Accueil

Google

Août 2002
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Vendredi 9 Août 2002 - 1 Eloul 5762 - mise à jour 20:06 (heure de Paris, GMT +2)
  • Un système antimissile à Hadera tandis que la "Guerre du Golfe II" menace
    Jerusalem Post

    Les militaires israéliens semblent intensifier les préparatifs pour défendre le pays contre une possible attaque de missile de l'Irak si les Etats-Unis lancait une opération militaire contre le leader irakien Saddam Hussein.

    Tsahal a confirmé vendredi qu'il projetait de déployer une second système antimissile "Arrow" dans le centre du pays, à l'est de la ville de Hadera. L'armée a dit que le déploiement faisait partie de la période de mise à l'épreuve pendant plusieurs années du système et dans sa déclaration n'a fait aucune référence aux rapports tendus croissants entre les Etats-Unis et l'Irak.

    Une photo sur la couverture de Yediot Ahronot de vendredi montre le radar du système.

    La spéculation est effrénée sur une attaque Américaine sur l'Irak, mais la Maison Blanche a dit jeudi que Bush n'avait pris aucune décision.

    Pendant la Guerre de Golfe en 1991, l'Irak a tiré 39 missiles Scud sur Israël. La plupart d'entre eux ont frappé le secteur de Tel-Aviv, mais étaient seulement porteurs d'ogives conventionnelles. Sous l'intense pression Américaine, Israël n'avait pas exercé de représailles. Les Etats-Unis étaient préoccupés par un contrecoup israélien qui casserait sa coalition, incluant les états arabes.

  • Les ministres de l'Autorité Palestinienne vont rencontrer le Directeur de la C.I.A. George Tenet en fin de semaine
    Nathan Guttman, Amos Harel, Amira Hass et Aluf Benn, Correspondants de Ha'aretz.

    La délégation palestinienne à Washington prolongera sa visite pour tenir compte d'une réunion prévue entre le Directeur de la C.I.A. George Tenet et le Ministre de l'Intérieur de l'Autorité Palestinienne Abdel Razek Yehiyeh. L'équipe palestinienne est aux Etats-Unis comme une partie de la tentative américaine d'évaluer les perspectives pour une transformation de l'Autorité Palestinienne.

    Un représentant de l'administration a dit que la réunion entre le ministre, qui a la responsabilité des services de sécurité palestiniens et Tenet aura lieu samedi.

    "J'ai bon espoir," a dit Yehiyeh dans un bref interview. Il a refusé de dire si le nouveau plan américain pour essayer de protéger Israël des terroristes était presque complet.

    L'ancien officier de l'armée syrienne n'a fourni aucun nouveau détail sur la réunion avec Tenet. Un porte-parole de la C.I.A., Mark Mansfield, a décliné tout commentaire.

    En parlant au "Brookings Institute", Yehiyeh a dit qu'Israël devait arrêter de répondre à chaque attaque du terrorisme, pour aider à obtenir les réformes de l'AP. "Si quelque chose arrive, nous leur demandons de ne pas réagir. En même temps nous essayons de convaincre le Hamas et le Jihad Islamique de ne pas répondre aux actions israéliennes. Mais je ne peux pas faire de promesses. Il pourrait y avoir encore un attentat."

    Yehiyeh est maintenant considéré comme le patron de la sécurité générale pour tout l'appareil de sécurité de l'AP. Il a souligné qu'un retrait israélien était une condition préalable pour que des réformes de sécurité avancent. "Je suis certain que nous réussirons," a-t-il dit. "Si les Israéliens se retirent, cela arrivera vite et si non, cela prendra plus longtemps."

  • Une équipe de la C.I.A. a visité la région, et a formulé un plan de réforme pour l'AP


    Une équipe de C.I.A., qui a visité secrètement la région, a formulé un plan détaillé pour des réformes de sécurité à l'Autorité Palestinienne. L'équipe a passé plusieurs semaines avec l'AP et Israël, rencontrant des fonctionnaires de sécurité supérieurs du côté palestinien et apparemment aussi des fonctionnaires israéliens . Ils n'ontt pas rencontrés le Président de l'AP Yasser Arafat, selon les instructions de l'administration américaine de le contourner.

    L'équipe a remis son rapport la semaine dernière à l'administration à Washington et a recommandé de profonds changement dans les structures, les tâches, les opérations et les programmes de recrutement pour les services de sécurité de l'AP. L'administration étudie maintenant les recommandations, en consultation avec la Jordanie, l'Arabie Saoudite et l'Egypte, qui ont consenti à aider à mettre en oeuvre les réformes.

  • Powell rencontre l'équipe de l'AP, dit se concentrer sur les mesures de sécurité

    Le secrétaire d'Etat américain Colin Powell a dit jeudi après une réunion avec la délégation de l'AP que l'administration Bush concentrera sa politique de paix au Moyen-Orient en encourageants les Israéliens et les Palestiniens à prendre des mesures substantielles vers la sécurité.

    "J'ai réaffirmé aux ministres que le président est resolu à faire tout son possible pour avancer, en reconnaissant les difficultés qui existent et en condamnant la violence qui afflige la région et contrecarre de temps en temps notre capacité à progresser," a dit Powell après les pourparlers au Département d'Etat.

    "Mais nous ne serons pas dissuadés, nous continuerons à avancer," a ajouté Powell.

    Saeb Erekat, le négociateur principal d'Arafat, a d'une manière significative dit aux journalistes après la réunion avec Powell qu'Arafat était le leader élu des Palestiniens et que la délégation le représentait.

    "Le Président Arafat est concerné, nous nous sommes assurés que cette délégation est entièrement soumise au mandat du Président Arafat et de la direction palestinienne. Nous ne sommes pas une délégation de travailleurs indépendants," a dit Erekat.

    "Nous avons obtenu notre légitimité de notre Président Arafat et de l'Autorité Palestinienne et nous voulons que les gens respectent le choix démocratique des Palestiniens," a-t-il dit. "Le président Arafat est le leader élu des Palestiniens."

    Jeudi, les ministres palestiniens avaient rencontrés le conseiller de sécurité nationale américain Condoleezza Rice à la Maison Blanche, mais les autres "bons" pourparlers ont évité une discussion sur les demandes américaines de frapper d'ostracisme le leader palestinien Yasser Arafat, a dit un porte-parole de la Maison Blanche.

    "Il [Arafat] n'était pas un sujet de discussion," a dit le porte-parole de Conseil de Sécurité nationale que Sean McCormacka ux journalistes après que Condoleezza Rice ait rencontré les ministres.

    "C'était une bonne discussion. Nous avons réitéré notre obligation à l'avancement de l'ordre du jour," a dit McCormack. "Nous avons parlé en général du processus de réforme."

  • Les Arabes israéliens et le terrorisme
    Au service du terrorisme
    Assaf Haïm, Yoav Limor, Avi Ashkenazi, Amir Gilat (Maariv) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Des Arabes israéliens de plus en plus nombreux se mettent au service du terrorisme palestinien.

    Hier : dépôt d’un acte d’accusation contre Khaled Aashour, de Jaffa ; il avait transporté dans son taxi les 2 terroristes qui perpétrèrent un attentat à Tel-Aviv pour le 9 Av – qui fit 5 morts.

    Le Shabak : “ Très forte augmentation du nombre des Arabes israéliens mêlés à des actes de terrorisme. Il ne se passe pratiquement aucun attentat en territoire israélien où des Arabes locaux n’ont fourni aucune aide ”.

    A la Défense, on s’inquiète beaucoup de la multiplication des cas où des Arabes israéliens coopèrent avec les entreprises terroristes des organisations palestiniennes et du Hezbollah.
    Le Shabak a fait récemment des révélations sur plusieurs cas de ce genre. Selon ses responsables, « nous ne connaissons pratiquement aucun attentat récent en territoire israélien où des Arabes locaux n’ont fourni aucune aide, volontairement ou à leur insu ». Selon les données existantes, il s’est produit en 2001 une augmentation considérable des cas de ce genre, et cette tendance se maintient en 2002.

    La Police fait valoir que les organisations terroristes palestiniennes s’efforcent de recruter des Arabes israéliens sur la base de liens familiaux, de relations commerciales et même de relations sentimentales. Le commandant du district Nord de la police a précisé : « Il ne s’agit pas d’une épidémie dans laquelle les Arabes israéliens se joindraient au terrorisme ; mais il s’agit tout à fait de cas graves et plus nombreux de gens qui se laissent séduire et viennent en aide aux terroristes, que ce soit pour des motifs idéologiques ou des raisons matérielles.

    Quelques cas enregistrés :
    • Khaled Aashour, 41 ans, de Jaffa, transporte dans son taxi 2 terroristes qui se font sauter le soir du 9 Av (juillet dernier) dans le quartier de l’ancienne gare routière de Tel-Aviv – 5 morts, 38 blessés ;
    • Septembre 2001 : Mohammed Shaker Houbeishi, 48 ans, du village d’Abou Senan en Galilée, se fait sauter à la gare de Nahariyah – 3 tués, 92 blessés. Son fils, son frère et 8 habitants du village sont soupçonnés de complicité, plusieurs d’entre eux sont jugés et déclarés couapbles ;
    • Mai 2001 : Ahmed Jaaber, habitant de Hadera marié à une Juive, transporte un terroriste qui se fait sauter ultérieurement dans un centre commercial à Netanya – 5 morts, 135 blessés. Il a été condamné à 10 ans de prison ;
    • Le Dolphinarium, à Tel-Aviv, 1er juin 2001 : 1 Arabe israélien qui avait habité notamment à Jaffa et à Ramleh transporte le kamikaze qui se fait sauter – 21 tués, 106 blessés. Selon lui, il ne savait pas qu’il s’agissait d’un terroriste.
    • Carrefour Golani, juillet 2001 : 1 adolescent de 17 ans de Dir Hanna, en Galilée, aidé de 3 de ses camarades, dépose une charge explosive à ce carrefour, fréquenté par de nombreux soldats ; la charge explose, mais heureusement sans faire de victimes ;
    • Etc.
  • Le Fatah appelle Yasser Arafat à nommer Abou Mazen Premier ministre

    Le Fatah a lancé hier pour la première fois un appel à Yasser Arafat, pour qu’il nomme Abou Mazen Premier ministre palestinien. Cet appel a été publié par le Comité central du Fatah, qui s'était réuni à Ramallah conjointement au “ Conseil révolutionnaire ” de l’organisation.

    Un des dirigeants du Fatah a expliqué que cette mesure s’impose dans le cadre des réformes de l’Autorité palestinienne. Dans l’entourage d’Arafat, on a réagi avec mépris, en soulignant que seul le “ raïs ” décidera s’il faut nommer un Premier ministre, et qui le sera.

  • Sharon qualifie la direction palestinienne de « bande de terroristes »

    Amir Rappoport (Yedioth Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a de nouveau appelé au remplacement de l’actuelle direction palestinienne qu’il a qualifiée de « bande de terroristes » lors de la cérémonie de clôture de la Haute Ecole de Défense nationale. « Il y a un obstacle qui nous empêche de parvenir à nos objectifs (le processus de paix, NdT), c’est la bande de terroristes qui dirige l’Autorité palestinienne » a affirmé le chef du gouvernement israélien. « Le peuple palestinien doit impérativement agir pour expulser cette bande du pouvoir et vivre enfin librement. Même au sein des Palestiniens, il y a de plus en plus de voix qui s’élèvent contre le régime terroriste. Nous ne devons pas nous ingérer dans les processus internes de la société palestinienne, mais nous avons l’obligation d’être à l’écoute de toutes les voix et d’encourager toute amorce d’espoir » a-t-il poursuivi.

    Le Premier ministre israélien a rappelé qu’il n’existait pas de « solution miracle au terrorisme », avant d’ajouter que même « la clôture de séparation ne constituait pas une solution miracle capable d’enrayer la totalité des attentats ».

    Par ailleurs, Ariel Sharon a révélé qu’il était en contact avec un certain nombre de rabbins ultra-orthodoxes pour tenter de mettre en place une réforme dans l’exemption du service national. « J’espère pouvoir créer un changement juste et authentique » a-t-il indiqué.
  • Les Palestiniens redoutent que « Gaza d’abord » ne se transforme en « Gaza, c’est tout »

    Israël fait dépendre chaque nouveau retrait de la capacité des Palestiniens à remplir les conditions imposées dans l’étape précédente alors que les Palestiniens exigent un calendrier précis de retraits.
    .
    Selon la presse israélienne, les Palestiniens auraient souhaité que le retrait débute à Ramallah de peur que le projet « Gaza d’abord » ne se transforme en un « Gaza, c’est tout ». « Israël se donne le droit de décider de ce que les Palestiniens doivent faire et du calendrier de retrait tandis que tout ce que les Palestiniens peuvent attendre, c’est un retour à la situation d’avant l’intifada », affirme l’analyste palestinien Ziad Abou Amr.

    Selon Mark Sofer, conseiller du ministre des Affaires étrangères israélien Shimon Peres, « les discussions se poursuivront la semaine prochaine ».

    Israël « a la volonté de se retirer » des territoires palestiniens réoccupés mais entend « d’abord régler la question de Gaza », a assuré M. Sofer, ajoutant qu’« une fois résolue la question de Gaza (...) nous pourrons voir ailleurs ».

    Semblant donner raison aux craintes des Palestiniens, un officier israélien de haut rang a affirmé : « Nous avons mis au point un plan pour restaurer l’administration militaire (israélienne) en cas de détérioration de la situation sur le terrain ».

    Cependant, Mark Heller estime qu’un retour à la situation d’avant les accords d’Oslo de 1993, quand la Rive occidentale et la bande de Gaza étaient sous administration militaire israélienne, serait trop néfaste pour Israël sur le plan politique.

    Selon lui, le Premier ministre « Ariel Sharon opterait plutôt (en cas de détérioration) pour une réoccupation “de facto et non de jure” » de la Rive occidentale

  • L’aviation israélienne rénove ses plans d’attaque contre l’Irak
    Amir Rappoport et Shimon Shiffer (Yedioth Aharonot) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    L’armée israélienne a intensifié ces derniers jours ses préparatifs en vue de l’offensive américaine contre l’Irak. L’aviation israélienne a positionné une deuxième batterie de missiles Hetz dans la région de Ein Shemer, pour protéger le ciel israélien de missiles sol-sol irakiens.
    En outre, l’armée de l’air israélienne revoit tous ses plans d’attaque contre des objectifs irakiens.
    Par ailleurs, le Premier ministre israélien a fait savoir à l’Administration américaine qu’Israël riposterait s’il était attaqué par l’Irak.


Août 2002
D L M M J V S
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31