Accueil

Google

Juillet 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
téléphones des rédactions pour réagir rapidement
emails des rédactions pour réagir rapidement
D'autres "adresses" pour le contre-désinformateur
Lundi 8 Juillet 2002 - 28 Tammouz 5762 - mise à jour 19:51 (heure de Paris, GMT +2)
  • Sharon lâche du lest à Pérès
    Itamar Eichner (Yediot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Le chef de la diplomatie israélienne a obtenu de la part du Premier ministre israélien “ carte blanche ” pour rencontrer les nouveaux ministres de l’Intérieur et du Trésor, chargés de procéder aux réformes économiques et administratives au sein de l’Autorité palestinienne.
    Ariel Sharon a demandé à Pérès de n’évoquer que des aspects économiques ou administratifs et non politiques.
    Par ailleurs, les deux hommes ont convenu de mettre sur pied une délégation interministérielle dirigée par Pérès, qui aura la charge d’apporter un soutien humanitaire et économique au peuple palestinien.
    En outre, le Premier ministre israélien a demandé aux Etats-Unis d’organiser une rencontre entre Pérès et une “ personnalité saoudienne de haut rang ” afin de promouvoir les réformes au sein de l’Autorité palestinienne et de relancer le processus de paix. “ Sharon vient de lâcher assez de lest à Pérès pour qu’il ne démissionne pas du gouvernement ” disait-on hier de sources politiques.

  • Tiraoui sur la sellette ?
    Roni Shaked (Yediot Aharonot)- traduit par le service de presse de l'Ambassade de France en Israël.

    Le président de l’Autorité palestinienne s’apprête-t-il à limoger son chef des Renseignements généraux ? C’est la question qui agite depuis hier les médias palestiniens et israéliens, suite à des informations faisant état des nouvelles intentions du raïs. “ Ces informations servent les intérêts israéliens. Il faut donc s’en méfier ” a déclaré pour sa part le “ patron ” de Tiraoui, Amin el Hindi, le chef des renseignements généraux palestiniens. Selon lui, Israël tente de diffuser des informations mensongères pour affaiblir un peu plus Arafat.

    Israël et les Etats-Unis ont à plusieurs reprises demandé à Arafat d’écarter Tiraoui des services de sécurité palestiniens en raison de son implication dans des actions terroristes contre Israël. Les Européens avaient également demandé son éviction après avoir reçu des informations accablantes sur sa part de responsabilité dans certains attentats.

    Par ailleurs, la colère des officiers de la sécurité préventive (de Jibril Rajoub) ne cesse de s’intensifier. En effet, ils refusent catégoriquement d’être placés sous les ordres de Zouheir al-Manasra, le successeur de Rajoub.

    (..) Jeudi , une réunion de sécurité israélo-palestinienne s’est déroulée en présence d’Amin El Hindi et d’Avi Dichter, le chef des services de sécurité intérieure israéliens, apprend-t-on de sources palestiniennes. Une autre réunion est prévue prochainement pour débattre notamment de l’amélioration des conditions de vie des Palestiniens dans la bande de Gaza.

    En outre, le chef de la diplomatie israélienne Shimon Pérès, devrait rencontrer le nouveau ministre de l’Intérieur palestinien Yihia Abdel Razaq ainsi que le nouveau ministre des Finances, le docteur Salem Fiyad.

  • Les camps terroristes au Liban et en Syrie sont une menace plus grande pour les Américains que l'Irak
    Par Janine Zacharia - Jerusalem Post

    Les camps d'entrainement terroristes au Liban et en Syrie sont une menace plus urgente pour les Etats-Unis que le Président irakien Saddam Hussein, a dit hier le Sénateur américain Bob Graham (D-Floride), le président du Comité du Sénat du Service de renseignement.

    Bien que l'administration de Bush ait invité le Liban et la Syrie à arrêter leur appui au terrorisme, elle est plus active dans la campagne pour évincer Saddam Hussein dans la prochaine phase de la guerre au terrorisme.

    Graham, parlait dimanche matin à la "Rencontre avec la Presse" de la NBC après son retour d'un voyage au Moyen-Orient, il a argumenté contre l'essai d'évincer Saddam Hussein maintenant depuis qu'il n'y a aucun appui arabe pour cette action.

    "Je crois aussi qu'il y a quelquechose que nous devons faire de plus urgent. C'est de traiter des camps de formation qui se sont développés en particulier en Syrie et au Liban où la prochaine génération de terroristes est préparée," a dit Graham.

    Mais Graham a dit que les Etats-Unis ne doivent pas détruire les camps où le Hezbollah et aussi où les éléments d'Al-Qaida peuvent recevoir une formation. "Je pense que nous devons d'abord donner aux Syriens et aux Libanais, une occasion de nettoyer leur propre maison. Mais alors je pense que c'est une menace plus immédiate pour la sécurité des Etats-Unis d'Amérique, dans mon jugement que Saddam Hussein," a-t-il dit.

    La semaine dernière, le "New-York Times" a publié un rapport sur un document de l'organisation militaire américaine préliminaire qui fait appel à des unités terrestres et des forces navales pour attaquer l'Irak depuis trois directions et employer des dizaines de milliers de soldats dans une campagne pour renverser le leader irakien. Les EU qui craignent que Saddam renforce activement son arsenal d'armes non-conventionnel en absence des inspecteurs de l'ONU.

    Graham a dit aussi que les EU doivent" être sérieusement impliqués dans le processus de paix entre les Israéliens et les Palestiniens."

    Le sénateur Chuck Hagel ( R-Nebraska), un membre du Comité des Relations avec l'étranger du Sénat qui a voyagé avec Graham au Moyen-Orient, a critiqué l'administration de Bush d'avoir fait du Président de l'Autorité Palestinienne Yasser Arafat "le problème"

    “Je pense que nous nous approchons de cela, avec des risques considérables, quand nous faisons d'Arafat "le problème" car "le problème" c'est le processus,” a dit Hagel se référant à l'appel de Bush aux Palestiniens pour élire une nouvelle direction non corrompue par le terrorisme et conditionnant l'appui américain pour la structure de l'Etat palestinien à une réforme démocratique.

    "Vous ne pouvez pas mettre tous cela sur les Palestiniens et dire que quand nous aurons une démocratie Jeffersonienne à l'Autorité Palestinienne ou quelquechose comme cela, alors vous nous verrez venir," a dit Hagel.


Juillet 2002
D L M M J V S
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31