Accueil

Google

Août 2002
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mardi 13 Août 2002 - 5 Eloul 5762
  • Les actifs personnels de Yasser Arafat s'éléve à 1,3 milliards de $

    Gideon Alon et Amira Hass, Correspondants de Ha'aretz

    Le président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat a des actifs personnels évalués à une valeur de 1,3 milliards de $, a dit mardi le Chef du Service de renseignement de Tsahal le Général Principal Aharon Ze'evi (Farakash).

    En parlant mardi devant le Comité des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset , Ze'evi a dit qu'Arafat est isolé et la critique du chef palestinien grandit depuis longtemps - et dans la société palestinienne et dans le propre mouvement du Fatah d'Arafat. Il a dit que l'insatisfaction d'Arafat s'exprime dans les manifestations de masse dans la Bande de Gaza, à Djénine et Tubas; avec un phénomène tel que briser les photographies d'Arafat. Les conseillers même proches du chef palestinien se distancient et certains même menacent de ne pas le soutenir s'ils ne font pas partie du processus décisionnel. Tandis qu'Arafat fait tous ses efforts pour maintenir son contrôle, il est toujours l'homme qui "tire les ficelles" dans l'Autorité Palestinienne, a ajouté Ze'evi .

    Ze'evi a dit que l'Autorité Palestinienne est capable de se battre contre le terrorisme, mais Yasser Arafat n'est pas intéressé par cela et il croit toujours en son pouvoir pour provoquer un conflit avec Israël. Ze'evi a pointé que les organisations terroriste palestiniennes font tous leurs efforts pour effectuer des attentats, y compris à grande échelle comme plusieurs attentats-suicide simultanés, l'explosion de plusieurs voitures piégées à une heure spécifique, ou une bombe avec une grande quantitéd'explosifs.

  • Saddam Hussein finance les Arabes de Jérusalem
    Par Khaled Aby Toameh - Jerusalem Post

    Ali Hijazi, père de cinq enants dans le quartier de Jérusalem de Beit Hanina, est revenu chez lui ce week-end d'une brève visite à Bagdad.
    Peu après, il s'est présenté au département fiscal de la Municipalité de Jérusalem et a demandé de payer sa créance, évaluée à plus de 10.000 NIS. De là, il s'est dirigé à la Société d'Électricité arabe à l'est de Jérusalem et a réglé autre 5.000 NIS a valoir sur des factures impayées.

    Hijazi, 53 ans, a travaillé pendant presque 30 ans comme enseignant dans une école arabe privée de la ville. Il dit qu'il a arrêté de payer la plupart de ses factures après que l'administration scolaire ait arrêté de le payer ses salaires et ceux de ses collègues. Les enseignants se sont d'abord plaints au Ministère de l'Education nationale de l'Autorité Palestinienne et quand ils n'ont pas reçu de réponse, ils ont écrit une lettre personnelle au Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat. Ils ont attendu pendant deux autres mois et il n'y a eu toujours aucune nouvelle.

    Un jour, Hijazi lisait chez lui les nouvelles. Un des articles traitait des allégations israéliennes comme quoi le Président Saddam irakien Hussein payait des milliers de dollars aux victimes palestiniennes de l'intifada, aussi bien qu'aux familles des terroristes-suicide.

    "Je me suis réuni avec certains de mes collègues et nous avons décidé d'écrire une lettre à Saddam demandant de l'aide," a dit Hijazi. "Un mois plus tard nous avons été invités à Bagdad, où un haut fonctionnaire a remis à chacun d'entre nous un chèque de 7.000 $."

    Depuis le commencement de l'intifada, Saddam a été extrêmement généreux avec les Palestiniens. Jusque récemment, l'argent allait seulement à ceux qui vivent dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza. Depuis Hijazi qui vit dans les frontières municipales de Jérusalem et qui est il porteur d'une carte d'dentité israélienne lui accordant le statut de résident permanent de l'état. Comme tel, il a droit à presque à tous les bénéfices sociaux et économiques dont bénéficient les Israéliens, à part le vote à la Knesset.

    Selon des sources palestiniennes, au moins 500 familles arabes vivant dans la ville ont reçu de l'aide financière de Saddam. Les sommes s'étendent de 500 $ à 25,000 $ par famille. La politique déclarée du leader irakien est de soutenir "le fait d'être ferme" de tous les Palestiniens, même ceux qui portent des carte d'dentité israéliennes ou des passeports.

    On demande à certaines des familles de voyagerà Amman pour recevoir l'argent. On dit à d'autres qu'ils doivent arriver jusqu'à Bagdad pour poursuivre leur demande.
    Les sources ont dit qu'en dans les quelques mois passés de plus en plus de familles de quartiers arabes à Jérusalem écrivent à Saddam en demandant de l'aide financière.

    "Arafat n'a pas assez d'argent, donc les gens se tournent vers Saddam," a dit une femme activiste de l'Est de Jérusalem qui prétend que son organisationn'a reçu "seulement" que 3,500 $ comme cadeau personnel.

    "Saddam a reçu tant de demandes dl'aide dans le paiement d'impôts municipaux qu'il sait maintenant à quoi une facture d'arnona ressemble," a expliqué un avocat de Jérusalem oriental qui a suivi de près la mode. "Le Maire de Jérusalem Ehud Olmert doit être heureux que quelqu'un aide les Arabes à payer leurs impôts."

    Parmi ceux qui profitent de l'aide financière il y a quelques ouvriers de l'Autorité Palestinienne et de la Maison d'Orient. Au moins 1.500 Palestiniens de l'Est de Jérusalem sont sur la feuille d'émargement de l'AP, mais la plupart d'entre eux se plaignent qu'ils n'aient pas vu de shekel d'Arafat depuis les quatre ou cinq derniers mois. On croit qu'un grand nombre d'institutions publiques et privées dans la ville ont reçu de l'argent de Saddam ou attendent que leurs demandes soient approuvé.
    Un fonctionnaire de l'AP a exprimé son intérêt pour ce qu'il a décrit comme "le pèlerinage de Jerusalemites à Bagdad."

    "Nous préférons que l'argent soit payé par les institutions appropriées, parce que beaucoup qui ne méritent pas d'aide obtiennent beaucoup d'argent," a-t-il dit, ajoutant qu'il s'attend à ce que Saddam augmente son appui financier à des familles arabes et à des groupes avec l'espoir d'obtenir un point d'appui à Jérusalem.
    La semaine dernière, quelques parents à l'Est de Jérusalem ont été étonné quand leurs enfants sont revenus de l'école d'été avec des portraits de Saddam et des drapeaux irakiens. Une enquête rapide a révélé que Saddam avait payé 5.000 $ aux organisateurs du camp.

    Jalal Abu Rmaileh, 45 ans, chauffeur de taxi de la Vieille Ville, a dit au Jerusalem post que Saddam avait couvert le coût de la chirurgie dentaire qu'il a subi à Bagdad le mois dernier.

    La police de Jérusalem, le mois dernier, a révélé un document, qu'ils ont dit avoir été saisi dans le bureau de Sari Nusseibeh, le représentant d'OLP à Jérusalem et président de l'Université Al-Kuds, montrant qu'il aussi avait demandé à Saddam de l'argent.
  • Un fonctionnaire du Fatah dit que son groupe cessera ses attaques en Israël, mais le Hamas y est refractaire
    Par Amira Hass - Ha'aretz

    Hussein Al Sheikh, un fonctionnaire senior du Fatah a dit que le mouvement a décidé d'interrompre toutes les attaques à l'intérieur d' Israël et qu'il attend que l'aile militaire du mouvement, la Brigade des Martyrs d'Al Aqsa, suive, malgré un tract disant le contraire, a annoncé Kol Israël.

    Les commentaires de Hussein Al Sheikh sont venus au moment où la direction du Hamas dans la Bande de Gaza continuait de discuter du projet de document qui a été rédigé par les représentants de toutes les organisations politiques palestiniennes, y compris les membres du Hamas, qui fait allusion au rejet d'attentats terroristes en Israël.

    Les représentants des factions de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) qui ont participé à l'élaboration du document, espéraient toujours lundi que la direction du Hamas déciderait finalement d'ajouter sa signature à ce qui a été décrit comme un mémorandum national déterminant les objectifs nationaux et les actions contre l'occupation israélienne qui serait acceptable pour tous les groupes politiques des territoires.

    Cependant, selon des déclarations d'activistes du Hamas, il apparaît que la direction de l'organisation ne signera pas un document, qui définit l'objectif national comme l'établissement d'un état dans tous les secteurs occupés en 1967 et laisse le droit de déterminer les moyens de combattre l'occupation dans les mains d'une direction nationale collective qui doit toujours être établi.

    Des sources du Hamas ont dit qu'ils avaient beaucoup de réserves sur le document, malgré le fait qu'un membre senior de l'organisation, Ismail Abu-Shanab, ait participé à sa formulation. Des sources ont dit que le Hamas n'était pas d'accord avec les lignes de 1967 comme étant les frontières d'un état palestinien, avec la négation d'activités militaires à l' intérieur d'Israël et avec l'allusion, que les négociations politiques avec Israël continueraient.

    Selon Ismail Haniya, un confident proche du leader spirituel du Hamas, le Scheik Ahmed Yassin, "Il y a beaucoup de point commun entre le Hamas et les autres organisations et l'intifada a renforcé cela; mais nous étudions [le document] afin de renforcer les points communs."

    Haniya a explicitement dit, cependant, que
    le Hamas soutenait "l'établissement d'un état palestinien sur toutes les parties de la terre de la Palestine, sans renoncer au reste et sans reconnaître l'état de l'entité de Sioniste."

    Des représentants des organisations politiques diverses ont été désignés aujourd'hui pour déclarer leur acceptation du document, mais il apparaît maintenant, à la lumière de la position du Hamas, que les groupes voudront continuer leurs pourparlers plutôt que déclarer un échec.

    Des sources dans la Bande de Gaza ont dit que la direction du Hamas à l'extérieur de la Bande, ensemble avec un certain nombre des leaders plus durs de l'organisation dans la Bande de Gaza, insistait sur un rejet du document

    Un fonctionnaire du Jihad Islamique senior a aussi dit mardi que l'organisation n'interromprait pas les attaques à l'intérieur d'Israël . "Nous continuerons à nous opposer à l'occupation, même si un accord est atteint sur le document actuellement discuté avec l'AP," a-t-il dit.

  • Affrontements dans un camp de réfugiés au Liban, deux morts

    Deux personnes ont été tuées et six autres ont été blessées dans une attaque menée par des hommes armés contre une faction palestinienne, les attaquants ont tiré à l'arme automatique et jetté des grenades sur des positions du Fatah le mouvement du président palestinien Yasser Arafat, qui contrôle un camp situé près du port du sud de Saïda, à environ 45 km (28 milles) au sud du Beyrouth .

    Les responsables du Fatah ont affirmé que les coups de feu provenaient d'un secteur du camp habité par des groupes islamistes libanais. Ces derniers sont en conflit avec les Palestiniens en raison du rôle qu'ils ont joué dans la remise d'un militant présumé à l'armée libanaise, le mois dernier.

    Le Fatah, ainsi que d'autres groupes palestiniens qui ont facilité l'arrestation de Badie Hamadeh, un Libanais accusé d'avoir tué trois responsables de la sécurité au cours d'une tentative d'interpellation, ont été la cible ces dernières semaines d'attentats à la bombe et de fusillades dans le camp.

    Les groupes islamistes d'Aïn el Hiloueh ont juré de s'en prendre à tous les groupes qui remettraient des militants présumés aux autorités libanaises.

  • Neuvième victime dans l’attentat de l’université hébraïque
    Jerusalem Post

    Revital Birashi, 30 ans, a succombé à ses blessures ce matin à l’hôpital Hadassah Ein Kerem. Birashi est la neuvième victime de l’attentat perpetré il y a deux semaines à la cafétéria Franck Sinatra de l’université hébraïque de Jérusalem.

  • La violence continue
    Jerusalem Post

    Les palestiniens ont ouvert le feu sur une position de Tsahal dans le Goush Katif. Les soldats ont répliqué à l’attaque.

    Tsahal a arrêté hier soir deux terroristes recherchés, un près de Hébron, un près de Naplouse. Les hommes sont entre les mains du Shin Bet pour interrogatoire.

    Un bombe a explosé ce matin près d’un poste de Tsahal dans les environs de Toul Karem. Aucun soldat n’a été blessé.

    Les palestiniens ont ouvert le feu sur les soldats au sud de Djénine.
    On ne rapporte ni blessé ni dégâts.

    Les forces de sécurité ont découvert un dépôt d’armes près de Djénine contenant une grande quantité d’obus de mortier, des balles et des grenades.

    Ce matin, Tsahal a procédé à l’arrestation de 12 terroristes recherchés dans la région de Naplouse et Hébron.

    Près de Raffiah, les palestiniens ont ouvert le feu sur un poste d’observation de Tsahal. On ne rapporte aucune victime.

    Un palestinien a été blessé par les forces de sécurité après qu’il ait attaqué un policier vers 11h15 à Jérusalem Est, rue du Sultan Souleiman.
    La police a poursuivi l’homme. Ce dernier a été blessé par un soldat qui se trouvait dans un autobus près de la scène. Le terroriste à été soigné par le Magen David Adom.

    Par ailleurs, Tsahal a levé le couvre-feu à Djénine, Ramallah et Hébron pour toute la journée.

  • Israël va expulser 3 palestiniens vers Gaza
    Jerusalem Post

    La Cour d’appel militaire de Bet El a rejeté hier, l’appel de 3 palestiniens demandant l’annulation de leur décret d’expulsion de la Judée Samarie vers Gaza.
    Les associations pour la défense des droits de l’homme ont déclaré qu’ils allaient faire appel auprès de la Haute Cour de Justice. Les 2 hommes, Kifah Muhammad Ajouri et Abdel Nasser Assida et la femme, Intissar Ajouri, ont jusqu’à aujourd’hui 14h pour transmettre leur plainte.
    Ces 3 personnes sont accusés d’avoir supporté les actions des membres de leur famille qui ont perpetrés des actes terroristes suicidaires en Israël.


Août 2002
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31