Accueil

Google

Juillet 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Mardi 16 Juillet 2002 - 7 Av 5762
  • Les réactions


    Le porte-parole de la Maison Blanche
    Ari Fleischer a dit : "le président condamne le dernier acte de violence au Moyen-Orient. Cela souligne l'importance de se concentrer sur la paix et de travailler avec les leaders à l'Autorité Palestinienne qui se consacrent à la paix."

    “Kofi Annan
    a condamné l'attentat à la bombe contre un autocar qui a fait au moins sept morts et une quinzaine de blessés mardi près de la colonie juive d'Emmanuel en Cisjordanie. Le secrétaire général de l'ONU a réaffirmé son soutien à la création d'un Etat palestinien et à la fin de l'occupation israélienne.”

  • différence de point de vue - au sens littéral !

    A 17 heures (heure de Paris) l'Agence France Presse a annoncé que le FLDP revendique aussi l'embuscade meurtrière contre un bus en Cisjordanie,

    AFP: Sept morts dans un attentat contre un bus israélien
    http://fr.news.yahoo.com/020716/202/2og6e.html

    AFP:Les débats sur le Proche-Orient s'ouvrent sur fond de violences
    ... Aucun des membre du quartette n'a exprimé publiquement de réaction à cette attaque terroriste....
    http://fr.news.yahoo.com/020716/202/2og1f.html


    Reuters: Un car de colons juifs attaqué en Cisjordanie, sept morts
    [comme si le meurtre d'un colon était plus compréhensible que le meurtre d'un habitant de Tel Aviv]
    http://fr.news.yahoo.com/020716/85/2og0d.html

    Mais on pouvait dire aussi que le Front de libération de la Palestine organisation basée à Damas et classée terroriste par les USA et l'Europe a revendiqué de même que le Fatah de Yasser Arafat, l'attentat sanglant contre un autobus israélien à l'entrée de la localité d'Immanuel en Samarie qui a faéit huit morts.

    Quant à la station de télévision d'Al Jazeera basée au Qatar, elle a annoncé que
    l'attaque a été effectuée par la Brigade des Martyrs d'Al Aqsa en coopération avec le Hamas.

    Numéros des Urgences:
    Beilinson Hospital: 1255134
    Meir Hospital: 1255199
    Tel Hashomer Hospital: 1255131


  • Attentat à Immanuel contre un autocar israélien: huit morts

    Un autobus le la société Dan a été la cible d'un attentat à l'entrée de la localité d'Immanuel en Samarie à 15h30 heures locale.

    Il s'agit du numéro 189 qui avait quitté Bnei Brak quelques temps plus tôt et se rendait à Emmanuel. Après l'explosion d'un engin au passage du véhicule qui était blindé, une fusillade a ensuite éclaté.

    D'après des témoins, les assaillants étaient au nombre de trois et portaient des uniformes militaires israéliens. Ils ont ensuite pris la fuite en direction de Naplouse, pourchassés par des hélicoptères de l'armée.D'après la deuxième chaîne de la télévision israélienne, les victimes étaient non seulement les passagers de l'autocar, mais aussi des occupants d'une voiture circulant juste devant.

    Abraham Cohen, un responsable de la sécurité à Emmanuel, est arrivé quelques minutes après l'explosion. "La fusillade se poursuivait et des coups de feu ont été tirés sur ma voiture. Par chance, j'ai pu sortir avant d'être touché", a-t-il expliqué.

    Une embuscade similaire contre un autocar s'était déroulée dans ce même secteur le 12 décembre dernier, faisant 11 morts. L'implantation d'Emmanuel, qui regroupe des juifs orthodoxes, se situe dans le nord de la Rive Occidentale, entre Naplouse et Kalkiliya. Le 20 juin, cinq Israéliens avaient tués dans l'implantation d'Itamar, près de Naplouse.

    Le gouvernement israélien a rapidement dénoncé l'attentat. "Les civils israéliens continuent d'être des cibles de choix pour les terroristes palestiniens", a accusé le porte-parole David Baker. Pour lui, cet attentat "est une nouvelle preuve que l'Autorité palestinienne conçoit le terrorisme comme un mode d'opération primordial".

    Le Fatah, l'organisation de Yasser Arafat, a revendiqué l'attentat.

  • L'Egypte soutient le projet de Ben-Eliezer de réduire la violence
    Par Arieh Sullivan - Jerusalem Post

    ALEXANDRIE -Le Ministre de la Défense Nationale Binyamin Ben-Eliezer a hier appelé à la mise en oeuvre d'un programme destiné à réduire la violence dans les secteurs contrôlés par l'Autorité Palestinienne, notamment dans la Bande de Gaza. Il dit que la proposition avait l'appui des Égyptiens.

    Pendant sa réunion de deux heures avec le Président égyptien Hosni Mubarak, Ben-Eliezer l'a pressé d'aider à convaincre l'Autorité Palestinienne de soutenir l'idée. Il a aussi dit qu'il avait trouvé une oreille attentive pour ses idées "de déjouer les manoeuvres" du Président de l'AP Yasser Arafat et de trouver un leader palestinien alternatif.

    Mubarak a dit qu'Israël doit être plus flexible quant à Arafat et a dit qu'il enverrait un représentant personnel dans la région bientôt pour discuter de l'idée "la Bande de Gaza d'abord" avec l'AP. Une source du ministère de la Défense Nationale a dit que le représentant serait le général en chef du service de renseignement égyptien Omar Suleiman.

    L'idée du programme est de prendre un secteur particulier et de se coordonner avec la sécurité de l'AP. Si cela est couronné de succès, le programme serait étendu, frayant la voie pour Israël pour retirer Tsahal des territoires et reprendre en fin de compte les négociations de paix.

    Le plan ouvre apparemment la voie pour circonvenir Arafat et traiter avec les leaders locaux.

    "J'ai expliqué au Président [Mubarak]," a dit Ben-Eliezer ensuite, "qu'Yasser Arafat était et reste le problème principal." Mubarak a dit qu'il comprend la souffrance des Palestiniens plus que les Israéliens le font et a répétéque sa position est qu'Arafat est le leader des Palestiniens. Le leader égyptien a aussi dit qu'Israël doit montrer plus de flexibilité dans la reprise du processus de paix.
    "Nous ne sommes pas d'accord avec Israël quant à Arafat. Mais nous devons constater qu'une formule qui passe sans nuire à Arafat," a dit Mubarak aux journalistes israéliens après la réunion avec Ben-Eliezer. "L'utilisation de la force ne résoudra pas du tout le problème... L'utilisation de la force approfondit juste la haine entre les peuples et cela prendra plus long pour s'en débarrasser," a dit Mubarak.
    Mubarak a dit que lui et Ben-Eliezer avaient convenu de mesures pour essayer d'apporter la paix et la stabilité à la région.

    "L'Egypte doit être impliquer dans le processus. L'Egypte essayera de prendre en main ce programme dans un des secteurs et travaillera avec toute sa force pour réduire le terrorisme," a dit Ben-Eliezer.

    C'était la seconde fois que Ben-Eliezer rencontre Mubarak, dans le port d'Alexandrie sur la côte de la Méditerranée. Ben-Eliezer a rencontré, à la base de l'armée de l'air Burj el-Arab, le Ministre de la Défense Nationale égyptien le Maréchal Muhammad Hussein Tantawi. Bien qu'ils se soient rencontré seulement une fois auparavant, Tantawi et Ben-Eliezerse sont salué comme de vieux amis.

    "Fuad, venez ici," a dit Tantawi comme il amenait le ministre de la Défense Nationale à un hélicoptère attendant qui les prendrait au palais Ras e-Tin sur la côte de la Méditerranée.

    Tandis que les Egyptiens disent qu'Arafat est le leader palestinien en public, les fonctionnaires israéliens insistent que en privé les Egyptiens comprennent qu'Arafat doit s'en aller.

    Des sources de Ministère de la Défense Nationale israélien ont dit qu'Israël peutt se battre contre le terrorisme et offrir des concessions aux Palestiniens, mais il ne peut pas remplacer leur leader. Le monde arabe, d'autre part, peut aider sur cette question et l'Egypte a été pressée de trouver un nouveau leader.
    Les fonctionnaires étaient confiants pour que se développe la compréhension de cela et que des discussions informelles aient lieu sur les remplaçants potentiels d'Arafat.

    "Je lui ai dit que nous n'allons pas donner naissance à une nouvelle direction. La direction existe. Vous devez ignorer Arafat et encourager les autres," a dit Ben-Eliezer.

    "Mubarak comprend que le souci soit aujourd'hui pour la sécurité régionale et la stabilité et qu'Arafat peut saper cette stabilité," a ajouté Ben-Eliezer. "Il est mieux de déjouer les manoeuvres de ce problème et trouver quelqu'un qui peut être accepté par les Palestiniens, par nous, par le monde arabe pour essayer d'atteindre une percée et changer la situation."

    Ben-Eliezer a dit aux journalistes étrangers au palais que les forces de sécurité israéliennes ont capturé quatre terroristes-suicide potentiels dans les trois jours derniers.
    "Cela peut être classé, mais il y en a plus de 12 dirigés sur ... les villes d'Israël," a dit Ben-Eliezer.

    En apparaissant au palais, la délégation israélienne a croisé le négociateur de l'AP Saeb Ereka. Des plaisanteries rapides ont été échangées et Erekat a dit aux journalistes israéliens qu'il avait rencontré Mubarak et d'autres fonctionnaires égyptiens et leur avait dit que la situation se détériorait dans les secteurs contrôlés par l'AP dus à la présence de Tsahal.

    Interrogé pour savoir pourquoi il n'avait pas invité Sharon en Egypte, Mubarak a dit : "j'ai parlé à Sharon pendant 90 secondes une fois et c'était assez pour moi."

  • Des sources israéliennes : une nouvelle stratégie américaine au Proche-Orient

    Aluf Benn, Shlomo Shamir et divers ( Haaretz) - traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    L’administration américaine met en place actuellement une nouvelle stratégie pour le Proche-Orient, en raison de l’importance des intérêts américains dans la région, et des dangers menaçant les Américains ; c’est ce qu’ont dit hier des sources politiques à Jérusalem. La stratégie américaine comporte quatre étapes :
    - Un changement de régime en Irak, dans l’Autorité palestinienne et en Iran
    - Une guerre active contre le terrorisme, comprenant l’envoi de conseillers vers des pays comme le Yémen
    - Une activité visant à endiguer la diffusion d’armes de destruction globale ( l’arme atomique, chimique, biologique, et les missiles de longue portée)
    - Sur le long terme, un plan visant à changer les sociétés de la région, incluant notamment la démocratisation, d’abord au sein de l’Autorité palestinienne puis en Irak.
    Selon une source diplomatique à Jérusalem, “ l’administration estime que les étapes menant vers un changement social aideront à la lutte contre le terrorisme sur le moyen et long terme, non par volonté de promotion de la démocratie, mais surtout par crainte que les sociétés fermées dans le monde arabe ne favorisent le terrorisme. ”


Juillet 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31