AVIS D'UTILISATION
Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.

ACCUEIL
Novembre 2002
D L M M J V S
 
 
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Google
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.
Mardi 12 Novembre 2002 - 7 Kislev 5763

Le Hamas au Fatah : joignons nos forces

Opération israélienne dans le camp de Tulkarem; trois terroristes palestiniens recherchés ont été interpellés

Le ministre des Affaires Etrangères d'Irak à Beyrouth; l'ambassade dément sa rencontre avec le chef du Hezbollah

Une délégation israélienne aux Etats-Unis pour discuter de l’après-Saddam

  • Le Hamas au Fatah : joignons nos forces
    Par Khaled Abu Toameh -J erusalem Post

    Le Hamas a hier glorifié l'attaque terroriste dans le Kibboutz Metzer comme "une opération de résistance légitime" et a pressé le Fatah d'intensifier sa lutte contre Israël.

    Les représentants du Hamas participant aux pourparlers avec les chefs du Fatah au Caire a décrit Metzer comme "une implantation qui a été construite sur la terre arabe usurpée par l'ennemi de Sioniste en 1948." Ils ont dit que l'attaque, effectuée par les Brigades des Martyrs El Aksa, la branche armée du Fatah, , sont "l'indice que la rue palestinienne veut que la résistance continue ses attaques."

    Les pourparlers sont tenus sous les auspices de l'Union européenne, qui presse le deux parties d'interrompre les attentats-suicide EN Israël. Les représentants de l'Union Européenne espèrent que le Fatah sera capable de persuader le Hamas d'arrêter de telles attaques, "un premier pas vers la transformation de l'intifada en un mouvement populaire de résistance".

    Mais Khaled Masha'al, le chef du comité central du Hamas, a nié lundi que l'Union Européenne et les Egyptiens aient prétendu que le but des pourparlers du Caire était d'arrêter les attentats-suicide contre des civils israéliens.

    "Ces rapports sont faux," a dit Masha'al au journal Al-Hayat basé à Londres. "Peut-être que l'autre côté [le Fatah] a mis la question des attentats-suicide à son ordre du jour, mais nous leur disons déjà que nous ne consentirons jamais à arrêter les opérations de résistance. Le Hamas ne peut pas consentir à rencontrer le Fatah sous la devise "interrompre la résistance."

    Le Hamas dit que les pourparlers se sont concentrés seulement sur le fait d'aplanir les différences avec l'Autorité Palestinienne et le Fatah après une série d'événements qui ont gâché les relations entre les deux côtés.

    Selon des sources palestiniennes, les représentants du Hamas ont dit aux négociateurs du Fatah que c'était lle moment por les deux côtés de joindre les mains dans le combat contre Israël. Les sources ont dit que les représentants du Hamas ont aussi dit qu'il n'y a aucune raison d'interrompre leurs attaques contre des civils israélienspuisque des hommes armés du Fatah effectuaient des attaques à l'intérieur de la Ligne Verte.

    Dans la nuit de lundi à mardi, le Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat a téléphoné au Président égyptien Hosni Mubarak pour discuter des pourparlers Hamas-Fatah et des derniers événements après le carnage de Metzer.

    Arafat aurait demandé à Moubarak d'intervenir auprès d'Israël pour l'empêcher d'effectuer une opération militaire massive pour se venger des meurtres de Metzer.

    Ahmed Ghuneim, un membre de la délégation du Fatah aux pourparlers du Caire, a été empêché dimanche par Israël de voyager vers Le Caire. Ghuneim a dit qu'il avait été retenu au Pont d'Allenby. Un autre délégué du Fatah, Samir Mashrawi de la Ville de la Bande de Gaza, a été aussi empêché par Israël de partir pour l'Egypte.

  • Brèves en vrac

    • Dans la bande de Gaza, les artificiers sont en train de désamorcer une bombe. Un engin explosif de grande envergure a été découvert près de la barrière de sécurité et il est en cours de neutralisation.

    • Dans la région frontalière entre l'Egypte et Rafiah, une fusillade a lieu entre des soldats de Tsahal et des Palestiniens armés.

    • Le terroriste du kibboutz Metzer aurait reçu des fonds d'Arafat
      Mohammed Naifa, le terroriste responsable de la tuerie de Metzer, aurait perçu des fonds d’Arafat en tant que membre du Fatah. Le meurtrier est en fuite et sa maison a été détruite ce matin à Toulkarem.

    • Trois des victimes de l'attentat, Revital Ohayon, 34 ans, et ses deux enfants, Matan et Noam, âgés de quatre et cinq ans, devaient être inhuméscet après-midi au cimetière de Kyriat Bialik, près de Haïfa, dans le nord d'Israël. Leur meurtre, commis de sang froid et à bout portant par un assaillant qui est parvenu à s'enfuir, a bouleversé l'opinion publique, pourtant habituée aux attentats depuis le début de l'Intifada. Les visages souriants des deux petites victimes et de leur mère sont à la une de tous les quotidiens (israéliens).

    • "Sans pitié", titrait le Yédiot Aharonot, tandis que l'autre grand quotidien populaire du pays, Maariv, citait une phrase du grand poète israélien Haïm Bialik: "Satan lui-même n'a pas imaginé la vengeance pour le meurtre d'un enfant".

    • Pendant ce temps, un émissaire américain, David Satterfield, poursuivait ses contacts en Israël pour promouvoir la relance d'un dialogue de paix avec les Palestiniens.

    • Tsahal a opéré cematin à Deir Abou Mashaal, au nord-ouest de Ramallah Selon des témoins, elle a rassemblé dans l'école du village tous les hommes âgés de 15 à 50 ans, arrêtant neuf d'entre eux.

    • "Cet acte horrible prouve que les terroristes ne font aucune différence entre Israéliens, qu'ils vivent dans des villes, des villages, des kibboutz ou dans les implantations", a déclaré Ariel Sharon lors d'une visite au kibboutz Metzer.

    • A la suite de l'attentat meurtrier au kibboutz Metzner, le nouveau ministre des Affaires étrangères, Binyamin Netanyahou, a déclaré qu'il fallait se dépêcher de construire la barrière de sécurité pour prévenir ce genre de tragédies. Il a dit que la chose était possible et devait être réalisée au plus vite.

    • Le porte-parole de Kofi Annan, secrétaire général de l'ONU, a déclaré que l'ONU demandait instamment aux Palestiniens de mettre fin aux attentats contre des civils israéliens. Terje Larse, l'émissaire de l'ONU, a également condamné le dernier attentat. Larsen a instamment prié les Israéliens et les Palestiniens de faire preuve de retenue afin de ne pas entrer dans "un cycle de violence."

    • Les élections législatives pour la 16ème Knesset auront bien lieu le 28 janvier prochain. Cette décision a été prise au terme d’une brève réunion de la Commission des lois de la Knesset.
  • Opération israélienne dans le camp de Tulkarem; trois terroristes palestiniens recherchés ont été interpellés

    Au lendemain du carnage dans le Kibboutz Metzer en Israël qui a fait cinq morts dont deux enfants, près d'une trentaine de blindés israéliens sont entrés dans le camp de Tulkarem dans le nord de la Rive Occidentale, tôt ce matin.

    L'armée israélienne a annoncé le retrait progressif de ses soldats après l'arrestation de trois Palestiniens recherchés pour l'attaque de dimanche soir à Kibboutz Metzer qui a tué cinq Israéliens dont une mère et ses deux jeunes fils.

    L'armée a demandé aux habitants par haut-parleurs de ne pas sortir de chez eux. Au cours de cette opération qui avait commencé vers 3h00 locales (1h00 GMT), l'armée a démoli la maison de Mohammed Naifa, dans la ville de Shweika, au nord de Tulkarem, a annoncé Kol Israël . L'armée tient Naifa - le chef des Tanzim dans le secteur de Tulkarem - comme le commanditaire du terroriste armé qui a infiltré le Kibboutz Metzer dimanche soir tard dans la nuit.

    Selon un un haut responsable militaire israélien, les services israéliens sont persuadés que le tireur et ses complices venaient de Tulkarem, mais ont été amenés sur place par des terroristes de Naplouse

    Tsahal avait hésité tard hier dans la nuit entre effectuer une opération entre les villes de Rive occidentale de Naplouse ou de Tulkarem.

    Les sources de sécurité avaient dit lundi que l'opération sera "dure", mais n'ira pas " par dessus bord"

    L'opération de Naplouse avait été projetée il y a quelques semaines. Après l'achèvement du ratissage par Tsahal de Djénine et le redéploiement qui a suivi des forces de la Brigade Golani dans la périphérie de la ville, il a été décidé que Naplouse serait la prochaine étape.

    Le Hamas et les réseaux terroristes du Fatah à Naplouse sont responsables d'une série d'attaques contre des Israéliens pendant les quelques mois passés, y compris à Immanuel, Ariel et Kfar Sava. Les forces de sécurité israéliennes ont au moins contrecarré cinq autre attentats-suicide, projetés depuis Naplouse, durant les quelques semaines passées.

    La décision d'inclure Tulkarem dans l'attaque de cette nuit est venue après qu'il soit devenu clair que le terroriste armé du Fatah, responsable de l'attaque de Metzer, étaient venu de Tulkarem.

    À la réunion de cabinet de lundi, qui a été tenue à Metzer, le Ministre des Affaires Etrangères Benjamin Netanyahu, a soulevé l'option de bannir le Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat. Cependant, le bureau du Premier ministre, Tsahal et les forces de sécurité du Shin Bet ont fait des réserves sur son expulsion actuellement.

    Selon des sources de Tsahal, les Etats-Unis ont donné des directives claires de ce qui est permis et ce que l'on interdit dans une opération israélienne avant l'offensive américaine contre l'Irak. Les Américains s'attendent à ce qu'Israël s'abstienne de bannir Arafat, d'une pression excessive sur son quartier général de la Muqata dans Ramallah et d'une pression trop massive sur les civils.

  • Le ministre des Affaires Etrangères d'Irak à Beyrouth; l'ambassade dément sa rencontre avec le chef du Hezbollah
    JerusalemPost

    Le ministre des Affaires Etrangères d'Irak a fait un arrêt non prévu à Beyrouth lundi et l'Ambassade irakienne aussi bien que le Hezbollah au Liban ont démenti un rapport de télévision, comme quoi le fonctionnaire irakien aurait rencontré avec le chef du Hezbollah.

    La chargé d'affaires Irakien à Beyrouth, Nabil Al-Janabi, a dit que le Ministre des Affaires Etrangères Naji Sabri, a fait depuis Damas, en Syrie, une visite à Beyrouth de quatre heures pour rencontrer du personnel d'ambassade.

    La station privée principale de télévision du Liban, Lebanese Broadcasting Corp., a dit qu'il avait "une information spéciale" : Sabri a rencontré pendant son arrêt de Beyrouth le Scheik Hassan Nasrallah, le chef des terroristes du Hezbollah. Il n'a donné pas de renseignements sur le contenu des pourparlers.

    Le Hezbollah, qui est dans la liste des organisations terroristes des Américains et l'Ambassade irakienne ont démenti qu'une telle réunion ait eu lieu.

    "C'est un rapport agaçant et fabriqué," a dit Al-Janabi à l'AP. "C'était une visite personnelle à l'ambassade puisqu'il était tout près à Damas.... Nous avions fait le travail que nous avions à faire et il n'a pas rencontré de personnalité politique" tandis qu'il était au Liban.

    Une déclaration du Hezbollah transmise à l'AP a qualifié le rapport de LBC d'une réunion entre Nasrallah et Sabri comme "totalement faux."

    Des sources proche du Hezbollah, parlant sous condition d'anonymat, ont récemment dit que le mouvement avait rejeté une offre de Saddam d'apporter son support pour une guerre possible.

    Bien que le Hezbollah se soit opposé verbalement à la guerre Américaine possible contre l'Irak, les Musulmans chi'ites qui composent le mouvement terroriste n'ont aucune amitié pour Saddam Hussein parce que son régime a maltraité les chi'ites d'Irak depuis longtemps. L'Iran - le support principal du Hezbollah - s'est battu dans une guerre de huit ans avec l'Irak dans les années 80.

    Sabri plus tard est retourné par la route à Damas, un trajet de deux heures a dit Al-Janabi. Sabri a voyagé en Syrie depuis Le Caire, où il avait suivi une réunion des ministres des Affaires Etrangères de Ligue arabe pour discuter la "dure" résolution du Conseil de Sécurité de l''ONU exigeant que l'Irak se débarrasse des armes de destruction massive.

    Un porte-parole de l'opposition chi'ite d'Irak du parti Dawaa Islamique a dit dans un interview téléphonique depuis l'Iran qu'il ne croit pas qu'une telle réunion a eu lieu parce que le Hezbollah est du côté du peuple irakien plutôt que pour le régime de Saddam Hussein.

    "Je suis étonné de ce rapport," a dit Abu Bilal Adib, en parlant du rapport de LBC.

  • Une délégation israélienne aux Etats-Unis pour discuter de l’après-Saddam
    Aluf Benn (Haaretz)

    Une délégation israélienne, composée entre autres du ministre sans portefeuille Dan Méridor et du Conseiller du Premier ministre israélien en matière de Sécurité Ephraïm Halévy, devrait rencontrer jeudi une délégation américaine pour débattre des répercussions de l’offensive contre l’Irak, dans le cadre du « dialogue stratégique » entre Jérusalem et Washington.

    Ces discussions devraient reposer sur trois volets :

    • Irak : la délégation israélienne cherchera à savoir quel régime émergera en Irak après la chute de Saddam Hussein ? Comment sera assurée l’intégrité territoriale de ce pays ? Comment préserver l’équilibre entre Sunnites, Chiites et Kurdes ? Quelles seront les positions du nouveau régime vis-à-vis du conflit israélo-arabe ?

    • La région : la guerre en Irak aura inévitablement de nombreuses répercussions sur la région. La délégation israélienne souhaite s’assurer que Washington les a toutes prises en compte. Une fois Saddam remplacé et les sanctions levées, l’Irak fera sa réapparition sur le marché du pétrole. Jérusalem demandera à ce que la Jordanie, qui dépend fatalement du brut irakien soit indemnisé. Les positions de l’Egypte et de l’Arabie saoudite face à un nouveau régime pro-américaine à Bagdad devrait également être évoquée. L’Iran et la Syrie, qui devraient être plus prudente après l’offensive américaine en Irak, seront également à l’ordre du jour.

    • Les Palestiniens : Jérusalem espère que la victoire américaine en Irak aura pour effet de mettre fin au terrorisme palestinien.


Novembre 2002
D L M M J V S
 
 
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Les ARCHIVES des INFOS de :
2000 Janvier 2002 Avril 2002 Juillet 2002 Octobre 2002
2001 Février 2002 Mai 2002 Août 2002 Novembre 2002
Décembre 2001 Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002
Adresses
Gouvernement La France, La Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales

Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)

Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)


AVIS D'UTILISATION.