Accueil

Google

Août 2002
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Jeudi 15 Août 2002 - 7 Eloul 5762
  • Les Etats-Unis n'excluent pas une attaque nucléaire israélienne contre Saddam
    Par Ze'ev Schiff, Correspondant de Ha'aretz

    Si des attaques de l'Irak contre Israël avec des armes non-conventionnelles, causaient un grand nombre de victimes parmi la population civile, Israël pourrait répondre par une vengeance nucléaire qui supprimerait l'Irak comme pays. Cette évaluation grave, du service de renseignement américain, a été présentée la semaine dernière au Comité de Relations avec l'étranger du Sénat américain.

    Pendant la Guerre de Golfe 1991, le ministre de la Défense Nationale américain Richard Cheney, maintenant vice-président, avait dit à CNN qu'Israël pourrait répondre par des armes nucléaires à une attaque irakienne utilisant des armes chimiques. Cette évaluation a été renforcée depuis lors, parce que selon tous les signes, l'Irak a maintenant les armes biologiques qui pourraient causer un grand nombre de victimes.

    Selon une évaluation, les armes biologiques de catégorie militaire peuvent être presque aussi mortelles qu'une bombe nucléaire.

    Les évaluations de service de renseignement américaines incluent une analyse de réponses israéliennes possibles. La probabilité la plus basse est que Israël répondraient au commencement par une vengeance militaire conventionnelle si on lui avait légèrement nui et ajouterait l'avertissement qu'une réponse non-conventionnelle serait possible si les attaques irakiennes sur la population civile israélienne continuaient.

    La possibilité pour Israël d'employer des armes nucléaires contre l'Irak apparaît dans un document soumis par l'expert militaire le docteur Anthony Cordesman, l'homme du Centre pour des Études Stratégiques et Internationales, au Comité de Relations avec l'étranger de Sénat.
    Le document est vraisemblablement basé, en partie, sur les évaluations des administrations officielles.

    Dans le cas de plus mauvais scénarios, écrit par Cordesman, Israël pourrait faire face à une menace existentielle dans des zones urbaines importantes comme Tel-Aviv ou Haifa. Dans de telles conditions, il pourrait menacer d'une vengeance nucléaire contre les villes irakiennes et les forces militaires pour faire cesser l'attaque [irakienne].

    Si l'attaque irakienne devait continuer et qu'i y ait une attaque biologique mortelle sur une ville israélienne, Israël répondrait certainement par des attaques nucléaires contre les villes irakiennes qui ne seraient pas encore dans les mains des forces américaines, dit Cordesman. Une telle réaction israélienne pourrait détruire l'Irak comme état.

    Basé sur cette évaluation et la possibilité d'une vengeance israélienne en cas d'attaque irakienne, il est présumé que les Etats-Unis feront, dès les premières étapes, un effort spécial pour neutraliser toute utilisation possible de Scud et de fusées El Hussein que l'Irak a positionné dans les régions occidentales, comme il l'avait fait pendant la Guerre de Golfe, une aire de lancement commode pour les attaques contre Israël. Pendant des discussions à Washington, les représentants israéliens ont demandé aux Etats-Unis de prendre des mesures contre les missiles en Irak occidental.

    Les Américains savent que l'Irak ne dépend pas seulement de missiles à longue portée dans ses plans pour l'utilisation d'armes biologiques ou chimiques contre ses ennemis, y compris Israël. Comme autre partie de ses préparatifs, l'Irak a aussi travaillé au développement d'avions sans pilotes. À la différence du développement habituel de drones employés principalement par les services de renseignement pour espionner, les Irakiens travaillent sur des avions de taille normale chargées d'armes biologiques ou chimiques et ont eu l'intention de les diriger en vol par télécommande. Ils travaillent sur un avion d'entrainement d'Europe de l'Est et sur une version du MiG-21. Tous les deux avions ont été testés.

    Un ancien commandant de l'Israel Air Force (IAF) : en cas d'attaques de l'Irak, nous devrions répondre

    Avi Ben-Nun, qui a servi comme commandant de l'Israel Air Force pendant la Guerre de Golfe de 1991, a dit jeudi qu'en cas d'attaques de l'Irak, Israël doit répondre, mais doute que Saddam Hussein le fera ainsi.

    "S'il y a une sorte d'attaque (irakienne), tandis qu'ils sont empêtrés dans une quelconque guerre avec une coalition internationale ... nous devons répondre," il a dit à Galei Tsahal.

    "La question est de répondre pour empêcher que des missiles complémentaires vous tombent dessus - ce qui est un type de réponse - ou de frapper les cibles stratégiques irakiennes," a-t-il dit.

    Avi Ben-Nun a décrit la capacité des Irakiens avec des armes non-conventionnelles comme "très basse."

    En réponse au rapport de jeudi dans Ha'aretz, qui cite une évaluation du service de renseignement américain qu'Israël pourrait répondre à une attaque irakienne avec des armes nucléaires, Avi Ben-Nun a dit, "je ne pense pas que nous en soyons même très près et c'est valable pour arrêter d'effrayer les israéliens."

    "Le danger ne vient pas pas de l'Irak en ce qui concerne les armes non-conventionnelles ou biologiques, mais plutôt des armes terroristes de ce type," a-t-il ajouté. "De telles armes terroristes sont beaucoup plus dangereuses que des missiles portant une ogive chimique ou biologique."

    Condoleezza Rice : les Etats-Unis doivent prendre des mesures contre Saddam

    Les Etats-Unis n'ont aucun autre choix, que de prendre des mesures contre le Président irakien Saddam Hussein, a dit le conseiller de sécurité nationale de la Maison Blanche Condoleezza Rice jeudi. Mais elle a dit que le Président George W. Bush n'avait pas décidé "comment il veut le faire" ou comment "faire pour des méthodes particulières".

    "Nous n'avons certainement pas le luxe de ne rien faire," Condoleezza Rice un pion central dans l'administration de Bush, a dit à la B.B.C.. "Nous croyons que la nécessité pour un changement de régime est très puissante."

    La politique américaine officielle a été de chercher "un changement de régime" en Irak, mais récemment Bush et des représentants gouvernementaux américains ont cherché à minimiser les espérances d'une attaque imminente. Condoleezza Rice a dit que Saddam était parvenu deux fois tout près c'est ce que l'Occident pense, d'acquérir des armes nucléaires.

    "C'est un homme mauvais qui, laissé à ses propres forces, faire des ravages dans sa propre population, ses voisins et, s'il obtient les armes de destruction massive et les moyens de les livrer, sur nous tous alors..." a-t-elle dit.
  • Le grand mufti d’Egypte justifie les attaques terroristes suicidaires dans une interwiew à l'AFP

    Le Grand Mufti d’Egypte, Sheikh Mohammed Ahmed Al Tayeb, a défendu et justifié les attaques terroristes suicidaires lors d’un entretien avec l’Agence France Presse.
    Pour lui ce type d’action est “la seule arme des palestiniens face à l’armée israélienne”. Il a ajouté que “le Coran interdit de de tuer des civils, des femmes et des enfants en cas de guerre entre deux armées. Dans le cas du conflit israélo-palestinien cette règle ne s’applique pas et les palestiniens sont donc libres de perpétrer des attaques suicides même si cela coûte la vie à des civils. Si les palestiniens avaient une vraie armée alors cela serait interdit.”

  • Shimon Peres rencontre des ministres palestiniens

    Le ministre israélien des Affaires étrangères Shimon Peres a rencontré mercredi cinq ministres du cabinet palestinien, selon son porte-parole. Il s'agissait de la plus large réunion de ce type depuis que le chef de la diplomatie israélienne a repris contact avec les responsables de l'Autorité palestinienne en juin dernier.

    Un conseiller de Shimon Peres a déclaré qu'Israël avait accepté de transférer 14 millions de dollars (environ 14,8 millions d'euros) de recettes fiscales (TVA) à l'Autorité palestinienne. Il s'agit du deuxième de trois versements de ces recettes qui étaient bloquées depuis le début de la deuxième Intifada.

    Lors de la rencontre, le ministre israélien et les responsables palestiniens ont également discuté des moyens d'alléger les difficultés économiques qui pèsent sur la population palestinienne.

    Shimon Peres tente actuellement d'obtenir un accord sur un retrait israélien. Israël a offert de retirer ses troupes de Gaza mais les Palestiniens réclament un retrait de Ramallah en Cisjordanie où se trouve le quartier général de Yasser Arafat.

    Selon l'issue des discussions, le directeur de la CIA George Tenet devrait envoyer un émissaire dans la région pour tenter de terminer la restructuration des forces de sécurité palestiniennes.

    Des officiers de la CIA mènent actuellement des consultations avec les responsables palestiniens pour tenter de mettre au point un nouveau plan de sécurité pour la Cisjordanie qui serait lié à un retrait israélien.

    Des discussions ont eu lieu mardi dans la région dans le cadre d'un processus conduit par George Tenet pour mettre en accord les conclusions d'une équipe d'évaluation de l'agence de sécurité fédérale et le plan qui lui a été soumis samedi par le ministre palestinien de l'Intérieur Abdel Razak Yehiyeh

  • L’offensive contre l’Irak est prévue entre novembre et mars
    Yehouda Golan (Maariv)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Le chef des Renseignements militaires, le général Aaron Zeevi a estimé que l’offensive américaine contre l’Irak aurait lieu “ entre novembre 2002 et mars 2003 ”. Zeevi n’a toutefois pas exclu la possibilité d’une attaque anticipée et a affirmé que l’armée américaine poursuivait de manière intense ses préparatifs. “ Les Etats-Unis semblent déterminer à employer la force contre l’Irak en dépit de la vive opposition de la communauté internationale ”, a-t-il indiqué. “ Les Etats-Unis se préparent sérieusement à l’offensive. l’armée américaine déploie ses équipements militaires sur le terrain, notamment en Turquie, au Bahreïn et au Qatar ”

  • Israël va distribuer des pilules antiradioactivité à la population

    Les autorités israéliennes vont distribuer à la population « dans un proche avenir » des pilules d’iode destinées à réduire les effets de radiations radioactives, a annoncé hier le directeur général du ministère de la Défense Amos Yaron.

    « Nous allons distribuer dans un proche avenir ces pilules de type Logol afin de protéger la population dans des secteurs qui pourraient subir des radiations radioactives à la suite d’un accident dans une installation nucléaire », a affirmé M. Yaron à la radio publique.

    Selon lui, ces pilules « compléteront les dispositifs de protection offerts par les masques à gaz dont dispose la population », a ajouté ce responsable.

    Galei Tsahal a pour sa part affirmé que la distribution de ces pilules a été décidée à la suite de possibles menaces d’attaques de missiles ou d’avions irakiens contre des installations et centrales nucléaires en Israël, qui pourraient provoquer des radiations.

    Le ministre de la Santé Nissim Dahan a pour sa part évoqué la possibilité de radiations radioactives à la suite d’un « accident susceptible de se produire lors d’une visite en Israël de sous-marins nucléaires ou d’avions américains ».

    M. Yaron a également indiqué que le gouvernement allait prendre une décision sur la vaccination de la population contre la variole « dans les prochains jours ».

  • Les Palestiniens s’opposent de plus en plus aux attentats suicide

    Le Fatah a annoncé la suspension des attentats en Israël et continue de négocier avec le Hamas.
    Haïm Shibi, Rony Shaked (Yediyot Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    C’est ce qu’affirme le chef des Renseignements militaires, le général Zeevi-Farkasz. Selon lui, les Palestiniens commencent à intérioriser le prix très lourd qu’ils ont payé pour la lutte violente – et à accuser les kamikazes. Les voix se multiplient au sein du Fatah, pour demander une cessation des attentats sans condition.
    5 attentats suicide ont été annulés, car les candidats kamikazes ont eu peur que leur famille n’en fasse les frais.

    Pour la première fois, un responsable israélien reconnaît qu’au sein de l’Autorité palestinienne on constate un soutien important à la cessation des attentats en Israël. Le chef des Renseignements militaires, le général Aharon Zeevi-Farkasz, a déclaré hier devant la Commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset que des voix nombreuses se font entendre au Fatah, réclamant une cessation sans condition des attentats en Israël.

    Zeevi a souligné qu’il y a un débat aux échelons intermédiaires du Fatah, et que cela crée du “ bruit dans le système ”. D’après lui, la société palestinienne vit un processus qu’il a qualifié d’ “ intériorisation des pertes ” : les Palestiniens réexaminent le prix très lourd qu’ils ont payé pour la lutte violente – la présence de Tsahal dans les territoires, la crainte qu’il n’y a pas de limites à ce qu’Israël peut faire, et l’indifférence du monde arabe. Selon Zeevi, “ on entend des gens dire que les kamikazes ont nui à la cause palestinienne et amené la grande pénurie économique de l’Autonomie ”.

    Contrairement à l’évolution amorcée au Fatah, le Hamas continue de préconiser des actions terroristes sans aucune restriction. Dans cette perspective et en dépit du manque de moyens de combat, les organisations terroristes aspirent à perpétrer en Israël un “ méga-attentat ” qui ébranlera le pays : soit plusieurs kamikazes à la fois ; soit plusieurs voitures piégées ; soit une très grosse quantité d’explosifs qui causera des dizaines de victimes.

    Au cours de la discussion, le chef des Renseignements militaires a fait valoir que les actions punitives d’Israël contre les familles des kamikazes – destruction de maisons, expulsion de proches parents qui étaient au courant – commencent à émousser la motivation des candidats au suicide. C’est ainsi que récemment, 5 attentats suicide ont été annulés, parce que ceux qui devaient les commettre ont craint les répercussions pour leurs familles.

    D’autre part, les contacts intensifs se poursuivent dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie entre les organisations palestiniennes, pour élaborer une formule commune qui impliquerait la cessation des attentats en Israël. Le Fatah a annoncé avant-hier leur cessation, et 11 autres organisations ont donné leur consentement à la création d’un “ commandement unifié ”.

    L’Arabie Saoudite a menacé hier le Hamas, en lui faisant savoir que s’il ne se joint pas à l’accord de cessation des attentats, elle suspendra le versement de ses subsides. Pour le moment, ces pressions n’ont pas eu d’effet, le Hamas et le Jihad islamique ont répété qu’ils vont poursuivre les actions de kamikazes en territoire israélien.


Août 2002
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31