Google
Novembre 2002
D L M M J V S
 
 
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Samedi 16 Novembre 2002 - 11 Kislev 5763
  • Les Etats-Unis condamnent l' "atroce" attaque du terrorisme à Hébron

    Le porte-parole du Département d'Etat américain Frederick Jones a dit que l'administration de Bush condamne "en termes les plus forts" le meurtre de fidèles Juifs à Hebron vendredi, le qualifiant " d'acte répréhensible et atroce de terrorisme."

    Jones a ajouté que l'embuscade est arrivée deux jours après la visite du fonctionnaire américain, en pourparlers avec les leaders palestiniens de Jericho, ayant appuyé le besoin "d'en finir immédiatement avec le terrorisme et la violence qui ont tant sapé les aspirations nationales palestiniennes."

    En exprimant sa compréhension pour le besoin d'Israël "de prendre des mesures anti-terroristes légitimes," Jones a dit que les troupes israéliennes doivent éviter de causer des dommages civils.

  • Brèves en vrac

    • "J'espère que la communauté internationale approuvera toutes les représailles d'Israël aux meurtres d'innocents (...). Il est temps de relever le défi et de frapper le terrorisme", a affirmé le ministre israélien des Affaires étrangères Benjamin Netanyahu, cité par Kol Israël.

    • Le ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, a condamné "avec la plus grande fermeté" l'attentat "odieux" à Hébron dans lequel douze Israéliens ont été tués.
      Le chef de la diplomatie a tenu à faire part de son "indignation" face à cette attaque lors d'un point de presse commun avec le chef des inspecteurs en désarmement de l'ONU en Irak, Hans Blix, en route pour Badgad où il arrivera lundi.

    • Le ministre israélien de la Sécurité intérieure Uzi Landau a proposé de démanteler l'Autorité palestinienne. Il s'est également prononcé en faveur du renforcement de la présence juive dans Hébron.
      «Ces meurtriers veulent contraindre les Juifs à quitter Hébron. Je pense donc qu'il faut justement renforcer la présence juive sur place, et détruire les maisons de la casbah (vieille ville) qui servent depuis des années de position de tirs aux Palestiniens», a-t-il déclaré à Kol Israël.
      «Nous devons détruire tout le secteur oriental de la casbah, qui est de toute façon devenu un terrain vague. Nous devons aussi tracer un nouveau chemin permettant aux habitants juifs de Hébron d'accéder dans des conditions sûres au Tombeau des Patriarches», lieu saint vénéré par le judaïsme et l'islam, a-t-il encore dit.
      Enfin, le ministre a suggéré d'installer en permanence des forces israéliennes sur la colline d'Abou Sneineh. Ce secteur autonome palestinien surplombe le réduit où vivent retranchés quelque 500 juifs entourés de 120 000 Palestiniens.

    • Deux terroristes-suicide ont arrêté cette après-midi près de la jonction Tapuah sur la voie de l'exécution d'un attentat

    • Une patrouille de Tsahal dans la Bande de Gaza au sud découvre un dispositif explosif de 50 kgs, et l'a désarmé sans dégat

  • Sharon et Mofaz sont d'accord pour ne pas bannir Arafat; Tsahal reprend Hebron
    Ha'aretz

    Après l'attaque meurterière de vendredi soir à Hebron, qui a fait 12 morts Israéliens , le Premier Ministre Ariel Sharon et le Ministre de la Défense Nationale Shaul Mofaz sont d'accord pour ne pas bannir le Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat. L'avocat Dov Weisglass, le chef de cabinet de la Présidence, a dit qu'Arafat ne serait pas banni, "malgré la douleur," en raison des circonstances internationales.

    Pendant l'échange de coups de feu Hebron, Sharon a été mise au courant régulièrement dans son Ranch de Sycomore, sa maison dans le Negev. Des sources politiques croient que l'action israélienne de représailles se concentrerait très probablement sur Hebron, qui avait été évacué par des troupes de Tsahal il y a un mois environ.

    Après une réunion entre Mofaz et le chef d'état-major de Tsahal, les soldats ont de nouveau pris le contrôle des secteurs palestiniens de la ville et ont détruit trois maisons. De plus, plusieurs dizaines de Palestiniens ont été regroupés et interrogés. Il a été aussi décidé d révoquer tous priviléges que l'on avait accordé aux Palestiniens pour la fête du Ramadan. Le cabinet de sécurité diplomatique a prévu une réunion tard ce soir.

    Le Ministre des Affaires Etrangères Benjamin Netanyahu a qualifié l'attaque "de massacre". Un porte-parole du ministre des Affaires Etrangères a dit, "Il ne peut y avoir aucune avancé diplomatique tant que les terroristes palestiniens continuent à effectuer de telles actions." Aussitôt que le Shabbat sera fini, Netanyahu convoquera la direction du Ministère des Affaires Etrangères pour préparer une stratégie spéciale après l'attaque.

  • Le Jihad Islamique a choisi le Ramadan comme moment pour l'attaque de Hebron, juste quand l'armée essayait de soulager les restrictions appliquées aux Palestiniens.

    "J'adresse mes félicitations à nos héroïques moudjahidine (...) qui ont réussi cette remarquable opération. Elle impliquait des membres des Brigades Jérusalem, l'aile militaire du Djihad islamique en Palestine", a dit Shallah, qui vit la plupart du temps en Syrie.

    Les autorités israéliennes, se déclarant "choquées", ont affirmé qu'elles fermaient désormais la porte à toute négociation avec les Palestiniens après ce "massacre, le jour du Shabbat".

    L'armée a détruit au bulldozer la maison d'un Palestinien qui avait servie de stand de tir aux assassins.

    Au lever du jour, plusieurs dizaines de Palestiniens ont été arrêtés à Hébron puis emenés à bord de bus de l'armée.

    Le directeur de cabinet du Premier ministre Ariel Sharon, Dov Weissglas, a affirmé à la radio que les agresseurs avaient "profité d'allègements" du dispositif sécuritaire à Hébron décidés par Israël à l'occasion du Ramadan, le mois de jeûne musulman, "pour perpétrer cet attentat honteux".

    "Ariel Sharon a été tenu au courant des événements et a procédé à des consultations intensives avec le ministre de la Défense Shaoul Mofaz, et toutes les mesures qui s'imposent seront prises", a-t-il ajouté sans autre précision sur ces "mesures".

    Parmi les 14 morts du massacre du Shabbat à Hébron on relève :
    Un Sergent de la Police de l'air et des frontières Gad Rahamim, 19 ans de Kiryat Malach
    Un Sergent de la Police de l'air et des frontières Tomer Nov 19 ans, d'Ashdod
    Un Officier d'opération de la Police de l'air et des frontières, Samih Suidan, 31 ans
    Un Sergent de Tsahal, Igor Drovitsky, 20 ans, de Nahariya.
    Deux Officiers de Tsahal, y compris le Commandant de Brigade Shomron Dror Weinberg

  • Des hélicoptères israéliens lancent des missiles sur le centre de Gaza

    Les hélicoptères de l'armée israélienne ont lancé plusieurs missiles tôt ce matin sur le centre de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza.

    L'attaque aérienne du Tsahal visait un atelier de métallurgie dans le quartier de Daraj utlisé par les Palestiniens pour fabriquer des armes.

    Tôt ce matin, on pouvait apercevoir d'immenses colonnes de fumée dans le ciel de Gaza, alors que de nombreuses ambulances se rendaient sur les lieux, selon les témoins. Pour l'heure, on ne signalait aucun blessé.

  • Quelques condamnations...

    • La France condamne l'"attaque odieuse" d'Hébron
      "La France condamne avec la plus grande fermeté l'attaque odieuse" dont a été victime un groupe de pèlerins à proximité du Caveau des Patriarches à Hébron qui a fait onze morts, a déclaré vendredi soir le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

      "Cet acte injustifiable vise à saper les efforts en cours pour la reprise du dialogue. Il appelle de notre part une réprobation totale", a-t-il ajouté.

    • Javier Solana condamne l'attentat d'Hébron
      Le Haut représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère, Javier Solana, a condamné "dans les termes les plus énergiques" l'attentat perpétré vendredi à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, qui a coûté la vie à douze Israéliens.

      "Je condamne dans les termes les plus énergiques l'attaque perpétrée contre des civils israéliens", a souligné le Haut représentant dans un communiqué publié dans la nuit de vendredi à samedi.

    • Kofi Annan qualifie d'"ignoble attaque terroriste" le meurtre d'une dizaine de fidèles juifs près d'Hebron
      Dans un communiqué d'un ton particulièrement sévère, le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan a qualifié d'"ignoble attaque terroriste" le meurtre vendredi de juifs pratiquants près d'Hébron, et a appelé les groupes palestiniens à mettre fin à la violence.

      Kofi Annan s'est dit "horrifié par l'ignoble attaque terroriste dans la Rive Occidentale", "qui a tué les fidèles juifs (...), et fait de nombreux blessés". Il n'a qualifié aucune des victimes de colon juif, mais a tenu à noter que les auteurs de l'attaque de vendredi étaient des Palestiniens.

      Le secrétaire général de l'ONU a présenté ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement Israéliens. Il a appelé "tous les groupes palestiniens à arrêter tous ces actes de violence insensée, qui sont extrêmement néfastes à la cause palestinienne."

      Au cours des 26 derniers mois de violence au Proche-Orient, Kofi Annan a à de nombreuses reprises dénoncé les actions de l'armée israélienne, mais son communiqué de vendredi est l'une de ses déclarations les plus véhémentes à l'égard du terrorisme palestinien.

  • Kofi Annan qualifie d'"ignoble attaque terroriste" le meurtre d'une dizaine de fidèles juifs près d'Hebron

    Dans un communiqué d'un ton particulièrement sévère, le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan a qualifié d'"ignoble attaque terroriste" le meurtre vendredi de juifs pratiquants près d'Hébron, et a appelé les groupes palestiniens à mettre fin à la violence.

    Kofi Annan s'est dit "horrifié par l'ignoble attaque terroriste dans la Rive Occidentale", "qui a tué les fidèles juifs (...), et fait de nombreux blessés". Il n'a qualifié aucune des victimes de colon juif, mais a tenu à noter que les auteurs de l'attaque de vendredi étaient des Palestiniens.

    Le secrétaire général de l'ONU a présenté ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement Israéliens. Il a appelé "tous les groupes palestiniens à arrêter tous ces actes de violence insensée, qui sont extrêmement néfastes à la cause palestinienne."

    Au cours des 26 derniers mois de violence au Proche-Orient, Kofi Annan a à de nombreuses reprises dénoncé les actions de l'armée israélienne, mais son communiqué de vendredi est l'une de ses déclarations les plus véhémentes à l'égard du terrorisme palestinien.

  • Au moins 12 Israéliens tués dans un massacre à l'arme à feu à Hebron
    Amos Harel, Correspondant d'Ha'aretz

    Au moins douze Israéliens ont été tués et 15 blessés hier soir au moment où des terroristes armés palestiniens ont ouvert le feu et ont jeté des grenades depuis le quartier d'Abou Sneineh, surplombant la ville sur un groupe de résidents Juifs et de soldats de Tsahal qui les escortaient, alors qui revenaient à pied vers l'implantation voisine de Kiryat Arba après avoir prié au Tombeau des Patriarches dans la ville de la Rive occidentale de Hebron. Plusieurs des blessés étaient dans un état sérieux.

    Après que le massacre ait commencé, vers 19h30, les soldats se sont précipités sur place - un endroit populaire connu comme "la ruelle des fidèles" - ils ont aussi été soumis aux tirs meurtriers. Plusieurs ont été tués ou blessés, a dit Galei Tsahal.

    De lourds échanges de coups de feu se sont ensuivis entre les Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes dans le secteur. Les échanges de coups de feu ont fait rage pendant environ 90 minutes, rendant difficile pour des ambulances d'évacuer les blessés. Des hélicoptères militaires ont été employés pour aider à l'évacuation des blessés et des fusées de signalisation ont été allumées dans le ciel nocturne sur la ville pour aider les soldats à localiser ceux qui avaient effectué le massacre.

    "Il y avait des tirs de gauche et droite, de chaque angle possible, ils tiraient sur nous d'en haut," , a dit à Galei Tsahal, un homme, qui a donné son nom seulement comme Arik.

    Vers minuit, les troupes ont tué deux des Palestiniens qui avaient effectué le massacre. des fusils d'assaut Kalashnikov et des grenades à main ont été trouvés près de leurs corps.

    Kol Israël a annoncé après minuit que les troupes avaient trouvé le corps d'un troisième terroriste dans le secteur où l'attaque avait été effectuée. Il n'a pas été immédiatement précisé si les trois avaient d'autres complices.

    Huit des blessés ont été admis à l'Hôpital Universitaire Hadassah, Ein Karem. Un a été annoncé dans un état critique, trois dansun état sérieux et le reste souffrait de blessures légères à modérées.

    Huit autres blessés du massacre ont été admis pour traitement au Centre Médica Shaare Zedek à Jérusalem, la plupart d'entre eux souffrant de blessures légères à modérées.

    "C'est un incident très grave à la veille du Shabbath, près du site de prières," a dit le porte-parole de l'armée le lieutenant - Colonel Olivier Rafowicz. Le Tombeau des Patriarches est révéré par les Juifs et les Musulmans comme le lieu de sépulture traditionnel des patriarches bibliques Abraham, Isaac et Jacob.

    Le chef du Jihad Islamique a dit que son organisation avait effectué le massacre. En parlant au téléphone à la télévision par satellite Al-Jazeera, Ramadan Shallah a dit que c'était la vengeance pour le meurtre par Israël d'un des membres du groupe, Iyad Sawalha, au début du mois à Djénine.

    Les hauts fonctionnaires de défense israéliens ont tenu des consultations urgentes après l'attaque, tandis que les officiers supérieurs se sont rendus sur place pour y surveiller le déploiement miltaire.

    "C'est un problème réel de garantir chaque centimètre ... et cette fois, par une organisation soigneuse, complexe ... l'attaque a réussi," a dit le Colonel de réserve Yoni Fiegel, un ancien commandant à Hebron..

    Tsahal avait arrêté de patrouiller dans la plupart des secteurs de Hebron contrôlés par l'Autorité Palestinienne le 25 octobre, comme partie d'un plan mis en place à ce moment-là par le ministre de la Défense Nationale et le président des Travaillistes Benjamin Ben-Eliezer, selon lequel les troupes seraient évacuées des secteurs de la Rive occidentale où un calme relatif prévalait. Les troupes ont cependant conservé leurs positions en deux points - dans les quartiers Abu Sneineh et Kharet el Sheikh - pour s'assurer que des terroristes armés palestiniens n'allaient pas tirer sur l'enclave Juive de la ville divisée.

  • L’IRAK - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    • La prochaine étape pour l’Irak : le 8 décembre
      Eitan Amit et Smadar Péri ( Yédiot Aharonot )

      L’acceptation par Saddam Hussein de la décision du conseil de sécurité de l’ONU et son accord concernant un retour des inspecteurs n’ont pas amoindri la tension entre les Etats-Unis et l’Irak, mais n’ont fait que l’accroître.

      Ce qui a particulièrement énervé les Américains dans la lettre envoyée par Saddam à l’ONU était l’affirmation selon laquelle l’Irak ne possédait pas d’armes de destruction massive. (…) « Je dis très simplement que l’Irak possède des armes de destruction massive, a dit en réponse Donald Rumsfeld, le ministre de la défense américain.(…)

      L’attention se tourne désormais vers le 8 décembre -- date à laquelle l’Irak doit présenter au Conseil de sécurité la liste complète de toutes ses armes chimiques, biologiques et nucléaires, y compris les quantités, les usines de fabrication et les plans de développement. Etant donné que l’Irak a affirmé ne pas posséder ce genre d’armes, nombreux se demandent ce que la liste comprendra.

      A ce sujet, le NY Times a publié hier que les Etats-Unis comptent tendre un piège à l’Irak et une fois la liste irakienne présentée, ils entendent transmettre au chef des inspecteurs, Hans Blix, des compte-rendus des services de sécurité américains, avec la « véritable » information concernant l’armement irakien.

    • Les inspecteurs ont-ils une chance en Irak
      Commentaire de Zeev Shiff ( Haaretz)

      La décision du Conseil de sécurité de l’ONU concernant le contrôle des armes en Irak est certes ferme, mais elle n’est pas suffisamment complète. Les rédacteurs de la décision n’exigent pas de l’Irak la liste exacte des pays et des compagnies qui lui fournissent le matériel pour la fabrication d’armes nucléaires. Sans doute que certains ne veulent pas que cela se sache (…)

      Les principales conclusions quant aux problèmes du contrôle des armes en Irak avaient été présentées à Vienne par le directeur de la Commission israélienne d’Energie atomique, Gideon Frank, lors d’une conférence à l’Agence internationale d’énergie atomique. En premier lieu, il est clair que sans la volonté politique d’un pays où le contrôle a lieu, on ne peut appliquer sérieusement aucun programme de désarmement.

      (…) Par ailleurs, plus le pays est éloigné de la région et de la menace, plus il a tendance à considérer la question du désarmement avec légèreté, pour pouvoir maintenir les accords internationaux en vigueur. Par conséquent, pour Israël , ce qui va se passer en Irak , en Iran et en Lybie en matière de contrôle des armements est primordial. Et si un jour, Israël venait à conclure un accord régional de coopération en matière de désarmement, il insisterait sur le principe du contrôle bilatéral, et ne ferait confiance à aucun inspecteur suédois ou belge pour effectuer le travail à sa place.

    • Saddam Hussein négocie la fuite des siens en Libye

      Le président irakien Saddam Hussein a proposé 3,5 milliards de dollars à la Libye pour qu'elle accepte de donner refuge à des membres de sa famille, rapporte «The Times». La proposition vaut aussi pour de hauts responsables irakiens.

      Le quotidien britannique avance que des diplomates de Tripoli ont fourni des preuves de l'existence d'un tel projet, perçu comme le premier signe que Saddam Hussein se prépare à l'idée d'être renversé. Le général Ali Hasan al-Majid, un proche de Saddam, se serait rendu dans la capitale lybienne pour négocier l'accord.

      «The Times» explique cependant que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ne serait pas disposé à donner asile à Saddam lui-même, ou à son fils ainé Uday. Il précise toutefois que Tripoli accueillerait d'autres responsables irakiens et peut-être des enfants et petits-enfants du président.

  •  
    La colère monte à Maan en Jordanie

    Les opérations de la police et des forces de sécurité jordaniennes contre un gang dirigé par un prêcheur musulman radical toute la semaine dans la ville de Maan ont provoqué la colère d'une partie de la population, qui a insulté les forces de l'ordre, les accusant de violences et de destructions.

    La colère évidente malgré les tentatives de répression de membres des forces spéciales menace ce pays pro-occidental en cette période de tension croissante au sujet de la crise irakienne.

    La semaine dernière, la police et l'armée sont intervenues dans cette ville du désert pour arrêter ce que les autorités ont présenté comme un gang de meurtriers armés, de trafiquants de drogue, de bandits et d'incendiaires. Cinq personnes ont été tuées par balles et des dizaines d'autres arrêtées depuis.

    Vendredi, des responsables gouvernementaux ont escorté des journalistes étrangers jusqu'à la ville, apparemment pour leur montrer que la zone était sûre et que les affrontements avaient opposé les forces de l'ordre à des criminels et non à des fondamentalistes musulmans.

    Toutefois de nombreux habitants accusent le gouvernement de poursuivre secrètement des buts liés à l'Irak voisin ou à la répression des islamistes. Trois journalistes ont pu s'éclipser quelques instants pour voir des maisons endommagées et des habitants en détresse, contrairement aux dires du gouverneur.

    Le chef de la police a exhibé les prises de ses hommes: des dizaines de fusils, d'armes automatiques et autres, notamment des produits chimiques non identifiés et de la drogue.

    Par ailleurs, un influent dissident, Leith Shubeilat, qui s'est fréquemment aux côtés des intégristes opposés au gouvernement pro-occidental et à l'accord de paix de 1994 avec Israël, a été arrêté chez lui à la sortie de Maan et détenu pendant 11 heures vendredi avant d'être relâché.

    La police tentait de collecter les nombreuses armes détenues par la population pour faire de Maan une zone sans armes. Au moins 450 fusils-mitrailleurs et pistolets ont été saisis depuis jeudi, selon les autorités. Quelque 80 à 100 arrestations ont été effectuées et une dizaine de personnes sont recherchées, dont le chef présumé du gang, Mohammad Ahmad al-Chalabi, connu sous le nom d'Abou Sayyaf.

Les Etats-Unis condamnent l' "atroce" attaque du terrorisme à Hébron

Brèves en vrac


Les ARCHIVES des INFOS de 2000 de 2001 de Décembre 2001
Janvier 2002 Avril 2002 Juillet 2002 Octobre 2002
Février 2002 Mai 2002 Août 2002 Novembre 2002
Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002
Novembre 2002
D L M M J V S
 
 
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Adresses des Gouvernements de la France,de la Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales
Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)
Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.

AVIS D'UTILISATION Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.