Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d"opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.
Accueil

Google

Septembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Dimanche 29 Septembre 2002 - 23 Tichri 5763 - mise à jour 15:40 (heure de Paris, GMT +2)
  • Sharon : Aucune solution militaire dans la guerre avec les Palestiniens
    CAROLINE B. GLICK

    Dans une interview complète, exclusive dans le Jerusalem Post, le Premier Ministre Ariel Sharon présente sa perspective sur la possibilité qu'Israël soit forcé de répondre à une attaque de l'Irak pendant la campagne menée par les Américains contre le régime de Saddam Hussein.

    Il détaille aussi ses réflexions sur l'arrangement de la guerre avec les Palestiniens et discute de son obligation par rapport au gouvernement d'unité national.

    Sharon, parlant de sa résidence officielle mercredi, révèle aussi les difficultés opérationnelles impliquées dans le combat avec le terrorisme palestinien.

    Le texte intégral de l'interview est disponible en anglais sur le site du Jerusalem Post : Http: // www.jpost.com/servlet/Satellite ? Pagename=JPost/A/JPArticle/ShowFull*cid =1032275892019

    Voici la traduction de certains des points culminants des remarques préliminaires de Sharon :

    • "Je ne veux pas rester à Naplouse pour toujours. Je ne veux pas mobiliser notre pays pour toujours pour être rester à Naplouse et à Djénine et Ramallah."

    • Je vois toujours le terrorisme comme une menace stratégique, pas une menace tactique. Mais ici vous devez avoir une image plus large. Vous devez comprendre que plus de trois millions de Palestiniens vivent ici sans compter le million d'Arabes israéliens. Nous ne voulons pas retourner rester pour toujours à Djénine ou Naplouse ou Ramallah.

    • Mon gouvernement veut aussi atteindre accord diplomatique. Et nous travaillons pour cela. J'ai rencontré des gens même ici, dans ma résidence - mais pas Arafat. Ce ne sera pas facile.... Mais une chose doit être claire, ils doivent se soumettre aux accords. Dans le passé nous ne les avons pas faits vivre en accord avec cela. C'est fini.

    • Quant à Arafat, à ma première réunion avec le Président Bush il m'a demandé de ne pas physiquement lui nuire. Je lui ai promis de ne pas lui causer de tort physique.

    • Beaucoup de réflexions ont précédé les opérations de Ramallah [dans le complexe d'Arafat]. Notre intention est d'empêcher l'Autorité Palestinienne, qui est impliquée dans le terrorisme et qui travaille les organisations terroristes y compris les forces de sécurité palestiniennes, de commettre et d'intensifier leurs attaques en avance d'une attaque possible contre l'Irak.

    • Dans une perspective militaire, si nous devions mettre hors d'état de nuire ce groupe de meurtriers [dans la Mukata] et ils sont les plus grands terroristes qui existent, pour les neutraliser nous aurions du les prendre d'assaut. Le problème consiste en ce que cette sorte d'opération implique la possibilité de nuire physiquement à Arafat.

    • Je me suis résolu à ne pas lui nuire ainsi n'ai-je pas donné d'ordres. Le même chose est vrai avec la prise de contrôle des bâtiments. Nous avons détruit les bâtiments dans le complexe et l'avons laissé dans un petit taudis. Nous les avons détruit avant que nous ne soyons arrivés au point où n'importe quelle nouvelle action sur la structure pouvait lui tomber en plus dessus. Nous ferons tout ce que nous pouvons pour apporter à tous les gens avec lui à un procès juste.

    • Les dégâts encourus par les Palestiniens sont épouvantables. Aujourd'hui nous voyons les commencements d'un processus de pensée parmi eux qu'il est impossible dans n'importe quelle circonstance de détruire Israël. C'était leur grand espoir. Israël n'a pas été détruit. Notre esprit volontariste est phénoménal. Notre société est excellente tandis que la société arabe est au commencement d'une rupture. Il n'y a plus d'espoir qu'ils peuvent pas détruire Israël par la force. Tout ce qui est arrivé pour eux, c'est juste des dégâts.

    • Je n'ai aucun trauma du Liban. Je pense que la guerre du Liban était une guerre de sauvetage. Je pense que s'il n'avait pas eu la tentative, au milieu de la guerre, de défaire le gouvernement, nous aurions accompli les choses dont nous avons été empêchés.

    • Je pense aussi que la position américaine était alors une position erronée. Dans toutes mes conversations avec eux pendant cette période j'ai présenté la possibilité de créer le triangle de Jérusalem, Le Caire, Beyrouth comme un triangle dans la région avec une orientation démocratique, occidentale. J'avais vu cela comme important. Mais les Américains ont cédés aux forces qui ont empêché le Liban alors d'atteindre un accord avec Israël. Je crois qu'ils ont eu tort alors.

    Le texte intégral de l'interview est disponible en anglais sur le site du Jerusalem Post : Http: // www.jpost.com/servlet/Satellite ? Pagename=JPost/A/JPArticle/ShowFull*cid =1032275892019

  • Un représentant de Sharon à Washington pour soulager la tension
    Gil Hoffman - Jerusalem Post

    Le chef de cabinet du Premier Ministre Ariel Sharon, Dov Weissglass, a rencontré la Conseiller de Sécurité nationale américain Condoleezza Rice vendredi pour s'efforcer de soulager la tension avec les Etats-Unis, après les critiques américaines verbales des opérations d'Israël à Ramallah.

    Weissglass aurait dit à Condoleezza Rice qu'Israël travaille dur pour en finir avec l'impasse et que la question finale qui doit être résolue est ce qui va ariver à environ 20 terroristes recherchés dans le complexe de la Mukata du Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat.

    "Nous voulons une solution à l'impasse aussitôt que possible, mais le terrorisme ne peut pas être récompensé et les terroristes doivent être traduits en justice," a transmis Weissglass aux fonctionnaires américains, a dit une source proche de Sharon.

    Dans une correspondance de Jérusalem d'hier matin, le "Washington Post" a annoncé que Bush a envoyé un message personnel à Sharon le pressant de rapidement finir le siège d'Arafat. Le rapport a dit que l'Ambassadeur Américain en Israël Daniel Kurtzer a délivré ce message et a cité un diplomate occidental disant que : "les Israéliens savent que [l'Irak] est le grand jeu en ville. Cela ne nous a blessés, aucune discussion à propos de cela."

    "Vous aviez un débat de Conseil de sécurité sur la question," a dit le diplomate se référant au siège de Ramallah. "Maintenant quatre jours après la résolution, vous n'êtes pas en conformité. Il ne faut pas un neuro-chirugien pour comprendre le rapport."

    Les Etats-Unis s'attendent à ce qu'Israël observe la résolution du conseil de sécurité de l'ONU appelant à Israël à se retirer du complexe d'Arafat, a dit vendredi le porte-parole de Département d'Etat Richard Boucher.

    "Nous avons dit que nous nous attendions à ce qu'Israël observe cette résolution," a dit Boucher. "Nous avons pressé le gouvernement d'Israël de cesser de prendre des mesures autour de Ramallah." Boucher a dit que l'Ambassadeur Daniel Américain Kurtzer a été "très actif sur cette question à tous les niveaux du gouvernement israélien." Le porte-parole de Kurtzer a dit que, au mieux de sa connaissance, aucun message n'a été envoyé à Sharon pendant le week-end. Mais il a dit, que l'ambassadeur ait parlé à Sharon dans la Soucca de Kurtzer jeudi, de l'opposition américaine aux opérations d'Israël dans Ramallah, semble cohérent.

    Les diplomates israéliens ont écarté les critiques américaines, en disant que l'Amérique est concentrée sur l'Irak et s'opposet à tout qu'elle considère comme une distraction qui pourrait gêner une attaque américaine en suspens. Les fonctionnaires ont dit qu'ils croient que la tension avec l'Amérique se détendra après le vote attendu sur l'Irak dans le programme du conseil de sécurité de l'ONU pendant cette semaine.
    Weissglass, qui a volé vers Washington jeudi soir, doit retourner à Israël ce matin pour partir avec Sharon cette après-midi en Russie pour un voyage de trois jours conçu pour augmenter les relations d'Israël avec un allié de plus en plus sympathisant.

    On voit la Russie comme une des clefs de la politique étrangère israélienne, parce qu'Israël a besoin d'un deuxième membre sympathisant dans le Quartet, avec les EU, pour se mesurer aux Nations unies et à l'Union européenne sur les questions de sécurité israélienne. Les fonctionnaires israéliens croient que la Russie comprend la situation d'Israël en raison de son propre problème de terrorisme en Tchétchénie.

    Sharon doit rencontrer à Moscou le Président russe Vladimir Putin, le Premier ministre Mikhail Kasyanov, le Ministre des Affaires Etrangères Igor Ivanov et les chefs de la communauté Juive russe. Putin a invité Sharon il y a plusieurs mois pour ce qui sera sa deuxième visite en Russie depuis qu'il est entré en fonction.

    Les questions qui seront traitées dans les pourparlers bilatérales incluent les réformes palestiniennes, l'opposition russe à l'attaque américaine menaçante sur l'Irak et la prolifération des armes de destruction massive en Irak et en Iran.

    "La Russie est une superpuissance et peut jouer un rôle clef dans les contacts avec ces deux pays," a dit un diplomate senior à Jérusalem. "Ils peuvent être une force positive dans l'assurance que ces pays ne réalisent pas la possibilité de l'accès aux armes de destruction massive."

    Israël est concerné de la participation russe à la construction d'un programme nucléaire iranien potentiel.

    Janine Zacharia a contribué à ce rapport.


Septembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          


FAIR USE NOTICE
This site contains some copyrighted materials the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond 'fair use', you must obtain permission from the copyright owner.