l'entrée de Downing Street, à environ 100 mètres d'où Blair et Assad parlaient aux journalistes.

    Les Kurdes exigeant une patrie et des Vénézuéliens suppliants pour l'aide à leur crise économique ont profité de l'intérêt de médias pour appuyer leurs causes aussi.

    Certains des Kurdes ont adopté des affiches anti-Assad de manifestants pro-israéliens.

    Il était difficile de juger quel côté a fait le bruit plus fort, mais il n'y avait aucun doute quand on en est venu aux slogans sur les affiches et des lannières brandies par les deux groupes principaux.

    "A-ssad day (un triste jour) pour la Grande-Bretagne," disait une bannière pro-israélienne dans un jeu de mot sur le nom du dictateur syrien.

    "Assad égal Terrorisme," était un thème commun parmi d'autres.

    Mais le prix est allé à une affiche pro-syrienne, qui portait le slogan : "sous la direction de Président Bashar Al-Assad, la Syrie se dirige avec assurance dans le processus de réforme et de modernisation du 21e siècle."

    Ori Tannenbaum, le fils de l'homme d'affaires israélien et colonel en retraite, Elhanan Tannenbaum, qui a été enlevé par le Hezbollah lors d'un voyage en Suisse en octobre 2000, participé à la manifestation.

    "Mon père a été enlevé par l'organisation terroriste du Hezbollah," a dit Tannenbaum au Jerusalem Post. "Nous tous savons qui est le patron de cette organisation, qui lui fournit des quantités substantielles d'aide politique et militaire.

    "Nous tous savons qui pourrait faciliter la sortie de mon père et qui pourrait arranger une assistance médicale pour lui. Le nom de cette personne est Bashar Assad...

    "J'ai cru comprendre que Bashar Assad a mis à jour l'information sur la santé de mon père, mais refuse de nous la communiquer. C'est en soi un acte d'inhumanité."

    David Rudge a contribué à ce rapport.

  • Un attentat terroriste à l'arme chimique à Paris, probablement évité par un coup de filet de la DST.

    Les services du contre-espionnage français ont interpellé à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, trois Arabes soupçonnés d'appartenir à un réseau terroriste, les trois hommes appréhendés avaient séjourné en Afghanistan ainsi qu'en Tchétchénie

    Les trois hommes vont être interrogés pendant quatre jours par les spécialistes de l'antiterrorisme avant d'être ou non déférés devant un magistrat instructeur.

    Les policiers ont agi dans le cadre d'une commission rogatoire du juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, en charge, avec son collègue Jean-François Ricard, des principaux dossiers islamistes ouverts dans l'Hexagone.

    Au cours des perquisitions menées aux domiciles des suspects, les enquêteurs ont saisi des substances chimiques qui vont être analysées, des bouteilles de gaz, des tenues de protection, une somme de 5.000 dollars US en espèces, de la documentation islamiste ainsi qu'un ordinateur.

    Les enquêteurs vont s'attacher, au cours des interrogatoires, à retracer l'itinéraire des trois suspects dans ces deux pays - réservoirs de combattants islamistes terroristes adeptes du Jihad et à établir s'ils appartiennent ou non à un réseau actif ou logistique terroriste.

    Depuis un mois environ, les services antiterroristes français, magistrats et policiers, ont enchaîné opérations, interpellations et mises en examen d'islamistes présumés, dans le cadre de dossiers, certes différents mais dont le dénominateur commun est l'appartenance présumée à la mouvance terroriste fondamentaliste.

    Depuis la fin novembre, plus de vingt personnes ont été appréhendées, dans le cadre de quatre dossiers différents. Huit d'entre elles ont été mises en examen et écrouées.

    Ce fut d'abord l'interpellation à Paris, les 22 et 23 novembre de cinq personnes, dont l'Algérien Redouane Daoud, 25 ans, recherché après son évasion d'une prison des Pays-Bas, qui ont toutes été placées en détention.

    Dans la foulée, cette fois dans le cadre du volet français de l'enquête sur le britannique Richard Reid qui avait tenté de faire sauter un vol Paris-Miami, ce sont huit personnes qui ont été appréhendées et une seule - un imam d'une mosquée du Xe arrondissement - mise en examen.

    Le 29 novembre, c'est une famille presque au complet (six personnes), celle de Slimane Khalfaoui, un franco-algérien de 27 ans, recherché de longue date par le contre-espionnage français, qui a été interpellée en banlieue parisienne.

    Considéré par les services de renseignement comme un membre "actif" des réseaux Al-Qaïda, Slimane Khalfaoui et l'un de ses proches ont été écroués.

  • Le ministre israélien de la Défense, Shaul Mofaz souhaite une direction palestinienne «différente et renouvelée»

    Le ministre israélien de la Défense, Shaul Mofaz, a ouvert lundi deux jours de discussions avec des représentants de l'administration américaine, souhaitant une direction palestinienne «différente et renouvelée».

    Ce changement permettrait aux Palestiniens d'agir contre le terrorisme et de préparer le terrain à Israël pour une reprise des discussions de paix, a indiqué Shaul Mofaz, au sortir d'un entretien avec le Secrétaire d'Etat américain Colin Powell.

    »L'objectif principal est le retour des Palestiniens à la table des négociations», a déclaré le ministre israélien de la Défense à la presse.

    Un changement de direction est la condition première à une reprise des négociations de paix, a ajouté Shaul Mofaz.

    Shaul Mofaz doit rencontrer mardi le Secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, ainsi que Condoleezza Rice, la conseillère de George W. Bush sur la sécurité des Etats-Unis.

    Dans une interview accordée jeudi dernier à un journal arabe basé à Londres, Colin Powell a déclaré que Yasser Arafat était toujours le président de l'Autorité palestinienne, «mais nous pensons que sa direction a échoué, qu'elle a eu des points faibles, nous souhaitons donc qu'une nouvelle équipe se mette en évidence», a ajouté le Secrétaire d'Etat américain

  • Le Hamas: "nous ferons un pont vers le paradis avec les crânes des Juifs"

    Le site internet du Hamas a publié une affiche prônant le meurtre des Juifs pour la seule raison de leur judeïté, dans le cadre de la lutte du Jihad. Un vautour picore la tête ouverte du Premier ministre israélien Ariel Sharon. Le slogan suivant apparait: "nous ferons un pont avec les crânes des fils de Sion [les Juifs] vers le Paradis".

    La suite sur le site de Tsahal en Français...

  • Un officier haut gradé de Tsahal: l'Autorité palestinienne reste inactive

    Un officier haut gradé a déclaré hier que les organisations terroristes palestiniennes continuaient de soutenir les attentats-suicide contre Israël.
    L'officier a souligné que la population palestinienne devait choisir entre la voie des pourparlers ou celle de la violence et du terrorisme qui portent atteinte également au côté palestinien.

    La suite sur le site de Tsahal en Français...

  • Sharon : Yasser Arafat ne pourra pas se rendre à Bethléem
    Menahem Rahat, Amir Rappoport (Maariv).

    Israël empêchera Yasser Arafat de participer à la Messe de minuit de l’Eglise de la Nativité, à Bethléem. C’est ce qu’a déclaré hier le Premier ministre, Ariel Sharon, en réunion du Conseil des ministres. Il a été décidé que Tsahal ne se retirera pas de Bethléem d’ici aux fêtes de Noël. Et Sharon a prononcé une mise en garde : « Si Arafat tente de s’esquiver de la Mouqataa, à Ramallah, Tsahal y entrera immédiatement pour saisir les terroristes qui continuent de s’y cacher sous la protection d’Arafat ».

    « Les festivités à Bethléem seront accessibles à tous les habitants, aux Arabes israéliens et aux touristes qui voudront s’y rendre », a ajouté le Premier ministre. Il a ajouté qu’Israël continuera d’assurer la liberté entière des cultes, mais c’est pour lui un impératif d’assurer sa sécurité.

    (…) On se rappellera qu’Israël avait envisagé il y a quelques jours de retirer ses forces de Bethléem pour Noël – ainsi que l’a dit le Président Katsav à Rome au Pape Jean-Paul II… Les chefs militaires ont admis que le président de l’Etat s’est exprimé en pleine coordination avec l’armée ; mais entre-temps, la situation à Bethléem s’est modifiée, et il convient de redoubler de précautions.

7,95 millions d'euros de l'Union Européenne pour les élections palestiniennes

Le voyage de Shaul Mofaz aux Etats-Unis.

Nouvelles sécuritaires

Assad décrit les officines du terrorisme à Damas comme "des centres de presse"


Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de Décembre 2001
Janvier 2002 Avril 2002 Juillet 2002 Octobre 2002
Février 2002 Mai 2002 Août 2002 Novembre 2002
Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002 Décembre 2002
Décembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Adresses des Gouvernements de la France,de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.