Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d’opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com.
Accueil

Google

Septembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Lundi 9 Septembre 2002 - 3 Tichri 5763
  • Le président de l'Etat d'Israël Moshe Katsav écrit à George W. Bush

    Le président israélien Moshe Katsav a jugé lundi que les attentats du 11 septembre avaient montré au monde libre le terrorisme "dans toute son horreur".

    Dans une lettre de condoléances et de souvenir adressée au président américaine George W. Bush, datée du 11 septembre 2002, Katsav écrit: "Aujourd'hui il y a un an, un changement dramatique a eu lieu dans notre monde. Le terrorisme, dans toute son horreur, a frappé au coeur du monde libre, et le choc a frappé le monde éclairé".

    Nombre de signes étaient annonciateurs depuis dix ans, mais beaucoup de pays l'avaient ignoré, ajoute M. Katsav. Israël était depuis deux ans confronté à un terrorisme palestinien "extrêmement brutal, sans limites et sans précédent", qui a amené le désastre pour le peuple palestinien et rendu l'obtention de la paix impossible.

    Pour Raanan Gissin, conseiller du Premier ministre israélien Ariel Sharon, "le 11 septembre a marqué le tournant décisif entre ceux qui sont contre le terrorisme et ceux qui le soutiennent. Yasser Arafat fait partie de ceux qui soutiennent le terrorisme".

  • Sharon va rencontrer un dirigeant Palestinien
    Par Lamia Lahoud - Jerusalem Post

    Le Premier Ministre Ariel Sharon doit rencontrer dans les jours à venir l'adjoint du chef palestinien Yasser Arafat, Mahmoud Abbas, pour discuter de la fin deux ans de combat, a dit un haut fonctionnaire palestinien.

    Les conseillers de Sharon n'ont fait aucun commentaire.

    Le Premier ministre a dit récemment que pour la première fois depuis des mois, il voit une occasion d'en finir avec la violence et le retour aux pourparlers de paix.

    Sharon a aussi dit dans des interviews de Rosh Hashana qu'il désire avoir des pourparlers avec un haut fonctionnaire palestinien qui a-t-il dit était entré en contact avec lui. Sharon n'a pas nommé le fonctionnaire, mais a dit que ce n'était pas Arafat.

    Cependant, Sharon a déclaré Arafat, ennemi d'Israël et refuse de le rencontrer .

    Un haut fonctionnaire palestinie, qui a parlé sous condition d'anonymat, a dit que Abbas, aussi connu comme Abu Mazen, rencontrerait Sharon dans les jours à venir.

    La réunion a été arrangée par le conseiller économique d'Arafat, Mohammed Rashid, qui a des liens avec le fils de Sharon, Omri.

    Abbas, est considéré comme un modéré par Israël et les Etats-Unis, c'est l'adjoint d'Arafat dans l'Organisation de Libération de la Palestine.

    Arafat n'a pas désigné de successeur comme chef des palestiniens et a résisté à une idée-force des Américains de nommer un Premier ministre pour diriger les affaires quotidiennes de l'Autorité Palestinienne.

    Un autre signe de contacts intensifiés, cinq Ministres siégeants au Cabinet palestiniens devraient rencontrer mardi le Ministre des Affaires Etrangères Shimon Peres pour essayer de ranimer l'accord de trêve graduel qui s'est effondré après un début difficile le mois dernier.

    Dans l'accord, Israël devait remettre la charge de la sécurité dans la Bande de Gaza aux Palestiniens, en échange d'une promesse que la police palestinienne sévirait contre les activistes palestiniens.

    Cependant, les groupes terroristes ont continué à effectuer des attaques et le Ministre de la Défense Nationale Binyamin Ben-Eliezer a dit que pour l'instant, il ne retirerait pas de troupes des positions dans la Bande de Gaza.

    Yoram Dori, un conseiller de Peres, a confirmé qu'une réunion a été projetée. Les participants sur le côté palestinien comprennent le Ministre de l'Intérieur Abdel Razak Yehiyeh et le Ministre des Finances Salam Fayat.

    Les sources de l'Autorité Palestinienne ont dit au Jerusalem Poste que Peres doit rencontrer le ministre du Cabinet de l'AP et le négociateur Saeb Erekat pour discuter de l'accord. Yahya et le Ministre des Finances de l'AP Salaam Fayyad pourraient aussiy assister.

    Yahya a indiqué qu'il peut aussi rencontrer Binyamin Ben-Eliezer plus tard cette semaine

    La semaine dernière, Ben-Eliezer a dit que de nouvelles réunions sur la question des retraits de Tsahal seraient retardées en raison de la mort de deux soldats dans des attaques terroristes séparées dans la Bande de Gaza jeudi.

    Les Palestiniens voudraient que Tsahal se retire de Ramallah, ont dit les sources, soutenant que la ville est calme. Mais les fonctionnaires de l'AP estiment que Israël ne va probablement pas être d'accord, en disant qu'un tel retrait serait comme une victoire pour Arafat, ce qui augmenterait sa popularité.

    ( Gil Hoffman et Margot Dudkevitch ont aussi contribué à ce rapport.)

  • Les Etats-Unis entreposent du matériel militaire en Israël en vue de l’offensive contre l’Irak
    Eytan Rabin, (Maariv)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Israël a autorisé les Etats-Unis à entreposer d’importantes quantités d’armes et de munitions dans les bases de Tsahal, en prévision d’une attaque contre l’Irak.

    Selon un document parvenu au Maariv, plusieurs convois d’armes et de munitions devraient être acheminés en Israël dans les prochains jours.

    Selon un officier américain qui a requis l’anonymat, ces arrivages s’inscrivent dans le cadre de la coopération stratégique et logistique entre Israël et les Etats-Unis. « Israël n’est toutefois impliqué dans aucune des phases de l’attaque contre l’Irak. » a-t-il poursuivi.

  • Parade, défense et offensive . Tsahal et l’armée de l’air israélienne sont beaucoup mieux préparés à faire face à la menace irakienne que durant la guerre du Golfe, en 1991.
    Ami Ettinger (Maariv)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    • L’ALERTE :
      - Centrale d’alerte : Directement reliée au Centre de contrôle américain à Colorado Spring, la Centrale d’alerte israélienne est capable de donner l’alarme 3 minutes après le lancement d’un missile irakien.
      - Ofek 5 : Satellite d’observation militaire, l’Ofek 5 est capable de rendre compte de tout mouvement suspect sur le territoire irakien.
      - Eros 1 : L’Eros 1 est un satellite d’observation civil qui fonctionne en tant qu’auxiliaire du Ofek 5.

    • PREPARATION DE LA POPULATION CIVILE :
      - Distribution de masques à gaz.

    • DISPOSITIFS DE DEFENSE :
      - Missiles Hetz (flèche) : Déploiement de 2 batteries de missiles pour intercepter les missiles « Al Hussein » irakiens.
      - Oren Yarok (Pin vert) : Radar conçu pour les missiles Hetz indiquant la position exacte des missiles irakiens.

    • DISPOSITIFS OFFENSIFS :
      - F-15 A : Ces chasseurs bombardiers permettent à Tsahal d’aller frapper des objectifs particulièrement lointains.
      - Sous-marins de type « Dolphin » : 3 sous-marins pouvant porter des ogives de tous types.

  • Les pressions américaines ont mis les Arabes sur la touche
    Zwi Barel (Haaretz)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Les pays arabes partent de l’hypothèse que l’ « Occident », représenté actuellement par Bush et Blair, ne prendra en considération ni l’opinion arabe ni l’analyse de ses dirigeants politiques. D’ailleurs, que pourront faire les Arabes en cas d’attaque américaine contre l’Irak ? Partir en guerre contre Washington ? Actionner leurs appareils pour défendre l’espace aérien irakien ?

    « Une guerre contre l’Irak est inévitable » déclare le roi de Bahreïn. Ce qui signifie que les Arabes ne peuvent rien face aux pressions exercées par les Américains. MM. Bush et Blair n’ont d’ailleurs pas dit un mot sur le statut des pays arabes et leur position. A ce stade, ils sont placés sur la touche.
    Il y a quelques semaines encore, Washington était devenu la Mecque diplomatique des dirigeants arabes : ils s’efforçaient de convaincre l’Administration Bush de ne pas se lancer dans l’aventure irakienne, mais ils comprennent maintenant que leurs efforts ne peuvent contrer la détermination américaine d’évincer Saddam Hussein.
    (…)
    En 1991, les dirigeants arabes se sont déjà montrés incapables de fixer eux-mêmes les règles du jeu moyen-oriental. Il ne leur reste qu’à se joindre à la campagne rhétorique lancée contre Saddam et renforcer ainsi l’opinion mondiale, ou bien se ranger aux côtés de Saddam Hussein et le protéger contre une offensive occidentale, transformant ainsi ce conflit en opposition entre l’Orient et l’Occident.
    Les dirigeants arabes optent pour la passivité, mais leurs opinions publiques (soumises à la répression et à un contrôle incessant) risquent de faire entendre leur voix avec violence. Telle est la perspective menaçante dont les dirigeants arabes se servent pour déjouer toute attaque anti-irakienne : « Les Etats-Unis gagneront peut-être sur le front irakien mais risquent fort de perdre l’ordre établi au Proche-Orient », affirme un commentateur jordanien.

  • Déclaration syrienne sans précédent : Irak se trouve dans notre « profondeur stratégique »
    Nathan Gutman et Yossi Melman (Haaretz)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Cette déclaration syrienne sans précédent illustre le rapprochement qui s’est opéré ces dernières années entre les deux pays. Le vice-Président syrien a fait savoir que Damas s’opposait violemment à toute attaque américaine contre l’Irak car « les contacts avec Damas existent ». Abdel Halim Hadam a ajouté que l’Irak était un pays arabe et que son sort était lié au destin des Arabes ; dans le cadre de sa lutte contre Israël, Damas considère également que l’Irak appartient à son espace stratégique.

  • Trois Palestiniens arrêtés pour avoir projeté d'empoisonner l'alimentation d'un café
    Jonathan Lis,Correspondant d'Ha'aretz

    Trois résidents palestiniens de Jérusalem Est qui travaillaient dans un café de Jérusalem ont été récemment arrêtés soupçonnés d'avoir projeté d'empoisonner l'alimentation servie aux clients au moyen de bouteilles de Coca Cola dans lesquelles ils comptaient mettre des produits toxiques.

    Les suspects, qui travaillaient dans le Café Rimon près du passage pour piétons de Ben Yehuda à Jerusalem, ont été arrêtés il y a quelques jours par la police de la zone de Jérusalem suite à une information des services secrets.

    Le chef de la cellule, Sufian Bakri Abadi, 23ans de Jabal Mukkaber, est soupçonné d'avoir recruter Moussa Mohammed Nasser de Ras el-Amud, pour mettre du poison dans l'alimentation composé d'une variété de substances qui n'avaient aucun goût perceptible, odeur ou couleur. L'information de comment faire le poison a été prise dsur le Site Internet du Hamas.

    Après que le produit ait été préparé, Abadi s'est tourné vers Utman Said Kianyah du village de Jérusalem Est de Silwan, un cuisinier au Café Rimon et lui a suggéré d'empoisonne les clients du café. Kianyah y a consenti et lres deux ont d'abord essayer le produit sur des chats de la rue.

    Deux des trois, Abadi et Nasser, ont été inculpé lundi après-midi par la Cour général de Jérusalem.

    Le Café Rimon, placé sur l'allée pour piétons de Ben Yehuda de Jérusalem, n'est pas étranger aux attaques terroristes. Dans la première intifada, le café vieux de 70 ans avait été le site d'un attentat mortel à la bombe.

  • Yasser Arafat ne condamne "tous les actes de terrorisme
    que contre les civils israéliens" et encore sans appeler explicitement à l'arrêt de la violence.

    Yasser Arafat a déclaré lundi devant les parlementaires palestiniens qu'il condamnait "tous les actes de terrorisme contre les civils israéliens", se disant prêt à quitter le pouvoir si les parlementaires lui demandaient.

    Yasser Arafat a affirmé mi-sérieux, mi-ironique, qu'il était prêt à céder "le pouvoir exécutif" à quelqu'un d'autre si le Parlement palestinien le désirait. "Si vous voulez, vous pouvez choisir quelqu'un pour lui confier le pouvoir exécutif à ma place", a-t-il déclaré aux membres du Parlement palestinien réunis à son QG de Ramallah. "J'aimerais que vous le fassiez et me permettiez de me reposer", a ajouté le président de l'Autorité palestinienne.

    Dans son discours très attendu, Yasser Arafat a souligné qu'il condamnait "tous les actes de terrorisme contre les civils israéliens" mais n'a pas appelé explicitement à l'arrêt de ces attaques. Il a demandé aux membres du Conseil législatif palestinien, qui se réunissaient pour la première depuis le début de la deuxième Intifada, de tenir compte de l'intérêt national répétant que les attentats servaient les intérêts israéliens.

    "Il est dans notre intérêt national de préserver le soutien international à notre droit légitime de résister à l'occupation par les soldats et les colons (israéliens)", a déclaré Arafat.

    Le président de l'Autorité palestinienne a également souligné que le monde attendait un message clair de la part du peuple palestinien affirmant qu'il était prêt à négocier la paix avec Israël et à conduire des réformes internes. Le monde attend "une position claire et des réponses fermes en ce qui concerne la paix avec Israël et la paix israélienne, ainsi qu'en ce qui concerne la démocratie et les réformes de notre société", a dit Arafat.

    Il a également salué le chef pour la Rive Occidentale de la branche armée de son mouvement le Fatah, Marwan Barghouthi, également membre du CLP, arrêté le 15 avril à Ramallah par l'armée israélienne et détenu depuis lors. Israël l'accuse d'être l'un des principaux chefs de l'Intifada et son procès s'est ouvert jeudi à Tel-Aviv.

  • Selon un projet de discours, Arafat se dirait prêt à voir la reconnaissance d'Israël réaffirmée
    Par Amira Hass, Correspondant d'Ha'aretz

    On s'attend à ce que le Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat demande à la réunion extraordinaire du Conseil Législatif palestinien à Ramallah lundi de s'opposer aux attentats-suicide et de réaffirmer leur reconnaissance de l'Etat d'Israël.

    Une version préliminaire du discours d'Arafat donné à l'Associated Press dit que le monde attend un signal clair que les Palestiniens voit dans des négociations de paix, la façon de résoudre leur conflit avec Israël.

    "Les Palestiniens résistent à tous types de terrorisme, que ce soit le terrorisme d'état ou le terrorisme individuel," dit le texte. "Le Conseil Législatif palestinien doit protéger les intérêts nationaux palestiniens par la reconnaissance finale de l'état d'Israël et le droit pour son peuple à vivre dans la paix et la sécurité."

    Il soutient que des attentats à la bombe palestiniens donnent à Israël la justification pour une vengeance dure. "Les attentats-suicide contre les civils israéliens dans des bus, les restaurants, les cafés et les universités donnent au gouvernement israélien la capacité de cacher ses crimes," dit le projet de discours.

    Dimanche, le secrétaire général du cabinet de l'AP, Ahmed Abdel Rahman, a dit aux journalistes que l'Autorité Palestinienne pourrait reconsidérer la reconnaissance de l'état d'Israël.

    Abdel Rahman a dit que le mouvement était une réaction à la décision du Premier Ministre Ariel Sharon d'annuler tout traité signé avec les Palestiniens.

    [ NDRL : Arafat ne parlerait dans son discours que des attentats contre les" civils israéliens dans des bus, les restaurants, les cafés et les universités", il n'envisage pas d'appeler, comme le prévoyaient les accords d'Oslo, à l'arrêt total de la violence contre Israël, contre les implantations, contre les soldats...]

  • Les forces de Tsahal font une opération ponctuelle dans Gaza

    Une soixantaine de blindés israéliens sont entrés tôt lundi matin dans Gaza et ont fait exploser la maison d'un Palestinien suspecté et recherché par Israël, quelques heures seulement avant l'ouverture de la session extraordinaire du Parlement palestinien.

    D'après les habitants du camp de Bourej, les soldats israéliens ont ordonné l'évacuation puis l'explosion d'une maison construite sur deux étages, dans laquelle vivait un suspect recherché. Le propriétaire vivrait dans la clandestinité depuis plusieurs mois, ont assuré des témoins.

    Les forces de Tsahal ont également fouillé le camp de Nusseirat, installé le long de la principale route de Bourej et encerclé le camp de Mughazi, tout proche, ont raconté des habitants du camp de Nusseirat.

    Selon des sources militaires israéliennes, qui ont requis l'anonymat, l'opération menée dans Gaza est une opération locale, et non une tentative de réoccupation de la région. Lorsque la mission sera achevée, les soldats s'en iront, ont certifié ces sources.

    De son côté, le bureau de la sécurité palestinienne a publié un communiqué lundi matin, qualifiant cette opération militaire d'"escalade dangereuse" et l'assimilant à une tentative israélienne de "saboter tous les efforts fournis par l'Autorité palestinienne pour appliquer l'accord" afin de réduire les tensions dans Gaza en ramenant certaines régions sous contrôle palestinien.

    Parallèlement, les troupes israéliennes contrôlaient lundi matin les entrées et les sorties de la ville de Ramallah,.

    Le chef de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat doit s'exprimer ce lundi devant le Parlement palestinien au cours d'une session extraordinaire. Il devrait appeler à la fin des attentats anti-israéliens, selon plusieurs sources concordantes.

  • Un "colloque" sur « Le Mouvement islamiste après le 11 septembre », organisé dans un hôtel du Caire

    M.Mahfouz Azzam, oncle de l’Égyptien Ayman al-Zawahri, bras droit d’Oussama Ben Laden. Ayman al-Zawahri avait été invité à s’exprimer lors du colloque, par l’Internet ou tout autre moyen, mais aucun message n’avait été reçu de lui près de trois heures avant la fin des débats.

    « La question pour les États-Unis n’est plus Oussama Ben Laden ou les talibans, il s’agit de démanteler le monde arabe », a estimé M. Azzam.

    « Les campagnes qui visent l’Afghanistan, l’Irak, la Palestine, le Cachemire et le Soudan vont certainement réveiller le géant qui sommeille, je veux dire les forces islamiques qui croyaient à une coexistence pacifique avec les États-Unis, et l’avenir du monde va changer », a-t-il ajouté.

    L’avocat Montasser al-Zayat, qui dirige le centre Avenir d’études et de recherches a estimé pour sa part que la guerre antiterroriste américaine constituait « un danger pour notre culture, nos croyances et notre sécurité nationale ».

    « Les Américains devraient se demander pourquoi ce sont eux qui ont été visés par les attentats et non d’autres, comme l’Europe. La réponse est à chercher dans l’alignement constant de la politique américaine sur Israël », a dit cet avocat, défenseur de nombreux islamistes en Égypte.

  • Une avocate juive pour défendre Marwan Barghouti
    Jerusalem Post

    Une avocate Juive, française Gisèle Halimi a annoncé qu'elle représentera le chef du Fatah Marwan Barghouti à son procès pour terrorisme, a annoncé Kol Israël.

    L'avocate a dit à une conférence de presse à Jérusalem qu'elle avait rencontré Barghouti dans une prison pendant une heure vendredi et elle a consenti à le défendre dans sa comparution prochaine à Tel-Aviv le 3 octobre, a dit la radio.

    Elle a soutenu que les charges israéliennes contre Barghouti, l'accusant d'implication dans une série d'attentats terroristes, ne sont pas étayées par des preuve, selon la radio.

    Elle a aussi rencontré samedi deux fonctionnaires palestiniens, y compris Sari Nusseibeh, pour discuter du cas.

    L'avocate est née en Tunisie, agée de 75 ans, elle s'est fait un nom en défendant les Algériens qui se battaient contre les autorités françaises, précise le reportage.

    Daniel Taub, le représentant du ministère des affaires étrangères, a indiqué que selon la législation israélienne seul un avocat inscrit au barreau israélien peut représenter un suspect devant les instances juridiques du pays.

  • Une maîtresse de Saddam déclare qu'il a "financé Ben Laden et la Palestine"
    Jerusalem Post

    Au cours d'un entretien accordé à ABC News, une femme de 54 ans qui prétend avoir été la maîtresse de Saddam Hussein pendant 30 ans, a déclaré qu'il avait rencontré Oussama Ben Laden dans l'un de ses palais dans les années 80. Elle a ajouté que le fils aîné de Saddam, Odeh, lui a dit qu'ils s'étaient revus ultérieurement et que Saddam avait contribué financièrement à aider Ben Laden et la Palestine.

    La femme qui réside maintenant au Liban a aussi révélé que Saddam aimait à fumer le cigare et boire de l'alcool tout en regardant les vidéos des tortures infligées à ses ennemis. Elle a ajouté qu'il portait parfois un chapeau de cow-boy et prenait du Viagra.

  • La police suédoise perquisitionne la maison du directeur de “Radio Islam”

    La police suédoise a effectué une fouille au domicile du directeur de “Radio Islam”, soupçonné d'envoyer des e-mails antisémites. Un ordinateur et des disquettes ont été saisis.


Septembre 2002
D L M M J V S
1
2
3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          


FAIR USE NOTICE
This site contains some copyrighted materials the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond 'fair use', you must obtain permission from the copyright owner.