Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d’opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.
Accueil

Google

Septembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Samedi 21 Septembre 2002 - 15 Tichri 5763
  • 70 % des Israéliens sont partisans d’une riposte contre l’Irak
    Sondage Yediyot Aharonot-Dahaf - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Près de 40 % des Israéliens préconisent le recours à l’option nucléaire israélienne, en cas d’attaque irakienne chimique ou biologique qui causerait beaucoup de victimes.
    Comme les Américains et les Européens, les Israéliens sont persuadés qu’une attaque contre l’Irak aura lieu ; mais ils ont tiré les leçons du passé : seuls 27 % d’entre eux pensent que le dispositif de défense de l’intérieur est suffisamment prêt à faire face.

    Quelques résultats choisis :

    • Croyez-vous que les Etats-Unis vont attaquer l’Irak ?
      Oui – 76 %
      ; non – 18 %

    • Dans le cas où Israël serait attaqué, comme lors de la Guerre du Golfe, devra-t-il réagir ?
      Oui – 70 %
      ; non – 27 %

    • Pensez-vous que la Défense nationale a convenablement préparé l’arrière pour le cas d’une attaque irakienne ?
      Oui – 58 %
      ; non – 41 %

    • Comptez-vous sur les Américains, pour qu’ils préviennent Israël à temps de l’attaque contre l’Irak ?
      Je compte sur eux – 75 %
      ; ne compte pas sur eux – 24 %

    • Dans quelles circonstances Israël doit-il riposter avec des armes atomiques ?
      Dans aucun cas – 24 % ; seulement en cas de menace existentielle – 34 % ;
      en cas d’attaque biologique ou chimique qui aura fait beaucoup de victimes – 15 % ;
      en cas d’attaque biologique ou chimique – 19 %

    • A votre avis, Saddam Hussein attaquera-t-il Israël s’il est attaqué par les Américains ?
      Il attaquera – 68 %
      ; il ne le fera pas – 26 %

    - Israël face aux Palestiniens :

    • Après 2 ans d’Intifada, qui l’emporte dans cet affrontement à votre avis ?
      Israël – 30 % ; les Palestiniens – 27 % ; ni l’un, ni l’autre – 39 %

      En fin de compte, qui l’emportera dans cette lutte ?
      Israël – 31 %
      ; les Palestiniens – 7 % ; tous perdants – 31 % ;
      chaque côté marquera des points, et devra faire en même temps des concessions – 29 %

  • Voyage "touristique" en Syrie
    Agence de Presse Syrienne (SANA)

    M.Saadallah Agha al-Qalaa, ministre de tourisme syrien, a examiné avec le directeur général de l'association de la commercialisation touristique française, la situation touristique en Syrie et la possibilité de l'échange des expérience entre les deux parties dans le domaine du tourisme.

    Les deux parties ont discuté, à cet effet, de plusieurs études élaborées pour créer de nouveaux marchés touristiques syriens dans le monde et attirer un plus grand nombre de touristes dans le pays.

    Le responsable français visitera, au cours de cette visite de trois jours, des sites archéologiques syriens et donnera des conférences sur la commercialisation touristique.

    Le président al-Assad a promulgué, le décret No /54/ de l'an 2002 sur les conditions d'autorisation des guides touristiques et les contraventions qu'ils commettent dans leurs devoirs.

  • L’ancien premier ministre libanais, le général Aoun : Le Liban existe de nouveau sur la carte mondiale
    L’Orient-Le Jour

    Au moment où la Syrie était vivement prise à partie par un certain nombre de sénateurs et de membres de la Chambre des représentants durant les sessions d’écoute du Syria Accountability Act mercredi aux États-Unis, le général Aoun a été accusé par les milieux prosyriens au Liban de « collusion avec Israël et le lobby sioniste aux États-Unis »

    Jeudi, le chef du Parti socialiste progressiste (PSP), Walid Joumblatt, et le député Nasser Kandil lançaient une nouvelle attaque contre lui, l’accusant de « s’être jeté dans les bras de l’ancien candidat américain à la présidence de la République, Pat Robertson, chef de file du courant judéo-chrétien radical aux États-Unis ».

    Contacté hier par L’Orient-Le Jour, qui lui a demandé ce qui l’en est de ces affirmations, le général Aoun a déclaré : « Walid Joumblatt divague, et tout cela n’est que fantasmes ». L’ancien Premier ministre a affirmé qu’il est exclusivement concerné, dans le Syria Accountability Act, par le volet qui traite du retrait syrien du Liban. « Je n’ai pas discuté avec M. Robertson de ses croyances religieuses, elles ne m’intéressent pas.
    D’ailleurs, on ne peut s’attaquer aux croyances des gens », dit-il, en déplorant le fait que M. Joumblatt viole l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme relatif à la liberté de croyance.

    Par ailleurs, le général a précisé qu’il « n’œuvre pas avec le lobby sioniste aux États-Unis », en réponse à l’accusation que lui portent certains hommes politiques aux Liban et en Syrie. Prié de commenter la campagne qui le vise actuellement, il a indiqué : « Ce n’est pas nouveau. Cela fait des années qu’on me persécute politiquement à coup de préjugés. Que ceux qui m’accusent de collaborer avec Israël ne fantasment pas trop. S’ils espèrent une prochaine normalisation avec Israël, et qu’ils pensent que j’y contribue, ils se trompent. C’est bien eux qui aspirent à cette normalisation », a-t-il dit. Et de répéter que tout ce pour lequel il se bat, c’est l’application des résolutions internationales. Une solution qu’il prône aussi pour la question irakienne.

    Concernant le Syria Accountability Act, le général Aoun a estimé que le projet est « très fortement appuyé » et qu’il y a « de grandes chances qu’il passe ». L’ancien Premier ministre s’est déclaré satisfait des résultats de la session d’écoute de mercredi dernier, à l’issue de laquelle la proposition de loi, approuvée par une délégation du comité des Affaires étrangères du Congrès américain, a été envoyée pour vote devant les Chambres. « C’est déjà une victoire. Au moins, le Liban compte à nouveau sur la carte du monde. Le monde entier a découvert les manœuvres syriennes et ce qui se produit au Liban depuis des années », a-t-il poursuivi.

    Le général ne pense-t-il pas que les frappes en Irak relègueront le Syria Accountability Act au second plan et que cette question est évoquée à un moment inadéquat ?

    « Non. La crise libanaise dure depuis 30 ans. Chaque fois que cette affaire est soulevée, on nous trouve des excuses de toutes sortes, sous prétexte que la météo régionale n’est pas bonne et que ce n’est pas le bon timing. Pour nous, le problème libanais est la priorité, et toutes les autres questions passent après », a-t-il souligné. « Il est impossible d’admettre que les intérêts syriens priment les intérêts libanais. Cela est une excuse inacceptable et ça fait trop longtemps que nous la subissons », a-t-il conclu.

    « L’occupation syrienne du Liban », rappelle-t-on, avait été l’un des thèmes centraux évoqués par une pléthore de sénateurs et de membres de la Chambre des représentants mercredi durant les sessions d’écoute, parmi lesquels le chef de la majorité républicaine, Dick Armey, et le démocrate Eliot Engel.

    La Syrie a entre autres été accusée d’avoir « installé un régime fantoche au Liban dont elle a fait le dernier pays satellite du monde », de « soutenir et d’entraîner les organisations terroristes dans la Békaa, dont le Hezbollah », d’être à l’origine de l’attentat contre l’ambassade des États-Unis durant la guerre et de l’attentat contre les Marines en 1984 et « d’occuper le Liban comme l’Irak a occupé le Koweït en 1990 ».


Septembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          


FAIR USE NOTICE
This site contains some copyrighted materials the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond 'fair use', you must obtain permission from the copyright owner.