AVIS D'UTILISATION
Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d'opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.

ACCUEIL
Novembre 2002
D L M M J V S
 
 
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Google
ATTENTION : desinfos.com n'envoie ancun email groupé contenant ou pas des pièces jointes, tout message non sollicité, avec comme expéditeur <desinfos@desinfos.com> doit être considéré comme porteur potentiel de virus et doit être détruit.
Lundi 11 Novembre 2002 - 6 Kislev 5763

Des fonctionnaires de sécurité : la réponse de Tsahal à l' attaque du Kibboutz Metzer est imminente

Nouvelles sécuritaires

Les noms des victimes du Kibboutz Metzer ont été publiés

Des hélicoptères ont frappé un atelier de métallurgie dans la Bande de Gaza qui produit les mortiers

Cinq morts dont 2 enfants tués dans leur lit, dans un attentat terroriste du Fatah dans le Kibboutz Metzer en Israël

Le Hamas refuse de cesser ses attentats-suicide

 Deux morts hier dans des affrontements à Maan, en Jordanie

Six questions avant d’entrer en guerre, selon Rumsfeld

  • Des fonctionnaires de sécurité : la réponse de Tsahal à l'attaque du Kibboutz Metzer est imminente
    Jerusalem Post

    Un haut fonctionnaire de sécurité a dit que l'attaque du Kibboutz Metzer était de la plus mauvaise espèce et Tsahal va exercer des représailles dans peu de temps.

    Selon Kol Israël, le Ministre de la Défense Nationale a rencontré ce matin tous les membres de l'appareil de sécurité et ils ont discuté des premières étapes d'une réponse.

    Les fonctionnaires de sécurité annoncent que le Ministre de la Défense Nationale rencontrera le Premier Ministre Ariel Sharon plus tard dans la journée, a dit la radio.

  • Nouvelles sécuritaires
    Jerusalem Post

    Les Palestiniens ont tiré des obus de mortiers sur la localité juive de Kfar Darom dans le Goush Katif. On ne déplore pas de victimes.

    Des terroristes ont ouvert le feu sur des soldats à Gadid dans le Goush Katif. Pas de blessés.

    Tsahal a arrêté un terroriste dans la région de Amwasi dans le Goush Katif.

    Le chef de la police, Shlomo Aharonishky, a déclaré qu'il y avait un grand nombre d'alertes à l'attentat et que les forces de sécurité font le maximum pour les déjouer.

    Un Israélien a été légèrement blessé ce matin au nord de Hébron par des tirs provenant des Palestiniens.

    Un engin explosif a été découvert à Morag dans le Goush Katif. Les artificiers sont en train de la désamorcer. Deux autres engins de 160 kg avaient été trouvés hier dans le secteur.

  • La Histadrout suspend la grève dans les localités de la Ligne Verte
    Jerusalem Post

    Dans un effort pour aider les localités situées près de la Ligne Verte, la Histadrout a décidé de suspendre la grève dans cette région. Ainsi, tous les services habituels seront disponibles : crèches, écoles maternelles et primaires, de même que les autres services nécessaires au bien-être de la population.
  • Les noms des victimes du Kibboutz Metzer ont été publiés

    Revital Ohayounl, 34 et ses deux enfants, Matan, 5 ans et Noam, 4 ans, assassinés par les terroristes palestiniens avant minuit dimanche soir. La famille vivait dans le Kibboutz Metzer.
    Tirza Damari, 42 ans, d'Elichin et Dori Yitzhak, 44 ans, du kibboutz, ont été aussi assassinés hier soir.

  • Des hélicoptères ont frappé un atelier de métallurgie dans la Bande de Gaza qui produit les mortiers

    Des hélicoptères de l'armée israélienne ont tiré dans la nuit des roquettes contre des cibles dans la ville de Gaza, ont indiqué des témoins palestiniens. Aucun blessé n'a été signalé dans l'immédiat.

    Les appareils ont tiré six à sept roquettes sur un atelier métallurgique qu'ils ont entièrement détruit, ont rapporté ces témoins et des responsables sécuritaires palestiniens.

    L'opération a commençé un peu plus de deux heures après que les terroristes aient infiltré le kibboutz Metzer en Israël et y ont tué cinq personnes dont 2 enfants.

    Le Porte-parole de l’Armée de Défense d’Israël a déclaré : «La frappe fait suite à la récente attaque terroriste qui a eu lieu dans la Bande de Gaza et aux récents lancers de mortiers sur des implantations israéliennes. L’atelier était utilisé par plusieurs organisations terroristes et servait notamment à la production de mortiers et de divers types de roquettes.»

  • Cinq morts dont 2 enfants tués dans leur lit, dans un attentat terroriste du Fatah dans le Kibboutz Metzer en Israël
    Amos Harel, Correspondant, Ha'aretz

    Cinq personnes ont été tuées et trois blessées par un terroriste qui tard vers minuit s'est infiltré en Israël dans le Kibboutz Metzer, près de la frontière d'Israël avec la Rive occidentale, tuant deux enfants dans leurs lits, leur mère et deux autres adultes.

    Les enfants avaient quatre et cinq ans.

    Les Brigades Al Aqsa du Fatah d'e Yasser Arafat ont revendiqué l'attentat, lequel un terroriste armé a franchi la barrière de sécurité et entrant dans une maison à tué les enfants et leur mère, a ensuite abattu deux adultes qu'il a rencontrés à l'extérieur du logement.

    Les forces de sécurité ont ordonné aux résidents de kibboutz de rester dans leurs maisons toute la nuit, avec une coupure d'électricité totale imposée au kibboutz alors que la police cherchait l'assasin. C'est seulement après 7h00 que l'on a permis aux résidents de quitter leurs maisons, après que la police a annoncé que le meurtrier terroriste s'était apparemment enfui du secteur du kibboutz, qui est placé sur le côté israélien de la frontière de Ligne Verte, au nord de la ville palestinienne de Tulkarem.

    Une des victimes a été identifiée comme Tirza Damari, 42 ans, d'Elichin, qui était venu au kibboutz en visite.

    Les équipes de premiers secours qui se sont précipitées sur place ne sont pas entré à Metzer tou de suite, les forces de sécurité craignant que les terroristes puissent toujours être à l'intérieur du kibboutz.

    Pendant l'attaque, qui a duré environ 20 minutes, le coordonnateur de sécurité du kibboutz a localisé le tir du terroriste et a ouvert le feu, mais a échoué à le frapper.

    Le chef de police d'Israël Shlomo Aharonisky a dit ce matin qu'il y avait eu "des avertissements innombrables" qu'une telle attaque pourrait avoir lieu dans le secteur, qui est près d'un point d'entrée favorable pour des terroristes en route pour des attaques en Israël.

    Un grand nombre de policiers et de Police de l'air et des frontières, qui ont employé des fusées de signalisation pour éclairer le secteur, ont fouillé) dans le kibboutz dans la nuit, avec l'aide d'un hélicoptère, mais au premières lueurs de l'aube il avait été déterminé que le ou les terroristes avaient réussi à s'enfuir.

    Les fonctionnaires dans l'établissement de défense soupçonnent que les coups de feu ont du être effectués par les membres de la même cellule qui a essayé de pénétrer hier en Israël, près du Kibboutz Metzer, pour y effectuer une attentat-suicide.

    Dans cet incident, deux Palestiniens avient été tués quand leur voiture a explosé après qu'ils aient été arrêtés par une patrouille de la Police de l'air et des frontières.

    "La machine du terrorisme palestinienne a manqué son coup," avait dit David Baker, un fonctionnaire du bureau du Premier Ministre Ariel Sharon, après que les troupes avaient déjoué l'attaque.

    Dimanche aussi, l'armée a dit avoir arrêté un palestinien de 15 ans de la ville de Rive occidentale de Naplouse sur le point d'effectuer une attentat-suicide et un membre senior du Hamas de la ville de Rive occidentale de Hebron.

    Les soldats du génie de police de l'air et des frontières dimanche ont désamorcé deux dispositifs explosifs, pesant 160 kilos trouvés dans des serres chaudes dans l'implantation de la Bande de Gaza de Morag.

  • Le Hamas refuse de cesser ses attentats-suicide

    Le chef du bureau politique du mouvement radical palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a affirmé au quotidien al-Hayat que les discussions en cours avec le mouvement Fatah de Yasser Arafat, au Caire, n’ont pas pour objectif la fin des attentats-suicide en Israël.

    Cette question « figure peut-être sur l’agenda de l’autre partie » (le Fatah), mais « nous n’accepterons jamais l’arrêt de la résistance », a-t-il insisté.

    Des représentants du Fatah et de Hamas ont entamé samedi soir au Caire, dans un lieu tenu secret, des discussions qui, selon une source proche de la réunion, devraient porter sur l’arrêt des attentats-suicide en Israël.

    La délégation du Fatah est conduite par Zakaria al-Agha, membre de son Comité central, alors que la délégation du Hamas regroupe M. Mechaal et d’autres cadres du mouvement, selon la même source.

    Une source proche de la délégation du Fatah dans les territoires palestiniens avait affirmé que les représentants de ce mouvement allaient « demander clairement au Hamas de cesser ses attentats-suicide en territoire israélien et ses tirs de roquettes de type Qassam, fabriquées dans la bande de Gaza, sur le territoire israélien ».

    « L’agenda du Hamas comporte deux points essentiels : les relations interpalestiniennes et la situation politique, et les moyens de faire face à l’agression (israélienne) contre notre peuple », a précisé M. Mechaal.

    « La poursuite de la résistance et un accord sur les moyens d’orienter la lutte contre l’ennemi » sont également à l’ordre, a-t-il ajouté.

    Le Hamas a revendiqué nombre d’attentats-suicide contre des civils israéliens depuis le début de l’intifada, fin septembre 2000. Il a rejeté constamment les appels à un cessez-le-feu de M. Arafat.

    Le Fatah, contrairement aux Brigades des martyrs d’al-Aqsa, groupe armé lié à ce mouvement
    [et à Yasser Arafat], aurait estimé que les opérations- suicide condamnées par la communauté internationale ne servent pas l’intérêt national palestinien.
    [ Un exemple extraordinaire de double langage à enseigner dans toutes les échoppes des organisations anti-mondialistes, paysannes, trotskystes, etc... si ce n'est pas déjà fait...]

  •  Deux morts hier dans des affrontements à Maan, en Jordanie

    Deux personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées lors des affrontements qui ont opposé dimanche des unités spéciales jordaniennes à des centaines de jeunes armés à Maan, dans le sud du royaume, dans le cadre d'une vaste opération visant à arrêter des activistes islamistes, ont rapporté des témoins et des responsables.

    Maan, ville de 40.000 habitants située à plus de 320 km au sud de la capitale Amman, est considérée comme un bastion intégriste. Fréquent foyer de tension, la ville a été le théâtre de manifestations pro-irakiennes et, ces dernières années, de troubles sociaux violents.

    Les affrontements de dimanche ont débuté à l'aube, au moment du lancement par les forces de l'ordre d'une opération visant à arrêter des militants musulmans soupçonnés d'être impliqués dans l'assassinat d'un diplomate américain il y a deux semaines.

    Le ministère de l'Intérieur Kaftan al Majali a déclaré à la télévision qu'un policier et une personne du camp adverse avaient été tués. D'après des témoins, de nombreux blessés par balles ont été hospitalisés.

    Majali a accusé des groupes de malfaiteurs armés d'avoir provoqué ces violences et indiqué que des ressortissants de pays arabes étrangers figuraient au nombre des personnes arrêtées en possession d'armes automatiques et de munitions. Le ministre n'a pas donné d'autre détails concernant ces arrestations.

    Des combats ont eu lieu dans la grande rue commerçante palestinienne du centre et aux alentours de l'hôpital gouvernemental, ont indiqué des témoins.

    Les violences se sont intensifiées au moment de la perquisition de plusieurs maisons par la police, qui a arrêté une trentaine de personnes recherchées, des islamistes pour la plupart.

    D'après un représentant des autorités, l'opération vise à mettre derrière les barreaux des personnes susceptibles de provoquer des troubles, dans la perspective d'une éventuelle intervention armée américaine en Irak.

    "L'opération de sécurité organisée à Maan est une mesure de précaution destinée à s'assurer que la situation sur le terrain ne dégénère pas en cas de guerre", a-t-il déclaré à Reuters.

    Le Front d'action islamique, principal parti politique du pays, a mis en garde dans un communiqué contre une "escalade de la situation et l'ampleur de ses répercussions", susceptibles de mettre en danger la sécurité nationale alors qu'un conflit armé se profile en Irak.

    La puissante organisation des Frères musulmans a également réagi, appelant les autorités à s'abstenir de toute démonstration de force excessive. "Le gouvernement peut poursuivre des fugitifs recherchés sans cette violence et sans terroriser des innocents", a-t-elle estimé.

    Selon des militants islamiques et les anciens de la ville, la tension a monté cette semaine parce que le conseil des anciens de la tribu locale refusait de livrer aux autorités une trentaine d'hommes recherchés.

    La police anti-émeute, soutenue par des véhicules blindés, avait pris position dans la ville samedi soir, après l'arrivée en provenance de la capitale de véhicules blindés de transport de troupes destinés à renforcer les unités encerclant Maan.

    Les autorités ont coupé le téléphone dimanche et la ville est de facto en état de couvre-feu. Toutes les administrations et les écoles sont fermées, ont indiqué des habitants.

    "On peut entendre de violentes fusillades dans la ville", a déclaré un habitant, contacté sur son téléphone portable.

    Lors d'un incident distinct, l'armée jordanienne a abattu dimanche un homme qui tentait de lancer une bombe sur une patrouille et s'apprêtait à pénétrer en territoire israélien, a indiqué un porte-parole de l'armée.

    La Jordanie a arrêté une centaine d'islamistes dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat du diplomate américain Laurence Foley, tué à Amman il y a deux semaines.  

    La police recherche principalement un islamiste, Mohammed Chalabi (alias Abou Sayyaf), et quatre de ses adjoints, tous affiliés au Takfir wal-Hijra (« anathème et exil »).

    L’idée centrale du Takfir wal-Hijra est fondée sur l’excommunication de toute la société, au motif qu’elle n’est pas authentiquement musulmane. Les membres du Takfir se considèrent eux-mêmes comme les seuls vrais musulmans.

    Selon des sources concordantes, les cinq dirigeants de ce groupe se sont repliés à « Haï al-Tour », une colline aux abords sud de Maan, encerclée par la police.

    Il s’agit de leur quartier général, où le groupe a stocké une importante quantité d’armes, dont des lance-roquettes et des mortiers, ainsi que des mitraillettes, ce qui explique la lenteur de l’opération policière.

    Le ministre de l’Intérieur Koftan Majali a, de son côté, affirmé que « l’ordre a été rétabli dans la ville », où le couvre-feu a été imposé.

    Il a accusé ce groupe d’être responsable de plusieurs actes visant à « terroriser la population », notamment les étudiants des universités du sud du pays, dont ils refusent la présence dans des résidences d’étudiants.

  • Six questions avant d’entrer en guerre, selon Rumsfeld

    Le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a énoncé avec précision les étapes qui pourraient conduire à une décision américaine de déclencher une guerre, dans une contribution publiée par le quotidien français Le Figaro, mais sans jamais évoquer explicitement le cas de l’Irak.

    « Aucun être ne se réveille avec l’envie de partir à la guerre », écrit M. Rumsfeld, à l’occasion de la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918. « L’option de la force militaire est la dernière extrémité, jamais le premier choix. La guerre est dangereuse. Elle est meurtrière », ajoute celui qui est considéré comme un « faucon » dans l’Administration américaine. Mais, reprenant un de ses thèmes favoris, il ajoute : « Il y a de grands risques à passer à l’action, mais il y a aussi les risques à l’inaction. »

    « Au XXIe siècle nous sommes menacés par des armes de destruction massive, chimiques, biologiques et nucléaires, capables de tuer des centaines de milliers de gens », souligne-t-il, dans une référence à la menace irakienne.

    Il faut donc, assure-t-il, se poser six types de questions avant de décider de s’en prendre militairement à une cible.

    • « Le passage à l’action est-il vraiment nécessaire ? »
    • « L’objectif peut être atteint, le risque est-il acceptable ? »
    • « La mission est-elle claire dans ses buts et dans ce qui définira le succès ? »
    • « Si l’action proposée est à la fois nécessaire et réalisable, en vaut-elle la peine ? »
    • « Quelles sont les implications du passage à l’acte ? »
    • Enfin, poursuit-il, « si la diplomatie doit échouer, si une prévention énergique ne peut ni changer les comportements ni empêcher les conflits, sommes-nous prêts à agir rapidement, de manière décisive, avec toute la force qu’il faut pour prévaloir ? »

    « Aujourd’hui, souligne M. Rumsfeld en évoquant la guerre contre le terrorisme, les États-Unis et 90 pays alliés sont lancés dans une guerre distincte de toutes celles qui ont précédé. »

    « Dans cette guerre nous n’engageons pas nos forces à la légère. C’est le serment que nous faisons aux combattants du passé, à ceux d’aujourd’hui et à tous ceux qui auraient pour mission de défendre la liberté le moment venu », conclut M. Rumsfeld.


Novembre 2002
D L M M J V S
 
 
      1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Les ARCHIVES des INFOS de :
2000 Janvier 2002 Avril 2002 Juillet 2002 Octobre 2002
2001 Février 2002 Mai 2002 Août 2002 Novembre 2002
Décembre 2001 Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002
Adresses
Gouvernement La France, La Belgique, l'Union Européenne et des Organisations Internationales

Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)

Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)

AVIS D'UTILISATION.