Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d’opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.
Accueil

Google

Septembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mercredi 11 Septembre 2002 - 5 Tichri 5763- mise à jour 20:03 (heure de Paris, GMT +2)
  • Sharon : « Le détournement des eaux du Hasbani au Liban sera un casus belli »
    Itamar Eichner (Yediot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Les milieux gouvernementaux haut placés : Israël a déjà soutenu une guerre contre la Syrie à cause d’une tentative de détourner les sources du Jourdain !

    « Le détournement des eaux du Hasbani au Liban constitue un casus belli », a déclaré hier le Premier ministre, Ariel Sharon, en réunion hebdomadaire du gouvernement.

    Sharon a fait cette déclaration à la suite du compte-rendu de la situation fait par le chef des Renseignements militaires, le général Aharon Zeevi (Farkasz), où celui-ci a fait état de travaux préparatoires au captage des eaux du principal affluent du Hasbani en territoire libanais. C’est le Hezbollah qui se profile derrière ces préparatifs, à des fins de provocation contre Israël.

    Par ailleurs, l’ambassadeur d’Israël à Washington, Dani Ayalon, a rencontré hier le secrétaire d’Etat américain Colin Powell. Ayalon a alerté son interlocuteur sur le « casus belli » que constituait le détournement des eaux du Hasbani.

  • Coup de Poker d'Arafat et de ses acolytes
    Jerusalem Post

    Les ministres qui faisaient l’objet d’une controverse au sein du parlement palestinien ont démissionné quelques instant avant que le parlement ne procède au vote sur l’approbation du cabinet. Les ministres ont agi de la sorte car il était à peu près certain que les membres du parlement voteraient contre le cabinet proposé par Arafat.

    Souhaitant conserver l'anonymat, certains députés avaient déclaré qu'ils se sont opposés au Raïs et l'ont menacé de voter contre ce nouveau Cabinet. Ils semblerait qu’ils soient finalement arrivés à un compromis qui prévoit qu'ils soutiendront la nomination de cinq des nouveaux ministres, connus pour leur honnêteté, et que ce Cabinet sera temporaire, puisqu'il sera dissout avant les élections.
    Arafat, craignant d'être mis en minorité, se serait rallié à leur proposition.

    SCs nouvelles faisant état d’un accord entre Arafat et le parlement se sont avérées fausses.

    Arafat ayant accepté la démission des ministres, il n’est plus questions de voter pour valider leur nomination. Arafat a dorénavant 15 jours pour présenter un nouveau cabinet.

    Bien qu’aucune déclaration n’ait été faite à ce sujet, il semblerait qu’Arafat a bel et bien pris tout le monde de court et qu’il s’est sorti magistralement d’une situation embarrassante pour son avenir. En effet, les membres du parlement avaient pour projet de voter cette après-midi une motion de censure, retirant ainsi leur confiance au gouvernement.

  • Tentative de racket du FPLP en France
    Le PDG de Reebok-France menacé de mort
    .leparisien.com

    LA Présidente-directrice générale de Reebok-France, une Américaine de 40 ans domiciliée à Vauhallan, vient de recevoir chez elle un courrier particulièrement menaçant signé du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).

    Dans leur missive, les auteurs réclament le versement, sous sept jours, de « l'impôt palestinien » dont le montant est de 500 000 dollars. Terroristes en mal de liquidité, bandits opportunistes ou mauvais plaisantins, la police judiciaire de Versailles, chargée de l'enquête, refuse d'écarter la moindre hypothèse.

    Par mesure de précaution, la responsable de Reebok-France a d'ailleurs immédiatement fait l'objet d'une protection particulière. A noter que le PDG de Rolex-France, qui habite dans les Hauts-de-Seine, a également été victime d'une tentative de racket similaire. Cette mystérieuse et inquiétante affaire démarre dans des conditions rocambolesques.

    Le 21 août au soir, un voisin de la patronne du célèbre équipementier sportif américain découvre en rentrant chez lui, à Vauhallan, une grenade à plâtre posée derrière son portail. Visiblement, l'homme pense à une mauvaise blague et l'histoire en reste là. Jusqu'au week-end dernier.

    500 000 dollars au Front de libération de la Palestine Dimanche soir, la responsable de Reebok en France, qui habite à proximité, découvre dans sa boîte une lettre postée le 5 septembre à Paris. Les auteurs, qui réclament donc 500 000 dollars en billets de 100 usagers, n'oublient pas de rappeler leur premier avertissement, à savoir la grenade

    . En fait, le 21 août, les malfaiteurs s'étaient simplement trompés de portail. Histoire d'être plus persuasifs, les racketteurs ont également ajouté une photo au courrier. Sur le polaroïd, pris devant le portail du fameux voisin, se trouve un homme vêtu d'une djellaba, brandissant d'une main un livre à l'effigie d'Oussama ben Laden et de l'autre un tube ressemblant à un lance-roquettes.

    A travers les lignes, la menace est aussi explicite. Les auteurs assurent que la lettre est le second avertissement et qu'il n'y en aura pas de troisième, et préviennent que, en cas d'interpellation, il y aurait des morts.

    Alerté, le parquet d'Evry a donc saisi le SRPJ de Versailles de cette enquête. L'affaire du PDG de Rolex-France, domicilié à Ville-d'Avray (Hauts-de-Seine) et également sommé par le FPLP de verser « un impôt révolutionnaire de 500 000 dollars », est confiée, quant à elle, à la brigade de répression du banditisme (BRB) de Paris.

  • 2.000 Palestiniens manifestent dans la Bande de Gaza pour exprimer leur appui à Saddam Hussein
    Jerusalem Post

    Environ 2,000 Palestiniens ont manifesté dans la Bande de Gaza mardi pour exprimer leur appui au leader irakien Saddam Hussein, les organisateurs des rassemblements ont distribués chèques de lui aux familles de Palestiniens tués dans les heurts avec l'armée israélienne.

    Les leaders du Front arabe de Libération, le représentant local du parti Ba'ath de Saddam, qui ont organisé la manifestation, ont délivré des chèques de 10.000 dollars aux familles de 36 personnes tuées par les troupes israéliennes dans la Bande de Gaza les trois derniers mois, a dit le chef de l'ALF Ibrahim Zannen. Les morts sont appelés " martyrs" par des Palestiniens.

    Israël est un quelques pays soutenant les Etats-Unis dans le projet sérieux d'une opération militaire contre l'Irak. Pendant la guerre de Golfe de 1991, Saddam avait tiré 39 missiles Scud sur Israël. Sous la pression Américaine, Israël n'avait pas rendu les coups.

    À la manifestation de la Bande de Gaza, menée par Hamas, des manifestants, portant les images de Saddam, ils ont juré de soutenir le leader irakien si les Etats-Unis effectuent une grande action militaire contre lui.

    "Nous, les Palestiniens, sommes debout avec l'Irak et son peuple devant l'offensive américaine. Nous sommes un corps," a dit le Scheik Ahmad Yassin, le leader spirituel du groupe terroriste Islamique Hamas, qui a fait une apparition publique rare au rassemblement. Yassin, quadriplegique, son état de santé déclinant.

    "Notre peuple et le peuple de l'Irak n'accepteront pas l'agression et nous ferons face à cette agression avec notre sang," a dit Yassin à l'AP. "Nous nous battrons pour notre honneur et notre dignité."

    Yassin a aussi condamné l'appui Américain àr Israël, disant que les Palestiniens sont unis contre Israël "dans les tranchées de résistance." Il invité les Américains à rejeter la politique du Président George W. Bush qui est "contre les Arabes et les Musulmans," et les a pressés d'arrêter d'appuyer Israël.

    "Ils doivent savoir que nous sommes contre l'occupation et nous nous battons pour libérer notre terre et finir l'occupation," a-t-il dit. Le Hamas est responsable de dizaines d'attentats-suicide en Israël, mais tout provient de la Rive occidentale, parce que la Bande de Gaza est fermée par une barrière de sécurité.

    Au printemps, le leader irakien a augmenté l'argent pour les parents de terroristes-suicide de 10.000 dollars à 25.000 dollars, attirant une critique violente de Washington.

  • Des briquets commémorant l'attaque du 9/11 saisies en route vers la Bande de Gaza
    ( Communiqué par les sources de sécurité d'Israël)

    Dans le contexte du processus de contrôle effectué par des forces de sécurité pour découvrir la contrebande d'armes et des munitions pour l'Autorité Palestinienne, des briquets dépeignant l'attaque sur le World Trade Center à côté d'Osama Ben Laden, ont été trouvés. Les briquets devaient être vendus dans les secteurs de l'Autorité Palestinienne.

    En juin 2002, les forces de sécurité ont effectué une inspection des caisses qui étaient arrivées dans le port d'Ashdod. Les caisses étaient destinées à l'Autorité Palestinienne. Au cours de l'inspection des conteneurs - que l'on a supposait contenir des jouets - des armes, y compris des pistolets, ont été saisies.

    On avait trouvé aussi des briquets dépeignant les attaques terroristes sur le World Trade Center le 11 septembre, avec une l'image d'Osama Ben Laden. Les briquets étaient destinés à un revendeur palestinien dans Khan Yunis, dans la Bande de Gaza.

    La distribution projetée de ces briquets par l'Autorité Palestinienne a été conçue pour être encore une autre expression de lappui aux attaques terroristes effectuées par l'organisation Al-Qaeda, comme cela s'est produit après les le 11 septembre attaques. L'expression de l'appui de l'année dernière incluait la distribution de bonbons dans les rues par l'Autorité Palestinienne après les attaques, aussi bien que des célébrations massives dans lesquelles des décharges ont été tirées en air comme marque de joie. On a vu des adultes et des enfants agitant des images de bin Laden dans des rues palestiniennes. De plus, des tracts ont été distribués par l'Autorité Palestinienne soulignant l'importance du Jihad et demandant aux Musulmans de se lever et de montrer leur fierté pour leur victoire sur les Etats-Unis.
  • 25 Palestiniens recherchés sont dissimulés dans les bureaux d'Arafat
    Ha'aretz

    Vingt-cinq Palestiniens sur la liste des recherchés par Tsahal ont trouvé refuge dans les bureaux du Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat dans Ramallah, a annoncé Kol Israël .

    Parmi le 25 - la radio a cité des sources palestiniennes seniors confirmant leur présence dans les bureaux d'Arafat - il y a le chef de l'appareil du service de renseignement de l'Autorité Palestinienne dans la Rive occidentale, Tawfiq Tirawi, qu'Israël accuse d'implication dans l'orchestration d'attentats terroristes.

    Aussi parmi les autres hommes recherchés il y a le commandant de la Force 17 à Ramallah et son adjoint, que la radio dit être responsable d'attentats dans lesquelles 15 Israéliens ont été tués.

    Quelques 25 hommes ont trouvé un refuge permanent dans le Muqataa - les bureaux d'Arafat - tandis que d'autres vont et viennent.

    Le Canal Deux de la télévision Istraélienne a annoncé mardi qu'Arafat avait insisté pour que la session d'ouverture du Conseil Législatif palestinien, actuellement en cours à Ramallah, ait lieu dans ses bureaux de peur que si il quittait le Muqataa, les forces de Tsahal y entreraient et arrêteraient les hommes recherchés.

    Pendant le siège de Tsahal des bureaux d'Arafat en avril, plusieurs Palestiniens recherchés y ont trouvé refuge, y compris les meurtriers de Rehavam Ze'evi. Ils avaient été ensuite déplacés dans une prison de Jericho comme contrepartie dans une solution internationalement négociée pour sortir de l'impasse.

  • Opération israélienne dans la nord de Gaza

    Des soldats et des véhicules blindés israéliens sont entrés mercredi matin peu après minuit dans le nord de Gaza, encerclant la ville de Beit Lahiya et prenant le contrôle de Beit Hanoun, ont raconté des habitants.

    Selon ces sources, les forces de Tsahal étaient appuyées de bulldozers, laissant présumer les intentions de l'armée. Des coups de feu ont été échangés mais aucune victime n'a été signalée.

    Dans le camp de Jabaliya, qui se situe entre les deux villes et Gaza, des Palestiniens inquiets ont été vus en train de quitter leur maison, tandis que d'autres, armés, descendaient dans les rues pour s'opposer à une invasion israélienne.

    Dans un communiqué, l'armée israélienne a indiqué que ses soldats avaient mené des fouilles dans Beit Hanoun et arrêté quatre suspects. Selon Tsahal, cette opération est menée consécutivement après "les dernières attaques contre des soldats israéliens dans la région."

    L'armée affirme qu'elle se retirera de la région dès la fin de cette opération.

  • Le président des Etats Unis a qualifié Yasser Arafat d'échec complet (raté)
    Jerusalem Post

    Ce commentaire fait suite discours du chef palestinien lundi, condamnant uniquement la violence contre des civils israéliens.

    Dans un interview, qui doit être diffusé ce soir sur la chaine de télévision CBS, le président qualifié Arafat d'échec (de raté)et de déception totale, selon Kol Israël.

    Il a dit que pour que la paix ait une chance, les Palestiniens ont besoin d'une direction qui renonce au terrorisme, qui croit en la paix et cesse d'employer les Palestiniens comme des pions, a dit la radio.

    En attendant le porte-parole de la Maison Blanche a dit que le discours d'Arafat est une raison pour que le président aille de l'avant et non en arrière quand il veut apporter une réforme aux institutions que les Palestiniens méritent, pour qu'ils puissent avoir un avenir meilleur.

  • Le discours d’Arafat : il a condamné les attentats, mais n’a pas appelé à la cessation du terrorisme
    Hanan Shlaïn, Elie Kamir (Maariv).

    Dans son discours devant le CLP, Yasser Arafat a parlé hier de la nécessité de faire la paix, mais il n’a pas lancé d’appel clair au peuple palestinien pour qu’il cesse les attentats contre Israël.
    Dans une allocution d’une heure, le Raïs a mentionné deux fois le terrorisme et expliqué que celui-ci nuit à la cause palestinienne.

    Il a évoqué l’attaque terroriste du 11 septembre 2001, pour affirmer que les Palestiniens ont été les victimes de celle-ci, ajoutant : « Notre cause nationale nous impose de condamner les attentats contre les civils israéliens et toutes les attaques contre nos civils, pour conserver le soutien international ».

    Tout au long de son discours, Arafat a rappelé la nécessité de la paix, a évoqué feu Yitzhak Rabin et a souligné que l’objectif des Palestiniens est un Etat dont la capitale sera Jérusalem la Sainte.

    Des sources bien informées du Fatah disaient hier soir qu’une entente est intervenue entre le président de l’Autorité palestinienne et les membres du CLP : ces derniers investiront le nouveau cabinet, et en échange Arafat promettra d’agir en vue de la nomination d’un Premier ministre palestinien au début de l’année prochaine. A noter qu’Abou Ala a été réélu président du CLP.

    Dans l’entourage du Premier ministre, Ariel Sharon, on observait le silence hier soir et on s’abstenait de tout commentaire sur le discours d’Arafat. La décision de s’abstenir est justifiée par le fait que toute réaction signifierait qu’Israël considère Arafat comme un interlocuteur. Mais le ministre des Affaires étrangères, Shimon Pérès, s’est exprimé de son côté, pour dire que « Tout sera jugé d’après les résultats ».

    Entre-temps, une rencontre est prévue dans les jours prochains entre le Premier ministre et Abou Mazen, qui passe pour le principal candidat aux fonctions de Premier ministre palestinien. Il y a quelques jours, Abou Mazen a contacté avec Sharon et lui a demandé de renouer la négociation avec les Palestiniens.

  • «Les Etats-Unis n’entreposent pas d’équipements militaires en Israël »
    Alex Fischman (Yediot Aharonot)

    « Je suggère à tout le monde d’arrêter d’être hystérique au sujet de l’Irak. Les Américains ne vont pas attaquer Bagdad demain matin, et Israël ne sera pas attaqué demain après-midi. » a déclaré le ministre de la défense Binyamin Ben-Eliezer.

    Binyamin Ben-Eliezer a formellement démenti les informations selon lesquelles les Etats-unis entreposaient du matériel militaire et d’importantes quantités de munitions dans les bases militaires israéliennes.

  • Beni Begin et Yossi Beilin ont tous les deux raison – et tous les deux tort
    Dan Margalit (Maariv).

    Les accords d’Oslo ne furent pas une réussite extraordinaire – mais ils ne sont pas non plus un échec colossal !

    Les anciens ministres Béni Begin (Likoud) et Yossi Beilin (travailliste) ont polémiqué dans les colonnes du Haaretz pour Rosh Hashana : aux dires de Begin, dès la signature des accords d’Oslo en septembre 1993, Yasser Arafat n’avait pas l’intention de les respecter ; il les a violés sans discontinuer, c’était une gigantesque escroquerie et son but, comme il le répétait aux Palestiniens, était de rééditer la ruse de Mahomet avec la tribu des Koraïchites. Beilin, de son côté, affirme que l’on ne peut pas généraliser et dire que tous les Palestiniens sont mauvais et menteurs ; il y a eu une absence de confiance mutuelle et des violations des deux côtés. Mais depuis que les Palestiniens sont passés il y a 2 ans de la diplomatie à la lutte armée, la dissymétrie cachée est devenue une évidence, même pour des gens (comme moi) qui n’y croyaient pas.

    (…) En son temps, David Ben Gourion avait dit : « Le Yishouv juif combattra l’Allemagne nazie comme s’il n’y avait pas de ‘Livre blanc’ britannique (celui de 1939, qui réduisait au minimum le développement du Yishouv et limitait considérablement l’immigration). Mais il combattra le Livre blanc comme s’il n’y avait pas de régime nazi à Berlin »… Aujourd’hui, Israël doit faire la même chose : combattre le terrorisme palestinien comme s’il n’y avait aucune chance de conclure la paix ; mais préparer les moyens d’instaurer une paix permanente – comme si le terrorisme n’existait pas.

  • le général de réserve Méïr Dagan, 55 ans, l’un des très proches collaborateurs et ancien conseiller d’Ariel Sharon a été nommé à la tête du service de renseignement israélien.
    Une équipe combattante à la tête des milieux de la défense
    Amir Oren (Haaretz) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    (
    …) A la veille d’une offensive américaine contre l’Irak et alors que l’Iran et d’autres pays arabes se munissent d’armes de destruction massive, cette nomination reflète la volonté de Sharon se s’entourer d’une équipe combattante dans les sphères diri-geantes des milieux de la sécurité. Méïr Dagan est complémentaire de Moshé Yaalon, le chef d’état-major général.
    Sharon attend de lui qu’il insuffle au Mossad une bonne dose de combativité, de ruse et de malice. Telles sont les signes distinctifs qui caractérisent Dagan, ainsi que le Mossad à une époque plus ancienne.
    Méïr Dagan devra démontrer à tous qu’il est encore expert en opérations « spéciales », comme c’était le cas il y a 10, 20 et 30 ans.


Septembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          


FAIR USE NOTICE
This site contains some copyrighted materials the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond 'fair use', you must obtain permission from the copyright owner.