AVIS D'UTILISATION
Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d"opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.
ACCUEIL

Google
Octobre 2002
D L M M J V S
 
 
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mercredi 16 octobre 2002 - 10 Cheshvan 5763

  • Arafat va présenter les candidats à un nouveau cabinet
    Par Arnon Regular d'Ha'aretz et l'agence Itim

    Le président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat doit rencontrer dans la soirée les membres du comité central de son mouvement le Fatah pour leur présenter une liste de candidats au nouveau cabinet palestinien.

    Une source du comité central a dit mercredi que la liste incluait des candidats novices dans le fonctionnement de l'Autorité Palestinienne, y compris plusieurs membres du Conseil Législatif palestinien.

    La source a aussi dit qu'il y aurait plusieurs nouveaux portefeuilles, y compris la santé et les transports.

    Des sources de l'AP ont la semaine dernière dit que Hani Al-Hassan, le commissaire provisoire du Fatah pour la Rive occidentale, remplacerait le Ministre de l'Intérieur Abdel Razek Yehiyeh, dont le mandt est tombé pendant le siège récent de la Muqata d'Arafat par Tsahal.

    Al-Hassan était parmi ceux se sont restés cachés avec Arafat pendant le blocus de 10 jours et ont récemment construit des liens forts avec le leader palestinien.

    La décision de recueillir l'approbation par avance pour le remplaçant d'Yehiyeh vient dans le cadre des efforts pour éviter une deuxième confrontation avec des membres Conseil Législatif palestinien, qui, il y a six semaines avaient obligé des ministres récemment nommés par Arafat à démissionner pour faire face à un vote massif de défiance.

  • La vague d’immigration de l’ancien espace soviétique touche à sa fin selon l'Agence juive
    Arieh Bender, Eli Brendstein ( Maariv)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël

    Pour la première fois depuis le début de la vague d’immigration en 1990, le nombre d’immigrants en provenance de l’ancien espace soviétique sera inférieur cette année à 20 000.

    En revanche, L’immigration des Juifs argentins enregistre une croissance de 300% . Alors qu’en 2001, ils étaient 1400 juifs à arriver en Israël, 6000 sont attendus pour cette année.

    Les Juifs de France figurent eux aussi en bonne place. 1809 juifs français ont immigrés en Israël depuis le début de l’année, contre 884 l’année dernière à la même époque. D’ici la fin de l’année le nombre d’immigrants Juifs français devrait être de 2500.

  • Les Etats-Unis promettent à Israël une protection complète contre toute attaque irakienne éventuelle
    Shimon Shiffer (Yediot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    ° En recevant ce soir (heure israélienne) le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, le Président George Bush prendra l’engagement que les Etats-Unis fourniront à Israël un « parapluie » contre toute tentative d’attaque irakienne, durant les opérations en Irak. C’est ce qu’ont confié des sources américaines haut placées.

    (…) Un autre sujet qui sera abordé lors des conversations de Sharon avec les dirigeants américains est celui de l’affrontement avec les Palestiniens. Les Américains vont encourager Sharon à transférer aux Palestiniens d’autres portions des sommes dues à l’Autorité palestinienne ; à augmenter le nombre des ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël ; et à permettre d’autres actions humanitaires en faveur des populations civiles.
    Une source américaine a révélé que Bush n’a pas l’intention de profiter de cette visite de Sharon pour discuter avec lui du « lendemain » de la chute de Saddam Hussein, ou des conditions d’un règlement israélo-palestinien. Selon cette source, la question palestinienne intéresse l’Administration américaine, en cette heure, autant « qu’une mouche tombée dans la soupe »…

  • Le gouvernement iranien prône toujours la destruction d’Israël sauf si...

    Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré mardi que Téhéran ne s’opposerait pas à une solution à deux États pour résoudre le conflit au Proche-Orient si tel était le vœu des Palestiniens et des Israéliens.

    « Nous croyons en un État palestinien unique », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hamid-Reza Assefi, dont le pays refuse l’existence d’Israël.

    « Mais
    si les Palestiniens et les Israéliens s’entendent sur une autre solution – bien que cela ne soit pas notre position – nous ne nous y opposerons pas », a ajouté le porte-parole.

    La République islamique a rompu toute relation avec Israël après la révolution de 1979. 

    Elle avait vivement attaqué l’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) en 1988 lorsqu’elle avait accepté l’idée d’un État palestinien qui coexisterait avec un État israélien dans ses frontières à sa création en 1948.

    Le discours officiel iranien prône la destruction d’Israël. Le 22 septembre, à l’occasion des commémorations du début de la guerre contre l’Irak, l’armée a exhibé le Shahab 3, missile d’une portée de 1 300 km, sur lequel une inscription proclamait qu’Israël pouvait désormais « être rayé de la carte ». Dimanche dernier, environ 10 000 Téhéranais ont brûlé des drapeaux américains et israéliens.

    Jusqu’alors seuls les réformateurs ont déclaré que l’Iran ne devait pas s’opposer à une solution à deux États palestinien et israélien si telle était la volonté des Palestiniens eux-mêmes.

    Téhéran lie depuis plusieurs semaines la crise irakienne et le conflit israélo-palestinien, accusant Israël de mettre à profit l’agitation créée par la question irakienne pour perpétrer un « génocide » dans les territoires palestiniens avec l’assentiment des États-Unis.

  • Tsahal protège la zone entourant le Tombeau de Rachel à Bethléem.

    Les troupes israéliennes ont bloqué mardi toutes les routes menant au Tombeau de Rachel, situé sur la principale route reliant cette ville de la Rive Occidentale à Jérusalem.

    Les soldats du Tsahal ont fermé la circulation sur les chemins et les routes utilisés par les Palestiniens pour contourner un barrage israélien et entrer illégalement en Israël.

    Le 11 septembre dernier, le gouvernement israélien a annoncé sa décision d'inclure le Tombeau de Rachel, la mère de Joseph dans la Bible, dans le périmètre de sécurité qui entoure la ville de Jérusalem, située 500 mètres plus loin.

    Le tombeau de Rachel, situé à Bethléem au sud de Jérusalem, est vénéré à la fois par les juifs et les musulmans comme le lieu où repose cette figure biblique. La tombe est entourée par des quartiers palestiniens, un camp et un cimetière musulman. Les Palestiniens rejettent les revendications d'Israël sur ce site, mais le libre accès du Tombeau est normalement garanti aux pélerins juifs selon les termes des accords de paix intérimaires.

    Malgré le retrait des troupes israéliennes de Bethléem prévu dans l'accord de paix de 1995, Tsahal a toujours maintenu un contrôle sur cette partie, pour garantir le libre accés. Au cours des deux dernières années, le Tombeau de Rachel a été le théâtre d'affrontements réguliers entre Israéliens et Palestiniens pour maintenir ou interdire le libre accés (voir la recherche de Google sur le sujet).

    Le site se trouve sur la route principale reliant les villes de Bethléem et de Jérusalem. La décision israélienne de placer le Tombeau dans la zone de sécurité autour de Jérusalem a pour conséquence le déplacement du principal barrage de l'armée israélienne vers la partie du site qui se trouve sur la Rive Occidentale.

    Devant la difficulté pour les juifs d'accéder au site, une annexion de facto du site signifierait que malgrè qu'une partie d'un quartier palestinien comprenant des habitations et des boutiques tombe sous le contrôle israélien, le libre accés serait ainsi assurer.

    Pour le maire de Bethléem, Hana Nasser, le Tombeau de Rachel et les zones environnantes devraient être sous contrôle palestinien. «Toutes ces mesures unilatérales violent les résolutions des Nations unies et tous les accords de paix», avait-t-il déclaré après l'annonce de la décision israélienne en septembre.

    L'Autorité palestinienne a, encore une fois là, enfreint les accords internationaux qui assuraient le libre accés au tombeau de Rachel

  • Réponse de Tsahal au rapport d’Amnesty international:
    “Tuer le futur: les enfants dans la ligne de mire”.


    Depuis deux ans, les forces israéliennes de défense sont engagées dans une lutte intensive contre le terrorisme palestinien. Les organisations terroristes palestiniennes ont perpétré plus de 14 500 attaques qui ont à ce jour coûté la vie à 626 civils et soldats israéliens.

    Toutes les opérations de Tsahal ont été menées dans le respect le plus total des lois humanitaires internationales. En revanche, les organisations terroristes palestiniennes violent ces lois, qu’elles soient d’ordre moral ou légal, n’hésitant pas à s’attaquer à des civils simplement sous prétexte qu’ils sont de nationalité israélienne.

    Tsahal adhère aux règles de conduite en temps de guerre. Ainsi, elle évite de porter atteinte aux civils et en particulier aux enfants. Ce point est repris et détaillé dans l’entraînement des soldats, dans les “règles d’ouverture du feu”, dans les directives données par les officiers, dans les ordres opérationnels et dans les communiqués des officiers de haut-rang.

    Malencontreusement, des civils, dont des enfants, ont été blessés au cours d’altercations avec les organisations terroristes palestiniennes. Cependant, en aucun cas ces blessures n’ont été commises intentionnellement.
    Les blessés étaient soit directement impliqués dans une activité terroriste, soit des civils touchés non intentionnellement après avoir pénétré dans la zone de combat.

    Les terroristes palestiniens sont les seuls responsables des dommages causés aux enfants palestiniens. Depuis deux ans, les organisations terroristes font un usage cynique des enfants dans le terrorisme, violant ainsi les lois internationales. Ces enfants sont préparés à perpétrer des attentats au sein de la population israélienne, sont disposés sur la ligne de front lors des manifestations afin de dissimuler les tireurs d’élite, sont préparés à poser des bombes et à lancer des projectiles. De plus, les organisations terroristes ont transformé les quartiers civils palestiniens en zone d’activité terroriste.

    La société palestinienne et plusieurs organisations internationales ont dénoncé l’exploitation de ces enfants par les terroristes. Ainsi, le secrétaire général des Nations Unies a condamné ce phénomène dans son rapport sur l’Opération “Bouclier de protection”. Il est important de mentionner que les Palestiniens reconnaissent publiquement que les organisations terroristes envoient les enfants lancer des charges explosives sur les soldats israéliens contre une rémunération de 5 shekels (1$). Quarante de ces enfants ont été blessés puis amputés (d'après le journal Alray, 20 juin 2002).
    Malheureusement, le rapport des Nations Unies ne mentionne pas cet acte particulierement immoral de la part des Palestiniens.

    Ceux qui utilisent les enfants pour des attaques terroristes et se servent de demeures renfermant des enfants pour organiser et perpétrer des attentats sont directement responsables des blessures de ces enfants.

    Les auteurs du rapport comparent les opérations de Tsahal lors desquelles des enfants palestiniens ont été tués aux attaques terroristes palestiniennes au cours desquelles des enfants israéliens ont été tués. Cette comparaison s’avère injustifiée et sans fondement.
    Les attaques terroristes palestiniennes, et notamment les attaques suicides, ont pour but de porter atteinte aux civils israéliens, y compris aux enfants. Ces actes sont totalement dépourvus d’humanité.
    En revanche, les opérations de Tsahal, conduites en accord avec les “lois de la guerre”, ne sont pas dirigées contre des civils. Des accidents se produisent occasionellement et uniquement parce que les terroristes agissent depuis les centres urbains palestiniens.

    De ce fait, cette comparaison prouve le manque d'impartialité des auteurs du rapport.
    Les auteurs ont faussement affirmé que Tsahal n'effectuait pas d'enquête sur les incidents au cours desquels des enfants palestiniens avaient été blessés, accusant Tsahal d'exempter tout soldat impliqué dans ces incidents. Il s'avère que la Police militaire ouvre une enquête dès qu'un comportement criminel est suspecté chez des soldats. Ansi, depuis septembre 2000 et le début de l’Intifada El Aqsa, plus de 220 enquêtes ont été ouvertes, la plupart concernant des incidents impliquant des enfants palestiniens; par exemple: le décès d'un enfant palestinien près de Khan Yunis le 22 novembre 2001, le décès de Yasser Kassabi originaire de Kalandia le 8 décembre 2001, le décès de Muhamad Hassan Altalalaka près de Beith Hanoun le 1er mars 2002, le décès d’enfants à Jénine le 21 juin 2002, etc.

    Les accusations selon lesquelles ces incidents ne font pas l’objet d’une enquête et que les soldats jouissent de l’immunité sont fausses. Le fait que Tsahal établisse des commissions d'enquêtes, et ce même en temps de guerre, reflète son aspect professionnel.

    Tsahal souligne que ses opérations se déroulent selon le principe de "pureté des armes", visant à préserver la dignité humaine, et déplore les préjudices portés aux enfants innocents. Tsahal insiste sur le fait que l’usage cynique des enfants fait par les organisations terroristes est la seule cause de leurs blessures.
    Tsahal apprécie la condamnation implicite des attaques terroristes palestiniennes soulignée dans le rapport.


Octobre 2002
D L M M J V S
 
 
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    


AVIS D'UTILISATION