Desinfos.com essaie de diffuser une grande variété d’opinions sur Israël, le Judaïsme et le Moyen-Orient. Les articles et documents reproduits ainsi que liens indiqués expriment l’opinion de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement le point de vue de Desinfos.com
Accueil

Google

Août 2002
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mardi 27 Août 2002 - 19 Eloul 5762
  • Le chef d’état-major général, Moshé Yaalon, a exposé dimanche par le menu, devant un parterre de rabbins, sa conception d’ensemble sur la sécurité de l’Etat d’Israël.

    Dan Margalit .(Maariv) traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    L’idée de base est que la direction actuelle des Palestiniens continue de croire qu’elle est capable de prendre la place d’Israël – pas d’exister à ses côtés. Phénomène qui présente à son avis des “ caractéristiques cancéreuses ”…

    D’après Yaalon, à chaque fois qu’Israël donne aux Palestiniens l’impression d’être un pays qui n’est pas prêt à payer le prix des victimes de la lutte, et de cacher sa faiblesse en se repliant de manière unilatérale – cela incite Yasser Arafat à monter la barre de la violence toujours plus haut. Le retrait unilatéral du Liban a été le détonateur de l’Intifada actuelle. Il faut totalement effacer de notre lexique l’expression “ repli unilatéral ”.

    Le chef d’état-major général doit par nature être un homme méfiant, pessimiste, sur le qui-vive. De ce point de vue, Yaalon est l’homme qu’il faut, là où il faut. Mais ses conclusions nécessitent d’être regardées de près.

    Il est vrai qu’après le repli du Liban, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah s’était moqué d’Israël, qui n’était à ses yeux rien de plus qu’une “ toile d’araignée ”. Mais ce n’est pas cette image qui a été le principal mobile d’Arafat : celui-ci a choisi de déclencher l’Intifada parce qu’en repoussant les avances de paix d’Ehoud Barak, patronnées par Bill Clinton, il n’avait aucun programme de rechange. Et Arafat était persuadé que seul un incendie de grande taille inciterait le “ monde des gens biens ” à intervenir en sa faveur, pour servir d’ “ enveloppe internationale ” au règlement.

    Sari Nousseibeh et Ziyad Abou Ziyad avaient tenté de persuader Arafat que la Guerre du Liban et le terrorisme en Samarie, ce n’est pas la même chose – mais son choix de l’Intifada était stratégique, indépendant du retrait israélien du Liban…

    Si Tsahal était resté dans la “ zone de sécurité ” du Liban-Sud, il aurait dû lutter maintenant sur deux fronts. D’un côté, il y aurait les kamikazes de Jénine – et de l’autre, les charges explosives des sentiers du Liban, assaisonnées des innombrables justifications du terrorisme par Kofi Annan et Jacques Chirac. C’est justement le retrait du Liban qui a octroyé à Israël et à la communauté internationale les moyens de faire pression sur le Hezbollah pour qu’il réduise à presque rien son activité militaire au Liban-Sud.

    Le chef d’état-major général n’a pas raconté aux rabbins qui l’écoutaient qu’une partie des officiers supérieurs qui s’opposaient au repli sont aujourd’hui des généraux convaincus que l’on pourra longtemps encore gérer la situation à la frontière libanaise, en la maintenant sur un petit feu.

    Même s’il y a du vrai dans l’affirmation de Yaalon, que le repli unilatéral du Liban a été comme de l’huile jetée sur le feu… il est clair que sur le fond des choses, Israël a géré l’affrontement militaire face aux Palestiniens avec sagesse ; au stade où nous sommes, l’Intifada se solde par une défaite palestinienne.

    Dans ces conditions, l’affirmation qu’Israël se délite à cause du repli unilatéral… n’a plus de valeur. Elle ne peut pas servir d’argument à Arafat pour rouvrir le feu. Les inconvénients l’emportent sur les avantages.

    Un repli unilatéral peut s’effectuer de différentes manières. La première consiste à édifier une barrière de séparation, ce qui se fait avec un grand retard. On peut réfléchir ensuite à ce que l’on fera des implantations laissées au-dehors, ou par exemple du “ Goush Katif ”…

    Yaalon et Ouzi Dayan viennent du “ même village ”. Dayan a déposé la semaine dernière des conclusions d’une grande force au nom du Conseil national de Sécurité – repoussées par Ariel Sharon avant même de les avoir lues… Si le conflit israélo-palestinien “ revêt des aspects cancéreux ”, comme l’a dit le chef d’état-major général, nous avons besoin du scalpel d’Ouzi Dayan pour opérer la tumeur et nous débarrasser des métastases.

  • 7 Arabes de Beineh (Galilée) sont soupçonnés d’avoir contribué à l’attentat de l’autobus qui menait à Safed - Une nuit avec l’ennemi

    Alex Fischmann (Yediot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Les complices interpellés hier par la police israélienne ne sont ni des jeunes délinquants, ni des fanatiques religieux. Ce constat est effrayant.

    Effrayant de par la “ normalité ” des suspects : des Arabes israéliens issus d’une famille instruite, stable et dont la situation économique n’est pas à plaindre. Ibrahim et Yassine Bakri, les deux principaux suspects, auraient du être les meilleurs représentants de la majorité silencieuse des Arabes israéliens, de ce courant principal, laïque, dont on imagine pas une seconde qu’i puisse, malgré ce qui nous sépare, venir déposer une bombe dans à votre domicile.

    Ce qui est encore plus déplorable, c’est que ces complices n’appartenaient à aucune organisation terroriste, qu’ils n’avaient jamais rencontré en secret des islamistes fanatiques dans les mosquées et qu’aucun signe de nationalisme exacerbé n’avait été perçu chez eux.

    (..) L’implication croissante des Arabes israéliens dans les attentats terroristes résulte sans aucun doute de la dangereuse rencontre entre plusieurs facteurs ; politisation de l’ éducation, sensations de non-identification à la société israélienne et à tout ce qu’elle représente, ségrégation d’Etat, et prolongation du conflit israélo-palestinien.

    (..) Combien d’autres Ibrahim et de Yassine naîtront-ils encore de cette rencontre fatale ? Combien d’Arabes Israéliens n’attendent que l’occasion se présente pour pouvoir prêter main aux terroristes palestiniens ? C’est l’examen de conscience que doit faire la direction arabe israélienne laïque.

    (..) Il n’existe aucune différence entre le Mouvement islamique en Israël et le Hamas dans les Territoires. Ni dans la rhétorique, ni dans les intentions, ni dans l’éducation. ce qui les sépare, c’est la phase de l’exécution, que le Mouvement islamique n’as pas encore franchi pour des raisons tactiques.

    Quelques chiffres sur les Arabes israéliens

    1.2 MILLION D’ARABES HABITENT EN ISRAËL. ILS REPRESENTENT 19% DE LA POPULATION.

    DURANT LES 3 DERNIERES ANNEES, 9 ATTENTATS ONT ETE PERPETRES AVEC LA COMPLICITE D’ARABES ISRAELIENS, TANDIS QUE 60 ORGANISATIONS HOSTILES ONT ETE DEMANTELEES.

    PLUS DE 100 ARABES ISRAELIENS ONT ETE ARRETES POUR ACTIVITE HOSTILE DURANT LES DEUX DERNIERES ANNEES.

    UN KAMIKAZE ARABE ISRAELIEN, SALAH HABAÏSHI, SE FAIT SAUTER A NEHARIYA. BILAN : 3 MORTS.

    L’UN DES PLUS FORT TAUX DE NATALITE DANS LE MONDE : 3.4%

    REPARTITION PAR RELIGION : 82% MUSULMANS ; 9% CHRETIENS ; 9% DRUZES.

  • Un phénomène nouveau : les terroristes palestiniens se constituent prisonniers

    Ben Caspit, Eytan Rabin (Maariv) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    § C’est ce que fait valoir une source militaire haut placée, qui précise que 30 Palestiniens se sont rendus ces jours-ci aux forces israéliennes, avec ou sans conditions de leur part.
    Une partie des individus en question négocient tout d’abord avec Tsahal, pour s’assurer qu’il ne leur sera pas fait de mal et que leur maison familiale ne sera pas détruite ; d’autres le font sans condition. Ces gens-là se rendent quand ils sentent que l’étau se resserre autour d’eux, et que le moment de leur capture n’est plus qu’une question de temps.
    Un autre phénomène auquel on assiste dernièrement est la dénonciation de candidats kamikazes, empêchés de commettre leur acte ou livrés par leurs familles. Il s’avère que la politique de destruction des maisons et d’expulsion des proches parents convaincus de coopération avec les terroristes produit ses effets. Il y a toujours un grand nombre de ceintures d’explosifs prête à l’usage – mais moins de candidats aux attaques suicide.

  • Les Palestiniens interdisent de filmer des enfants armés

    Le Syndicat des journalistes palestiniens (PJS) a demandé à ses adhérents de ne plus filmer des enfants armés ni des activistes masqués sous peine de sanctions, provoquant le rejet de l'association de la presse étrangère (FPA).

    D'après le PJS, les Palestiniens travaillant pour la presse étrangère sont priés de s'assurer que leurs collègues d'autres nationalités respectent également ces consignes.

    "Tout journaliste palestinien qui filmera ou photographiera des enfants armés dans des conditions paramilitaires ou prendra des photos d'hommes masqués, sera passible de sanctions disciplinaires et devra répondre de ses actes", a affirmé le PJS dans un communiqué envoyé aux agences de presse et aux journaux.

    Le PJS a ajouté que cette mesure visait à empêcher Israël d'utiliser l'image négative de ce type de reportages pour sa campagne de dénigrement des autorités palestiniennes.

    La FPA a déclaré qu'elle rejetait "la menace de sanctions contre des journalistes palestiniens travaillant pour des médias étrangers".

    "Le PJS a le droit de définir son rôle comme il le souhaite, mais il devrait être clair que ce n'est pas le rôle des médias étrangers de diffamer ou de protéger tel régime ou tel autre", a réagi la FPA dans un communiqué.

    Le PJS a aussi annoncé qu'il boycotterait désormais la couverture de meetings d'organisations extrémistes, où paradent souvent des candidats masqués à des attentats suicide, et invite celles-ci à ne plus en organiser.

    Les responsables du syndicat ont estimé que ce type de couverture alimentait les campagnes visant "à accoler l'image du terrorisme à celle de notre lutte nationale" et a affirmé lancer un dernier avertissement aux extrémistes qui tiennent ces rassemblements, menaçant, s'ils persistent, de dévoiler leurs noms et les mouvements auxquels ils appartiennent.


Août 2002
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31


FAIR USE NOTICE
This site contains some copyrighted materials the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond 'fair use', you must obtain permission from the copyright owner.