Accueil

Google

Juillet 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Jeudi 25 Juillet 2002 - 16 Av 5762
  • Les Etats-Unis vont s'opposer aux décisions du conseil de sécurité sur le bombardement de Gaza
    Par Aluf Benn et Amos Harel, Correspondants d'Ha'aretz

    Les Etats-Unis ont dit qu'il participerait au débat du conseil de sécurité de l'ONU sur l'attaque aérienne israélienne de la Bande de Gaza jeudi, mais seulement à contre-coeur et ils ont indiqué qu'il s'opposerait à une résolution de l'ONU.

    Le Conseil de sécurité avait prévu un débat mercredi soir [au début de jeudi matin en Israël] après que des pays arabes aient demandé une session spéciale. Un fonctionnaire américain senior, qui a demandé à ne pas être nommé, a dit que Washington voit l'action des Nations unies comme une diversion de l'ordre du jour américain basé sur la réforme des institutions palestiniennes et une nouvelle force de sécurité, menant à des mesures israéliennes réciproques.

    "Nous nous sommes opposé aux résolutions sur des choses comme cela. Nous sommes partis un débat et la discussion doit avoir lieu. Nous sommes préparés pour dire notre morceau," a-t-il ajouté. "Nous essayions toujours de renvoyer la discussion tranquillement. "Si nous le voulons nous pouvons toujours essayer de l'arrêter tranquillement," a dit le fonctionnaire.

    Le porte-parole de département d'Etat Richard Boucher a dit : "la proposition est pour un débat ... sur l'incident dans la Bande de Gaza. Je suis sûr que nous sommes préparés à des discours mais nous pensons aussi que chacun doit garder à l'esprit le but plus large de la paix." "Nous restons concentrés sur l'avance des plans d'action pour la réforme - la réforme civile, la sécurité du côté palestinien, en rétablissant le dialogue politique," a-t-il dit au briefing quotidien.

    Boucher a dit que les Etats-Unis avaient des soucissur la tactique israélienne, comme "des meurtres ciblés" ou des assassinats et des actions militaires qui nuisent aux civils. "Nous pressons Israël de considérer les conséquences de ses actions. La question principale que nous avons essayée de dire ici, c'est de savoir si une action qui nuit aux civils est juste, elle est sage, si elle apporte quelquechose de proche à la paix," a-t-il dit.

    Le Groupe Arabe de l'ONU a soumis une demande écrite de réunion "pour considérer l'agression militaire israélienne continue contre les Palestiniens" et "l'extrêmement grave détérioration de la situation humanitaire" dans les secteurs palestiniens.

    "Le Groupe arabe demande au Conseil de sécurité de considérer l'adoption des mesures immédiates nécessaires assurer une fin à la situation tragique actuelle," dit la lettre, sans élaboration. La lettre a été signée par l'Ambassadeur Fawzi bin Abdul Majeed Shobokshi, le président actuel du Groupe arabe.
  • Deux tiers d'Israéliens approuvent l'élimination de Shehadeh
    Jerusalem Post

    Dans un sondage publié par Kol Israël ce matin, deux tiers, d'entre ceux qui ont été interrogés, ont dit qu'ils étaient en faveur de l'élimination du chef de l'aile militaire du Hamas, Salah Shehadeh par une attaque aérienne des forces aériennes d'Israël.

    La majorité appuie l'action malgré le fait que l'élimination provoquera probablement des attentats terroristes de représailles par le Hamas.

    Un tiers a été opposé à l'action, disant qu'elle nuira à la réputation d'Israël dans le monde.

    Shehadeh a été tué avec 15 autres quand les FAI ont bombardé sa maison au début de la semaine dans la Bande de Gaza.

  • Un mort, un blessé dans une attaque à l'arme à feu près d'Alei Zahav
    Jerusalem Post

    Une personne a été tuée et une seconde a été blessée dans un attaque à l'arme à feu près de la communauté d'Alei Zahav au début de jeudi matin, a annoncé Galei Tsahal

    Les palestiniens armés ont ouvert le feu sur un véhicule civil israélien près du village de Burkin sur l'Alei Zahav - Keduel au nord de la Samarie. Les forces de sécurité ont découvert des cartouches vides et des traces menant au village au site de l'embuscade. Tsahal effectue des recherches dans le secteur.

    Le blessé a été admis à l'Hôpital Beilinson pour traitement.

    Une fusée Kassam 2 a été tirée la nuit dernière sur une implantation du nord de la Bande de Gaza , pas de blessés mais la fusée a causé quelques dégâts.

  • L'ambassadeur d'Israël à l'ONU parle de l'attaque aérienne de la Bande de Gaza
    Par M Dana.Goldberg - Jerusalem Post

    L'ambassadeur d'Israël aux Nations unies, Aaron Jacob, a parlé au conseil de Sécurité de l'ONU mercredi soir à New York.

    Jacob a dit qu'Israël sait il n'y a "aucune solution militaire au conflit" avec les Palestiniens. "Israël croit toujours que la paix peut être réalisée," a-t-il ajouté.

    La Syrie et d'autres pays ont dénoncé l'attaque aérienne d'Israël sur un immeuble qui a tué Hamas Salach Shehadah avec 14 autres Palestiniens.

    La plupart des pays estiment qu'ils doivent aider Israël et les Palestiniens dans leurs pourparlers

    En attendant, les Etats-Unis n'ont pas parlé au Conseil de sécurité.

  • Israël tend la main sous le feu des critiques

    GAZA, bande de Gaza (AP) - Sévèrement critiqué tant à l'intérieur qu'à l'étranger pour les civils morts lundi soir lors de l'assassinat du chef militaire du Hamas à Gaza, le gouvernement israélien a donné mercredi des gages de bonne volonté et examiné une reprise des pourparlers avec les Palestiniens récemment relancés au niveau ministériel.

    Le Conseil de sécurité des Nations unies devait se réunir à partir de 23H GMT (01h du matin à Paris) pour étudier une proposition de résolution soumise par l'Arabie saoudite et les Palestiniens. Il s'agit d'une condamnation de "l'agression continue par l'armée israélienne du peuple palestinien et de l'Autorité palestinienne", qui ne mentionne pas les attaques anti-israéliennes.

    Un responsable américain qui a requis l'anonymat a affirmé que les Etats-Unis s'opposeraient probablement à cette résolution. Quant à l'ambassadeur adjoint israélien Aaron Jacob, il a évoqué un projet "partial", qui "ignore la responsabilité palestinienne dans la situation actuelle et place toute la responsabilité du côté israélien".

    Le chef de la diplomatie israélienne Shimon Pérès, qui s'est entretenu avec plusieurs ministres palestiniens ces dernières semaines, a assuré que l'armée avait toujours l'intention de se retirer d'Hébron et de Bethléem, villes de Cisjordanie occupées le mois dernier, si la situation restait calme et que les Palestiniens en assumaient le contrôle. Tsahal pourrait également envisager de quitter Ramallah, s'il y avait un plan garantissant la loi et le maintien de l'ordre.

    Le ministre des Affaires étrangères a ajouté qu'il avait annoncé au ministre palestinien des Finances Salam Fayed le déblocage de près de 45 millions de dollars/euros de recettes fiscales (droits de douane et TVA). Ce chiffre correspond à 10% du total des recettes fiscales gelées en janvier 2001 par l'Etat hébreu et qui auraient dû être reversées à l'Autorité palestinienne. Israël a également annulé 31 millions de dollars de dettes. En outre, sur les 7.000 permis de travail promis, 4.000 ont déjà été établis et le chiffre total pourra atteindre 30.000, a-t-il précisé. Environ 125.000 Palestiniens se rendaient quotidiennement en Israël pour travailler avant le début de la deuxième Intifada fin septembre 2000.

    Mais selon le ministre palestinien de l'Information Yasser Abed Rabbo, l'Autorité palestinienne n'a pas encore décidé si les négociations pourraient se poursuivre après l'attaque de mardi soir sur Gaza. Le ministre palestinien Nabil Abou Rdeneh a annoncé qu'une plainte pourrait être déposée auprès de la Cour pénale internationale (CPI).

    Le raid sur Gaza, qui a coûté la mort au chef de la branche militaire du Hamas, Salah Chehadeh, a été défendu à nouveau mercredi par des responsables israéliens, qui reconnaissaient toutefois qu'une erreur de jugement avait été commise. "A l'évidence, il faut tirer les leçons de cette opération", a reconnu Daniel Taub, porte-parole des Affaires étrangères. Les quotidiens "Maariv" et "Haaretz" titraient respectivement mercredi: "L'assassinat et l'embarras" et "Le désastre de Gaza".

    Alors que les corps de trois des neuf enfants tués lundi soir ont été dégagés des décombres mercredi, un ouvrier chinois blessé dans l'attentat-suicide de la semaine dernière à Tel Aviv a succombé à ses blessures.

    Le général Giora Eiland, directeur des opérations militaires, a affirmé à l'Associated Press que l'attaque ciblée contre Chehadeh avait été reportée à plusieurs reprises parce qu'il se trouvait avec des civils. "Si nous avions connu le résultat que nous avons obtenu, bien évidemment, nous n'aurions pas organisé cette opération", a-t-il souligné.

    D'après lui, Israël possédait des renseignements selon lesquels Chehadeh préparait des attaques d'envergure, dont le déclenchement d'une énorme bombe sous un pont emprunté par les colons juifs dans la Bande de Gaza et l'envoi par bateaux de kamikazes sur des plages israéliennes.

    En fait, selon des responsables militaires qui ont requis l'anonymat, la famille de Chehadeh avait emménagé plus tôt que prévu dans son nouveau logement, trois jours avant l'assassinat. Une source du Shin Bet, le service israélien de sécurité intérieure, a confirmé que la femme du militant et sa fille n'étaient pas sensées se trouver dans le bâtiment et a précisé qu'une enquête devrait être ouverte dans les prochains jours.

    L'opération à Gaza est survenue au moment où, d'après des sources palestiniennes, Yasser Arafat était près d'obtenir un cessez-le-feu du Hamas si Israël se retirait des sept villes réoccupées en Cisjordanie. Le ministre israélien des Finances Silvan Shalom a minimisé l'information, soulignant que "ce n'est pas la première fois qu'après une action de ce genre surgissent des allégations disant qu'une heure auparavant il y avait un désir de mettre fin à la violence".

    Le quotidien "Yediot Ahronot" a ainsi publié mercredi un document que les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, milice liée au Fatah d'Arafat, auraient approuvé quelques heures avant l'attaque et dans lequel elles s'engageaient à "mettre fin à toutes les attaques contre des hommes, femmes et enfants innocents qui ne soient pas combattants", appelant les autres mouvements palestiniens à les imiter.

    Mais "après le massacre haineux (de lundi), il n'y aura plus de respect pour un enfant sioniste ou les soi-disant civils sionistes", a lancé Abdul Aziz Rantisi, porte-parole du Mouvement de la résistance islamique (Hamas). AP


Juillet 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31