Accueil

Google

Juillet 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mardi 23 Juillet 2002 - 14 Av 5762 - mise à jour 19:56 (heure de Paris, GMT +2)
  • Sanctions contre le pilote d’Air France qui avait suscité l’indignation des Israéliens
    Zohar Blumenkrantz (Haaretz) traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    La compagnie Air France a pris des mesures disciplinaires contre un pilote qui avait déclaré peu avant l’atterrissage à l’aéroport de Ben Gourion que la destination finale du vol Paris-Tel Aviv était «Israël-Palestine ». C’est ce qu’on apprend d’une lettre envoyée par Etienne Roucheau, le président d’Air France Europe au PDG de Bezeq, Ilan Biran, qui avait appelé la semaine dernière à boycotter la compagnie française.

    « Comme vous l’indiquez dans votre lettre, ces propos étaient tout à fait inappropriés, mais ils ne reflètent nullement les positions d’Air France. Note compagnie tient à vous présenter ses excuses pour ce fâcheux incident ». Roucheau indique également que le pilote n’aura plus le droit de piloter sur la ligne Paris Tel Aviv pendant un an minimum.

  • Ami Ayalon et Sari Nousseibeh ont signé un projet de règlement israélo-palestinien
    Menahem Rahat, Jackie Houggy, Ami Ben-David, Hanan Shlaïn (Maariv)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Les principes : renoncement au “ Droit au retour ” et partage de Jérusalem.

    Un plan secret pour la solution du conflit israélo-palestinien a été dévoilé hier. Il consiste dans la reconnaissance par Israël d’un Etat palestinien selon les frontières du 5 juin 1967, avec des échanges de territoires et quelques légères rectifications de frontières – en échange du renoncement des Palestiniens au Droit au retour.

    Ce plan, appelé “ Présentation des principes ”, a été signé à la fin de la semaine dernière à Athènes, au ministère grec des A.E., par le Dr Sari Nousseibeh, chargé du dossier de Jérusalem à l’Autorité palestinienne, et l’amiral (rés.) Ami Ayalon, ancien chef du Shabak. On peut le consulter sur le site Internet arabs48.com .

    Il est question de deux Etats souverains vivant côte-à-côte, l’un juif et l’autre arabe. Ces Etats endosseront les résolutions 242 et 338 du Conseil de Sécurité, ainsi que le plan saoudien. Il sera procédé à des rectifications de frontières mineures, conformément aux besoins de sécurité des deux côtés, sans nuire à la continuité territoriale de la Palestine, cette dernière s’inscrivant dans les frontières de 1967. L’Etat palestinien sera démilitarisé et ouvert aux réfugiés, qui pourront y revenir.
    En ce qui concerne Jérusalem, la ville sera divisée entre les deux Etats. Les Israéliens contrôleront les habitants juifs, les Palestiniens la population arabe. Les Lieux saints seront confiés “ en dépôt ” auprès des deux gouvernements : le Mont du Temple sera en dépôt aux mains des Palestiniens ; le Mur occidental et le Quartier Juif seront en dépôt après d’Israël. Il est prévu que lorsque la mise en œuvre de ce plan sera achevée, les deux parties proclameront la fin du conflit entre elles et l’ouverture d’une nouvelle page dans leurs relations.

    Par ailleurs, le ministre de la Sécurité intérieure, Ouzi Landau, a donné hier l’autorisation de rouvrir les bureaux de l’Université Al Quds, le président de celle-ci, Sari Nousseibeh, ayant signé une lettre d’engagements où il s’engage à ne pas violer la loi en ce qui concerne les rapports avec l’Autorité palestinienne. Il est dit notamment que “ Cette institution et les titulaires de responsabilités en son sein fonctionneront en toute indépendance de l’Autorité palestinienne, ne recevront d’elle aucun fonds et ne serviront pas de représentants de celle-ci ”.
    A l’Autorité palestinienne, on était satisfait hier de la réouverture des bureaux de l’université.

  • Sharon appelle les Israéliens à être en état d’alerte
    Ynet

    Lors d’une réunion ce matin du Conseil des ministres, le Premier ministre israélien Ariel Sharon s’est félicité du raid de l’aviation israélienne dans la bande de Gaza et à qualifié l’opération d’ une des plus réussies, rappelant que « cela devait inciter les Israéliens à être en état d'alerte". "Nous avons éliminé le plus haut chef du Hamas qui était responsable entre autres de la réorganisation des forces du Hamas en Samarie », a affirmé M. Sharon. « Comme je l’ai déjà dit, on ne peut pas parvenir à la paix en faisant des compromis avec le terrorisme", a-t-il poursuivi avant d’ajouter qu’ Israël "n'entend aucunement porter atteinte à des civils ». « Nous sommes toujours désolés pour ceux qui sont touchés" a-t-il dit.
    Par ailleurs, le secrétaire des Nations Unies, Kofi Annan, a condamné le raid israélien dans la bande de Gaza. « Israël a la responsabilité morale de prendre toutes les mesures possibles afin d'éviter la perte de vies innocentes, il a clairement échoué à ce devoir en utilisant un missile contre un immeuble d'appartements" a déclaré son porte-parole.

  • Deux terroristes abattus à Kissoufim
    Jerusalem Post

    Au cours d'une chasse à l'homme, Tsahal a tué deux terroristes qui avaient ouvert le feu sur les soldats dans la région de Kissoufim dans la bande de Gaza. Les poursuites continuent contre d'autres hommes armés. On ne déplore pas de victimes dans les rangs de Tsahal.

  • Arrestations
    Jerusalem Post

    Sept suspects ont été appréhendés dans les régions de Judée et Samarie. Les hommes étaient recherchés pour activité terroriste. Les services de sécurité israéliens conduisent les enquêtes.
    Dans la région du Nahal Iron, huit Palestiniens ont été arrêtés. Deux d’entre eux sont interrogés par le Shin Bet et les autres ont été remis à l’Autorité palestinienne.

  • Sari Nusseibeh signe un engagement pour la réouverture de ses bureaux
    Jerusalem Post

    Sari Nusseibeh s’est engagé par écrit à ne plus exercer d’activités liées à l’Autorité palestinienne dans les locaux de l’université al Quds. Son engagement stipule que “l’institution et ceux qui la représentent agiront sans rapport avec l’AP, ne recevront pas de fonds de l’AP, ne seront pas ses représentants et n’organiseront pas d’activités à son profit. Je ne n’exercerai pas d’activités liées à ma fonction “de responsable du dossier de Jérusalem dans les locaux de l’université.” Nusseibeh a indiqué qu’il comprenait bien que tout manquement à ses engagements provoquerait la fermeture des locaux. Cette décision aurait été prise après consultation avec Yasser Arafat qui l’a approuvée.

  • Démission de Dalia Rabin-Pellossof
    Jerusalem Post

    La vice-ministre de la défense doit présenter sa démission à Binyamin Ben Eliezer qui a déclaré comprendre ses raisons. La fille du Premier ministre assassiné, Itshak Rabin, a expliqué qu’elle ne peut demeurer dans un gouvernement qui ne poursuit pas l’œuvre de son père. Elle ne démissionne ni de son siège à la Knesset, ni du parti travailliste. Elle se consacrera davantage au Centre Peres pour la Paix qui correspond plus aux idées de son père, a-t-elle déclaré
  • Le Hamas jure de venger l'élimination du leader de son aile militaire
    Amos Harel Correspondant d'Ha'aretz

    Le Hamas a juré de venger l'assassinat du leader de son aile militaire dans la Bande de Gaza, tuée par un avion israélien qui a fait sauter sa maison dans la Bande de Gaza aux premières heures de la matinée, dont les sources militaires parlent d'une des attaques les plus significatives depuis le début de l'intifada il y a 20 mois.

    Salah Shehada était le No 1 sur la liste des recherchés des deux dernières années.

    Selon des rapports initiaux, un total de 11 Palestiniens ont été tué dans l'attaque, y compris la femme de Shehada et trois de ses enfants. Des dizaines des gens ont été blessées. Les témoins oculaires ont dit qu'un F-16 a tiré un missile qui a touché cinq maisons dans le voisinage dans la Ville de la Bande de Gaza.

    Des sources israéliennes ont confirmé l'attaque aérienne dans la Bande de Gaza et le fait que Shehada avait été tué. Une déclaration du Hamas a dit cependant, que Sheheda était vivant, mais à l'hôpital Shifa de la Bande de Gaza, où les blessés ont été admis, le fonctionnaire du Hamas, Abdel Aziz Rantisi disait seulement, "jusqu'à présent nous n'avons pas d'indication du destin de Scheik Shehadeh. Nous n'avons pas son corps. Je ne l'ai pas vu."

    Le porte-parole du Hamas Ismail Haniyeh a dit que la femme de Shehadeh et trois de leurs enfants ont été tués, mais il ne savait pas ce qui était arrivé à Shehadeh. "Quelques sources ont dit qu'il est vivant, quelques sources disent qu'il a eu l'honneur de devenir un martyr, ce qui signifie qu'il avait été tué, a dit Haniyeh.

    Les fonctionnaires de l'Hôpital Shifa de la Bande de Gaza ont dit queb au moins 11 Palestiniens, y compris trois enfants, a été tué dans l'attaque et des dizaines des gens ont été blessées. Les leaders du Hamas a immédiatement juré vengeance.

    Le fonctionnaire du ministère des Affaires Etrangères Gideon Meir a dit que l'attaque était un "coup contre un terroriste connu qui est responsable de centaines d'attaques sur des civils israéliens ces dernières années." Il a exprimé le regret pour la perte d'autres vies. "À notre grande douleur, dans ces opérations, parfois et dans des opérations militaires, les civils sont aussi tués," a-t-il dit.

    Shehada, 40 ans, était le commandant d' Izz a-Din el-Kassam, l'aile militaire du Hamas et était l'aide personnel proche du leader spirituel du mouvement, le Scheik Ahmed Yassin. En plus de son vaste engagement dans l'activité terroriste, il avait graduellement développé sa réputation comme leader avec une autorité religieuse et était vu comme un héritier futur possible du Scheik Ahmed Yassin.

    L'engagement de Shehada dans le Hamas remonte au commencement de la première intifada, qui a éclaté à la fin de 1987 et il a passé un certain temps dans les prisons israéliennes.

    Les fonctionnaires de Shin Bet disent qu'il a orchestré l'attaque sur un cours de formation pré-militaire dans l'implantation d'Atzmona dans lequel cinq étudiants ont été tués et l'infiltration dans l'avant-poste "the Africa" près du Kibboutz Kerem-Shalom dans lequel quatre soldats de Tsahal ont été tués. Il a été aussi impliqué dans la production des fusées "Kassam" qui ont été tirées sur des implantations de la Bande de Gaza et en Israël.

    Shehada coopérait étroitement avec deux autres hommes en haut de la liste des recherchés par Israël dans la Bande - Mohammed Deif et Adnan el Roul. Dans les mois récents l'établissement de sécurité a reçu l'information que Shehada prenait contact avec des membres du Hamas dans la Rive occidentale, malgré la séparation physique entre les deux secteurs et ces membres de mouvement à Naplouse recevaient des ordres de lui.

    Selon les fonctionnaires du Shin Bet, Shehada était un des membres les plus extrêmes du mouvement et rejetait n'importe quelle discussion pour limiter les attentat-suicide. Il était en contact avec les fonctionnaires du Hamas à l'étranger. Selon des sources militaires, il a défié la direction du Scheik Ahmed Yassin plusieurs fois et a été considéré comme plus radical que le leader spirituel du mouvement.

    Israël a essayé de tuer Shehada plusieurs fois mais il réussissait toujours à s'échapper. Conscient que Tsahal le pourchassait, Shehada a passé longtemps de longues périodes dans la clandestinité.

    Quand Tsahal a effectué une grande opération dans la Bande de Gaza en Mai de cette année, la capture de Shehada ou son élimination étaient considérés comme l'objectif principal.

    Des sources militaires israéliennes ont évalué mardi que Hamas ferait "tout effort" pour riposter aussi rapidement et aussi durement que possible dans une tentative de vengeance de l'élimination de Shehada.

    Le porte-parole du Hamas Ismail Haniyeh l'a juré le mouvement "vengera les martyrs. Tous les Palestiniens s'unifieront pour venger le sang des martyrs," a-t-il dit aux journalistes à l'hôpital Shifa de la Bande de Gaza, où les morts et les blessés ont été admis", a renchérit Ismail Haniyeh devant la presse .



    L'explosion a fait s'effondrer la maison visée et trois autres autour, d'après les habitants. Des témoins ont vu deux F-16 israéliens effectuer des cercles autour de Gaza avant que l'un ne tire un missile.

    Parallèlement devant l'hôpital de Gaza, près de 4.000 Palestiniens se sont rassemblés pour scander des slogans anti-israéliens et appeler à la vengeance, certains d'entre eux tirant des rafales de mitraillette.

    Dans un communiqué, l'Autorité palestinienne a dénoncé les frappes israéliennes et appelé la communauté internationale à intervenir pour "arrêter ces massacres."

    Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Gideon Meir a pour sa part exprimé ses regrets. "A notre grand regret, dans ce genres opérations, parfois, et au cours d'opérations militaires, des civils sont tués", a déclaré M. Meir. L'attaque "constituait une frappe contre un terroriste connu qui est responsable de centaines attaques perpétrées ces dernières années contre le peuple israélien", a-t-il toutefois rappelé.

    Les forces israéliennes ont frappé Gaza deux fois récemment, visant des ateliers accusés de fabriquer mortiers et des roquettes. Les Palestiniens tirent presque quotidiennement des mortiers sur les implantations de la bande de Gaza.

  • “ Le ministère des Affaires étrangères est une feuille emportée par le vent ” - déclare Elie Barnavi, l’ambassadeur sortant d’Israël à Paris
    Séfi Hendler (Maariv)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël..

    ° L’ambassadeur sortant d’Israël à Paris, le Pr Elie Barnavi, a émis de violentes critiques à l’encontre du système des nominations politiques au ministère des Affaires étrangères, et de la place occupée par ledit ministère dans l’action diplomatique d’Israël.

    Dans une interview accordée au Maariv au moment où il s’apprête à achever sa mission, Barnavi s’est refusé à critiquer la politique du gouvernement israélien, en soulignant qu’il “ est encore ambassadeur ”. Par compte, il n’est pas avare de critiques à l’égard du ministère qui l’emploie et de celui qui le dirige.
    “ Le ministère des Affaires étrangères est le plus lamentable au plan de son influence politique en Israël. C’est un ministère très faible. Un ministère qui explique, mais sans décider – c’est tout simplement comme cela que fonctionne le système politique en Israël ”, fait valoir Barnavi. Il cite d’autres ministères qui parviennent à peser par leur poids spécifique propre, sans rapport avec le ministre qui les dirige – comme les Finances et la Défense. “ Mais le ministère des A.E. est pareil à une feuille emportée par le vent, il change de doctrine à chaque fois que le gouvernement change ”.

    Barnavi, nommé en son temps à Paris par le précédent ministre des Affaires étrangères, Shlomo Ben-Ami, avait reçu son poste au titre des “ nominations politiques ” du tour extérieur. Le successeur de Ben-Ami, Shimon Pérès, a décidé de ne pas prolonger le contrat de 2 ans de Barnavi, et envoie à sa place un membre de son entourage, Nissim Zvili. Barnavi affirme qu’il n’a pas été vexé du fait que Pérès ne l’a pas personnellement informé de la fin de son contrat : “ Cela fait longtemps que je n’attends plus de Pérès qu’il se conduise avec élégance ”, dit-il. S’agissant du Premier ministre Ariel Sharon, qui entretenait avec lui de bonnes relations, Barnavi s’exprime d’une autre manière : “ Sharon s’est comporté de la manière la plus élégante. Je n’ai pas été nommé par lui, et mes opinions sont différentes des siennes. Je n’ai rien de mauvais à dire à son sujet ”


Juillet 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31