AVIS D'UTILISATION
Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d"opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.

ACCUEIL
Octobre 2002
D L M M J V S
 
 
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Google
 
 
Mardi 22 octobre 2002 - 16 Cheshvan 5763

  • La rencontre en vue du retrait d’Hébron a eu lieu, malgré l’attentat de Karkour
    Amos Harel, Arnon Regular et Aluf Benn (Haaretz)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Malgré l’attentat survenu au carrefour de Karkour, la rencontre de coordination entre des officiers de Tsahal et des représentants de l’Autorité palestinienne devant porter sur le retrait partiel de Tsahal de la ville d’Hébron (dans le cadre du plan « Judée d’abord »), a été maintenue. Le chef de brigade d’Hébron, le général Dror Weinberg, représentait Israël face au gouverneur de la ville d’Hébron, Arif El-Jabari, qui défendait les positions de l’Autorité palestinienne. Cette rencontre s’est déroulée dans les bureaux de liaison militaire, à Hébron, seuls bureaux à avoir maintenu leurs activités lors de l’Intifada, contrairement aux autres villes. Tsahal a fait savoir à ses interlocuteurs palestiniens que dans une première phase, seuls les pouvoirs civils leurs seront transférés, et l’Autorité palestinienne ne sera pas responsable de la sécurité.

    Sharon ayant donné son aval hier, Ben-Eliezer espérait pouvoir procéder au redéploiement de Tsahal à Hébron dès hier, mais des responsables du Commandement Centre lui ont objecté que des concertations supplémentaires étaient nécessaires : elles devraient prendre un à deux jours et porter sur le tracé des patrouilles de Tsahal après le retrait ainsi que sur les modalités selon lesquelles les chasses à l’homme seront lancées en cas d’attentat.

    Israël n’a pas officiellement annoncé un report du retrait d’Hébron ; mais si Tsahal lance une vaste opération de représailles en Cisjordanie, cela risque d’avoir des conséquences sur la date du retrait.

    Côté palestinien, l’officier de liaison palestinien, Youssouf Kafarneh, a qualifié la rencontre d’hier d’ « insuffisante » : « Aucune indication claire n’a été donnée certifiant que Tsahal comptait se retirer prochainement d’Hébron ». Kafarneh estime que le redéploiement de Tsahal nécessite des rencontres au plus haut niveau. Des sources en provenance de la ville d’Hébron affirmaient hier que Tsahal poursuivait ses opérations en territoire palestinien.

  • Arafat aurait formé son gouvernement [on prend les même et on recommence]

    Yasser Arafat a formé son nouveau gouvernement, qui devrait être soumis à l'approbation du Conseil législatif la semaine prochaine, a affirmé mardi le président de l'assemblée, Ahmed Koureïa.

    Le gouvernement de Yasser Arafat avait démissionné le 11 septembre alors que le Conseil législatif s'apprêtait à voter une motion de censure. Le délai de deux semaines pour la formation d'une nouvelle équipe a été rallongé après le siège du quartier général du raïs à Ramallah, en réponse à un attentat-suicide.

    Selon des responsables palestiniens qui ont requis l'anonymat, il est peu probable que le Conseil approuve le nouveau Cabinet, qui comprendrait des membres du précédent accusés de corruption.

    Le Fatah de Yasser Arafat, principale composante de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine), exige que des membres de l'entourage de longue date du président cèdent leur place. Quant au ministre de l'Information, Yasser Abed Rabbo, qui avait déclaré la semaine dernière qu'il ne participerait pas au nouveau gouvernement, il devrait pourtant en faire partie, selon les mêmes sources.

    Les USA et Israël insistent sur une refonte des services de sécurité pour lutter contre les terroristes mais la population est davantage concernée par la corruption qui ronge les institutions palestiniennes.

  • Israël va répondre à l'attentat, quand bon lui semblera.
    25 personnes toujours à l'hôpital après la voiture piégée près de Hadera, 6 personnes dans un état sérieux
    Par Jalal Bana et Haim Shadmi, Correspondants d'Ha'aretz

    Des sources à Jérusalem ont dit qu'Israël effectuerait une réponse ciblée à l'attentat-suicide de la jonction Karkur "au moment et à l'endroit appropriée ." Les sources ont dit qu'il n'y avait eu aucune pression américaine sur Israël pour éviter de répondre à l'attaque.

    Vingt-cinq personnes étaient toujours hospitalisées ce matin après a annoncé Kol Israël. Six d'entre ceux-là sont toujours à l'hôpital sont un état sérieux, a dit la radio.

    Au moins 14 personnes ont été tuées et plus de 40 blessé par la voiture piégée qui a sauté à côté de l'autobus Egged No 841 comme il a atteignait la Jonction Karkur près de Hadera.

    Les noms de deux des morts dans l'attaque ont été publiés. Le Sergent Ayman Sharuf, 20 ans, d'Usfiyeh et le Sergent Nir Nahum, 20, de Carmiel.

    Sharuf sera enterré à 14h00 dans le cimetière militaire à Usfiyeh; Nahum sera enterré à 15h30 au cimetière militaire de Carmiel.

    L'armée a dit que 15 des blessés étaient des soldats, mais ne pouvait pas dire si des militaires étaient parmi les morts.

  • "Les gens ont été brûlés vivants à l'intérieur de mon autobus"
    Daniel Ben-Tal - Jerusalem Post

    Pour le personnel de l'Hôpital Hillel Yaffe de Hadera, la scène de lundi soir a été sinistrement familière. La plupart des victimes de la route de l'Oued Ara ont été transportées en urgence, les équipes de médecins et d'infirmières ont traité les blessés, tandis que les familles inquiétes et des amis réclamaient à cor et à cri de l'information.

    "Malheureusement, l'hôpital est habitué à traiter de tels incidents et nous étions prêts pour accueillir les blessés et les victimes traumatisées," a dit Anat Baram, le porte-parole de l'hôpital.

    Au troisième étage, Yiftah Mental, 19 ans, du Moshav Maor, a réfléchi à sa rencontre avec la mort. "Ma mère m'a déposé la jonction [Karkur] et j'ai vu l 'autobus approché et donc j'ai couru à l'arrêt. J'avais un pied sur le marche de l'autobus quand l'explosion m'a jeté à au moins cinq mètres en l'air. Mon sac à dos à amorti ma chute et cela m'a probablement sauvé d'une blessure sérieuse.

    "Alors j'ai vu ma mère courant vers moi, criant ' Yiftah, Yiftah. ' Elle avait un choc plus grand que moi. Je l'ai prise de côté, parce qu'elle ne devait pas voir des choses telles que des gens criant, essayant de sauter des fenêtres de l'autobus alors qu' il brûlait. Tout autour de nous c'était l'hystérie."

    Yiftah Mental, qui a été hospitalisé avec des brûlures aux bras, au dos et aux pieds, il porte un T-shirt disant "cela ne m'arrivera pas." Il reste inflexible dans son désir de rejoindre une unité de commando d'élite pour son service dans Tsahal le mois prochain. "La vie continue et je devrais mettre cela derrière moi."

    "La seule pensée était que j'avais perdu mon enfant," a dit sa mère, Ruth. "Il n'y a aucune façon de se préparer à quelque chose comme cela. Au moins maintenant je m'inquiéterai moins quand il sera dans l'armée, parce que j'ai déjà éprouvé cette crainte une fois."

    "Je ne peux pas oublier ce que j'ai vu aujourd'hui les gens qui brûlaient vivants à l'intérieur de mon autobus," a dit le conducteur Haim Avraham, qui en est réchappé avec des blessures légères.

    "Le terroriste a roulé directement sur mon réservoir de carburant," a-t-il dit. "Cela a poussé l'autobus dans les airs et j'ai été jeté de mon siège par la détonation. Je suis sorti de l'autobus aussi rapidement que je pouvais par la porte d'entrée, ensemble avec deux ou trois passagers âgés. J'ai aidé à traîner quelques gens blessés aussi loin de l'autobus que possible.

    "Alors j'ai entendu des balles et ai pensé que des terroristes nous tiraient dessus. En fait que je me suis rendu compte que des munitions éclataient à l'intérieur de l'autobus et que je n'étais pas sérieusement blessé, je suis revenu deux fois pour aider des passagers blessés à sortir. Une ou deux personnes m'ont aidé, mais la plupart des spectateurs étaient debout sidérés. Je pense qu'ils étaient effrayés par les balles qui éclataient."

    Avraham, 49 ans, de Holon, est conducteur d'autobus Egged depuis 21 ans. "Des attaques sont arrivées à trois de mes amis et maintenant c'est mon tour," a-t-il conclu, "mais c'est mon travail."

    Le voyageur de commerce Asi Dayan, 30 ans, de Herzliya, roulait à gauche de l'autobus au moment où la jeep du terroriste l'a enfoncé par derrière.

    "Je l'ai vu tous devant mes yeux, à une distance d'environ 20 mètres," a-t-il dit. "Mon pare-brise a volé en éclats et ma voiture s'est enflammée. Je me suis éloigné, du choc, avant que quelqu'un ne me saisisse et me dise de m'asseoir. J'était couvert de sang."

    Les brûlures de Dayan et les coupures multiples par du verre brisé ont été classées comme des blessures légères. Sa voiture a brûlée complètement.

    "Ce n'est pas la première fois qu'une telle chose arrive et se ne sera pas la dernière. Des gens innocents sont tués et je ne peux pas y voir de fin. Mais la vie continue," a-t-il dit. "Mon travail me mène souvent dans des villages arabes, mais je ne suis pas inquiet. Ce qui est arrivé aujourd'hui ne me fera pas faire de différence dans mes rapports avec les clients."

    Aharon Pakado, 18 ans, de Hadera, était assis devant dans l'autobus. "J'étais absorbé dans un journal et n'étais pas même conscient d'où nous étions quand cette énorme détonation m'a renversé.

    "Je n'ai pas beaucoup de souvenir. J'ai simplement couru je ne sais pas dans quelle de direction. Il y avait une fille en panique, son visage couvert de sang. J'ai commencé à crier pour une ambulance. Alors je me suis retourné et j'ai vu l'autobus prendre feu.

    "Cela a ressemblé à un cauchemar. J'avais le sentiment le matin qu'il y aurait un attentat terroriste. Je ne peux pas l'expliquer mais c'est la première fois que j'ai eu un tel préssentiment.

    "Je voyage beaucoup en bus, mais je ne sait pas si je serai capable de monter de nouveau dans un autobus. La pensée me terrifie. Je me sens impuissant; il est impossible de changer la situation."

  • Déclaration
    du porte-parole du Quai d'Orsay
    21 octobre 2002 

    La France condamne avec la plus grande fermeté l'attentat-suicide qui vient de se produire à Pardès Hanna, dans le nord d'Israël, et qui a fait de très nombreuses victimes.
     
    Nous présentons nos sincères condoléances à leurs familles.
     
    Les actes de ce type sont inacceptables et doivent cesser. Leurs auteurs doivent être poursuivis et traduits en justice. Encore une fois, les groupes armés palestiniens doivent comprendre qu'ils n'obtiendront rien par la violence.
     
    Aujourd'hui, les parties doivent tout mettre en oeuvre pour mettre un terme à cette violence et rétablir une perspective politique crédible, seule à même de faire taire les armes

  • Déclaration d'une porte-parole du Quai d'Orsay
    18 octobre 2002

    Nous déplorons vivement les récents incidents survenus hier à Rafah, dans la Bande de Gaza, où des tirs israéliens sur une école et des maisons palestiniennes ont fait au moins huit morts, dont deux enfants, et de nombreux blessés parmi la population civile.
    Nous présentons nos sincères condoléances aux familles des victimes. Ces incidents résultent, une fois de plus, du recours par l'armée israélienne à des moyens militaires disproportionnés
    (lire à ce propos" Rafah : une provocation supplémentaire" d'Albert Capino) à l'encontre de la population civile palestinienne dans des zones urbaines densément peuplées. Ces pratiques contreviennent aux dispositions de la Quatrième Convention de Genève qui imposent aux Etats de protéger, en toutes circonstances, les populations civiles.
    Nous appelons les autorités israéliennes à la plus grande retenue et à la cessation de toutes les opérations militaires dans les Territoires palestiniens. Ce type d'actions n'est pas de nature à apporter l'apaisement indispensable au déblocage de la situation actuelle et nuit aux efforts de paix de la communauté internationale.
    A cet égard, nous appelons à la mise en oeuvre complète de la résolution 1435 dans les meilleurs délais.
     
    [NDLR : en italique, voici des questions posées par un journaliste anonyme !!!....???]

    C'est la deuxième que vous déplorez lorsqu'il y a des victimes palestiniennes civiles. Mais, lors d'un attentat à Tel-Aviv, vous avez condamné fermement l'attentat palestinien contre les civils israéliens. Mais pour les Palestiniens, vous déplorez. Pourquoi ne condamnez-vous pas l'attentat ?
     
     Parce que nous déplorons vivement.
     
    Avez-vous des éléments nouveaux concernant le Quartette ? Je crois savoir que M. William Burns doit rencontrer un responsable du Quai d'Orsay ?
     
    Oui, en effet, M. Burns est reçu aujourd'hui au ministère des Affaires étrangères, à la suite de la réunion du Quartette qui s'est tenue hier, pour une réunion de travail où il fera le point sur les discussions qui ont eu lieu hier.
     
    Avez-vous un commentaire sur cette réunion du Quartette d'hier à l'ambassade des Etats-Unis à Paris ?
     
     La réunion de travail avec M. Burns vient de s'achever à l'instant, vous comprendrez que je ne sois pas en mesure d'en rendre compte à ce stade.


Octobre 2002
D L M M J V S
 
 
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Les ARCHIVES des INFOS de :
2000 Janvier 2002 Avril 2002 Juillet2002 Octobre 2002
2001 Février 2002 Mai 2002 Août 2002
Décembre 2001 Mars 2002 Juin 2002 Septembre 2002
emails des rédactions pour réagir rapidement
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
 


AVIS D'UTILISATION.